Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 13:29
Suite française, Tempête en Juin, Emmanuel Moynot

Suite française, Tempête en Juin, Emmanuel Moynot, éditions Folio, collection BD, 2016, 224 pages

D'après le roman d'Irène Némirovsky

Genre : bande dessinée

Thèmes : guerre, débâcle, exode, privilèges

 

L'auteur en quelques mots ...

 

 

Dessinateur et scénariste français, né en1960, Emmanuel Moynot aime à se définir comme un "auteur de récits".

Le grand public l'a découvert pour sa reprise en bande dessinée de Nestor Burma d'après les romans de Léo Malet sur une demande de Jacques Tardi.

L'univers de ses albums est sombre voire fataliste. Attachant une importance aux personnages et aux décors, ses thèmes de prédilection sont « l'erreur » (L'enfer du jour), « la méprise amoureuse » (À quoi tu penses ?Pendant que tu dors mon amour), la solitude des hommes (Bonne fête Maman !Monsieur KholL'année dernièreL'heure la plus sombre vient toujours avant l'aube) ou la difficulté de la création artistique (Oscar & Monsieur OAnatomie du désordre) .

Il a aussi traité du thème de l'anarchie à travers l'itinéraire du personnage d'Augustin au tournant du xxe siècle dans Le temps des bombes (1992 à 1994).

À partir de 1993, il travaille avec le scénariste Dieter et crée avec lui les aventures du Vieux fou (1999 à 2001) autour du personnage de Javier, un ancien de la lutte contre le franquisme, kidnappant un enfant pour payer ses vieux jours.

Parallèlement à sa carrière d'auteur et de scénariste de bande dessinée, il est musicien. Auteur-compositeur, chanteur et guitariste, il a officié un temps au sein de la formation Mataluna.

Après avoir habité à Paris, il réside à Bordeaux depuis 2003.

(source wikipedia)

L'histoire

Paris, 4 juin 1940. On se prépare à l'entrée des allemands dans la Capitale. Les journaux titrent les avancées ennemies, les victoires des alliés. L'armée du Nord tient bon, jusqu'à quand ?

La famille Péricaud se prépare à partir. Mais alors que le fils ainé, Philippe, prêtre, doit accompagner les orphelins de l'Oeuvre, son frère Hubert, plus jeune, envisage de se battre aux côtés des soldats qui repoussent les allemands. Ne se sentant pas pris au sérieux par ses parents, il fugue en pleine nuit.

Parallèlement, Gabriel Corte, écrivain qui vit dans sa bulle, entouré de ses personnages, ne prend pas la mesure de la situation. Sa femme, paniquée, l'incite à fuir également.

Les Michaud quant à eux, employés par la Banque Corbin Furières, sont pressentis pour bénéficier de la voiture de leur patron afin de quitter la ville. Malheureusement, à la dernière minute, ce dernier leur fait faux bond, les contraignant à poursuivre à pied leur périple jusqu'à Tours où a lieu le rendez-vous. Eux qui croient avoir perdu leur fils, qui sont sans nouvelle, vont se retrouver sur la route, mêlés à la France qui fuit.

Chacun de son côté va tenter d'échapper à l'invasion allemande, abandonnant ses biens. Mais la guerre efface les privilèges,place tout le monde sur la route, au même niveau, ce que ne supportent pas certains, comme Charles Langelet ...

En vrac et au fil des pages ...

 

Souhaitant lire le roman d'Irène Némirovsky, j'ai sauté sur l'occasion d'entrer dans l'univers décrit par la BD d'Emmanuel Moynot, avant de me plonger dans le récit.

Le format laisse nécessairement une petite déception, tant l'on voudrait en savoir plus sur les personnages. J'ai eu l'impression de lire une nouvelle, sans avoir le temps de m'attacher aux personnages. Pourtant certains retiennent l'attention, par leur comportement odieux ou au contraire par l'émotion qu'ils dégagent.

Les planches en noir et blanc invitent, par le trait vif, à saisir le mouvement de fuite, l'exode. Pour autant l'expression des visages transparaît, les cadrages laissent entrevoir un travail cinématographique intéressant, de plans d'ensemble ou de vue en plongée qui animent le récit.

Peut-être l'auteur a-t-il voulu , dans ce condensé, nous plonger sur la route et nous faire ressentir le temps qui passe à une vitesse folle, les destins qui s'entremêlent. On tourne la dernière page et l'on aurait, évidemment, aimé que l'histoire d'amour entre Jean Marie Michaud et Madeleine puisse exister, que la guerre ne soit pas si absurde, que les comportements ne fassent pas basculer les hommes dans la bestialité ou l'égoisme.

C'est donc une tranche de vie que nous propose Emmanuel Moynot, sans concession. Au sentiment d'urgence, ressenti dès le départ , succède une poésie désabusée dans les dernières pages, l'après, l'attente ...

 

Merci, pour ce partenariat, aux éditions Folio qui ont eu la gentillesse de glisser dans l'enveloppe un petit cadeau. Merci à Livraddict pour la proposition de partenariat.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 16:27
L'Auberge de la Jamaique, Daphné du Maurier

L'Auberge de la Jamaique, Daphné du Maurier, éditions Albin Michel, 1993, 306 pages

Genre : récit aventures

Thèmes : piraterie, famille, mystères, meurtres, naufrages, contrebande

 

L'auteur en quelques mots ...

Retrouvez la biographie de Daphné du Maurier et le challenge qui lui est dédié ICI

L'histoire :

1820, Cornouailles.A la mort de sa mère bien aimée, Mary Yellan se voit contrainte de quitter sa terre natale pour rejoindre sa tante Patience, mariée à un homme détestable, Joss Merlyn. Mais alors que dans son souvenir, Patience était enjouée et pleine de vie, c'est face à un fantôme que Mary se retrouve. Le couple tient l'Auberge de la Jamaique, établissement peu recommandable dont la réputation dépasse les frontières du comté, contraignant les voyageurs à passer en trombe sans s'arrêter. Dès lors, Mary ne peut que soutenir l'être fragile qui n'est plus que l'ombre d'elle-même, tout en se demandant quelles horreurs Patience a pu connaitre pour s'être ainsi ternie.

Joss Merlyn la prévient rapidement de son caractère emporté et l'invite à se tenir aussi tranquille et soumise que sa tante, sous peine de subir sa fureur. Pourtant, surpris par l'assurance de la jeune fille, cet alcoolique impénitent qui semble se livrer à un trafic peu recommandable, laisse transparaitre ses failles et lui livre peu à peu ses propres peurs.

Sur cette terre battue par les vents, sauvage, Mary va apprendre à observer mais ne rien dire. Rapidement, l'auberge habituellement déserte, va se peupler d'une faune avinée et violente. Mue par sa curiosité, Mary va bientôt découvrir de quoi il retourne exactement.

Perdue dans la Lande, elle fera la connaissance d'hommes plus surprenants les uns que les autres, chacun cachant un côté obscur mais à qui elle choisit de se fier  : Jem, le frère de Joss, comme un double plus jeune et attirant ou encore l'étrange vicaire ... Difficile dans ce contexte de savoir qui dit vrai...

"Elle était inexorable cette pluie qui cinglait les vitres du coche et s'infiltrait dans un sol rude et stérile. Il n'y avait pas d'arbres, sauf un ou deux peut-être qui tendaient aux quatre vents leurs branches dénudées, ployés et tordus par des siècles d'intempéries. Et les orages et le temps les avaient si bien noircis que si, par aventure, le printemps s'égarait en un tel endroit, aucun bourgeon n'osait se transformer en feuille, de crainte de mourir de froid. La terre était pauvre, sans prés ni haies; on ne voyait que des pierres, de la bruyère noire et des genêts rabougris."

En vrac et au fil des pages ...

Dans ce récit angoissant, Daphné du Maurier distille tous les éléments qui lui tiennent à coeur et que l'on peut retrouver dans nombre de ses romans : un paysage vivant, mouvant et inquiétant, sauvage, qui fusionne avec l'âme humaine, la mer qui à la fois emporte et rassure, régénère et tue, des personnages doubles, une maison qui semble avoir connu des épisodes marquants et une héroine qui se distingue par son comportement, ici sa force et son courage.

Mary est bien entendu naive, mais laisse bien souvent sa curiosité la guider. Elle tient sa force de sa condition paysanne, qu'elle assume et cite souvent. Mais sur cette terre, rien de ce qu'elle connait ne peut lui servir de repère. Contrainte de se fier à ceux qui l'entourent, ne pouvant trouver se soutien en sa tante qui n'est plus qu'une ombre, Mary tente de percer le mystère de Joss Merlyn.

Le destin de ce dernier est lié aux naufrageurs, ces hommes qui induisent les navires en erreur en les guidant vers les falaises puis n'hésitent pas à tuer pour un butin qui ne change rien à leur vie misérable. Dès lors que le sang a coulé, ces hommes que la bestialité animent, se livrent à la contrebande et ne font qu'un avec une terre sauvage, parfaitement décrite par l'auteur.

Le lecteur sera peut-être surpris des rapports qui unissent ce couple si mal assorti, tante patience et Joss Merlyn. Leur relation , faite de répulsion mais également d'un attachement morbide, a quelque chose de surprenant et ambigu. Mais Daphné du Maurier aime ce thème du double ,de la dualité de l'être et l'étire ici, jusqu'à nous livrer des âmes tourmentées qui, toutes, cachent une peur.

Le côté fantastique est apporté par le personnage du Vicaire albinos auquel Mary se livre instantanément, qui semble fusionner avec la nature environnante et connaitre les lieux mieux que quiconque. 

On m'a dernièrement recommandé la série (dont sont tirées les images placées dans ce billet) tirée de ce roman qui, apparemment ,rend justice au récit de Daphné du Maurier. A voir. Mais en attendant .. à lire ! 

Les billet des copinautes : 

Northanger

missmolko1

Harpervalley

nanajoa

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 09:11

 

Petit rendez-vous de partage, délectation et autres petits bonheurs ! 

 

Ma librairie favorite fête ses 10 ans ! Je ne la connais que depuis deux ans, mais ce fut une véritable bouffée d'oxygène après 7 ans passés loin de vrais libraires, compétents, investis. Pour l'occasion les copines de Coline ont prévu une jolie surprise dont je vous parlerai prochainement. D'ailleurs, je file les retrouver ;)

La Colline aux livres à Bergerac.

 

Un matin ensoleillé, un matin givré ! Février est décidément un drôle de mois en Dordogne. On ne sait jamais si on devra gratter le givre sur la voiture ou échanger le gros manteau contre une veste ! J'aime bien ces petites surprises matinales ;)

 

J-6 avant les vacances ! 

 

Une belle lecture que je vous recommande, un petit billet dans le week end...

 

Une matinée en ville avec les enfants. Passage à la librairie, donc, dégustation d'un capuccino et chocolat chaud amélioré dans notre café préféré au centre de Bergerac.

 

Et chez vous, quels petits bonheurs ?

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans petits bonheurs quotidiens
commenter cet article
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 06:52
Jane Austen et le révérend, Stéphanie Barron

Jane Austen et le révérend, Stéphanie Barron, éditions du Masque, Labyrinthe, 1998, 412 pages

Genre : policier historique

Thèmes : Dorset, enquête, meurtre, contrebande, amour, haute société

Traduit de l'américain par Corinne Bourbeillon

 

L'auteur en quelques mots ...

 

 

Retrouvez la biographie de Stephanie Barron sur les billets suivants :

Jane Austen à Scargrave Manor

Jane Austen et le prisonnier de Woolhouse

L'histoire :

Septembre 1804.Alors que la famille Austen se rend dans le Dorset,à Lyme Regis, une tempête se déclare, faisant verser la voiture attelée. Cassandra semble grièvement blessée, aussi Jane et le cocher Hibbs se voient-ils contraints d'abandonner M et Mrs Austen avec leur fille, au bord de la route ,pendant qu'ils courent chercher de l'aide.

C'est à High Down Grange que les conduisent leurs pas. Accueillis par un Mr Sidmouth aux abords froids et revêches qu'ils semblent déranger, Jane et Hibbs n'en parviennent pas moins à faire soigner Cassandra. Et bien qu'aucun chiirurgien ne soit disponible à cette heure, ce qui ne laisse pas d'étonner Jane, Mr Sidmouth leur offre l'hospitalité.Immédiatement la jeune Séraphine,dont Jane reconnait les bonnes manières et la prestance sous des vêtements peu adaptés, attire son attention.

C'est sous le sceau de cette première rencontre que la famille Austen séjournera à Lyme Regis.

Alors que des contrebandiers assaillent les côtes anglaises, forts de leur précieuse cargaison, un certain Révérend semble être le coupable désigné pour le meurtre de Tibbit, exécuté et pendu sur le Cobb comme en signe de vengeance.

Jane se sent immédiatement investie d'une mission et tente par tous les moyens de comprendre la société de Lyme que la contrebande alimente et les deux hommes qui retiennent désormais son attention : le mystérieux Mr Sidmouth et le Capitaine Fielding qui semble bien cacher son jeu.

En vrac et au fil des pages ...

 

Il est vrai que j'ai commencé la série de Stéphanie Barron dédiée à Jane Austen dans le désordre ! Je reprends à présent la présentation chronologique et suis ravie de retrouver notre héroine, après ses aventures à Scargrave Manor.

J'ai retrouvé un peu de l'allant présent dans Jane Austen et le prisonnier de Woolhouse, mais il faut dire que dans cet opus il faut attendre un peu avant que l'action s'emballe. C'est que la compréhension de la société de Lyme Regis nécessite des présentations détaillées. Aussi chaque personnage semble-t-il porter en lui une part obscure que notre Jane mettra du temps à déjouer. Il faut dire que la voici plongée dans des émois amoureux qui la laissent perplexe. Serait-elle plus attirée par les hommes aventureux, aux allures de pirates que par un capitaine ?

Le fond historique m'a plu et l'explication de la stratégie de Napoléon, surnommé Le Monstre. Nous sommes e 1804 et Napoléon vient d'être couronné empereur. Il est en guerre contre l'Angleterre depuis un an. De nombreux volontaires rejoignent ses rangs, comme le frère de Séraphine.

On retrouve le paysage connu de Persuasion de Jane Austen avec le Cobb de Lyme Regis et le même sentiment que cette petite ville n'offre pas les mêmes attractions que Bath, est plus simple , accueillant les gens de classe moyenne.

Je compte bien poursuivre cette série que je trouve remarquablement écrite et documentée. Une touche d'humour so british bien entendu, avec le père de Jane qui se moque des dires de Mme Austen : "Mr Sidmouth est l'un des plus indignes jeunes hommes du royaume, dit-il avec un évident amusement, ou du moins, c'est ce que votre mère m'assure.C'est même l'homme le plus vil qui soit, d'après ce que j'ai compris, pour avoir abattu le vaillant capitaine _ ou pour avoir omis de vous demander d'abord votre main _ je reste hésitant quant à savoir laquelle des deux propositions est la bonne."

 

le challenge des 12 thèmes

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 11:13

 

L'année commence bien avec une bonne grippe ! Mais restons positif, cela donne une bonne excuse pour lire sous un plaid ! Daphné m'accompagné,  voyez que je suis en bonne compagnie ;)

Ce week-end les enfants ont entrepris de dégeler le bassin afin de permettre aux poissons de remonter à la surface. Je vous laisse découvrir ce que trois jours de gel leur ont permis de faire ... Un début de sculpture qui, à n'en pas douter,  finira en bonhomme ou autre !

Tout le monde reste au chaud ... y compris les chats qui ont pris des allures de lions en étoffant leur pelage !

 

Les petits bonheurs 2017 # 1
Les petits bonheurs 2017 # 1
Les petits bonheurs 2017 # 1
Les petits bonheurs 2017 # 1

Et chez vous, quels petits bonheurs en cet hiver ?

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans petits bonheurs quotidiens
commenter cet article
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 10:36


 

 

 

 

Le 26 Décembre 2013 naissaient les Petits bonheurs quotidiens sur le blog avec un billet que j'ai pris plaisir à relire et qui me rappelle qu'il faut toujours essayer de voir la beauté de ce qui nous entoure, les petites joies...

Qu'ils soient quotidiens, hebdomadaires, un temps délaissés, retrouvés, ils fleurissent toujours ! Serait-ce une bonne résolution de l'année 2017 ?

J'apprécie de les voir émerger sur les blogs des copinautes depuis ce temps, sous une forme ou une autre, en images, en poésie , dans un bocal ou une boite ...

 

 

Et si on partageait en ce début d'année ?

La photo qui m'accompagnera cette année est celle de Patrick Boutet, dénichée sur la page des Improbables Librairies et Improbables bibliothèques

 

 

 

Belle année plein de petits bonheurs ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans petits bonheurs quotidiens
commenter cet article

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...