Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 05:51

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51fIiFILWXL._.jpg

L'Ecole des saveurs, Erica Bauermeister, Le Livre de poche, 2009, 251 pages

Genre : roman

Thèmes : dégustation, saveurs, liens, rencontres, blessures

L'auteur en quelques mots ...

http://www.ericabauermeister.com/wp-content/uploads/2011/03/Erica.jpg

Après avoir enseigné la littérature et l"criture à l'université de Washington et publié deux ouvrages consacrés à la littérature féminine, Erica Bauermeister publie son premier roman, L'Ecole des saveurs qui connait un succès retentissant. Le 17 janvier 2014 paraitra le Goût des souvenirs qui rassemblera les mêmes personnages.

 

L'histoire

"Le moment que préférait Lillian , c'était juste avant d'llumer la lumière. Debout sur le pas de la porte, laissant derrière elle l'air chargé d'humidité, elle sentait les odeurs de la cuisine venir à elle : la levure fermentée; le café, terreux et sucré..."

Aujourd'hui c'est lundi et comme tous les lundis soirs Lillian anime un atelier de cuisine destiné à des particuliers désireux d'apprendre, de s'améliorer. mais elle ne conçoit pas cela comme un travail, plutôt comme une rencontre entre plusieurs êtres, entre les êtres et les saveurs, entre les êtres et leurs souvenirs, comme un éveil. Car il émerge de ses ateliers une ambiance toute particulière, empreinte de magie, qui fait que personne ne repart indemne. 

"Lillian avait quatre ans lorsque son père les avait quittées et que sa mère, sous le choc, s'était réfugiée dans les livres". Livrée à elle -même et malheureuse de voir sa maman engloutie par un monde virtuel dans lequel elle trouve refuge, Lillian entreprend alors de sauver sa mère et de la ramener au monde des vivants par sa cuisine. Il lui faudra de la patience, de la subtilité, de l'écoute et une rencontre avec une vieille femme, Abuelita, pour réussir, avec au bout une promesse : si elle parvient à éveiller à nouveau sa mère au monde, elle fera de la cuisine son métier.

Isabelle, Chloé, Claire, Hélène, Carl, Tom, Ian, tous passeront pas sa cuisine et apprendront à mieux se connaitre, feront revivre leurs souvenirs dans leurs plats, laisseront pénétrer dans cet espace leur être et leur vie, tisserons des liens forts et feront de cet atelier un instant unique de partage et d"émotions.

En vrac et au fil des pages ...

couv10556431.jpg

Voici un roman comme je les aime, qui méle saveurs et émotions. Je m'attendais à des descriptions plus suggestives ou envoûtantes de la cuisine de Lillian mais j'ai rapidement compris que j'étais en train de comparer ce court roman à Une Gourmandise de Muriel Barbery ou Mangez-moi d'Agnès Desarthe qui restent pour moi les références dans ce domaine.

N'en demandons pas trop, la force de ce récit réside dans les sentiments passés au crible de la cuisine. Chaque personnage est décrit dans sa complexité, son vécu lui colle à la peau et Lillian apparait comme la magicienne qui décripte les émotions . Elle seule sait ce dont chacun a besoin si bien que chaque séance du lundi soir prend la forme d'une thérapie pour l'un d'entre eux. Mais ici on n'est pas obligé de parler et les émotions ressortent lors de la dégustation. C'est un peu la madeleine de Proust qui fait ressurgir les souvenirs, la cuisine de maman qui soulage , réconforte et la découverte que les choses en apparence les plus simples font des mariages heureux.

On pourrait se dire que tout ceci est un peu attendu mais la magie des mots fait le reste et l'on se laisse emporter dans la vie de chaque personnage, préférant celui ci ou celui là . Tous ont un vécu douloureux, une faille que la cuisine, l'alliance des saveurs et, surtout, les rencontres et les liens qui vont se tisser, vont guérir.

Le récit reprend une chose en laquelle je crois : la cuisine est un moment privilégié pour lequel il est bon de prendre du temps. C'est un temps pour soi qui sera prolongé par un temps de partage. J'aime aussi recevoir des invités et leur offrir ce cadeau car c'est un joli don.

Un livre qui se déguste donc !

 

abc 2014

http://4.bp.blogspot.com/-YiL_mSv8bpU/Uq4amAgb-jI/AAAAAAAAHzc/DCwBk1aBDSo/s215/plume2014_2.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 14:20

 

logo bonheur

Petit rendez-vous quotidien de partage, délectation et autres petits bonheurs

 

Petits bonheurs du jour : 

Commencer ma journée par un grand verre de jus de citron dans de l'eau fraiche, un petit rituel auquel je ne fais plus attention mais qui me met de bonne humeur ( j'adore la senteur du citron !) et me donne la sensation de bien commencer la journée.

 

Une musique :

 


 

Une promenade en bord de mer, retrouver l'air du large après la bataille !

 

Notre repas de midi : sushis, poisson cru mariné

 

Un petit livre que je relis souvent pour me souvenir que le plaisir nait de petites choses simples, un livre dont je m'inspire mais qui ne correspond pas toujours à ma gourmandise. Juste se souvenir cependant que ce qui est bon se déguste ;)

http://www.images-chapitre.com/ima1/newbig/442/55276442_10902372.jpg

 

et vous, avez-vous passé une belle journée ?

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans mes p'tits moments
commenter cet article
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 11:58

 

logo bonheur

Petit rendez-vous de partage, délectation et autres petits bonheurs

 

 

Les petits bonheurs du jour :

 

Un oeuf coque ! Je n'aime pas trop les oeufs et cela faisait bien longtemps que je n'en avais pas mangé alors que mes enfants s'en régalent. Mais ce midi, par flemme, ce fut notre repas. Je me suis régalée des mouillettes trempées dans l'oeuf de nos poulettes.

 

Mes petites aubergines, tout juste sorties et qui ont résisté au cyclone  par je ne sais quel miracle ! 

P1010238.JPG

 

Commencer le livre d'un auteur que j'affectionne : Murakami, Kafka sur le rivage

 

De votre côté, quels petits bonheurs ont égayé votre journée ?

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans mes p'tits moments
commenter cet article
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 02:45

http://www.livraddict.com/blog/wp-content/uploads/2011/12/9782258076617.jpg

Maudit Karma, David Safier, éditions Presse de la Cité, 2007, 343 pages

Genre : roman

Thèmes : réincarnation, karma, amour, solidarité, altruisme

L'auteur en quelques mots ...

http://www.babelio.com/users/AVT_David-Safier_77.jpeg

Né en 1966, David Safier est un écrivain allemand qui fut journaliste pour la radio et la télévision.Depuis 1996 il travaille comme scénariste et romancier et à publié quatre romans. Il s'est imposé avec son premier roman Maudit Karma dont le succès ne s'est pas démenti.

L'histoire

"Le jour où je suis morte n'a pas vraiment été une aprtie de plaisir". Kim Lange est journaliste, animatrice d'un talk show qui l'a propulsée au sommet. Sa vie devrait la combler, pourtant elle ne cesse de culpabliser en pensant à sa fille et à son mari, négligés depuis longtemps au profit de sa carrière. Ce matin elle doit se rendre à la remise des prix de la télévision allemande et laisse encore une fois Lilly et Alex. Son mariage part à vau l'eau mais devant le beau Daniel, elle craque et devient sa maitresse d'un soir.

Sur le toit de l'hotel, perdue dans ses pensées, Kim Lange voit arriver droit sur elle une forme blanche et n'a pas le temps de réaliser que le lavabo de la station spatiale Photon M3 , devenue obsolète et rapatriée sur terre, est en train de traverser l'atmosphère pour s'écraser ... sur elle !

A son réveil Kim Lange découvre avec stupeur qu'elle s'est réincarnée dans le  corps d'une fourmi et s'entretient avec Bouddha sur son avenir. Folle journée qui n'est qu'un début car pour gravir l'échelle des réincarnations il lui faudra amasser assez de bon karma et aider son prochain, toutes choses qu'elle n'a pas su faire durant sa vie humaine.

De rencontres en petits défis, Kim parviendra néanmoins à rejoindre sa maison pour y découvrir avec stupeur un changement radical : sa meilleure amie Nina a entrepris de conquérir son mari et de prendre sa place. Il est bien entendu hors de question que les choses se passent ainsi pour Kim ! 

En vrac et au fil des pages ...

http://www.birdsdessines.fr/bd/1271329501.png

(site Birds dessinés)

Un roman désopilant et bien amené dans lequel on découvre que la réincarnation réserve bien des surprises ! J'ai apprécié le rythme enlevé et la quête sans fin du personnage pour retrouver sa famille mais aussi comprendre qui elle était avant ce terrible accident qui causa sa mort.

Contre toute attente le lecteur suit les pérégrinations de Kim, persuadé que l'ordre des choses ne lui permettra pas de retrouver sa famille et pourtant anxieux de savoir ce que lui réserve la prochaine réincarnation. Car se réincarner dans le corps d'une fourmi nécessite de vivre plusieurs vies, soumises qu'elles sont aux aléas humains !

L'idée que le bon karma accumulé permet une ascension sur l'échelle animale est développée avec humour. Un personnage aussi inattendu que Casanova accompagne notre héroine sur les chemins de la découverte de soi, lui qui est coincé dans le corps d'une fourmi depuis belle lurette pour rébellion et actes douteux envers ses congénères et ne parvient pas à quitter cette situation. De leur entraide va naitre une folle course poursuite à travers le ville mais aussi à travers les diverses réincarnations ( fourmi, cochon d'inde, chat ou chien !). Pendant ce temps la vie suit son cours, le deuil, la croissance de Lilly, les avances de Nina, et le lecteur redoute à chaque page que Kim ne soit pas assez rapide ou inventive pour arriver à ses fins. Le personnage de Casanova trouve un écho en la personne de Daniel, beau gosse qui passe d'une femme à l'autre mais éprouve pour Kim un amour particulier et attachant. Toute cette communauté colorée rend le texte vivant, même si l'on peut s'ennuyer aux descriptions de la vie de fourmi qui s'éternise un peu au départ.

L'originalité de ce récit est la double voix qui apparait en note de bas de page et que l'on aurait tort de ne pas lire car il s'agit de la vision de Casanova, comme si une même scène était rapportée par deux personnages différents. J'avoue m'être laissée surprendre au départ car je ne suis pas adepte des notes qui freinent constamment la lecture. On peut donc passer à côté ! ce qui serait dommage car les points de vue qui se croisent et la vision actuelle de l'un, ancrée dans le XVIII°s de l'autre, apportent beaucoup à ce petit récit sympathique.La fin est un peu téléphonée mais l'on ne s'attarde pas dessus.

Du coup on se demande après lecture si notre animal de compagnie à qui l'on s'adresse chaque jour comme s'il nous comprenant et qui semble parfois avoir une attitude étonamment humaine ne serait pas la réincarnation de ... à vous de voir !

Un livre léger à découvrir.

Merci Tigrouloup pour la découverte ;)


 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 14:15

logo bonheur

Petit rendez-vous de partage, délectation et autres petits bonheurs.

 

Petits bonheurs du jour :

 

Le calme et l'apaisement après le cyclone Béjisa qui nous a fortement secoués la nuit dernière.

 

Ouvrir à nouveau ma porte, marcher dans le jardin méconnaissable et reprendre contact avec la nature, les senteurs du jardin lavé par la pluie.

 

Les petits mots doux des copinautes qui se sont inquiété hier soir.

 

Le billet de Florence Servan Schreiber pour la nouvelle année, qui nous replace juste là où l'on doit être. C'est ici.

 

Et vous ?


Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans mes p'tits moments
commenter cet article
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 02:41

http://www.renaud-bray.com/ImagesEditeurs/PG/228/228092-gf.jpg

Kamouraska, Anne Herbert, éditions du Seuil, 1970, 246 pages

Genre : roman

Thème : mémoire, peurs, deuil, mort

L'auteur en quelques mots ...

http://www.babelio.com/users/AVT_Anne-Hebert_4544.jpeg

Anne Hebert a passé son enfance a Québec dans une famille qui compte plusieurs écrivains, d'où une influence certaine.Elle publie en 1942 un premier receuil de poème mais c'est son récit Le Torrent qui donne le ton de ses oeuvres avec des thèmes forts et un côté sombre. En 1965 elle déménage à Paris et, malgré de précédentes publications, connait un grand succès en 19701 avec Kamouraska, succès qu'elle retrouvera quelques années plus tard avec Les Fous de Bassan. Son oeuvre complète comprend des romans, nouvelles, pièces de théâtre et scénarios.

 

L'histoire

"On m'observe. On m'épie. On me suit. On me serre de près. On marche derrière moi." Elisabeth D'Aulnières Rolland veille son mari, à l'agonie, et ressent une angoisse primale à l'idée de ce qui pourrait advenir. Se sentant sans cesse épiée, suivie, elle revient sur son passé, sur un événement tragique qui a fait basculer sa vie.

M Rolland au seuil de sa vie redoute cette femme. Qui sait si elle ne pourrait pas renouveler le geste qui tua son premier mari ? 

Elisabeth pense à George, son amant médecin pour qui elle eut la folle idée de tuer son mari,Antoine Tassy, seigneur de Kamouraska, violent, neurasthénique et à cause duquel elle a fui. Pour son amant elle s'est sacrifiée, a été traduite devant les tribunaux pour complicité de meurtre. George, lui, a pu s'enfuir. Mais les fantômes du passé hantent les nuits d'Elisabeth qui imagine qu'on vient la chercher, qu'elle n'échappera pas à son funeste sort.

Pourtant les souvenirs des débuts heureux de sa relation avec Antoine Tassy lui rappellent combien elle était heureuse, jusqu'à ce que les beuveries réveillent la violence de cet homme et qu'elle doive fuir.

C'est pour échapper à une bien mauvaise réputation qu'elle a épousé en secondes noces le notaire de Québec, Jérôme Rolland. Aujourd'hui mourant, ce dernier s'est montré attentionné envers elle et lui a offert une seconde chance. Pourtant elle doit revivre le drame et n'aura de répit tant qu'elle n'aura pas reconstitué la chronologie des événements ...

"Jour de colère en ce jour-là

Le fond des coeurs apparaitra

Rien d'invengé ne restera"

En vrac et au fil des pages ...

Ce roman ne se livre pas du premier coup et le lecteur devra se montrer patient et attentif pour voir se dérouler devant lui les événements qui ont conduit Elisabeth d'Aulnières à désirer la mort de son premier mari. On est pris, dès les premières pages, par l'angoisse de cette femme qui, aux limites de la paranoia, ne peut endiguer le flot des souvenirs.

C'est que son second mari est sur le point de mourir et cet état de veille aux portes de la mort la ramène à une autre histoire, tragique.

On ne comprend tout de suite de quoi il s'agit, comment les événements ont basculé alors que l'idée était tout simplement d'empoisonner son mari, comme un médecin qu'est retrouvé à commettre un meurtre atroce puis à fuir sans espoir de revoir son aimée. L'attente est d'autant plus forte que Jérôme Rolland, sur son lit de mort, redoute le geste que pourrait commettre sa femme et ne se fie qu'à sa cuisinière Florida. Le portrait d'Elisabeth ne se livre donc que par bribes au fur et à mesure que reviennent ses souvenirs.

Ce roman est basé sur un fait réel et , bien que l'auteur précise avoir pris quelques libertés dans l'interprétation de ce crime, elle reprend l'histoire de Achille Taché, seigneur de Kamouraska, assassiné par le docteur Holmes.

Une lecture cependant qui ne m'a pas permis de m'attacher aux personnages tant la distance, la retenue et le côté éclaté de la narration nécessitent une attention de chaque instant. Je suis tout de même ravie d'avoir découvert cette auteur québécoise dont le roman a fait le tour du monde. Les phrases hachées sont travaillées pour rendre encore plus fort le sentiment d'étouffement que ressent l'héroine du récit. 

C'est l'histoire d'un amour passionnel et d'un long cheminement personnel.

abc 2014

http://4.bp.blogspot.com/-YiL_mSv8bpU/Uq4amAgb-jI/AAAAAAAAHzc/DCwBk1aBDSo/s215/plume2014_2.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...