Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 02:41

Pour l'atelier d'écriture de ce lundi, Leiloona nous propose une photo originale et colorée. J'ai hâte de lire les écrits des copinautes inspirés. Retrouvez-les ICI.

La journée de la culotte

Ah, ma petite fille !

Où est passée ma jeunesse et le rêve d'un corps éternel ?

Elles ont filé si vite ces années ... Pourtant j'en ai profité. Oh oui, j'en ai profité !

Pour moi, pour Lui.

Ce corps je l'ai longtemps maudit. A l'âge où l'on porte de jolis dessous acidulés comme ceux que nous regardons en vitrine, mes jambes frêles et mes genoux cagneux me rappelaient que j'étais un garçon manqué. Puis mon corps a changé, sans moi, malgré moi, trop ceci, pas assez cela, préoccupations d'adolescente.

Les magazines regorgeaient dans les années 60, de dessous affriolants. Finies les gaines et autres accessoires de torture - ma mère m'avait raconté l'invention du Very Secret de Scandale dans les années 50, avec ses coussinets gonflables à volonté. Ces hommes ! Ces hommes ! mais quelle idée ? Et avant cela, un aviateur s'y était mis aussi, si, si. Howard Hugues il s'appelait et il venait d'inventer un soutien gorge à armatures qui rendait les seins pointus, tu te rends compte ? -Juste ciel ! J'ai échappé à cela !

En 1961 j'avais 17 ans et Wonderbra lançait son premier push-up. Je m'en souviens comme si c'était hier ma jolie. Aujourd'hui je regarde cela d'un autre oeil mais à l'époque et à mon âge, acheter en cachette un tel sous-vêtement et l'arborer fièrement, m'a valu un certaine fierté. Je dois dire que j'ai eu mon petit succès et Marie-Claire m'y a bien aidée.

Exit la gaine, celle-là même que je chéris aujourd'hui, tu te rends compte ?

Tu souris ma belle mais tu verras... La mode tourne et reviens à ses premières amours. Le grand retour de la lingerie gainante !

Et puis les hippies sont passées par là et j'ai ôté le haut plus souvent qu'à mon tour. Liberté !

C'est à cette époque que je l'ai connu, Lui. Pour lui plaire, j'ai résolument opté pour la mode, même si elle n'était ni pratique, ni confortable à mon goût. Guêpières, porte-jarretelles, Chantal Thomas est passée par là et a tout révolutionné au nom de la fantaisie. La femme fatale est apparue, attirante autant qu'impertinente.

Oui mais moi j'étais déjà maman. Mon corps changeait, me transportait, m'horripilait, m'étonnait. Pourtant j'ai fait partie de celles-là, oui, qui portent pour leur amour une lingerie raffinée, sexy à l'extrême, mais qui ne me correspondait pas. Que ne ferait-on par amour ? J'étais audacieuse.

Corsetez-vous ! Pigeonnez ! Tu penses ! Ficelée comme un rôti, je me suis perdue. L'image de la mère de famille en a pris un coup tu sais et je souffrais de n'être que cela. La femme idéale devait être active, mère et amante, femme d'affaires. C'est l'image que nous renvoyait la société. Quel credo ! Quel gâchis !

Alors tu vois, ce qui te semble être d'une mièvrerie affligeante, ces dessous en coton que nous regardons depuis tout à l'heure, pour moi c'est la liberté. J'ai osé le dire, enfiler la culotte de Bridget et me proclamer femme !

Ce n'était plus pour Lui, c'était pour moi ! Et quel bonheur ! Oui, quel bonheur !

Aujourd'hui une femme peut choisir le confort élégant ou la séduction et je ris de ce revirement, de cette simplicité qui me ressemble. Plus d'armatures et d'armures et IL est toujours là , tu vois, car il m'a suivie dans ce choix.

Alors vis ma petite fille et ne te laisse embrigader ni par un homme ni par la mode. Choisis ce qui te ressemble mais au quotidien sois toi-même, le satin ou le coton bio, le plus simple ou le plus beau et pourquoi pas, les culottes Petit Bâteau ...

La journée de la culotte

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans atelier d'écriture
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 06:35
Taguée par Crochettine

Comme il est toujours agréable de recevoir de nouveaux blogueurs par ici, je réponds avec plaisir au TAG de Crochettine. Mais avant tout, petite présentation de son blog :

Crochettine est une créatrice. Le fait- main, elle connait et elle adore ( tout ce que je rêverais de savoir faire !) . Avant j'adorais crocheter, mais je me suis laissée prendre par le tourbillon de la vie, du travail et j'avoue consacrer beaucoup de mon temps libre à la lecture et à l'écriture. Pour autant Crochettine me donne envie de m'y remettre. Mais c'est aussi une gourmande, ce qui nous rassemble.

 

Le TAG

Le nominé doit

-citer la personne qui l'a nominé et mettre un lien vers son blog

-écrire onze choses sur soi

-répondre à onze questions

-nominer à son tour onze blogs qui comptent moins de deux cent abonnées

 

C'est parti !

 

1 - J'aime me lever tôt. Lorsque je dis tôt c'est 4h30, 5h maximum de façon à profiter d'un petit temps pour moi. Quelques pages de lecture, un petit déjeuner au calme avant le rush de la journée.

2 - ma première mission du matin consiste à nourir les animaux. Et oui, poules et lapins réclament et j'apprécie ce moment où le soleil se lève à peine, la fraicheur du jardin...

3 - Je rentre manger chez moi à midi car je ne supporte pas de rester au collège. J'ai besoin de ce temps de pause, chez moi plus que dans ma salle ou pire dans la salle des professeurs que je ne supporte plus ( autant la salle que les profs !)

4 - Cette année sera consacrée à l'écriture. Je commence doucement avec l'atelier d'écriture de leiloona.

5 - J'ai demandé une mutation pour rentrer en métropole en juillet. Nous espérons l'avoir car avons hâte de retrouver notre terre natale. Ces 6 années à la Réunion furent riches de rencontres, de découvertes. mais il est temps ...

6 - J'ai découvert récemment de nouveaux blogs, de nouveaux blogueurs, que je lis avec plaisir. Il est bon de teps en temps d'ouvrir son horizon.

7 - Comme tout le monde par ici j'imagine, je ne conçois pas une journée sans lecture. Deux pages ou un chapitre et la journée commence ou finit bien.

8 - Bien que vivant dans une zone quasi tropicale, j'ai de senvies d'hiver et de neige ! Je constate qu'il en est de même des enfants qui n'ont plus vécu d'hiver digne de ce nom depuis des années ( quant à ma fille elle n'a pas idée de ce à quoi cela peut ressembler !). C'est l'ambiance liée à l'hver qui me manque car nul doute que lorsque nous aurons bien froid nous penserons avec nostalgie à notre vie ici ;)

9 - Côté voyage j'ai très envie de redécouvrir l'Angleterre et l'Ecosse. Un projet ?

10 - J'ai trois enfants qui grandissent à vue d'oeil et ont chacun une personnalité bien marquée. Un lecteur parmi eux ? Pensez-vous ! Ils aiment en revanche que ce soit moi qui lise ...

11 - Je me dis parfois que Calinette, le chat de la maison devait être un humain dans une autre vie ( une  de ses neufs vies !). Son attitude, son regard, son des plus surprenants. Quoiqu'il en soit, nous sommes tous convaincus que c'est un chat guérisseur.

 

Les questions de Crochettine :

1 quel est ton poète préféré?  Charles Juliet, sans aucun doute !

2 es-tu ville , campagne, mer, ou montagne ? Un peu tout , selon l'humeur et le moment. mais pour vivre au quotidien, pas la ville !

3 quelle est ta couleur préférée ? Je n'en  ai pas vraiment  mais je peux dire que les couleurs vives ne m'attirent pas.

4 ton dessert préféré ?  la tarte aux pommes maison. Je devrais dire la tourte car la mienne est faite comme cela.

5 tu ne sors jamais sans : un livre ! oh comme c'est original mais tellement vrai. Puis un appareil photo aussi ;)

 6 es - tu sucré ou salé ? les deux mon capitaine, avec un penchant pour le salé tout de même

7 pourquoi ce nom pour ton blog ? Parce qu'il allie mes deux péchés ! 

8 ton rêve que tu aimerais voir se réaliser : obtenir la mutation demandée et rentrer en métropole. Réussir ma reconversion professionnelle.

9 ta ville préférée : Toulouse

10 ton élément préféré (air, terre , eau, feu) :  terre, résolument

11 ta saison préférée : sur l'ile de la Réunion, l'hiver. En métropole l'automne.

A mon tour je relance ce TAG vers ... qui voudra ! 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans tag
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 06:26
Nymphéas noirs, Michel Bussi

Nymphéas noirs, Michel Bussi, éditions Pocket, 493 pages

2013 ( première édition 2010)

Genre : policier contemporain

Thèmes: Giverny, peinture, Monet, meurtres, enfance

 

L'auteur en quelques mots ...

 

 

Michel Bussi (né le 29 avril 1965 à Louviers) est un auteur français de romans policiers. Il publie en 2008 son troisième roman, Mourir sur Seine, qui se déroule pendant l’Armada 2008 de Rouen, et qui s’est vendu en quelques semaines à plusieurs milliers d’exemplaires. Son premier livre cependant date de 2006, Code Lupin et a été adapté en feuilleton.

À partir de 2010, il est publié aux Presses de la Cité. Son roman Nymphéas noirs, huis-clos qui se déroule dans le village de Giverny, sort le 20 janvier 2011. Il obtient un succès critique et populaire important, et remporte notamment le prix des lecteurs du festival Polar de Cognac, le prix du polar méditerranéen (festival de Villeneuve-lez-Avignon), le prix Michel Lebrun de la 25e heure du Mans, le prix des lecteurs du festival Sang d’Encre de la ville de Vienne (« gouttes de Sang d’encre »), le Grand prix Gustave Flaubert de la Société des écrivains normands, devenant ainsi le roman policier français le plus primé en 2011.

Suivront Un avion sans elle en 2012 et un récit que j'ai très envie de découvrir car se déroule sur l'ile de la Réunion : Ne lâche pas ma main.

Michel Bussi est devenu un maitre d'lillusion et de la manipulation de lecteur ! 

Son site : clic ! 

 

L'histoire

 

"Trois femmes vivaient dans un village.

La première était méchante, la deuxième était menteuse, la troisième était égoiste."

Mai 2010, Giverny. Découvrant dans l'herbe qui borde la rivière, un corps sans vie dont le crâne semble avoir été fracassé par une pierre, la vieille femme passe son chemin et attend. Dans quelques minutes quelqu'un le trouvera et donnera l'alerte. Les lieux paraissent empreints de sérénité, un tableau vivant de Claude Monet. Le noyé est Jérôme Morval et l'inspecteur Laurenç Serenac mène l'enquête. Accompagné de son adjoint, Sylvio Benavidès, il collecte les indices qui ne tarderont pas à le mener dans le tourbillon de la vie de Jérôme Morval, chamboulant le village. Du haut de son moulin, la vieille femme guette par la fenêtre. De là elle perçoit le manège : une jeune femme aux yeux nymphéas qui rêve d'évasion, d'amour pur et fera chavirer le coeur de l'inspecteur , une fillette de onze ans, passionnée de peinture et amoureuse du jeune Paul. Comment dans ce décor idyllique, prévoir l'ampleur du drame qui se joue ?

 

"Le crime de rêver, je consens qu'on l'instaure ..." Louis Aragon

 

En vrac et au fil des pages ....

 

Comment parler de ce roman sans en dévoiler les détails, le dénouement ? Ce roman c'est du bluff ! Une intrigue qui semble banale, finement liée à la vie d'un village à l'allure de tableau. On pourrait penser alors que la clé de l'enigme est là : si ce village a été conçu à la manière d'un tableau alors c'est en lui que se cache le secret. Car il s'agit bien d'un secret, souligné dès les premières pages avec cette vieille femme qui arpente les rues, salue à peine les passants, a déjà tout vu et tout compris et se rit de ce qui va se produire, comme si elle en pressentait l'ampleur.

​L'inspecteur pense comme nous et Claude Monet entre en scène, sa vie à Giverny, les secrets  liés à ses peintures. Jérôme Morval était un collectionneur et aussitôt l'enquête s'oriente vers une pièce rare qu'il aurait pu convoiter, en plus des multiples conquêtes féminines qu'il semblait avoir.

Dans cette enquête policière le lecteur retrouve donc toutes les ficelles du genre. Mais ici les pages laissent paraitre la poésie et par le regard d'une fillette de onze ans, transforment le paysage. On se prend d'affection pour les personnages et son se laisse porter le long des rives de l'Epte, sans nous douter un instant que l'auteur nous mène exactement là où il veut. Alors notre coeur guimauve aura détesté Jacques pour le mal qu'il fait à sa femme Stephanie, aura espéré une fuite , une échappatoire pour elle, sera attendri par l'amour pur de Fanette et Paul, se demandera sans cesse et jusqu'au bout qui est cette vieille femme. Pour autant nous sommes dans un polar, alors revenons à notre enquête qui semble piétiner, et pour cause ... On pense avoir trouvé, on en est même sûr, on pense que Laurenç Serenac se trompe bien entendu. Et hop ! une bonne claque au dernier chapitre ! Seule la toute fin m'a laissée perplexe, comme téléphonée et un peu trop mièvre à mon goût, dommage. Pour autant il faut le lire. 

J'ai par dessus tout apprécié le parallèle avec le récit de Louis Aragon , Aurélien. La référence est explicite et guide la lecture en même temps que l'enquête. Le fou d'Elsa est aussi celui qui a imaginé ce rêve d'évasion, cet amour impossible. L'histoire d'une fêlure que l'on ressent chez le personnage de Stephanie, institutrice du village qui vie une vie à l'opposé de celle dont elle rêvait et trouve en l'sinpecteur Serenac une possibilité d'absolu, de fuite. C'est un joli thème qui est exploré là.

Et puis, il y a une pépite là dedans qui n'est pas un tableau de Monet mais un passage descriptif sur Le Baiser de Steinlen, que j'ai trouvé très beau.

Je ne dirai rien de plus si ce n'est que j'ai beaucoup apprécié cette lecture et que je compte poursuivre ma découverte de l'auteur, sans doute avec Ne lâche pas ma main, puisqu'il se déroule à la Réunion. J'ai aimé être surprise, balottée, trompée et je vous recommande cette lecture , ne serait-ce que pour découvrir le travail de fourmi de l'auteur qui n'a rien laissé au hasard ( j'ai vérifié en remontant le fil de ma lecture ! hihi )

 

Le challenge de Licorne

L'abc de Nanet

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 14:35

Mes petits bonheurs du jour :

 

Par un pur hasard, en flânant sur le site de la médiathèque à la recherche de nouveautés je suis tombée sur ... les saisons 1 à 3 de Gilmore girls ! Yeah, emprunté ! quelques soirées cocon en perspective ;)

 

Deux poissons rouges pêchés par mon fils dans un lac ont rejoint le bassin de notre jardin ( cela foisonne sur l'ile de la Réunion) . C'est pas bien ? Moi je pense qu'ils seront plus heureux chez nous ;)

 

 

Un partenariat dans ma boite aux lettres : Le Démon avance toujours en ligne droite d'Eric Pessan

 

 

La belle vie pour Câlinette ...

 

Hebergeur d'image

 

Une musique à partager : 

 

Et vous, un petit bonheur à partager ?

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans petits bonheurs quotidiens
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 05:13
Un Bûcher sous la neige, Susan Fletcher

Un Bûcher sous la neige, Susan Fletcher, éditions J'ai lu, 476 pages

2013 ( première édition 2010)

Genre ; roman sur fond historique

Thèmes : sorcellerie, highlands, Ecosse, XVII°S, clans, massacre de Glencoe

 

L'auteur en quelques mots ...

 


Susan Fletcher est née à Birmingham en 1979. Elle a également vécu au Texas, dans l’Ohio, le Michigan, le Colorado et le Minnesota.
Après avoir obtenu une maîtrise d’anglais à l’université de York, elle part pendant un an visiter l’Australie et la Nouvelle-Zélande. De retour en Angleterre, elle a fréquenté l’université East Anglia et obtenu une maîtrise en création littéraire.
Avant de se consacrer à l’écriture, elle a effectué de nombreux petits boulots comme serveuse, libraire, ou encore correctrice.
Elle est également enseignante dans un collège du Vermont, le M.F.A., où elle dirige un atelier d’écriture. Elle vit maintenant dans l’Oregon avec son mari et sa fille.
La fille de l’Irlandais, son premier roman, a été couronné par les deux prix littéraires les plus prestigieux attribués en Grande-Bretagne (le Whitbread et le Betty Trask Award) et s’est déjà vendu à 200 000 exemplaires en Angleterre.
Son deuxième ouvrage, Avis de tempête, est paru en France en février 2008 aux Éditions Plon. En 2010 parait Corrag traduit en français par Un Bûcher sous la neige.

L'histoire

 

Un massacre a eu lieu à Glencoe, en Ecosse. Les MacDonalds. "On murmure qu'il a été commis par des soldats" profitant de l'hospitalité qui leur était accordée. Afin d'en savoir plus et de confondre les hommes de Guillaume, appelé l'Orange dans cette contrée, "prétendu roi, car il n'est pas le [sien[" ,le révérend Charles Leslie se rend à Inverary. Un seul témoin : Corrag, une jeune femme accusée de sorcellerie qui croupit dans un cachot depuis l'attaque. La rencontre s'annonce difficile car le pasteur anglican juge la sorcellerie aussi sévèrement que ses congénères. Ecrivant à sa femme, Charles se confie et explore son inconscient en même temps qu'il apprend à connaitre Corrag. Car le secret qu'elle détient ne lui sera livré qu'au prix d'une longue discussion, un entretien au cours duquel le révérend apprendra autant sur le clan, la vie en communion avec la nature, que sur lui-même.

"Entrez.

Vous vous assoyez ?

Je vois le regard que vous me lancez. (...)

Je vous ai vu tressaillir en entendant sorcière.(...)

Oui, je vais vous raconter. (...)

Et en échange ?

Parlez de moi. de mapetite vie." 

 

En vrac et au fil des pages ...

 

Joli roman que celui-ci qui nous invite au plus profond des Highlands. Nous sommes en 1692 et un massacre vient d'être commis à Glencoe. Trente-huit hommes du clan Donald de Glencoe furent tués par ceux à qui ils avaient accordé l'hospitalité, et quarante femmes et enfants moururent de froid après l'incendie de leurs maisons. Les assassins, cent vingt hommes de troupe, avaient été envoyés par des conseillers du roi d'Angleterre Guillaume III.

Dans ce contexte la jeune Corrag qui a réussi à sauver une partie du clan en les prévenant de ce qui les attendait, est accusée de sorcellerie. C'est un mot qu'elle connait bien car sa mère et sa grand-mère avant elle ont subi les affronts des villageois et ont été exécutées, pour avoir vécu en marge, pour avoir ramassé et utilisé des herbes qui guérissent. C'est pour échapper à ce funeste sort que Corrag s'éloigne et fuit vers les highlands du Nord.

Sa rencontre avec le clan Mac Donald, opposé aux Campbell, marquera à jamais son existence humble au contact d'une nature riche mais exigeante. ici pas de sorcellerie, elle sera Corrag, guérisseuse.

L'intrigue imaginée ici reprend donc des faits historiques et certains personnages qui sont entrés dans l'Histoire. Cependant le roman prend le dessus avec la structure originale du récit qui reprend en écho, par la vois de Corrag puis celle du révérend Charles Leslie, le fil des événements. Tout cela est bien amené et l'on découvre peu à peu, lentement, toute l'horreur mais aussi le complot politique qui entoure ce massacre. Jacques II tente d'imposer la tolérance religieuse, mais en cela il se heurte à l'église anglicane et se voit contraint de fuir. Guillaume d'Orange prend le pouvoir et promet, suite au soulèvement jacobite en faveur de Jacques, de pardonner cette forme de rébellion en échange d'un serment d'allégeance. Le retard du clan MacDonald est le point de départ de l'histoire imaginée par Susan Fletcher.

Pour autant quelques éléments ont freiné ma lecture, à commencer par la lenteur du récit qui, bien que correspondant au caractère de Corrag , crée une lassitude dans la lecture. Cela est vrai pour la première partie du roman et cette impression s'estompe peu à peu dans une seconde partie, à partir du moment où l'on entre avec Corrag dans la vie du clan. Le personnage se révèle émerveillé, sans cesse dans l'harmonie, l'optimisme malgré la vie difficile qu'elle mène depuis son enfance, malgré l'intolérance qui est ici dénoncée. Cependant certains épisodes sont repris, créant une redondance qui ne permet pas d'avancer comme on le voudrait dans la lecture. J'ai été génée , en revanche, par l"évolution spectaculaire et rapide du révérend qui, d'homme intolérant envers la sorcellerie et perclus de croyances obscures, change de point de vue au contact de Corrag. Cela étant j'ai apprécié cette lecture et espère lire d'autres écrits de l'auteur.

La fin est belle pourtant . J'avais  envie de savoir ce qu'il était advenu du clan et de l'amour etre Corrag et Alasdair, histoire d'amour impossible qui sous-tend le récit  et aide à entrer dans l'esprit de Corrag et à comprendre sa vie. Personnage atachant elle ne manque pas de captiver le lecteur, revenant sur son enfance afin de bien poser le décor, tenant en haleine le lecteur autant que son auditeur. Quelques pages en moins donc auraient donné au récit toute l'amplitude qu'il mérite.

Le duo de voix crée une résonnance mais aussi une dissemblance dans le style, très travaillé et soutenu pour le révérend, plus familier et poétique pour Corrag. 

Je vous incite à découvrir ce récit , ne serait-ce que pour plonger au coeur de l"obscurantisme et revivre une page de l'Histoire de l'Ecosse de façon originale, en prenant votre temps donc !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 12:46

 

Petits bonheurs du jour:

 

Les gentils commentaires encourageants sur le premier billet

Une photo, des mots ...

 

Des cadeaux de copinautes (des livres !) , de jolies lettres de bonne année, du baume au coeur.

 

Des photos des petits cousins, tout sourire !

 

Encore quelques jours de vacances à savourer sans modération

 

Une musique à partager :

 

 

Et chez vous, quels petits bonheurs ?

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans petits bonheurs quotidiens
commenter cet article

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

  • La Horde du contrevent, Alain Damasio
    La Horde du contrevent, Alain Damasio, Editions La Volte, 2004, 521 pages Genre : fantasy Thèmes : vent, amitié, horde, écueils, quête, musique L'auteur en quelques mots ... Alain Damasio, né Alain Raymond, est un écrivain français de science-fiction....
  • Origami party pour le mois japonais
    Bien que le papier soit né en Chine au IIème siècle avant J.-C., on pense que la pratique régulière du pliage de papier est essentiellement d'origine japonaise et remonte au VIème siècle. Les premiers pliages étaient destinés à l'emballage des médicaments...
  • Le Maître des livres, Umiharu Shinohara
    Le Maître des livres, tome 1, Umiharu Shinohara, éditions Komikku, 2014, 188 pages Genre : manga Thèmes : lecture, enfance, bibliothèque, amitié, éveil L'auteur en quelques mots ... Dessinateur et scénariste japonais, Umiharu Shinohara ( 篠原ウミハル ) , est...
  • Éloge de l'ombre, Junichirô Tanizaki
    Eloge de l'ombre, Junichirô Tanizaki, édition POF ( Publication orientaliste de France), 1993, 110 pages traduit du japonais par René Sieffert Genre : essai Thèmes : obscurité, occidentalisme, orientalisme, moeurs, plénitude, influence L'auteur en quelques...
  • Outre-Terre, Jean Paul Kauffmann
    Outre-Terre, Jean Paul Kauffmann, éditions Folio, 2017, 359 pages Genre : récit de voyage, essai Thèmes : Russie, Napoléon, Eylau, Histoire, reconstitution L'auteur en quelques mots ... Journaliste et écrivain français, jean Paul Kauffmann est né en 1944....
  • Le Dimanche des mères, Graham Swift
    Le Dimanche des mères, Graham Swift, éditions Gallimard, collection du monde entier, 2017,142 pages Genre : historique Thèmes : aristocraties, société, Angleterre, domesticité, écrivain L'auteur en quelques mots ... Ecrivain britannique né en 1949, Graham...
  • Les Hauts-Conteurs, tome 1 La voix des rois, Olivier Peru et Patrick McSpare
    Les Hauts-Conteurs, tome 1 : la voix des rois, Olivier Peru,Patrick Mc Spare, éditions Scrinéo, 2010, 305 pages Genre : fantasy jeunesse Thèmes : quête, initiation, oralité, Angleterre, créatures fantastiques Les auteurs en quelques mots ... Olivier Peru,...
  • Le Prédicateur, Camilla Läckberg
    Le Prédicateur, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2013, 500 pages Genre : policier Thèmes : maternité, soumission, enrôlement, meurtre, famille Traduit du suédois par Léna Grumbach et Catherine Marcus L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie...
  • Challenge « Un mois au Japon » - Avril 2017 # 1
    En ce dimanche gourmand, on cuisine japonais à la maison ! Au menu : Soupe miso Mélange Teriyaki Pour la réalisation de la soupe miso : 8 champignons shiitake déshydratés 125 ml (1/2 tasse) d'eau bouillante 250 ml (1 tasse) de tofu mi-ferme, coupé en...
  • Challenge « Un mois au Japon » - Avril 2017
    Lou et Hilde nous ont concocté un nouveau challenge. C'est parti pour le pays du soleil levant ! J'ai raté l'embarquement hier, mais je rejoins les globe-trotteurs pour ce dimanche gourmand. Les thèmes du mois : Samedi 1er avril : Les premiers passagers...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...