Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 12:06

Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour.

 

4 days in London !

Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous n'avions pas revu depuis longtemps. Pour ce premier périple : Londres !

Un court séjour riche en découvertes et autres surprises. Pas de London fog, un grand soleil, quel bonheur !

 

Jour 1 : j'avais trouvé une chambre par Airbnb ( que je vous recommande) chez un particulier. De quoi loger toute la tribu dans une chambre, comme à l'hôtel. A 2 min de la station de métro de Kings cross , il nous a permis de séjourner au coeur de la capitale à moindres frais. Pas besoin de trop dépenser lorsqu'on passe la journée dehors de toutes façons.

 

4 days in London !
4 days in London !
 

Premier tour dans le Ghost Bus que les enfants ont adoré. Petit bémol : pas de traduction puisquil s'agit de théâtre de rue, dans un bus. Nous voici donc en train de traduire pour les enfants. L'histoire est passionnante et, à mesure que l'on arpente les rues, les deux comédiens retracent le passé sanglant de Londres, les exécutions, les fantômes de la Tour de Londres, les habitations hantées, la fosse commune de Black death ( la peste noire),des phénomènes surnaturels comme dans ce pub, le Grenadier, où un soldat fut assassiné alors qu'il trichait aux cartes. Evidemment nous sommes sur les traces de Jack l'éventreur dans le quartier de Whitechapel.

On nous raconte ici que ce bus était destiné à transporter les corps lors de funérailles. Il n'en reste qu'un, les autres ayant été détruit dans un incendie de la gare routière en 1967. 

Surprise, le bus s'arrête à un moment et l'on nous demande de descendre. Le quartier est assez particulier, sombre, pas ragoutant ! On nous invite à longer une rue , Cross bone yard ( les enfants ont peur de devoir rentrer à pied et le nom de la rue n'est pas engageant !). Mais ce que nous allons découvrir fait froid dans le dos : nous sommes près de Borough market, devant une grille recouverte de rubans sur lesquels les noms des personnes enterrées ici apparaissent. Il faut dire que cette rue était connues pour ses prostituées qui , ne pouvant être enterrées ailleurs, étaient laissées ensemble. Plus tard on enterra en ce lieu les pauvres du quartier, lorsqu'à partir de 1853 les maisons closes fermèrent.. Lorsque la ligne de métro fut construite, on retrouva à peu près 1500 squelettes

 

 

 

 

4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !

Le soir nous avons mangé au Sherlock Holmes Pub. A découvrir absolument pour le voyage dans le temps, la déco qui nous transporte et la cuisine délicieuse. Les enfants dégustent leur premier fish and chips, Monsieur se régale d'un plat de Sausage mashed et mon grand d'une pie au boeuf, miam !

 

 

4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !

Retour à la chambre, non sans passer par le Tower Bridge pour voir, de nuit, l'illumination des bâtiments. C'est assez magique, il faut bien le dire. Un coup d'oeil sur la Tamise et l'on embrasse la partie la plus connue de Londres, La Tour de Londres, les hauts immeubles de bureau, la City, le plus haut gratte-ciel d'Europe: the Shard et le HMS Belfast.

 

 

4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !

Jour 2 : réveil avec un décalage horaire moins 1h, perte de repère ! Tanpis, on se laissera porter aujourd'hui.

Petit déjeuner après quelques minutes de métro, à Brick Lane dans un shop très original que je vous recommande pour l'ambiance : The Cereal killer. Ici uniquement des céréales, mais elles sont toutes là, même celles que l'on ne connaissait pas ! Le petit plus, on vous propose de choisir votre lait et des toppings ( minis chamallows, pépites de chocolat, fruits secs, fruits frais ...). la déco actuelle joue évidemment sur Halloween. La boutique ne désemplit pas ! Nous sommes au centre de Brick Lane et avons apprécié ici les tags et autres graffitis. Le quartier est typique et à voir.

4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
 

Nous sommes attendus à 11h30 pour la relève de la garde à Buckingham ! Je m'attendais à un parcours du combattant pour atteindre les grilles mais, coup de chance, on nous laisse passer, un garde nous déplace même pour mieux voir, incroyable ( ou alors ça sert d'avoir trois enfants !). Mon second prend des photos remarquables et ma fille de commenter : "mais c'est pas des vrais, ils ne sont pas habillés en rouge ! ". Quoi ? Nous serions tombés sur une arnaque ? ah ah ! Il s'agit de l'uniforme d'hiver évidemment, mais ils sont beaux tout de même.

 

 

4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
 

Malgré le monde nous parvenons à nous glisser dans St Jame's Park. Les écureuils sont là comme promis, tout mignons.

 

 

4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !

Au détour d'une rue nous découvrons un self service qui porte un nom français. Le concept est très sympa chez Prêt à Manger : tout est naturel, des fruits, des légumes, des soupes, des salades, des sandwiches.

L'après midi nous permet d'arpenter les rues, de croiser les lignes de métro pour voir le plus de sites possibles. mais l'idée étant d'immerger les enfants dans la culture et le quotidien, nous n'entrons pas dans toutes les attractions et préférons parler, les faire parler ( quelle rigolade !).

Nous nous laissons surprendre par le mélange d'ancien et de moderne, au fil des rues ( là je vous fais un mix des jours 2 et 3 !)

 

4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
 

Le soir nous retournons au London Bridge et découvrons un restaurant aux spécialités italiennes qui nous attire, au coeur de Southwark. Délicieux, un service impeccable, l'amabilité en plus. Puis tout à coup je me dis que cette ambiance me rappelle quelque chose, le tablier noir et blanc des cuisiniers, certains plats, dont celui que je savoure ( un risotto aux champignons) ... eh oui cela me rappelle la cuisine de Jamie Oliver ! Bingo , nous sommes dans un de ses restaurants et nous ne le savions même pas. je dois dire que jamais nous n'y serions allés, redoutant le prix. Nous aurions eu tort car cela est très abordable et vraiment délicieux. Donc risotto aux champignons pour moi, pasta alla'arrabiata pour Monsieur, Spaghettis boulettes pour les enfants, chessecake lemoncurd, fondant chocolat, crème caramel beurre salé ... miam !

 

Jour 3 : il est temps de faire découvrir aux enfants le traditionnel petit déjeuner anglais. Juste en bas de l'appartement se trouve le Coffee Uni N. C'est une famille italienne qui tient ce shop. Le serveur est aux petits soins pour ma fille , qu'il appelle "darling" ! Evidemment, elle adore !

Là encore, le restaurant ne désemplit pas. Le petit plus est bien sûr l'ambiance : des affiches de films sur lesquelles on retrouve les grands noms des acteurs américains d'origine italienne.

 

 

4 days in London !
4 days in London !

Nous découvrons à cette heure matinale que de nombreuses personnes déjeunent à l'extérieur, les plus pressés emportent leur café dans un gobelet fermé ( Starbuck ou autre). La ville fourmille déjà et les restaurants et autres café qui fleurissent à chaque coin de rue nous rappellent que l'on peut manger à toute heure, pour un prix raisonnable.

C'est le jour du British Museum, de la rue Charing Cross, de Chinatown. Mais auparavant nous souhaitons nous immerger dans un marché typique et prenons une péniche qui longe le canal pour nous rendre de Little Venice à Camden Lock, en passant par le Zoo.

Little Venice est un quartier surprenant, par ses habitations ( dont certaines sont très chics et d'autres ... sur l'eau !), l'animation qui y règne sur les berges et l'ambiance sereine de ses parcs à l'automne ...

4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !

 La page d'Histoire racontée par la guide est remarquable et passionnante, nous plongeons dans un passé où les péniches étaient tirées par des chevaux, où la Révolution industrielle est en marche.

Sur les berges des maisons typiques, d'autres plus cossues, de petits jardins cachés et bien aménagés car les anglais ont un goût assez sûr pour cela.

Au coeur du marché, la street food, de quoi se régaler pour tous les goûts !

Evidemment j'ai fait quelques emplettes dans la librairie d'occasion ;)

4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !

Mes emplettes ! Plus d'autres que je ne peux montrer encore pour le swap Jane Austen avec Myrtille.

J'ai repéré des bottines à tomber mais ... ce sera pour une autre fois ;)

4 days in London !
4 days in London !

Il n'était pas question de quitter Londres sans avoir vu le quai 9 3/4, ma fille ne nous l'aurait pas pardonné ! 

4 days in London !

Nous terminons par le British Museum et sa structure imposante

4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !

Un dernier tea time et il est l'heure de partir

 

Il reste beaucoup à voir et à dire mais j'arrête là ce billet de présentation, en espérant vous avoir donné envie de découvrir ou re-découvrir Londres.

4 days in London !
4 days in London !
4 days in London !

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans Coups de coeur mois anglais 2017
commenter cet article
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 10:21
La Compagnie des menteurs, Karen Maitland

La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages

Genre : thriller médiéval ,historique

Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme

 

L'auteur en quelques mots ...

 

Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit des récits policiers et historiques. Doctorante en psycholinguistique, elle se lance en littérature en 1996 et publie en 1998 son premier récit , La Chambre blanche, en collaboration avec Bernard Knight, Ian Morson, Susanna Gregory et Philip Gooden .

En 2010, la Compagnie des menteurs est traduite en français et publié par Sonatine.

Attirée par tout ce qui touche au Moyen âge, elle vit dans la ville médiévale de Lincoln,  chef-lieu du comté de Lincolnshire, en Angleterre.

Lien vers son site 

L'histoire :

Fermement décidés à se débarrasser de la sorcière, l'aubergiste et ses comparses réfléchissent au meilleur moyen de l'envoyer ad patres sans subir ses foudres par-delà la mort."C'est donc entendu, nous l'enterrerons vivante avec la bride de fer". La moitié du village a déjà succombé et il est temps de trouver le moyen d'arrêter ce carnage. Mais qui osera passer une bride à une femme considérée aussi dangereuse ?

En cette période de la Saint-Jean les fantômes rôdent et les croyances populaires ne font qu'accentuer la sensation de froid et de mort qui entoure chaque village. L'Angleterre subit le fléau de la peste en cette année 1348. Alors que le mal se propage, chacun cherche à échapper à son destin.Repensant à sa vie passée, le camelot gagne sa vie en vendant des reliques, "de la foi en bouteille", "des mèches de cheveux de Marie Madeleine" et tous les villageois y croient, car en quoi d'autre placer sa foi ? Profitant d'une cicatrice qui le défigure, il ponctue son discours d'anecdotes en terre sainte et ne semble craindre que la peste, tant son lourd passé le hante.

Pourtant, la vue de cette fillette aux cheveux blancs le met mal à l'aise. C'est une devineresse et la façon dont elle lit les runes fait froid dans le dos. Incapable de mentir, elle prédit les jours funestes et semble lire en chacun comme dans un livre.

Pour l'heure, à l'auberge, tous parlent de la pestilence qui s 'étend et menace chaque ville. Par où aller ? Le Camelot  doit se rendre au sanctuaire de St John Shorne à North Marston et espère gagner seul ce lieu. mais c'est sans compter sur un enchainement de circonstances qui va le lier à un duo de musiciens vénitiens, dans un premier temps, puis un jeune couple dont la femme, Adela, est enceinte et un magicien nommé Zophiel dont les activités intriguent moins que les boites qu'il transporte dans son charriot.

Alors que la compagnie se pense complète, décidée à cheminer vers le Nord et profiter du charriot de Zophiel, un événement inattendu place sur leur route la fillette aux étranges cheveux blancs, Narigorm. Débute alors un périple ponctué de rencontres qui porte à neuf le nombre des compagnons de route.

Le jeu peut alors commencer ...

 

 

En vrac et au fil des pages ...

Louis Duveau : La peste d'Elliant

Voici un roman érudit qui nous plonge au coeur d'une Angleterre dévastée par la peste. On suit le cheminement des personnages en même temps que l'avancée de la maladie et des croyances qui y sont rattachées.

Car la particularité du récit est d'insister sur les conditions de vie, rudes, et les idées souvent saugrenues mais courues pour l'époque, qui font également des ravages. Sorcellerie, fanatisme, tout se mêle pour désigner des coupables à la propagation de la peste, la pestilence qui effraie. Le lecteur plonge alors dans une période troublée, faite de rites cruels et sans fondement.

Pour échapper aussi bien à la maladie qu'aux mains de l'église, les personnages vont rester groupés et se soutenir. Pourtant, le mal est également parmi eux et rapidement un premier meurtre les surprend. Quelle est sa signification ? Le doute s'installe et les secrets se font jour, chacun ayant en effet quelque chose à cacher. A qui faire confiance ?

Chacun possède une part sombre et l'on ne peut s'empêcher de les soupçonner tour à tour, jusqu'à ce que celui que l'on soupçonnait meure à son tour, remettant en cause notre raisonnement. 

Pourtant, c'est aussi cette ombre fantastique qui entoure l'oeuvre qui rend le récit passionnant. De légende en rite païen, on finit par ne plus savoir, tout comme les personnages, si ce qui nous est présenté est réel. A l'image de ce loup dont chacun entend le hurlement et qui semble les suivre depuis leur départ de la foire marchande.

La fin offre une ouverture et l'on aimerait bien lire la suite. A ma connaissance il n'y en a pas ! C'est bien vu de la part de l'auteur qui réserve bien d'autre surprises dans ce premier opus.

On a reproché à ce récit son rythme lent. Je ne suis pas d'accord et vois là une façon pour l'auteur de nous faire ressentir ce que vivent les personnages qui cheminent lentement, à pied, la peur qui s'insinue en eux peu à peu, chaque jour amenant son lot de surprise ou d'effroi. De plus, l'histoire et le parcours de chacun est important pour le récit, mais cela n'apparaitra qu'à la fin.

Un récit à savourer !

 

Le mois anglais

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires mois anglais 2017
commenter cet article
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 09:35
Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière

Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages

Genre : policier so british !

Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête

 

L'auteur en quelques mots

Retrouvez la biographie de M.C Beaton sur les billets précédents :

tome 1, La Quiche fatale

tome 2 : Remède de cheval

L'histoire :

Alors qu'elle rentre de vacances, pas totalement enchantée de ce périple loin de son village d'adoption, Carsely, Agatha ne peut s'empêcher de repenser au geste déplacé qu'elle a eu envers James Lacey, son charmant voisin, suite à la dernière affaire qui les a vu résoudre un meurtre. C'est pétrie de remords qu'elle s'engage dans Lilac Lane, espérant retrouver des visages amis.

Pourtant, son caractère bien trempé va reprendre le dessus en apprenant qu'en son absence, une certaine Mrs Mary Fortune, férue de jardinage et bien conservée de surcroit, a entrepris de divertir James, SON James ! Qu'à cela ne tienne, Agatha ,qui n'est pas plus jardinière que cuisinière ,va se découvrir une nouvelle passion pour les plantes et participer au concours, quitte à envisager quelques petites tricheries.

Mais elle comprend soudain qu'il ne sert à rien de courir après un homme qui en pince pour une autre et se rend à l'évidence. C'est alors qu'un coup du sort en décide autrement et lorsqu'on retrouve la belle Mary Fortune plantée dans un pot, empoisonnée, c'est tous les deux que James et Agatha enquêtent ...

En vrac et au fil des pages ...

Inutile de vous dire que c'est avec un grand plaisir que j'ai plongé dans ce troisième tome des aventures d'Agatha. Le personnage évolue et l'on découvre ici une facette plus sensible de notre quinquagénaire. Comprenant que son prince charmant n'est peut-être pas l'homme qu'elle attendait, la voici meurtrie, conscience de son corps qui a bien changé et prête à abandonner ses rêves.

Pas pour toujours, que l'on se rassure ! Tout comme son caractère bien trempé, ses espoirs reviennent au galop et lorsque se profile une enquête, Agatha se lance tête baissée.

On la retrouve prête à toutes les tricheries ( souvenir d'une quiche achetée dans le commerce pour un concours du village et qui lui avait valu une belle aventure !) et c'est ici dans le jardinage qu'elle va se lancer. Aidée de son ami Roy, elle va accepter de travailler à nouveau pour l'agence de Londres en échange d'une aide précieuse pour embellir son jardin...artificiellement !

La première partie du roman insiste donc sur cette nouvelle lubie et les sentiments partagés d'Agatha, comme pour nous éloigner d'une enquête et nous rendre encore plus cher le personnage d'Agatha.

Comme toujours, un meurtre arrive à point nommé, non sans un certain humour car planter une jardinière dans un pot est à la fois cocasse et déplacé ! Qui plus est se réalise le rêve d'Agatha : quelqu'un a finalement eu la peau de sa rivale, ce qu'elle n'aurait osé espérer.

Dès lors le caractère d'Agatha, fonceuse, spontanée et sans filtre, reprend le dessus, pour notre plus grand plaisir et celui de son ami policier Bill Wong, qui voue à Agatha une véritable affection.

James, quant à lui, apparait ici meurtri par la honte d'avoir eu une aventure avec Mary Fortune. La séparation avec Agatha reste assez froide et s'installe une certaine tristesse qui pousse cette dernière à apprécier son départ pour La City. Que réserveront les tomes suivants à nos deux comparses ?

A la fin de ce tome, en effet, respectant sa promesse à Roy, Agatha rejoindra Londres où elle reprendra ses activités de chargée de communication pour l'agence. Fini Carsely ?

Le mois anglais chez Lou et Cryssilda

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires mois anglais 2017
commenter cet article
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 05:04
Juin : le mois anglais sur les blogs !

C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;)

Pour le plaisir des sens donc :

 

Serez-vous de la partie ?

Pour la peine je ressors mes petits logo maison:

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans mois anglais 2017
commenter cet article

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...
  • La Horde du contrevent, Alain Damasio
    La Horde du contrevent, Alain Damasio, Editions La Volte, 2004, 521 pages Genre : fantasy Thèmes : vent, amitié, horde, écueils, quête, musique L'auteur en quelques mots ... Alain Damasio, né Alain Raymond, est un écrivain français de science-fiction....
  • Origami party pour le mois japonais
    Bien que le papier soit né en Chine au IIème siècle avant J.-C., on pense que la pratique régulière du pliage de papier est essentiellement d'origine japonaise et remonte au VIème siècle. Les premiers pliages étaient destinés à l'emballage des médicaments...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...