Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 octobre 2016 7 23 /10 /octobre /2016 07:42
L'Etrange vie de Nobody Owens, Neil Gaiman

L'Etrange vie de Nobody Owens, Neil Gaiman, éditions Albin michel, 2009, 310 pages

Genre : fantastique

Thèmes : mort, cimetière, frontière, âmes, deuil, enfance, adolescence, initiatique

Traduit de l'américain par Valérie Le Plouhinec

illustrations de Dave McKean

 

L'auteur en quelques mots ...

 

retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet consacré à Neverwhere

L'histoire:

 

"Il y avait une main dans les ténèbres, et cette main tenait un couteau."

Le Jack pénétra dans la chambre du bébé, après avoir exterminé sa famille, mais trouva le berceau vide. Où l'enfant avait-il pu se cacher ? Un enfant si petit ne pouvait être loin mais avait réussi à se faufiler hors de la maison , direction la colline ou plutôt le vieux cimetière de la colline.

Le Jack ,ayant pour mission d'éliminer l'enfant, tenta  bien de pénétrer en ces murs mais une force l'en empêcha, lui intima de quitter les lieux et d'oublier l'enfant.

C'est alors que les Owens découvrirent le bébé et entreprirent de lui offrir un logis et une vie des plus étranges, au coeur de ce cimetière. Eux que la vie avait quitté depuis longtemps, parvinrent à convaincre les autres résidents permanents de la nécessité de laisser le petit grandir parmi eux. Protégé par Silas, son tuteur, instruit par Mr Pennyworth qui lui apprendrait l'art du Flottement, de l'Effacement ou de la Songerie et aimé de tous comme "l'enfant vivant".

Mais comment le nommer ? Nobody. Nobody Owens, afin que personne ne puisse le voir ou le retrouver. Mais peut-on réellement échapper à son destin ?

 

"Dors, dors, mon tout petit

Dors jusqu'au bout de la nuit,

Un jour tu verras le monde

Tu verras comme la terre est ronde.

Danse, danse avec ton amour,

Pose un baiser sur ses lèvres,

Tu trouveras ton nom un jour

Et un trésor dans les Ténèbres..."

 

En vrac et au fil des pages ...

C'est par sa plume que Neil Gaiman nous convie dans ses univers, souvent sombres et étranges. Mais ici l'histoire y est aussi pour beaucoup et j'ai eu la sensation de retrouver l'ambiance des films de Tim Burton ( Noces funèbres par exemple).

Dès le départ, le suspens est posé avec une phrase liminaire que l'on n'oublie pas. Nobody est recherché et ce fameux Jack, qui n'est en fait pas seul, n'est pas sans faire penser à la bande de  Pearly Soames  dans Winter's Tale ( magnifique film que je vous recommande). C'est dire , donc, que l'univers de Gaiman est très visuel et nous emporte littéralement.

Nobody, Bod, grandit donc avec une éducation particulière, livrée par des fantômes, en décalage avec la vraie vie, celle que Nobody ne peut encore connaitre. C'est que le danger rôde partout pour le petit bonhomme, y compris dans ce cimetière où les goules et autres créatures des ténèbres ,sont toujours avides de chair fraîche. La peur, en revanche, n'est pas en lui et cela lui permet d'appréhender le monde avec un regard naif. L'amour est au coeur du récit, celui que lui portent ses parents adoptifs et son tuteur, mais aussi celui que l'enfant diffuse autour de lui et qui semble parfois redonner vie à ce lieu, ses habitants.

Mais comment aborder les humains lorsqu'on ne sait rien de leur moeurs ? Sa rencontre avec la jeune Scarlett sera le déclencheur d'un désir de savoir mais aussi d'une souffrance qui le fera grandir. Nous suivons donc Nobody jusqu'à ses 15 ans, âge de raison qui le fera basculer dans le monde des adultes et perdre cette innocence qui lui permettait de communiquer avec les morts.

La fin est émouvante et juste. on comprend alors qu'il s'agit aussi d'un récit initiatique, le passage de l'enfant à l'homme et tout ce que cela implique.

Une belle lecture que je vous recommande.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires challenge halloween
commenter cet article
21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 18:13
Tous des sorciers! collectif

Tous des sorciers, éditions J'ai lu , 2012, 252 pages

Nouvelles rassemblées par Peter Haining

Genre : nouvelles fantastiques

Thèmes : sorcellerie, magie, école, enfants

 

L'auteur en quelques mots ...

Peter Alexander Haining, né à Enfield dans le Middlesex le 2 avril 1940 ,décédé le 19 novembre 2007, est un journaliste, écrivain et compilateur britannique qui a vécu et travaillé dans le Suffolk. Il a commencé sa carrière comme journaliste dans l'Essex, puis s'installe à Londres où il a travaillé sur une revue spécialisée, avant de rejoindre la maison d'édition de New English Library. Il a édité un grand nombre d'anthologies, principalement de nouvelles d'horreur et fantastique. Il a écrit des livres non romanesques sur une variété de sujets allant de tunnel sous la Manche à Sweeney Todd et il a également écrit sous les pseudonymes de Ric Alexander et de Richard Peyton sur une certain nombre de recueils de polar.

11 nouvelles

" Si tu te rends dans le petit village de Corris,dans la vallée de la Cader Idris, cette grande montagne galloise, tu pourras visiter de vastes grottes baptisées "Labyrinthe du roi Arthur". A l'intérieur vit Myrddin, jeune sorcier plus connu sous le nom de Merlin, qui a un jour prédit la venue du roi guerrier, Arthur, ainsi qu'une bataille entre un dragon rouge et un dragon blanc qui déciderait de l'avenir de la nation galloise"

Mais les sorciers existent-ils ? Bien sûr, nous dit Peter Haining, il suffit de lire la Bible ou La Tempête de Shakespeare. Longtemps ils ont inspiré les auteurs, jusqu'à J K Rowling.

Dans ce recueil , l'auteur a donc réunit les auteurs qui lui sont chers.

La Sortilège du professeur de Lara de E. Nesbit

Si vous êtes écoliers et que vous recherchez comment vous venger d'un camarade, le professeur de Lara est là pour vous, sans supplément de prix. Mais attention, les sorts ne sont ni repris, ni échangés. Lucy l'apprendra vite, qui cherche à donner une bonne leçon à son frère Harry, toujours en quête d'une bêtise. Lorsqu'elle entre dans la boutique, le professeur pense savoir ce qu'il lui faut et avant qu'elle ait pu refuser, lui propose d'échanger son corps avec celui de Harry. Les adultes s'y trompent et continuent d'accuser l'enfant des pire bêtises alors que Lucy sait bien qu'il n'en est rien. Comment conjurer le sort ? les relations entre frère et soeur sont parfois surprenantes ...

L'Ecole du Mal de Mandu Wade Wellman

Bart Setwock se rend seul, en train, vers sa nouvelle école, à Carrington en Angleterre. Hoag, un grand gars dégingandé, l'attend sur le quai et le conduit dans l'établissement, un lieu pour le moins surprenant où il va faire la connaissances d'un autre locataire étudiant, Andoff. Mais où sont les professeurs, les autres élèves ? Les deux jeunes étudiants vont alors raconter à Bart une histoire des plus étranges ...

Le Souhait de Roald Dahl

Ce petit garçon n'a pas de nom, mais il est littéralement fasciné par les serpents.Il adore les défis et bénéficie d'une imagination sans borne. Aussi lorsqu'il décide que le tapis de l'entrée est en réalité un espace mystérieux sur lequel il ne faut surtout pas marcher sur le rouge sous peine d'être brûlé, ni sur le noir rempli de serpents, son histoire prend-elle vie. Le danger est partout autour de lui et ses petites jambes ne lui permettent que péniblement de franchir les obstacles. Pourtant le but n'est pas loin et la porte d'entrée se rapproche. A moins que cela aussi ne soit une illusion ...

Je ne vous livre que quelques histoires et vous laisse découvrir cette anthologie qui ravira petits et grands.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires challenge halloween
commenter cet article
21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 16:55
Watership Down, Richard Adams

Watership Down, Richard Adams, Editions Monsieur Toussaint Louverture, 2016, 544 pages

Genre : roman contemporain

Thèmes : aventures, lapins, périple, environnement, respect, communauté

 

Traduit de l'anglais par Pierre Clinquart

 

L'auteur en quelques mots ...

 

Richard George Adams, né le 9 mai 1920 à Newbury, dans le Berkshire, est un romancier britannique. Il intègre le gouvernement en tant que bras droit du ministre de l'environnement. Ce n'est qu'à plus de 50 ans qu'il écrit son premier roman Watership Down, succès planétaire et véritable classique moderne dont les ventes s'élèvent aujourd'hui à plus de 50 millions d'exemplaires et qui a été traduit dans plus de 50 langues. Aujourd'hui, Richard Adams a écrit vingt ouvrages et vit à Witchurch avec sa femme, à quelques kilomètres seulement de l'endroit où il a grandi et qui lui a inspiré Watership Down. Fervent défenseur de la nature et des animaux, il continue à se battre pour la protection de l'environnement.

C'est grâce à son père qu'il développe sa passion pour la nature9. Il évoque à plusieurs reprises à quel point il aime parcourir la campagne anglaise, paysage que l'on retrouve dans son premier roman, mais aussi dans Nature Through the Seasons.

Au ministère, il réussit à faire signer une loi qu'il a écrite contre la pollution de l’air en 1968.

Il se bat contre la vente de fourrures et l'utilisation des animaux pour faire des tests cosmétiques10.

En 1982, il est nommé Président du RSCPA (Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals) mais quittera rapidement cette fonction, estimant que les personnes travaillant dans la société s'intéressaient plus à leurs carrières qu'au sort des animaux.

 

L'histoire :

Alors que le crépuscule approche, les lapins de garenne grignotent un pied de pissenlit ou une primevère oubliée. Aucun d'eux ne sait ce que dit le panneau, apposé près des terriers : des résidences de standing vont être construites ici prochainement.

L'un d'eux pourtant, Fyveer, semble pressentir une catastrophe et en parle à son frère, Hazel. Ce dernier croit urgent de s'en ouvrir au chef de la hourda car l'instinct de Fyveer ne l'a jamais trompé. Malheureusement, le Maitre n'est pas plus réceptif que les autres lapins et c'est donc seuls que les deux frères entreprennent de quitter leur garenne natale.

Mais alors qu'ils s'apprêtent à partir discrètement, plusieurs membres de la milice les entourent, clairement décidé à ne pas les laisser s'enfuir, d'autant que le discours d'Hazel a fait des émules au sein des terriers. N'écoutant que leur courage, les quelques lapins décidés à fuir le danger, bravent les interdits et se lancent dans un périple digne d'une épopée.

Nul ne sait ce qu'il fuit, mais les obstacles qui se dressent sur leur route ont de quoi dérouter les lapins peu aventureux qu'ils sont. Hazel saura pourtant devenir un chef respecté, Fyveer un membre écouté et tous découvriront que le monde, au-delà des limites de leur garenne, réserve bien des surprises ...

 

En vrac et a fil des pages ...

Afficher l'image d'origine

Voici une histoire peu commune qui fait penser à un conte pour enfant. Il n'en est rien pourtant. D'abord parce que le style demande une qualité de lecture importante. Ensuite parce que ce récit cache un message à destination des hommes .

L'environnement tient en effet une grande place dans les propos de la communauté et l'homme et ses agissements irréfléchis sont souvent mis à mal. Vu par des lapins, le comportement humain a de quoi surprendre,semble bien cruel et désintéressé de la cause animale.

Ce ne sont que des lapins me direz-vous ! je pense qu'après la lecture de ce livre, vous ne verrez plus ces petits êtres de la même façon. Car le roman s'appuie également sur un documentaire précis sur les mœurs de ces animaux, les raisons de leurs agissements parfois surprenants ( comme cette pétrification en face d'un danger par exemple). Non cela n'a rien à voir avec les gentilles familles de Béatrix Potter, car l'auteur s'attache ici à montrer l'espèce dans sa surprenante réalité, faite de violences, d’aberrations aussi, ce qui est intéressant car ils ne réagissent pas comme des hommes, disons qu'ils ne sont pas humanisés.

D'ailleurs Richard Adams nous plonge dans leur univers à part entière, fait de croyances et de légendes que l'on se raconte à la veillée, au fond des terriers. Ces croyances sont bâties sur l'existence millénaire des lapins aux côtés des hommes et sur les facultés qu'ils possèdent en regard des autres espèces. j'ai trouvé astucieuse l'idée de présenter également la vie du Dieu su'ils vénèrent et dans lequel on retrouve les capacités propres aux lapins ,comme la ruse ou la vélocité. L'auteur crée également un langage propre à l'espèce, en donnant l'explication au fur et à mesure et les employant après coup sans que cela ne gène la compréhension.

Le seul bémol est que le récit est typiquement masculin, dédié à la gloire du mâle et que les lapines sont juste des reproductrices ! Dommage !

La violence n'est pas absente du récit et les guerres et conflits qui le parsèment rappellent combien l'incompréhension traverse les espèces. Une morale pour l'homme ? Il faut dire que placé dans la peau d'un lapin, le lecteur n'a d'autre choix que de comprendre le danger permanent, la nécessité de la fuite ou de l'entraide pour survivre.

Dans ce contexte, l'auteur reprend le mythe du héros qui se forge grâce aux obstacles qu'il surmonte et devient aux yeux de ses congénères, le valeureux.

Evidemment l'on pourra entendre des échos d'événements passés mais aussi d'actualité dans ce déplacement de population, ce qui fait la force de ce récit intemporel finalement. La quête de l'eldorado n'est jamais loin de la fuite.

J'ai particulièrement apprécié les descriptions fines qui mettent dans l'ambiance, la beauté des paysages et le réalisme des situations. J'avoue que j'ai bien envie de retrouver les personnages de ce roman avec Tales of the Watership Down, recueil de nouvelles du même auteur. La réédition de cet ouvrage lui rend hommage avec une couverture fantastique des éditions Monsieur Toussaint Louverture

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 09:31
Challenge Halloween 2016 chez Lou et Hilde

Après le mois américain, il est l'heure de retrouver le Challenge Halloween pour sa septième édition.

Du 1° octobre au 1° novembre, Lou et Hilde ( spécialistes des mois thématiques !) nous convient à partager lectures, recettes ...etc sur ce thème avec un petit plus : une dédicace spéciale à l'Irlande et au Royaume-Uni.

 

Les évènements diaboliques:

Chaque année,  un certain nombre d’évènements (facultatifs) rassemble les copinautes pendant le challenge: lectures communes, billets thématiques, dont plusieurs rendez-vous consacrés cette année au Royaume-Uni et à l'Irlande (notez que vous pouvez choisir de faire des billets 100% British cette année, si jamais vous le souhaitez... à l'inverse, les rendez-vous British ne sont pas obligatoires).

 

-> Lundi 3 octobre: La journée du chat noir, car contrairement aux superstitions, le chat noir porte bonheur à la maison.

Quelques suggestions : photos de votre familier, anecdotes sur le chat noir, Le Chat noir d'Edgar Allan Poe, albums Splat the cat : What was that?, Petit chat noir a peur du noir, Regarde dans la nuit...

-> Mercredi 5 octobre: Mercredi BD fantastique

-> Vendredi 7 octobre: Rendez-vous classique (d'inspiration) Gothique britannique ou irlandais,

Quelques suggestions : Dracula, Docteur Jekyll & Mr Hyde, Frankenstein, Carmilla de Sheridan Le Fanu, Les Fantômes des Victorien(ne)s, Ghost Stories / Conte de Noël de Charles Dickens, Contes fantastiques de Noël (anthologie) contenant un conte de Charles Dickens, un de Sheridan Le Fanu, un de Robert Louis Stevenson, Le signaleur de Charles Dickens, Vathek, Les Mystères d'Udolphe d'Ann Radcliffe, Le Moine de Lewis, Le Portrait de Dorian Gray, L'île du Docteur Moreau, Le Château d'Otrante de Walpole, Le Vampire de Polidori, Le Locataire de Henry James (naturalisé anglais), Dark Entries de Robert Aickman, Le Grand Dieu Pan d'Arthur Machen, La bonne lady Ducayne de Mary Elizabeth Braddon...

-> Mercredi 12 octobre: Rendez-vous Albums

-> Vendredi 14 octobre: Les Fantômes British sont parmi nous,

Quelques suggestions (voire également au 7 octobre): The Woman in Black de Susan Hill (ou son adaptation au cinéma), Histoires de fantômes de Roald Dahl, La Fiancée du Fantôme de Malika Ferdjoukh, Century de Sarah Singleton, The Mysterious Affair at Castaway House de Stephanie Lam, Isabel's skin de Peter Benson, The Girl in the Photograph de Kate Riordan, Le Secret de Crickley Hall de James Herbert, Hanté de James Herbert, Apparition de Graham Masterton, The Mistletoe bride de Kate Moss, The Ghost's touch de Wilkie Collins, The Haunting of Maddie Clare de Simone St James, La Chambre des âmes de F.R. Tallis, End (BD), Angelica d'Arthur Phillips, Le Fantôme de Baker Street de Fabrice Bourland, Shadows of the Silver Screen de Christopher Edge, Lockwood&co de Jonathan Stroud...

-> Dimanche 16 octobre: Let's enjoy the Halloween Tea Time!

Suggestion: A cup of tea accompagnée de petits gâteaux démoniaques, dans un décor Halloween...

-> Lundi 17 octobre: Promenade au cimetière et ambiance funèbre

Quelques suggestions : L’étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman, Waterloo Necropolis de Mary Hooper, reportage sur les cimetière londoniens, London's Cemeteries by Darren Beach, Le Résurrectionniste de James Bradley, Le Serpent de Feu de Fabrice Bourland, Les Contes du Cimetière (Contes) de Martin Waddell & Tony Ross...

-> Mercredi 19 octobre: Mercredi BD Fantastique

-> Vendredi 21 octobre: Haunted and scary London: Nous passons la journée à Londres,

Quelques suggestions : Le Loup-garou de Londres, Les Sœurs Wilcox tome 1 et tome 2 de Fabrice Colin, Le Protectorat de L'Ombrelle de Gail Carriger, Anno Dracula de Kim Newman, La Maison de Londres de Lydie Blaizot, Velvet de Mary Hooper, Qui veut tuer Alaizabel Cray ? de Chris Wooding, Penny Dreadful (série), D (BD sur le thème du vampire), Haunted London (documentaire DVD)... 

-> Mercredi 26 octobre: Rendez-vous albums

-> Vendredi 28 octobre: Rendez-vous sorcellerie, gentilles ou méchantes, les sorcières sont les bienvenues, les sorciers également.

Quelques suggestions : Sacrées sorcières de Roald Dahl, Suzy la sorcière (album), Room on the broom (Album), La cinquième sorcière de Graham Masterton, The Worst Witch de Jill Murphy, Harry Potter, (film) Witches, Macbeth de Shakespeare

-> Samedi 29 octobre: Bricolage et Scrap' d'Halloween, toutes les créations démoniaques sont acceptées! Quelques suggestions : sculpture de courge, mise en scène de vos photos, cartes d'Halloween...

-> Lundi 31 octobre: It's Halloween! Partagez avec nous votre journée ou soirée d'Halloween, ou un roman / BD / film (...) sur le thème d'Halloween.

Quelques suggestions : Photos de votre repas diabolique, décoration de votre appartement ou maison intérieure ou extérieure, déguisements, soirée films...

-> Rendez-vous en cuisine chaque dimanche, si vous le souhaitez avec les Gourmandises de Syl pour partager une recette.

 

Serez-vous de l'aventure ?

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans challenge halloween
commenter cet article
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 07:40
Barbe bleue, Amélie Nothomb

Barbe bleue, Amélie Nothomb, éditions Albin Michel, 2012, 170 pages

Genre : roman, conte

Thèmes : femmes, amour, perversion, découverte

 

L'auteur en quelques mots

Retrouvez la présentation de l'auteur sur le billet :Riquet à la houppe

L'histoire :

 

Lorsque Saturnine se présente pour une colocation, elle ne sait pas qui est cet homme qui ne prend que des colocataires féminines. Pourtant, huit femmes ont disparues avant elle, et toutes ont vécu quelques temps dans ce luxueux appartement.

Elemirio appartient à la noblesse, la "grandesse" espagnole et se comporte d'étrange façon. Reclus, il refuse d'intégrer la société en laquelle il ne se reconnait pas et préfère vivre dans un autre temps, entouré des objets, lectures, qu'il affectionne.Envoûté, littéralement, par les femmes qui partagent sa vie, il ne leur impose qu'un interdit : ne pas visiter la chambre noire.

Saturnine n'est pas de celles que l'on effraie , aussi ces histoires de disparitions de femmes ne l'inquiètent pas. La jeune femme n'est pas curieuse et ne se sent donc pas attirée par la pièce interdite.

L'hôte ,en revanche, l'intrigue et rapidement elle va se laisser emporter dans son univers ...

En vrac et au fil des pages ...

Amélie Nothomb affectionne les contes et les revisite afin d'en proposer une autre lecture ou souligner un autre aspect. ici on reconnaitra Barbe bleue à l'interdit et aux femmes. C'est tout ce qui constitue le point commun au conte original et à ce roman pourtant car l'auteur a réinventé, plus que réécris, l'histoire.

Choisissant de placer Elemirio au coeur de la noblesse espagnole, elle nous propose la critique d'une société française qui n'est pas aussi fière , exubérante. saturnine propose un pendant original. Belge de naissance, elle assure la critique de la société espagnole, des travers d'Elemirio et ne cesse de remettre en question ses croyances.

Il faut dire que l'homme est particulier et ,parfois, paradoxal, lui qui croit en Dieu mais paie chèrement le rachat de ses péchés, en espèces sonnantes et trébuchantes.

Pourtant va se tisser entre les deux protagonistes un lien fort sur fond d'art, de beauté. Car ce récit court se présente aussi comme une ode au beau.

L'écriture, par sa simplicité, le choix juste des mots, la concicion du récit, rappelera donc le conte. La fin en revanche etonnera peut-être ...

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 18:47
Le Destin miraculeux d'Edgar Mint, Brady Udall

Le Destin miraculeux d'Edgar Mint, Brady Udall, éditions France Loisirs, 2002, 443 pages

Genre : roman

Thèmes : enfance, accident, famille, tolérance, différence, racisme

Traduit de l'américain par Michel Lederer

 

L'auteur en quelques mots ...

Né en 1971, Brady Udall grandit dans la petite ville américaine de Saint Johns, en Arizona, au sein d’une famille nombreuse de mormons.

Il se consacre très jeune à l’écriture, remportant, à douze ans, un concours de poésie. Diplômé de l’université Brigham Young, il enseigne l’anglais au Brésil, puis en Corée, avant de rentrer aux États-Unis où il suit les cours de créativité littéraire du prestigieux Iowa Writer's Workshop de l’université de l’Iowa.

Quelques-unes de ses nouvelles sont publiées dans des magazines spécialisés américains. En 1998, son premier recueil d’histoires courtes, Lâchons les chiens, est salué comme une révélation par des critiques enthousiastes. Le Franklin and Marshall College (Pennsylvanie) lui propose alors un poste d’enseignant en littérature, qu’il accepte. Son premier roman, Le Destin miraculeux d’Edgar Mint, paraît en 2001 et le propulse au rang des meilleurs jeunes auteurs américains de sa génération. Son œuvre est comparée à celle de Dickens ou de John Irving, son style à celui de Raymond Carver.

Prenant leur source dans les contrées les plus reculées du Middle West, ses histoires vibrent sur une corde raide, constamment tendue entre l’humour et les drames les plus sombres.

L’écrivain William Kittredge dit de lui : « Une nouvelle génération d’écrivains commence à émerger et Brady Udall compte parmi les meilleurs d’entre eux. Un mec sensationnel, comme il dirait. » (source wikipedia)

L'histoire :

Pour ses sept ans, Edgar Mint a été écrasé par un facteur. Ou plutôt le facteur a roulé sur sa tête avec sa Jeep. C'est l'histoire qui fut racontée à Edgar alors que, miraculé, il reste en convalescence à Sainte Divine. Edgar a tout oublié, ne parvient pas à écrire et doit réapprendre à vivre, seul.

« "Si je devais ramener ma vie à un seul fait, voici ce que je dirais : j'avais sept ans quand le facteur m'a roulé sur la tête. Aucun événement n'aura été plus formateur. Mon existence chaotique, tortueuse, mon cerveau malade et ma foi en Dieu, mes empoignades avec les joies et les peines, tout cela, d'une manière ou d'une autre, découle de cet instant où, un matin d'été, la roue arrière gauche de la jeep de la poste a écrasé ma tête d'enfant contre le gravier brûlant de la réserve apache de San Carlos." Edgar Mint pourrait être aux années 2000 ce que Garp fut aux années 80. Après Lâchons les chiens, Brady Udall s'impose avec ce roman inclassable et génial, comme une des grandes révélations de la littérature américaine.»

Sa mère, indienne, alcoolique, l'a abandonné. Le cow boy blanc qui l'a séduite s'en est allé, la laissant seule, enceinte, sans ressource.Sa grand-mère le croit mort.

A Sainte Divine il a pourtant des amis, tous estropiés comme lui : Art, qui le prend sous son aile, Jeffrey et ce chirurgien, Barry, qui l'a sauvé en le ranimant alors que tous le croyaient mort.Mais la vie qui l'attend au pensionnat est tout autre : brimades, violences, sévices,les enfants sont intraitables entre eux , particulièrement envers les métis comme Edgar.Par quel miracle Edgar Mint , l'enfant-coma,parvient-il à survivre à tout ? La foi peut-être. Une amitié inprobable certainement. Là-bas tu t'adaptes ou tu meurs.Edgar s'adaptera.

Riche d'une patience hors norme et d'une générosité à toute épreuve, l'adolescent est placé en famille d'accueil, les Madsen, chez qui il réapprendra la douceur, le bonheur simple.Il ne perd pourtant pas de vue son objectif : retrouver le facteur et lui dire qu'il a survécu.

Mais le destin d'Edgar semble bien avoir encore quelques épreuves à lui soumettre...

En vrac et au fil des pages ...

 

Quelle étrange lecture ! Je me rends compte en le résumant qu'il me renvoie à des lectures ou des films que je regardais petite , Sans Famille d'Hector Malo, Les Misérables de Hugo, autant d'histoires qui vous prennent aux tripes parce qu'elles évoquent une enfance solitaire, difficile, parfois violente, tourmentée et qui n'en finit jamais.

Pourtant ici le ton est teinté d'humour, on entend l'adulte derrière le récit d'enfance et on y croit donc : quel adulte deviendra Edgar après une telle enfance ? Balotté de maison de convalescence en famille d'accueil, il ne vit que pour une chose ; retrouver celui qui a fait basculer sa vie et lui dire que tout va bien, qu'il est vivant.

Je dois dire que l'épisode concernant sa vie à Sherman m'a bousculée. Une telle violence fait référence à tout ce que l'on a déjà lu sur les pensionnats "à l'ancienne", la violence, la solitude, la débrouille pour survivre, montrer que l'on peut prendre le dessus face à un groupe de caids.Certains passages sont proprement révoltants et vous "secouent la pulpe" comme on dit !

Le style est fluide, on se laisse emporter par l'histoire, au-delà des interrogations qu'elle suppose. L'écriture est travaillée, qui nous livre une phrase à la troisième personne et les suivantes à la première, comme si le narrateur souffrait d'un dédoublement de personnalité ou que sa vie était hachée, morcelée comme sa mémoire, son corps. C'est troublant mais bien vu.

Parcours initiatique, c'est aussi une leçon de vie, de tolérance et de respect. On y parle de racisme, du regard envers les indiens, les métis, de l'intolérance dont on peut faire preuve envers une communauté qui nous est étrangère. Finalement, Edgar est observé avec curiosité, que ce soit pour ses origines ou son handicap.

La fin nous dévoile la véritable histoire, celle qu'Edgar a oubliée, celle où il était aimé comme tout enfant le mérite ...

Le Destin miraculeux d'Edgar Mint, Brady Udall

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires mois américain
commenter cet article

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

  • Les Tranchées de la haine, Anne Perry ( tome 4 de la saga Reavley)
    Les Tranchées de la haine, Anne Perry, éditions 10/18 Grands Détectives, 2008, 414 pages Genre : policier historique Thèmes : première guerre, tranchées, mutinerie, complot, Angleterre, France L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie d'Anne...
  • Petits bonheurs 2017 #5
    Petit rendez-vous de partage, délectation et autres petits bonheurs ! * Le soleil qui pointe le bout de son nez après le retour du froid ! Décidément ce mois de mars fut plein de surprises ! * Un anniversaire réussi : la tribu en cuisine, des cadeaux...
  • Les chroniques de Nadia Tesla, tome 1 : Le garçon qui venait du réacteur , Orest Stelmach
    Les chroniques de Nadia Tesla, tome 1 : Le garçon qui venait du réacteur , Orest Stelmach, éditions Smart Catherine, 2017, 402 pages. Traduction de Martin Rouillard Genre : thriller Thémes : Ukraine, Tchernobyl, mafia, enquête, L'auteur en quelques mots...
  • Bingo littéraire de printemps !
    Laurence authentique lance le bingo littéraire du printemps. Du 20 mars au 20 juin, le but du challenge est de lire le maximum de livres correspondants aux cases. 1 livre = 1 case , autrement dit un livre ne peut pas valider plusieurs cases à la fois....
  • Petits bonheurs # 4
    Tom et Mouchette ! Lundi 20 Mars 2017 premier jour du printemps et journée internationale du bonheur, que demander de plus ! Aujourd'hui on éteint la TV pour ne pas se laisser envahir par les mauvaises nouvelles, la violence, la corruption ... On ouvre...
  • Easter Basket for 2
    Easter Basket for 2 year old: books, stuffed animal, Thomas and Friends toy
  • Easter basket ideas
    Easter basket ideas for toddlers under age 3 (boys & girls)
  • Great, non-candy ide
    Great, non-candy ideas for a toddler's Easter Basket, perfect for 2 and 3 year olds. Inexpensive, but nothing electronic or plastic-y - all quality toys!
  • Balade irlandaise gourmande
    Aujourd'hui, le club des gourmands propose le thème de l'Irlande. Nous n'avons pas eu l'occasion de célébrer la St Patrick vendredi, alors on se rattrape avec un repas aux couleurs de l'Irlande ce midi. Au menu : Irish Stew et Banoffee pie. Les recettes...
  • Le gratin dauphinois de Martine
    Ceux qui me connaissent doivent être étonnés de me voir essayer une nouvelle recette de gratin dauphinois. Il faut que celui que je fais depuis des années est apprécié et réclamé. Syl m'a convaincue de rejoindre les gourmandes en ce dimanche, pour tester...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...