Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 06:12
Le Bouc émissaire, Daphné du Maurier

Le Bouc émissaire, Daphné du Maurier, éditions Le livre de poche, 2014, 480 pages

Thèmes : double, famille, identité, sens de la vie

Genre : littérature contemporaine

Traduit de l'anglais par Denise Van Moppès

 

L'auteur en quelques mots ...

 

Retrouvez la biographie de Dahpné du Maurier sur le billet du challenge qui lui est consacré sur le blog.

Rebecca

L'Amour dans l'âme

Manderley for ever, Tatiana de Rosnay

 

L'histoire :

 

"J'étais arrivé au Mans, affreusement abattu. Je ne connaissais que trop cette mélancolie inséparable des derniers jours de vacances, mais j'éprouvais cette fois plus que jamais l'angoisse du temps trop vite enfui, non parce que trop rempli mais parce que je n'y avais rien accompli".

John est professeur d'Histoire française en Angleterre et réside en France pour quelques temps, afin de prendre des notes pour ses cours. Vivant à travers l'Histoire, il recrée en imagination les villes fortifiées, l'éclat d'autrefois, mais a du mal à vivre pleinement le présent.Son désespoir est de connaitre l'histoire de ceux qui l'entourent mais de ne pas être un des leurs, de se retrouver étranger à cette terre "Des années d'études, des années d'exercice, l'aisance avec laquelle je parlais leur langue, enseignais leur histoire, expliquais leur culture, ne m'avaient pas rappoché de ces gens".

C'est alors qu'arpentant les rues, il est bousculé par un inconnu. "Je le regardai aussi et je m'aperçus, dans un mélange bizarre de surprise, de peur et de malaise, que son visage et sa voix ne m'étaient que trop bien connus. C'est moi que je regardais"

Jean de Gué est pourtant l'opposé de John, extraverti, ne redoutant pas le regard des autres; mais, aussi désenchanté que lui, il a appris à accepter la vie telle qu'elle se présente: "Nous en sommes tous làdit-il,vous, moi, tous les gens que vous voyez dans ce buffet de gare. Nous sommes tous des ratés. Le secret de l'existence, c'est de reconnaitre ce fait assez tôt et de s'y résigner."

Aussitôt germe dans l'esprit de Jean de Gué l'idée de prendre la place de John, d'échanger leurs vies. Le lendemain matin, lorsque John se réveille, c'est en effet une nouvelle vie qui s'offre à lui. Un chauffeur l'attend, qui semble bien le connaitre, et le conduit jusqu'au manoir où vit une étrange famille qui ne voit personne d'autre en lui que Jean de Gué...

 

En vrac et au fil des pages ...

 

Comme souvent , Daphné du Maurier explore les tréfonds de l'âme et propose un portrait de famille dans lequel le thème du double a toute sa place. C'est le problème de l'identité qui est soulevé, car alors que John se rêvait français, en connaissant la culture et l'histoire, cette possibilité lui est offerte.

J'ai cru que le récit allait dévier sur le fantastique à l'apparition du sosie. mais il n'en est rien et c'est l'ancrage dans la réalité qui produit d'ailleurs une ambiance étrange. Le lecteur n'a de cesse de se demander si John va être reconnu ou s'il va clarifier son identité. Néanmoins, se sentant lui-même exclu en quelques sortes, il va jouer le jeu et entrer dans cette famille, jusqu'à y laisser son empreinte. Il y découvre alors l'attitude détestable de son double, les maitresses qu'il accumule, la vie de débauche qu'il mène.

Tous les indices sont placés de sorte que la situation paraisse plausible. C'est d'ailleurs ce qui fait froid dans le dos. Comment la propre fille de Jean de Gué pourrait-elle ne pas le reconnaitre ? C'est que leur relation, étrange, matinée de religion, était dictée par la petite à la maturité surprenante. Un univers particulier relie père et fille, que la gamine dirige. Il ne reste plus à John qu'à se laisser porter, à entrer dans le jeu. On se demande même si certains personnages n'ont pas compris et jouent tout de même le jeu.

La vie familiale s'organise autour d'une verrerie que les temps modernes envoient à la faillite. Jean de Gué semble avoir résolu de vendre l'affaire, de ne plus faire vivre la famille et les ouvriers. Pourtant, John va entreprendre, à la fois par naiveté et par ambition, de relever l'entreprise familiale, à la surprise de tous. Ressurgissent aussitôt des drames passés qui expliquent les comportements actuels, mais qui ne peuvent entraver les actions de John puisque lui ne sait rien de ce passé marqué par la guerre.

A ce jeu, le lecteur devient aussi un voyeur qui sait que ce n'est pas le vrai Jean de Gué qui évolue au manoir. Il ouvre les tiroirs avec lui, découvre les secrets de famille. C'est cette position à la limite malsaine qui nous fait ressentir une étrange sensation à la lecture du récit. Néanmoins la différence entre les deux sosies ne faisant aucun doute, on espère que la fin sera heureuse ...

Pourtant, on se laisse vite happer par ce genre de farce et, alors qu'il ne sait pas ce que fait Jean de Gué, s'il a pris sa place, s'il a choisi de vivre une autre vie, John entre peu à peu dans la peau d'un autre, apprécie cette nouvelle vie, découvre des secrets de famille qui peuvent expliquer l'aversion des autres membres de la maison pour lui et ne pense pas un seul instant que le véritable Jean de Gué pourrait réapparaitre...

C'est là tout le talent de Daphné du Maurier.

Une lecture que je vous recommande.

Le Bouc émissaire, Daphné du Maurier

Partager cet article

Repost 0
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 02:16
Challenge Daphné du Maurier

En 2016, poursuivons notre découverte de Daphné du Maurier

 

Nous sommes nombreux a avoir apprécié Rebecca de Daphné du Maurier. Mais connaissez-vous ses autres oeuvres ? Savez-vous qu'elle a écrit plus de 15 romans, 6 recueils de nouvelles, 2 pièces de théâtre et autant d'essais, de biographies ?
Je vous rassure je ne le savais pas non plus mais son univers me plait. C'est pourquoi je vous propose un challenge illimité afin de découvrir quelques trésors !

Trois niveaux:

Menabilly : découverte de 2 oeuvres
Manderley : découverte de 4 oeuvres
Lady Browning : découverte de 4 oeuvres + 1 biographie
Daphné for ever : sans limite ! ( là nous estimerons que le challenge est gagné à partir de 5 oeuvres + 1 biographie )

 

Deux petits logos pour lancer le challenge



 

Vous pouvez aussi nous retrouver sur Livraddict

 


Ses romans : je donne la première édition en français mais ils existent en poche

La Chaîne d'amour, Paris, Albin Michel, 1950 / reparu sous le titre L'Amour dans l'âme en 2014
Jeunesse perdue, Paris, Albin Michel, 1949
L'Auberge de la Jamaïque, Paris, Albin Michel, 1941
Rebecca, trad. Denise Van Moppès, Paris, Albin Michel, 1939
L'Aventure vient de la mer ou la Crique du Français, Paris, J'ai lu no 23, 1958
Le Mont-brûlé, Genève, Jeheber, 1944 ; réédition, Paris, Albin Michel, 1970
Le Général du roi, Paris, Albin Michel, 1947
Les Parasites, Paris, Albin Michel, 1951
Ma cousine Rachel, Paris, Albin Michel, 1952
Mary-Anne, Paris, Albin Michel, 1955
Le Bouc émissaire, Paris, Albin Michel, 1957
Château Dor, Paris, Albin Michel, 1963
Le Vol du faucon, Paris, Albin Michel, 1966 ;
La Maison sur le rivage, Paris, Albin Michel, 1970
Mad, Paris, Albin Michel, 1974

Recueils de nouvelles :

Les Oiseaux et autres nouvelles3, Paris, Le Livre de poche no 1127, 1964
Le Point de rupture, Paris, Albin Michel, 1961
Pas après minuit, Paris, Albin Michel, 1972
La Poupée, Paris, Albin Michel, 2013

Correspondance :

Lettres de Menabilly : Portrait d'une amitié, Paris, Albin Michel, 1993

Ecrits sur sa famille :

Les Du Maurier, Paris, Albin Michel, 1948
Les Souffleurs de verre 5, Paris, Albin Michel, 1964

Biographies , Portraits ou romans mettant en scène Daphné du Maurier :

Manderley for ever, tatiana de Rosnay
Meurtre sur les falaises - Une intrigue de Daphné du Maurier T1, Joanna Chalis, 2012
Myself when young, Daphné du Maurier et Helen taylor, 2012
Daphné du Maurier, margaret Forster, 2012
 

 

Participants :

 



Menabilly :

Jérôme
Librophile


Nanajoa : 

La crique du français 


Achille49

PatiVore

Syl

 

 


Manderley :

C'era une volta*
(lu hors challenge : Rebecca)

Cassandre

 

 


Lady Browning :

*Le cottage de myrtille*
(lu hors challenge : Rebecca)

Manderley for ever, Tatiana de Rosnay


Natsan

 

Misscornish

Manderley for ever

 



Daphné for ever :

Sylly


*Choco*

- Manderley for ever Tatiana de Rosnay / Rebecca / 


Delcyfaro
Lauraline

*Pauline*

Rebecca

 

coucou, quelles  nouvelles par ici ? Un petit lien pour relancer les lectures et les conversations icon_winkL'Angleterre de Daphné du Maurier , à écouter et réécouter icon_wink

 

Dernière bonne nouvelle : une interview de Tatiana de Rosnay et une retrospective de la vie de Daphné dans L'Ecole des lettres , Mai/juin 2015 ;)

 

Rebecca dans sa nouvelle traduction

 

 

 

 

Challenge Daphné du Maurier

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans challenge daphné du maurier
commenter cet article
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 06:32
Rebecca, Daphné du Maurier

Rebecca, Daphné du Maurier, éditions Le Livre de poche, 1971, 377 pages

Genre : roman

Thèmes : amour, mystère, drame, suspicion, domaine

 

L'auteur en quelques mots ...


Née en 1907 à Londres, Daphné du maurier est élevée dans une famille londonienne aisée. Elle est la fille de l'acteur Gerald du Maurier et la petite-fille de l'écrivain et dessinateur George du Maurier, ami de Henry James et auteur notamment de Trilby.Daphné du Maurier évoque dans "Les Souffleurs de Verre", les origines françaises de sa famille.

Daphné Du Maurier écrit ses premières pages dignes d'être publiées à l'âge de dix-huit ans. Elle publie son premier roman, "The Loving Spirit" ("La Chaîne d'amour"), en 1931 et épouse l'année suivante le général de division Frederick Browning. Le roman de Daphné du Maurier le plus connu est certainement "Rebecca" (1938), l’histoire du mariage d’une jeune femme avec un veuf riche et mystérieux. Oeuvre saluée par la critique, qui lui apporte la gloire. Ce roman lui a été inspiré par une demeure qui l'avait marquée et qu'elle n'a eu de cesse de réclamer pour la louer auprès de son propriétaire : Menabilly.

Trois de ses écrits sont portés à l'écran par Alfred Hitchcock :
"L'Auberge de la Jamaïque" (1936), adapté au cinéma sous le titre "La Taverne de la Jamaïque" en 1939, "Rebecca" (1938), adapté au cinéma en 1940 et "Les Oiseaux" (1952), adapté au cinéma en 1963.

 

L'histoire :

" J'ai rêvé l'autre nuit que je retournais à Manderley".

" Un nuage invisible jusqu'alors passa devant la lune et s'y arrêta un instant, comme une main sombre devant un visage. L'illusion s'évanouit et les lumières des fenêtres d'éteignirent. Je n'avais plus devant moi que des murs silencieux et sans âme."

Revenant sur son passé, la narratrice évoque avec précision ce que fut Manderley, demeure imposante dont l'attrait était aussi bien dû à ses parterres fleuris qu'à son côté mystérieux.

Alors qu'elle était au service de Mrs van Hopper en tant que dame de compagnie, la narratrice, réservée, peu sûre d'elle, fait la connaissance de Maximilien de Winter. L'homme est lui aussi à l'écart et, bien que de noble naissance, ne semble pas tenir à la compagnie des autres résidants de l'hôtel à Monte-Carlo. Il exerce pourtant sur la narratrice un attrait qui lui fait quitter sa réserve. Tous deux vivrons des moments exaltants et hors du temps jusqu'à ce que Mrs Van Hopper annonce son départ, qui implique celui de sa dame de compagnie.

Aussi soudainement qu'étonnament, Max de Winter n'entrevoit d'autre solution pour sauver la jeune femme des griffes de sa maitresse que le mariage. Sans plus réfléchir, la narratrice accepte et se retrouve , après un rapide voyage de noces en Italie, à Manderley, demeure des Winter. Elle découvre alors la marque indélébile de la première Mme de Winter, Rebecca que les domestiques adoraient et ne parvient à toruver sa juste place.

Commence alors une vie qu'elle n'a pas voulue, faite de rituels, de recommandations dans laquelle elle semble n'être que l'ombre de Rebecca. Mais c'était sans compter sur les chemins tortueux du destin ...

 

En vrac et au fil des pages ...

(Menabilly)

 

j'ai adoré me replonger dans l'unievrs si particulier de Daphné du Maurier où les ombres du passé se mêlent à l'inconscient des vivants pour les tourmenter. lors de ma première lecture, voilà des années, j'étais plus intriguée par le personnage de Rebecca qui se dessine peu à peu et uniquement par le portrait qu'en dressent les autres protagonistes. le suspens est latent et l'on s'attend à chaque instant à voir ressurgir son fantôme.

Cette deuxième lecture m'a permis de me détacher de ce personnage pour me concentrer que la narratrice, nouvelle Mme de Winter qui, il faut bien le dire, est affligeante de naiveté ! Seul le dernier tiers du récit lui rend hommage, la rendant plus forte, capable d'affronter la terrible Mrs Danvers et la fatalité.Cependant l'on suit à,travers ses yeux l'évolution de la situation, de son entrée dans un Manderley qu'elle admire mais qui lui est totalement inconnu, aux face à face avec la dame de compagnie de Rebecca, toujours plus ou moins maitresse des lieux.

Les descriptions sont riches de détails et l'on n'a aucun mal à imaginer la demeure qui m'est apparue plus réelle grâce à la lecture récente d'une biographie rédigée par Tatiana de Rosnay, Manderley for ever. En effet, j'y ai appris que l'idée de ce roman avait émergée alors que daphné du Maurier était sous l'emprise d'une autre demeure, Menabilly. Le personnage de Mrs Danvers tient lui-même d'une femme cotoyée alors qu'elle était en pensionnat.

Quelques pépites comme cette description gourmande typiquement british que je ne résiste pas à vous livrer : " Sur ce balcon net, blanchi par des siècles de soleil, je songe à l'heure du thé de Manderley et à la table dressée devant la cheminée de la bibliothèque. La porte s'ouvrant toute grande à quatre heures et demi tapant et l'apparition du plateau d'argent, de la bouilloire, de la nappe blanche. (...) Je revois ces croissants luisants de beurre, le bord croustillant des toasts et les scones brûlants. Il y avait des sandwiches aux mystérieuses saveurs et un pain d'épices extraordinaire, un cake à l'angélique qui fondait dans la bouche, et un autre plus épais aux amandes et aux raisins.

L'on comprend qu' Alfred Hitchcock soit tombé sous le charme de ce récit et ai souhaité l'adapter.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...