Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 14:28

 

logo bonheur

Petit rendez-vous quotidien de partage, délectation et autres petits bonheurs 

 

 

Un petit déjeuner sur la plage de l'Ermitage .8h du matin  : les pieds dans l'eau et un croissant dans la main. Que du bonheur !

 

5 oeufs ce matin. Nous avons cinq poules mais ces derniers temps seules deux pondaient. Hier nous avons annoncé aux enfants qu'elles passeraient à la casserole si elles ne pondaient pas car c'est donnant donnant : elles ont un poulailler digne d'un parc d'attraction et une bonne nourriture bio alors bon, vous comprenez ... ? Ce matin donc, petit miracle ou réaction positive ! Ouf je n'aurai pas à plumer ! hihi

 

Une photo : mes petits neveux en train de skier. Cagoule, combinaison, tout y est, sourire compris. Merci à mon frère pour l'envoi de cette photo qui réchauffe le coeur et nous donne des envies de neige.En échange nous enverrons une photo de nos loulous dans l'eau claire du lagon ... tout le monde pourra rêver.

 

Et chez vous, quels petits moments vous ont apporté du bonheur ?

 


Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans mes p'tits moments
commenter cet article
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 02:26

http://www.francoisechandernagor.com/images/divers/photo3.jpg

La Chambre, Françoise Chandernagor, éditions Folio Gallimard, 2002, 457 pages

Genre : roman historique

Thème : enfermement, enfance, Louis XVII,  Révolution, Terreur

L'auteur en quelques mots ...

http://static1.purepeople.com/articles/2/24/03/2/@/165442-francoise-chandernagor-637x0-3.jpg

Née en 1945, Françoise Chandernagro est membre de l'académie Goncourt. Elle aime à préciser qu'elle est descendante de maçons creusois et d'un esclave indien. Entrée à 21 ans à l'ENA, elle en sort major mais ne poursuit pas dans le Droit, bien qu'elle soit la première femme à obtenir ce rang.Elle occupe diverses fonction dans l'administration extérieure, au Conseil d'Etat.En 1981 elle publie L'Allée du roi et commence ainsi sa carrière d'écrivain.

L'histoire

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/45/Louis_Charles_of_France5.jpg/470px-Louis_Charles_of_France5.jpg

'Le tour de l'ile : vingt quatre pas. Six du nord au sud et d'est en ouest, depuis la porte d'entrée jusqu'à la fenêtre. (...) A l'origine du crime qu'y avait-il ?'

Voilà encore quelques jours il pouvait aller et venir dans cette maison. Mais ils ont muré la pièce, cloisonné autour de lui un espace qui va devenir son cachot. Un espace pourtant qu'il connait bien et qu'il apprécie, avec ses tableaux qui lui permettent de s'évader, les histoires qu'il se raconte et ce lit-refuge dans lequel il se blottit la nuit venue, de crainte que les fantômes qui l'entourent ne l'attrapent.

Pourtant peu à peu tout change. Les gens qui venaient l'observer par la fenêtre ne viennent plus. D'ailleurs on a fermé la fenêtre et désormais seul un point de jour lui permet de se repérer. Bien sûr on le nourrit mais on ne change plus son linge. pourtant il en a fait des efforts : rester propre, poli, ne pas réclamer, dénoncer quand il le faut. Oui dénoncer sa tante et sa mère en les accusant d'inceste comme on lui a dit de le faire.

Tout autour de lui change sans cesse : ses gardiens, les règles, les lois. On dénonce à tout va, qui son voisin, qui sa mère pour garder la paix ..la vie. Ceux qui se succèdent ne savent même plus qui ils gardent et pourquoi il importe que l'enfant ne meure pas. Depuis le départ de M. Simon et sa femme tout a changé. 

Lui a un vague souvenir de ses parents, de la chaleur du corps maternel, des mots doux. Il grandit dans ses vêtements trop justes, perd la notion du temps, ne sait plus.

1794.C'est un enfant malade et désorienté âgé de dix ans qu'ils retrouveront dans la chambre lorsqu'ils se décideront à y entrer vraiment ...

En vrac et au fil des pages ...

http://perlbal.hi-pi.com/blog-images/132818/mn/131298673778/Histoire-de-la-Terreur-pendant-la-Revolution-Francaise.gif

La période porte bien son nom : sous la Terreur rien de plus effrayant que cette histoire qui nous est narrée patiemment par Françoise Chandernagor. En ne nommant jamais l'enfant elle laisse le lecteur accumuler les indices, comprendre qu'il vient d'une famille noble dont la même a été guillotinée et que ce petit représente un danger pour beaucoup.

Par un jeu d'interrogatoire elle s'adresse aux coupables, gardiens, médecins, hommes de loi qui ont ordonné, délégué puis laissé faire. On découvre alors combien le manque de communication a engendré de douleur, de peur et l'on a peur avec l'enfant. Pourtant lui n'est pas décrit comme un prisonnier et l'auteur choisit de lui conserver ce regard d'enfant qui ne comprend pas mais s'adapte. Car, par malheur, un enfant s'adapte à toute situation.

Celui-ci que l'on comprend être le fils de Louis XVI et de Marie Antoinette, sombrera dans l'inconscience, une sorte de non présence au monde, et mourra seul ou finalement entouré mais trop tard.

La narratrice insiste sur la présence de sa famille autour de lui, tout au long de sa captivité, sa soeur à l'étage qui ,elle, a survécu à cette tragédie, ses oncles qui ne s'occuperont jamais de lui, puis tous ces gens qui au départ assumaient une fonction précise : nourrir, vider les pots, changer le linge et qui peu à peu ont été déplacés, ne donnant pas l'information au suivant . Dans cette Tour du Temple les prisonniers ne subissent pas tous le même sort et celui qui est réservé à l'enfant est le pire de tous, l'indifférence.

Evidemment se pose la question : comment les choses ont -elles pu aller jusque là ? Seule l'Histoire peut répondre et l'auteur ne juge pas mais souligne la série d'événement qui ont amené à ce crime, les non dits, les refus. Les coupables comparaissent à des siècles d'écart devant la narratrice qui a visité la chambre, observé chaque meuble et imaginé la vie que l'enfant a pu avoir durant trois années d'enfermement, trois années d'agonie.

C'est le souffle court que l'on finit la lecture de ce récit poignant, très justement écrit. 

Françoise Chandernagor précise en fin d'écrit qu'elle a romancé certains passages et inventé un personnage : celui de la lingère qui s'éemeut de ne plus voir le linge de l'enfant et imagine ce qui a pu se passer, celle qui suit grâce à ce linge la vie de ce petit garçon. Le choix est judicieux et l'on n'est donc pas face à un documentaire. Pourtant c'est un pan de l'Histoire dont on parle peu, qui connait vraiment le destin tragique du Dauphin de Louis XVI ?

Je vous invite vraiment à découvrir ce récit puissant.


Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 14:56

 

logo bonheur

petit rendez-vous quotidien de partage, délectation et autres petits bonheurs ...

 

Les petits bonheurs du jour :

 

Me lever tôt et profiter de l'éveil de la nature sur ma terrasse pendant que tout le monde dort. J'ai cette chance d'être une lève tôt ! Le soleil est déjà là à 5h mais il fait déjà bon, une légère brise apporte la fraicheur qui éveille et les senteurs du jardin : frangipaniers, mimosa ...C'est mon petit moment à moi.

 

Un vernis rose très girly ( festival de Venise de Bourjois) offert par une amie a égayé ma journée ! Comme quoi les petits rien de l'été ... Et moi qui disais ne pas aimer le rose !

Les petits rouleaux "douceurs" quotidiens de Tigrouloup, à retrouver ici

 

Les petites suspensions que j'avais placées pour Noel sous notre tonnelle : un flocon de neige en bois, un coeur en tissus, un oiseau en fer léger . Douces, elles s'animent au gré d'un vent léger. Ce matin j'ai décidé de ne pas les ranger et de les laisser en place tant je les trouve jolies à cet endroit.

 

Le nouveau look de mon blog, frais et printanier, plus clair aussi pour une meilleure lecture, vous me direz ce que vous en pensez ... J'ai passé un moment agréable à choisir les images de la bannière.


      Et chez vous, quels jolis moments ont égayé votre journée ?

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans mes p'tits moments
commenter cet article
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 02:19

http://artave.unblog.fr/files/2009/10/photosblogartave009.jpg

La Belle Chocolatière, Bernadette pecassou-Camebrac, éditions J'ai lu, 2001,479 pages

Genre : roman historique

Thèmes : science, bourgeoisie, pauvreté, Lourdes, Bernadette Soubirous, amour, passion

L'auteur en quelques mots ...

http://www.republicain-lorrain.fr/fr/images/45CBBE2A-756E-4205-B62A-91514F9BDC38/LRL_03/bernadette-pecassou.jpg

Bernadette Pecassou-Camebrac est journaliste. La Belle chocolatière est son premier roman. Depuis Le Bel Italien et l'Impératrice des roses , la villa Belza, La Passagère du France et La dernière bagnarde sont parus. Elle a réalisé divers reportages et courts métrages sur la religion et la ville de Lourdes ainsi que sur le rôle prépondérant des femmes dans la ville, thèmes que l'on retrouve dans  son premier roman. Cette année est paru Sous le toit du monde, un destin de femme dans la société népalaise.

L'histoire

http://tnhistoirexix.tableau-noir.net/images/la-patisserie.jpg

Salon de thé, Béraud

Nous sommes en décembre 1856. Sophie, épouse d'un notable de la ville, Louis Pailhé, pharmacien et chocolatier, essai une crinoline qu'elle portera pour le bal donné par le ministre et député de Tarbes, Achille Fould. Sous les mains expertes de sa couturière Antoinette, la robe prend forme et promet à "la Belle chocolatière", comme la surnomment les hommes de la ville de Lourdes, une belle entrée lors de la soirée. L'effet est saississant , à tel point que Sophie, remarquée par Abel, un hussard invité par le ministre pour le prestige de cette présence, tombe éperdument amoureux d'elle. Commence alors une liaison dont ni l'un ni l'autre ne sortiront indemne et qui les conduira aux confins de la passion. 

Parallèlement Lourdes s'anime de discussions au Café Français autour des avancées de la science. On évoque Pasteur, doyen de la faculté des sciences et l'on digresse sur les progrès et ce qu'ils permettront dans l'avenir. Mais Lourdes vit aussi de misère et dans les bas quartiers le choléra a emporté des familles entières l'année passée. Désormais le chômage et les intempéries ramènent la famine et le peuple se demande comment survivre à ce désastre pendant que d'autres , nantis, refusent d'ouvrir les yeux sur leur condition.

Lorsque la petite Bernadette Soubirous déclare avoir vu une dame blanche dans la grotte de Massabielle, la ferveur s'empare de la ville et les femmes mènent la danse, au grand damne de ces messieurs pour qui les questions de religion n'ont plus rien à faire dans ce siècle. Les frasques de Sophie font grand bruit mais l'enfant handicapé né de son union avec Louis Pailhé lui apprendra à devenir une mère responsable, même si son coeur est ailleurs.

En vrac et au fil des pages ...

http://robert87300.r.o.pic.centerblog.net/6820f0f8.jpg

Bernadette Soubirous

J'ai tout simplement adoré cette lecture ! Je pourrais donc m'arrêter là mais il vaut mieux que je vous dise ce qui m'a tant plu dans ce roman. Il faut avouer que le titre m'avait intriguée car j'imaginais une héroine à la manière de Vianne dans Le Chocolat de Lasse Hallström. Ici la belle chocolatière ne manipule pas les précieuses fèves mais est tout simplement la femme du pharmacien du village, également chocolatier, qui a pignon sur rue dans la ville de Lourdes.

Autant dire qu'on la déteste dès le départ avec ses airs suffisants et son attitude capricieuse, révélatrice, nous le découvrirons par la suite, de l'attitude de la bourgeoisie en ce XIX°S. La ville de Lourdes est à elle seule un personnage et dévoile peu à peu ses écarts entre bourgeoisie et pauvreté, son hypocrisie et son fardeau. D'autres personnages apparaissent, tous plus attachants les uns que les autres et l'auteur dépeint alors tout un tableau dans lequel les femmes tiennent un rôle majeur.

Ca c'est aussi cela le sujet du livre : la force et le courage de ces femmes qui ont osé tenir tête aux hommes, quitter pour les unes leur salon huppé, pour les autres les champs, pour se réunir et avancer ensemble, dans un élan de ferveur religieuse qui fait contrepoids avec les idées naissantes de l'époque. On pourra penser que tout cela est stéréotypé. Point du tout et l'on reconnait bien là la société du XIX°S dans laquelle la science est en train de prendre le pas sur l'aspect religieux qui menait jusqu'alors le monde. Les hommes en discourent au Café Français mené de main de maitre par une femme de poigne, tout en critiquant la basse classe, inculte, indigne de fréquenter les mêmes lieux.

Il faudra tout le symbole de la vision de Bernadette Soubirous pour que les peuples se mêlent, que les femmes de toutes conditions se rassemblent, au grand damne de ces messieurs qui voient là une forme de désobeissance et de déplacement des valeurs dans une société patriarcale qui accorde aux femmes des qualités mais apprécie qu'elles gardent leur place.

Le roman est aussi l'occasion de découvrir les métiers, les conditions de vie abominables des petites gens, d'entrer dans les salons bourgeois et d'y entendre des conversations variées sur la mode, la science, l'amour. Puis l'héroine se révèle une femme de coeur, ce sur quoi on n'aurait pas parié à la lecture des premières pages. L'évolution pertinente est donc intéressante à suivre.

Bien évidemment point de roman sans une histoire de coeur ! Ici les hussards fascinent mais l'on découvre l'envers du décor, loin de la vie rêvée que l'on imagine pour ces héros.

La plume est alerte et fluide et l'on prend un réel plaisir à cette lecture. Le côté historique romancé sied bien à l'histoire et l'apparition à Bernadette Soubirous qui sous tend la seconde partie du roman n'est qu'un fil conducteur, un lien entre les personnages et non un récit à part entière.

Je ne peux que vous recommander ce roman.

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 14:37

 

logo bonheur

Petit rendez-vous quotidien de partage, délectation et autres petits bonheurs ...

 

 

Les petits bonheurs du jour :

Le fou rire de mes enfants, ce matin, pour une broutille. C'est fou comme le rire est communicatif, détend et émerveille ! En un instant tout le monde rit, sans forcément savoir pourquoi, sans souvenir de ce qui a fait démarrer l'éclat ...

 

Le mail d'une amie que je n'ai pas contactée depuis presque 6 mois et qui recrée le lien, parce que le temps file à une vitesse vertigineuse et que l'on se dit chaque jour que l'on va appeler ...

 

Le petit mot amical de Tigrouloup en commentaire d'un billet du jour et l'idée que ce rendez-vous va peut-être faire des heureux, moi en tous cas !

 

Un smoothie ananas, banane, gingembre partagé avec mon ainé au réveil

 

Les photos de Noel envoyées par mon frère et mes parents ce matin dans un mail de remerciement.  Quel bonheur de les voir tous ainsi attablés ! J'ai hâte de les retrouver en juillet.

 

Et vous, quels petits bonheurs avez-vous attrapés au vol aujourd'hui ?


 

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans mes p'tits moments
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 06:56

logo-bonheur.jpg

Vous dire tout ce qui m'a amenée à créer ce petit rendez-vous quotidien serait difficile. C'est un mélange  je crois, de rencontres, de lectures, de discussions et de faits importants qui ont marqué ma vie ces derniers mois.

Voilà quelques temps déjà que je pense positif, je suis comme ça, je rebondis ou plutôt, je me régénère ! Mais cette année a vu s'accumuler dans mon travail des faits en apparence anodins ou dont certains diraient qu'ils ne doivent pas nous perturber ... et pourtant. Un collègue agressé par ses pairs, rabaissé, peu soutenu; d'autres qui par acharnement ne voient plus l'important : l'élève au coeur de notre enseignement , et crachent chaque jour un peu plus loin leur venin; d'autres encore fatigués, lassés et déçus. On oublie l'essentiel, ce pour quoi on est là, pour qui on travaille et où l'on souhaite aller avec ces jeunes qui nous sont confiés chaque jour. Pas facile tous les jours certes mais puisque le constat est clair pourquoi ne pas avancer ? Un prof ça rale, ça refuse l'autorité, ça pense que ce qui vient d'en haut est par définition mauvais et ça se plaint, ça gémit ! Ceux qui ne rentrent pas dans ce moule se reconnaitront dans ce que je vais dire : vous êtes hors norme, vous êtes les bannis qui pensent que l'on peut faire quelque chose de bien en se battant, en travaillant, en favorisant l'estime de soi, en valorisant. Bienvenue dans le cercle des positifs anonymes !

Alors oui il m'arrive de plus en plus souvent de rentrer à la maison et de ne pas parvenir à mettre de côté ma colère. Et si les enfants ont le malheur de mal se comporter ce soir là ... aie ! La colère engendre la colère, je le sais. Les cris ne sont bons pour personne, je le sais. Pourtant nous avons nos petits rituels en famille : dire ce que l'on a le plus apprécié aujourd'hui, ce que l'on a aimé faire.

Le lendemain je repars du bon pied, pensons positif ! On me traite de naive, de hippie ( sans rancune Didier !) avec mes méthodes pédagogiques et mes "chauds doudous" ( petits mots valorisants remis à chaque élève. Ils en concoivent aussi et les donnent à leurs enseignants, leurs camarades, on s'arrange toujours pour que tout le monde en ait un). Mais je ne suis pas seule et le petit groupe ne cesse de croitre chaque jour, de gens qui surmontent, sourient, avancent, y croient. Merci à eux de leur soutien, de m'avoir ouvert les yeux sur l'essentiel et de penser que tout cela vaut le coup.Natacha, Patrick, Linemay, Bénédicte,Françoise, Frédéric, Dominique et les autres, merci. Copinautes toujours bienveillants, organisateurs de swap et autres folies magiques, vous qui passez régulièrement et laissez un commentaire amical, merci. Et la famille toujours présente, mais cela c'est mon jardin secret...

Inspiré des Trois Kifs par jour de Florence Servan Schreiber, que je n'ai pas eu le bonheur de rencontrer ( de Paris à l'ile de la Réunion la distance est grande mais les bonnes idées voyagent toujours) , et de la philosophie de vie de Christophe André que je découvre chaque jour avec un peu plus d'envie, Petits bonheurs quotidiens se veut le bilan positifs d'une journée. De quoi finir en beauté, ne garder que le meilleur pour s'endormir repu et satisfait. 

Et puis ce matin, en découvrant le billet de Sandrine ( Tigrouloup sur livraddict) qui a décidé de partager les 50 petits rouleaux de douceur quotidienne que le lui ai offerts, je me suis dit qu'il était temps.Voici donc un nouveau rendez-vous que je vous propose de partager afin de préserver notre santé mentale ! 

Et si nous partagions ce qui a illuminé notre journée ?

Rendez-vous ce soir...

 

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans mes p'tits moments
commenter cet article

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

Articles Récents

  • Stay warm and look c
    Stay warm and look cool doing it this fall in our adorable forest green vest…
  • Fall time show begin
    Fall time show begins~ Start from $13.99! Say hello to perfect street style outfits! Take this piece to the date, shopping mall, to brunch and balaba events...Check more at Cupshe.com
  • La Maison de Salt Hay Road, Carin Clevidence
    La Maison de Salt Hay Road, Carin Clevidence, éditions 10/18, 2015, 336 pages Genre : fresque familiale Thèmes : famille, mariages, fratrie, patriarche, générations, ornithologie, drame L'auteur en quelques mots ... Carin Clevidence est née en 1967. Elle...
  • Le dernier né des carnets voyageurs ...
    Et voilà, le petit dernier est né ! Ou plutôt le re-voilà car ce carnet auquel je tenais beaucoup a disparu lors d'un séjour chez une gourmande. Il fallait qu'il renaisse car il m'a manqué ;) Carnet voyageur Kawaï et so cute ! Kawaï signifie "mignon"...
  • Mississippi, Hillary Jordan
    Mississippi, Hillary Jordan, éditions 10/18, 2014, 364 pages Genre : récit contemporain, fresque familiale Thèmes : mariage, amour, racisme, ségrégation, plantation, développement L'auteur en quelques mots ... Hillary Jordan a grandi à Dallas, au Texas...
  • Loaded Baked Potato
    Loaded Baked Potato Crockpot Soup
  • This Slow Cooker Chi
    This Slow Cooker Chicken Fajita Soup takes 5 minutes to throw into the crockpot and will be the best and creamiest chicken fajita soup you will ever have!
  • BAKED Chicken Thighs
    BAKED Chicken Thighs with Creamy Bacon and Mushroom Thyme Sauce. Easy, delicious! Easy weeknight chicken dinner!
  • If you love pork cho
    If you love pork chops with gravy, you have to try these Crock Pot Homestyle Pork Chops. Yum! crockpot chicken dinner recipe
  • Slow Cooker Meatball
    Slow Cooker Meatball Subs Recipe - Easy Crock Pot Dinner Idea with homemade meatballs and marinara sauce.::

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...