Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 09:39
Pechblende, Jean Yves Lacroix

Pechblende, Jean Yves Lacroix, éditions Albin Michel, juin 2016, 310 pages

Genre : littérature contemporaine, historique

Thèmes : seconde guerre, nucléaire, recherche, amour, engagement, Résistance

 

L'auteur en quelques mots ...

Jean-Yves Lacroix est né en 1968 dans la région de Grenoble. Ancien élève de l'École normale supérieure, spécialiste de l'œuvre de Jean Paulhan, il fait le commerce des livres anciens à l'enseigne La Palourde. Il a traduit des œuvres d'Herman Melville, E.E. Cummings et William Blake.
Il a publié un récit : Le Cure-dent (Allia, 2008) et un roman très remarqué : Haute époque (Albin Michel, 2013).

(source Albin michel)

L'histoire :

Jef Goldman est répétiteur à l'Ecole normale supérieure et prépare les élèves à l'agrégation. "Jef vivait attaché à l'Ecole normale comme une moule attachée à son bouchot".Depuis quelques temps le jeune homme s'intéresse à une oeuvre, l'Algèbre d'Omar Khayyam, qui aurait inspiré Descartes pour rédiger sa Géométrie. Une accusation de plagiat attire à présent son attention et Jef souhaite en savoir davantage.C'est qu'il rêve d'une publication qui le rendrait célèbre ou au moins remarqué, comme son rival, Jean Cavaillès, ou son camarade Emmanuel Des Essarts, tout juste nommé au Quai d'Orsay. Dès lors"Le sentiment de n'être nulle part à sa place" le tenaille.

Cependant, persuadé de tenir là une piste, Jef se rend dans la librairie Les Corps intermédiaires, gérée par Edouard Mesens. Parallèlement, lui parvient d'Italie une missive ayant échappé à la censure, émanant d'un ancien camarade, Ettore Majorana, spécialiste de la structure atomique. L'envoi date de cinq mois. Pourquoi tant de temps pour lui parvenir ?

Jef a pleinement conscience des changements dans les enjeux mondiaux " Depuis Michaux, le regard sur l'atome avait largement évolué. Les perspectives s'étaient ouvertes.(...) l'infiniment petit se révélait un abîme à part entière. L'atome cristallisait désormais les espoirs les plus fous, suscitait les pire craintes, avec l'intérêt des militaires".

Lorsqu'Emmanuel Des Essarts apprend à Jef que Majorana est porté disparu, ce dernier comprend que la lettre envoyée d'Italie contient la réponse à sa question. On parle d'enlèvement sur fond de complot international."Il avait jamais douté que la guerre approchait, mais il en devinait à présent un des enjeux secrets: le temps était venu pour lui de se perfectionner"

Lucien, quant à lui travaille pour Edouard Mesens et comprend rapidement les enjeux du métier, cherchant les perles rares, les trésors cachés dans les greniers. Apprentis libraire, il ne tarde pas à faire ses preuves, participant à la mise au jour d' une collection rare, transmise au sein d'une famille, inconnue des bibliophiles. Conscient des sommes considérables à en tirer, qui pourraient par ailleurs sauver la librairie, Edouard Mesens acquiert l'ensemble. A force de fouiner, Lucien finit par dénicher l'Algèbre d'Omar Khayyam, exemplaire dédicacé à Théophile Gautier. L'acheteur , un certain Jef Goldman, se présente comme philosophe... Devenus amis, les deux hommes échangent leurs vues sur la guerre, Jef faisant part de son engagement dans l'armée, persuadé que la prochaine guerre sera mécanique et remettra en question toutes les stratégies héritées de 1914/18, "c'est l'animal en l'homme qu'elle dresse à la hauteur d'un géant meurtrier".

Lorsque Laura entre dans la vie de Lucien, ce dernier n'imagine pas qu'il va participer à un pan de l'Histoire. Etudiante en Physique, elle participe à des recherches sur la scission de l’atome à partir du dioxyde d’uranium, la pechblende, littéralement « la pierre qui porte malheur ». . "Depuis le mois de janvier, le département de Chimie nucléaire du Collège de France devait faire face à une surcharge de travail tout à fait exceptionnelle (...)" deux chercheurs "apportaient la preuve expérimentale qu'il était possible de briser un noyau d'uranium en le bombardant à l'aide d'un faisceau de neutrons.(...) le phénomène baptisé "scission nucléaire " allait faire basculer le monde ...

"Le 14 juin en fin de matinée, les troupes allemandes pénétrèrent dans Paris par la Porte de Saint Cloud, sans rencontrer la moindre résistance".

 

 

En vrac et au fil des pages ...

Voici un récit passionnant, dans lequel il faut cependant entrer en sachant que l'écriture est travaillée, que les références historiques et scientifiques sont nombreuses. Une fois prévenu, le lecteur pourra se laisser porter par l'intrigue et apprécier les nombreuses références qui apportent une tension dramatique au récit.

Car s'il s'agit d'une fiction, elle est basée par les dernières découvertes en terme de nucléaire, qui vont révolutionner le monde, la façon de penser une guerre. Le récit se termine d'ailleurs par l'évocation de la bombe lâchée sur Hiroshima, comme un signal fort de ce qui était prévisible mais n'a pas su être entendu ou reconnu à temps.

La recherche fait de grandes choses mais détruit aussi des vies. Dans ce contexte, des intellectuels s'évertuent à transmettre des connaissances , mais tout est faussé par l'avancée de Hitler. Le roman sous entend fortement que sa stratégie n'a pas été prise au sérieux. Mais alors que des chercheurs font évoluer les sciences, les nazis, eux, entrevoient parfaitement ce qu'il serait possible d'en faire.

En mettant en confrontation la littérature et les sciences, l'auteur nous livre une reflexion sur ce que nous laissons au monde, sur l'engagement, les enjeux mondiaux et ce qu'il convient de faire , en terme d'éthique. Il s'agit aussi d'un hommage à la littérature, témoin du passé.

Les personnages de Lucien et Laura sont de jeunes adultes qui ne perçoivent pas l'ampleur des découvertes ou des décisions politiques "ils ne trouvèrent pas de mots assez durs pour stigmatiser la corruption générale, ni le cynisme en vigueur dans le monde des adultes". Eux vivent leur histoire d'amour. Laura voue une admiration sans borne à son mentor, Joliot Curie.Mais Lucien n'entrevoit pas quelle part de responsabilités endosse Laura au sein du département de chimie, ni comment cela la relie à l'Histoire immédiate. Un passé commun douloureux les rapproche: "Alors , l'un et l'autre, nous avons commencé à chercher ailleurs : moi dans les molécules, toi dans les livres,une vérité qui nous concerne et nous aide à vivre". 

La première partie du récit met en place les personnages, les lieux, les éléments essentiels qui font pressentir la menace. Par la suite on suit avec eux l'entrée des allemands, les actes du gouvernement de Vichy. On comprend, sans doute mieux que Lucien, ce qui se trame derrière les recherches. La fin accélère les révélations et installe un inconfort que vient souligner ce constat : "A travers Joliot Curie, ce jour-là, comme à chaque cérémonie patriotique qu'il lui était donné de suivre, Lucien avait le sentiment bouffon qu'un peuple se dédouanait de ses manquements à l'histoire immédiate (...) en glorifiant les victimes, au nom de leur sens bien connu du sacrifice. Le pays retaillait sa légende à grands coups de ciseaux : la France occupée découvrait ses héros".

Partager cet article

Repost 0
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 14:01
Arrive un vagabond, Robert Goolrick

Arrive un vagabond, Robert Goolrick, éditions Pocket, 2013, 352 pages

Thèmes : Virginie, ségrégation, influence, amour, terres, enfance

Genre : drame

Traduit par marie de Prémonville

 

L'auteur en quelques mots ...

Retrouvez la biographie de Robert Goolrick sur la chronique de Féroces

L'histoire :

"Tous les regards de cette ville sont posés sur nous, même quand nous dormons". révérend Shadwell

1948.Lorsqu'il arrive à Brownsburg, petite ville de Virginie, Charlie Beale est loin d'imaginer ce qu'il y vivra. Au volant de son pick-up, devenu au fil du temps sa maison, il repère immédiatement un terrain où coule une rivière. Ce sera son campement, son refuge. Seul depuis longtemps il n'aspire à rien d'autre que la tranquillité et une terre à lui.

Rapidement, Charlie se fait accepter par les habitants de la ville, pourtant peu locaces, méfiants, vivant dans la crainte de Dieu représenté à travers les multiples églises méthodistes, baptistes ...etc. Doué pour découper la viande, il est alors embauché par Will dans sa boucherie et adopté par sa famille. Son travail est reconnu par tous, y compris par la communauté noire qui vient plus tôt le matin pour acheter la viande, laissant ensuite la place aux Blancs. Ses talents de joueur de baseball achèvent de créer la légende Beebo.Dès lors, Will et Alma n'auront de cesse de faire en sorte qu'il se sente bien et leur petit Sam ne tardera pas à devenir l'ombre de Charlie "Beebo". Entre eux deux des liens forts se tissent au point qu'il deviennent inséparables.

Mais la vie n'est pas un long fleuve tranquille et du jour où Sylvan Glass fait son apparition, Charlie n'est plus lui-même, sous le charme de la jeune femme pourtant mariée au notable de la ville que tous détestent et redoutent.

Sylvan est issue d'une famille de paysans du fin fond de la Virginie et a été achetée par Harrison Boatwright Glass ,pour qui tout se paie. En compensation d'un terrain à exploiter et d'une somme d'argent, la famille a accepté de laisser partir Sylvan. Cette dernière vit sa vie par procuration à travers le cinéma, les actrices qu'elle vénère Olivia de Havilland, Ava Gardner, Audrey Hepburn, et dont elle reproduit toutes les tenues, grâce à Claudie, couturière noire qui lui voue une admiration sans faille bien qu'elles appartiennent à deux mondes différents.

Pour elle, il perdra la raison, sa fortune et les regards se détourneront sur son passage ...

En vrac et au fil des pages ..

 

Ce récit est présenté comme une romance mais il n'en est pas une pour moi, même si l'amour et la folie qui guettent Charlie sont au coeur du roman. C'est un drame, une tragédie sur fond de ségrégation, relatant combien une société croyante et pratiquante peut laisser tomber ses enfants, par conviction, peur de l'enfer.

Le lecteur se prend réellement d'amitié pour Charlie dont la vie simple interpelle. On ne saur pas d'où il vient ni pourquoi son pick up est devenu sa maison. mais qu'importe. Jusqu'au moment où arrive ce drame, on ne prête pas attention à son passé car seules comptent ses actions au coeur de la ville pour se faire accepter. Par la suite son besoin d'amour prendra l'ascendant sur lui, incarné en Sam, un enfant qui n'est pas le sien mais qu'il considère comme son fils, en Sylvan surtout, ce qui le mènera au pire.

Le décor à lui seul vaut le détour. Nous sommes dans l'Amérique des grands espaces où posséder de la terre est synonyme de richesse. Charlie y voit une transmission possible à sa descendance, puis à Sylvan et choisit minutieusement chaque parcelle, pour son emplacement, sa beauté, les sensations que cet amoureux de la nature y éprouve. Offrir cela c'est offrir son coeur, c'est se mettre à nu. Mais qui peut le comprendre, hormis celui qui narre cette histoire et dont je ne peux rien dire au risque de trop en dévoiler.

L'amitié sous-tend le récit. mais l'on en perçoit la fragilité dès lors que les hommes sont mis au banc de la communauté par les prêcheurs des différentes églises. dans ce contexte, seul un révérend noir va accueillir Charlie, tout en le mettant en garde contre ce qu'il risque s'il persiste à fréquenter ceux que la ville tolère mais n'accepte pas. Ce révérend deviendra une des voix qui s'élèveront contre la ségrégation quelques années plus tard.

Pour l'heure le danger est ailleurs, mais Charlie n'y peut rien, emporté par son amour pour Sylvan en qui il reconnait son âme soeur. Pourtant on comprend assez vite qu'elle n'est pas tout à fait sur la même longueur d'onde, ou plutôt que sa naiveté ne lui permet pas de comprendre l'ampleur de l'amour de Charlie. Issue d'un milieu paysan, elle a été achetée par son mari comme un animal de ferme et s'est dès lors projetée dans une vie rêvée, faite de cinéma, de tenues extravagantes. Une façade qui va rapidement se fissurer...

Je vous recommande chaudement ce livre qui est un véritable coup de coeur. La plume de Robert Goolrick est toujours aussi envoûtante, ici ntamment dans la description des paysages, des sentiments, et toujours acérée. La violence latente est aussi au coeur de l'oeuvre de Goolrick.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 09:13
Ecoutez nos défaites, Laurent Gaudé

Ecoutez nos défaites, Laurent Gaudé, éditions Actes Sud, 2016, 288  pages

Genre : roman

Thème : guerre, épopée, Histoire, terrorisme

 

L'auteur en quelques mots ...

Retrouvez la biographie de Laurent Gaudé sur le billet du challenge

L'histoire :

 

" La défaite, elle est là. Est-ce que les autres ne la voient pas ? La défaite gourmande, bestiale, sans appel. Ils ne pourront pas lui échapper. Est-ce qu'il est le seul à la sentir ?"

Mariam est archéologue et voue sa vie à la recherche et la conservation de trésors oubliés, vestiges d'un passé antique où la Mésopotamie était glorieuse. Heurtée dans son corps par une maladie qu'elle sait incurable, elle prend parfois du plaisir dans les bras d'hommes vite oubliés, amants de passage.

Pourtant lorsque son chemin croise celui d'Assem, Mariam sait que leurs destins sont unis. Il la comprend et trouve les mots justes qui prouvent sa connaissance de la terre sur laquelle ils vivent, des guerres et conflits passés. Assem est un agent des services de renseignements français et s'apprête à rencontrer un ancien membre des commandos d'élites américain que le gouvernement cherche à éliminer après avoir testé sa dangerosité. Tous deux ont vécu les drames, les obligations inhérentes à leur métier, parfois bien loin de l'humanité. Chacun sait qu'il est arrivé au bout de quelque chose et qu'il ne sera pas possible de continuer ainsi, une vie de combat, de traque.

Afin d'unir son destin à celui d'Assem, Mariam cache dans ses affaires une statuette de Bès, " le dieu nain que l'on glisse sous la tête des défunts pour les apaiser", qui sera le lien entre eux. Elle que l'amour n'a su combler voit en cet homme une renaissance et la possibilité d'une réparation. Elle sait qu'il aura le bon geste et comprendra ce qu'il faut faire de la statuette.

A des siècles de distance, Hannibal se prépare à une bataille mémorable. Lui, roi puissant, guerrier à dos d'éléphant, entend marcher sur Rome et révéler son pouvoir au monde. Le général Grant doit mener une bataille contre les confédérés et sait que sa victoire n'en sera pas vraiment une car toute guerre est une défaite en soi.  Hailé Sélassié , dit Le Négus,roi des rois, adulé puis rabaissé, luttant contre l'envahisseur fasciste, enfermé dans une geôle où il sera oublié, en est l'exemple.

Et alors que Daech s'attache à détruire toute trace d'un passé glorieux en détruisant les musées, le patrimoine ancestral, Mariam constate, tout en gardant espoir, ce que l'homme est capable d'infliger à ses semblables. "il ne peut y avoir de renoncement"...

"Tout ce qui se dépose en nous, année après année, sans que l'on s'en aperçoive (...) signe qu'au-delà de la conscience quelque chose vit en nous qui nous échappe mais nous transforme(...) avance obscurément, année après année, souterrainement, jusqu'à remonter un jour et nous saisir d'effroi..."

En vrac et au fil des pages ...

 

Les thèmes chers à Laurent Gaudé sont réunis dans ce roman polyphonique : la guerre, l'humanité et son devenir, la mythologie, les grands guerriers de l'Histoire. Ici l'accent est mis sur les dérives actuelles perpétrées par Daech et c'est ce qui a le plus retenu mon attention.

J'avais été choquée par les images présentées au journal télévisé, montrant des terroristes abattant des statues, détruisant tout un patrimoine. Rapidement mes élèves avaient posé la question "c'est ce qu'on voit dans les livres d'Histoire ? La Mésopotamie ?". Et même ceux qui ne sont pas férus d'Histoire avaient compris ce que l'on perdait là.

Laurent Gaudé part  de ce constat et l'explique par le mépris mais aussi la conscience de l'impact de ces actes sur la communauté, une revendication de pouvoir au-delà des guerres. "L'Antiquité est pleine de villes mises à sac -l'incendie de Persépolis, la destruction de Tyr- mais d'ordinaire il en restait des traces, d'ordinaire l'homme n'effaçait pas son ennemi".

Le roman donne voix aux grands combattants de l'Histoire : le général Grant, Hailé Sélassié, Hannibal et leur confie un discours qui peut sembler désabusé : une bataille se gagne au prix de multiples vie et est ainsi, en soi, une défaite. L'on découvre le courage, la force de chacun, mais également un état d'esprit très lucide, conscient que tout peut basculer.

La touche féminine apportée par Mariam, archéologue irakienne, qui assure un espoir, une continuité dans la folie et célèbre surtout l'art, sa beauté intemporelle. Peut-être est-ce ce qui vaut encore la peine de lutter.

Assem est un agent de la République que rattrapent ses fantômes : "J'ai mené tant d'opérations durant toutes ces années que je suis devenu un chasseur, tueur de la République qui traque sans cesse des homes nouveaux". Il connait bien le pays de Mariam car y a poursuivi des terroristes mais a surtout foulé le sol de ses ancêtres et éprouve, comme elle, un infini respect pour le passé de l'Irak.

Ce que j'apprécie le plus chez Laurent Gaudé est sa faculté à faire vivre l'Histoire, à donner corps et voix à des êtres oubliés sur lesquels on a aussitôt envie d'en savoir plus, sa perspicacité et capacité à trouver le mot juste, souvent empreint de poésie.

C'est un récit que je vous recommande, même si j'ai eu plus de mal à entrer dans l'histoire que pour les oeuvres précédentes. Avec le recul je pense que cela vient du fait que je connais moins les actes du général Grant ou de Hailé Sélassié, sur lesquels je me suis documentée depuis.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 16:16

 

Petit rendez-vous de partage, délectation et autres petits bonheurs ! 

 

 

La tribu est en vacances ! Youpi ! Nous espérions profiter du beau temps mais ... nous le cherchons encore ;) Qu'à cela ne tienne, première balade à Trémolat (Dordogne) avec un joli point de vue qui nous invite à revenir cet été ...

 

 

Puis une halte à Molières, jolie Bastide médiévale, à peu près déserte l'hiver mais bondée l'été ! Je vous montrerai une autre fois le château de la reine blanche car le mauvais temps nous a rattrapé ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Côté lecture, un coup de coeur que je vous recommande même s'il est assez dramatique : Arrive un vagabond de Robert Goolrick.

 

 

Et puis la petite musique qui me met de bonne humeur en ce moment : 

Et vous, quels petits bonheurs avez-vous envie de partager ?

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans petits bonheurs quotidiens
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 15:56
Le Club des philosophes amateurs, Alexander McCall Smith

Isabel Dalhousie, tome 1 : Le Club des philosophes amateurs,Alexander McCall Smith ,2006 Editions 10/18 (Grands détectives) - 300 pages , Traduit par François Rosso

Genre : récit policier

Thèmes : philosophie, meurtre, famille,morale, opéra, Ecosse

 

L'auteur en quelques mots ...

Né en 1948, Alexander Mc Call Smith est un écrivain et juriste écossais.

Il devint un expert très connu de droit appliqué à la médecine et la bioéthique vers la fin du xxe siècle, et fit partie de comités britanniques et internationaux à ces sujets.

Il est toutefois surtout connu pour ses livres de fiction, notamment la série Les enquêtes de Mma Ramotswe, personnage qui après l'échec de son premier mariage monte une agende de détective privé au Botswana , l' « Agence no 1 des dames détectives ».

Egalement pour sa série mettant en scène Isabel Dalhousie, rédactrice en chef d'une revue de philosophie et enquêtrice amateure.

L'histoire :

"Isabel Dalhousie vit le jeune homme tomber du "paradis", le dernier étage de la salle de concert (...) Curieusement, la première chose qui vint à l'esprit d'Isabel fut ce poème d'Auden sur la chute d'Icare".

Aussi étrange que cela paraisse, Isabel monte alors au balcon afin de se rendre compte par elle-même de ce qu'a pu être cette chute, sans penser que ce geste même pourrait sembler suspect aux yeux des policiers dépêchés sur place. Pourtant, c'est la curiosité qui pousse Isabel à comprendre, de même que son instinct qui lui dit qu'il ne s'agit peut-être pas d'un simple accident, ni d'un suicide.

Entre sa gouvernante, Grace, qui n'a pas la langue dans sa poche, sa nièce Cat et son nouveau petit ami peu apprécié dont Isabel aimerait bien se débarrasser, notre enquêtrice amateur ne trouve de soutien qu'en Jamie, ancien petit ami de Cat avec qui elle s'est toujours bien entendu, passionnée comme lui de musique. Jonglant entre son envie d'en savoir plus sur ce jeune homme et son métier de rédactrice en chef d'une revue d'Ethique Appliquée pour laquelle elle corrige des articles plus ou moins intéressants, Isabel entre dans l'univers de l'art pour y découvrir quelques indices qui la mettront sur la voie.

Entre temps, Isabel se livre à son passe temps favori : la philosophie, dissertant sur la morale, le sentiment amoureux, elle qui pense encore à John Liamor, pourtant parfait goujat, ou encore la nécessité de dire la vérité. C'est d'ailleurs ce dernier point qui lui pose le plus de problème, puisque collectant des preuves de l'assassinat du jeune homme, elle fait une découverte qui pourrait blesser Cat ...

En vrac et au fil des pages ...

 

Voici donc le premier tome des enquêtes d'Isabel Dalhousie; depuis le temps que l'on me recommande sa lecture ! 

Je dois dire que le titre est trompeur , ce sera là la seule faiblesse de ce premier opus qui ne présente absolument pas ... le fameux club des philosophes amateurs.

Pour le reste nous découvrons une riche quinquagénaire, délaissée par un certain John Liamor dont le nom seul fait frémir ! Décidée à faire de la philosophie son métier , suivant ainsi les conseils de son défunt père qui prônait la nécessité d'un métier qui plait plus qu'un emploi de servitude, Isabel y a consacré toute sa vie. Ce premier tome est d'ailleurs parcouru de reflexions intéressantes sur des sujets variés comme la nécessité ou pas de dire la vérité (le personnage s'appuie ici sur les dires de Kant qu'elle égratigne au passage), la valeur du sentiment amoureux ou encore la courtoisie, thème central du récit qui permet d'observer la société écossaise. Isabel regrette en effet que ses contemporains ne pensent plus à aider,prendre en charge la détresse d'autrui. Or, pour elle, tout part de la courtoisie.

C'est donc à ce titre qu'elle ne cache pas son mépris pour l'ami de Cat en qui elle perçoit l'homme intéressé par une certaine fortune, ce qui donne lieu à des remarques cinglantes et pleine d'humour.

Soyons honnête, l'enquête est secondaire et c'est la vie d'Isabel, le regard qu'elle porte sur ses concitoyens, qui fait l'intérêt de ce roman. C'est un personnage piquant et perspicace. J'espère découvrir le Club des philosophes amateurs dans le tome suivant dont le titre me réjouit d'avance : Amis, amants, chocolat !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 15:54
Les pépites de Tom et Lila # 1 : La Traversée, Jean Christophe Tixier

Tom (13 ans) et Lila (11 ans ) ont décidé de contribuer au blog en proposant leur avis sur les livres lus. Pour changer un peu nous nous livrons à un petit jeu : présenter sa lecture de façon originale (interview d'un personnage, collage, écrire une suite ...)

Belle lecture !

Les pépites de Tom et Lila # 1 : La Traversée, Jean Christophe Tixier

J'ai aimé ce livre car il parle d'un sujet d'actualité que j'ai travaillé en Histoire et en Français : la situation des migrants. On rencontré un jeune garçon qui s'appelle Sam et qui rêve de vivre en Europe. Son père a plusieurs boulots, son frère a mal tourné. Sam voudrait avoir une chance de recommencer sa vie ailleurs. Malheureusement, avant de pouvoir arriver en Italie il va devoir vivre plusieurs jours avec d'autres personnes, sans eau ou nourriture, jusqu'à ce que des passeurs les envoient sur un bateau trop petit pour eux. 

Je me suis demandé ce que Sam avait pu vivre car ,à la fin du livre, l'auteur ne nous dit pas ce qu'il devient. Je crois qu'il nous laisse imaginer la fin.

 

Interview de sam

roman : La traversée de Jean Christophe Tixier

Sam, tu es un émigré lybien. Tu as été choisi pour conduire le bateau sur lequel soixante personnes ont été entassées.

*Pourquoi as tu été nommé pour conduire ce bateau ?
Il fallait quelqu’un et je me sentais capable de le faire. Les autres avaient très peur.

As- tu pensé à ta famille pendant le voyage ?
Oui, j’ai pensé à ma famille et aux personnes que j’avais rencontrées lors du départ, aux amis que je laissais derrière moi : Youssou, Thiane…

*pourquoi as- tu quitté ton pays ?
J’ai quitté mon pays pour des raisons d’argent, je ne pouvais pas trouver de travail en Lybie. Mon père était obligé de faire plusieurs boulots pour nous nourrir.

*Est-que tu peux nous raconter tout ce que vous on fait vivre les passeurs ?
On nous a d’abord emmenés à bord d’un pik-up pour nous amener vers le lieu de  départ. On voyageait la nuit pour ne pas qu’on nous voit. Dans la journée les passeurs nous laissaient avec juste quelques réserves de nourriture et un peu d’eau qu’il fallait partager.Si on nous avait trouvés là, on aurait pu mourir ou être renvoyés chez nous. Au bout d'un moment, après avoir pris tout notre argent, on nous a mis dans un camp. J'ai cru que jamais je ne partirai de là.  Mais le moment est venu et ils nous ont mis sur un bateau trop petit pour nous.

Ensuite votre bateau a fait naufrage.Comment s’est passé le moment où tu as découvert toutes les victimes qui flottaient au lever du jour ?
Quand le jour s’est levé je m’attendais à voir toutes ces victimes,  j’en imaginais moins que ça,  j’étais choqué. On a perdu la moitié des gens dans le naufrage, mais au matin beaucoup de corps avaient coulé.

Pourquoi as-tu donné tout ton argent pour sauver Thiane ?
j’ai donné tout mon argent car je n’avais pas envie qu’elle meure ou que les passeurs abusent d’elle. Je tenais à  elle, même si on venait de se rencontrer. Les passeurs ont profité de la situation, ils ont volé tout ce que les émigrés avaient, en plus de l’argent que nous avions déjà donné pour la traversée.

Que s’est-il passé pour que tu sois blessé ?

Un homme est devenu fou après le naufrage, il avait peur je pense. Il m’a menacé et m’a blessé. On a perdu la seule lampe torche qu’on avait à cause de lui. Quand je me suis réveillé il n’était plus là. Je ne sais pas ce qu’il est devenu mais je pense que les autres ont dû agir pour ne pas qu’il blesse d’autres personnes.

Comment s’est passée l’arrivée en Europe ?
Quand nous avons vu les lumières du bateau, nous ne savions pas si c’était pour nous sauver ou si on allait nous reconduire chez nous. On a eu peur car après cette traversée on espérait tous vivre une nouvelle vie.

Merci Sam et bon courage pour ta nouvelle vie

 

Chronique rédigée par Tom

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...