Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 13:58
Bingo littéraire de printemps !

Laurence authentique lance le bingo littéraire du printemps

Du 20 mars au 20 juin, le but du challenge est de lire le maximum de livres correspondants aux cases. 1 livre = 1 case, autrement dit un livre ne peut pas valider plusieurs cases à la fois. 
• Chaque case remplie vous vaudra 1 point. Pour chaque ligne ou colonne remplie cela vous vaudra 5 points bonus. Et enfin si la grille est entièrement remplie cela vous vaudra un bonus de 10 points!
• Pas besoin de blog ni de chaîne pour participer mais vous pouvez bien sûr poster le lien de vos chroniques si vous le souhaitez.
• Le but est de s'amuser donc pas de tricherie ça ne sert strictement à rien. 
• Je ferai un point des points (LOLILOL) régulièrement pour que vous puissiez voir l'évolution de chacun dans ce challenge. Le récap sera dans ce post.
• Vous pouvez prendre le challenge en cours de route et donc compter vos lectures depuis le 20 mars !

Pour les cases:
• La case du milieu est une case joker, autrement dit vous pouvez la valider avec n'importe quel livre.
• LES MANGAS/BD/COMICS/ALBUMS NE SONT AUTORISES QUE POUR LES CASES EMPRUNT/JOKER (et pour la consigne dédiée bien évidemment) DONC 3 MAXIMUM !
• Un livre est considéré comme populaire quand il a été lu par au moins 500 personnes sur Livraddict

Précisions sur certaines consignes : 
- "paru en 2016" = première édition ou première parution en français (traduction)
- "animal" "avril" = cela peut être n'importe où ! (couverture, personnage, auteur, ville, pays, maison d'édition, ...)
- "adapté au cinéma" = seuls les FILMS comptent (pas de série TV)
- "livre le plus vieux de la PAL" = depuis le plus longtemps dans ta PAL
- "livre emprunté" = en médiathèque, bibliothèque, à ta famille, tes amis, dans une boîte à livres...

C'est parti ! 

Lecture n1 Le Prédicateur de Camilla Lackberg 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans Mes challenges en cours
commenter cet article
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 12:07
Tom et Mouchette !

Tom et Mouchette !

Lundi 20 Mars 2017 

premier jour du printemps et journée internationale du bonheur, que demander de plus !

Aujourd'hui on éteint la TV pour ne pas se laisser envahir par les mauvaises nouvelles, la violence, la corruption ... On ouvre les fenêtre malgré la grisaille et on sourit !

 

Le saviez-vous ?

Cette journée a été créé en regard d'un petit pays au coeur de l'Himalaya, Le Bouthan, pays du bonheur. Là-bas, même à l'école, pas une journée ne commence sans méditation.

Ils en parlent en termes éloquents : le bonheur national brut BNB !

"Lancé en 1972, le "nouveau paradigme" s’appuie sur quatre piliers : la protection de l’environnement, la conservation et la promotion de la culture bhoutanaise, la bonne gouvernance et le développement économique responsable et durable.

Aujourd’hui, le BNB irrigue toute la vie du pays, entraînant de profonds bouleversements dans l’agriculture (objectif : 100% biologique en 2020), l’éducation nationale, où l’on prépare les élèves à devenir des "ambassadeurs du changement", la gestion des ressources naturelles (réglementation stricte de l’abattage des arbres et de l’exploitation minière), la santé - gratuite pour tous -, le tourisme - haut de gamme -, ou le commerce (non adhésion à l’Organisation mondiale du commerce).(...) Une vision du bonheur et du bien commun qui a fait l’objet d’un rapport très remarqué aux Nations unies. Dépaysement assuré au pays du dragon tonnerre, passé du Moyen Âge à la modernité en moins de cinquante ans : une voie vers une société durable et plus équitable ?"

De Marie-Monique Robin, Guillaume Martin, Françoise Boulègue et Marc Duployer – ARTE GEIE / M2R Productions (réalisé avec le soutien du CNC) – France 2014

En ouvrant ma fenêtre ce matin ...

En ouvrant ma fenêtre ce matin ...

Je crois que les petits bonheurs sont partout et qu'il ne faut pas en vouloir plus ou en vouloir trop. Les repérer et en profiter c'est déjà beaucoup ! Il me semble aussi qu'il faut vouloir être heureux et que cela passe par un certain détachement. Pas facile de se détacher des choses matérielles, des petits tracas de la vie ( surtout lorsqu'ils s'accumulent !). Mais poser un regard neuf chaque matin sur ce qui nous entoure, en faisant autant que possible table rase de la veille, c'est pas mal ;)

Se faire confiance aussi, se penser capable de prendre les bonnes décisions. J'ai eu l'occasion de vérifier que cela fonctionne et aide à avancer.

 

 

Et pour vous, qu'est-ce que le bonheur ? Comment le mesureriez-vous ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans petits bonheurs quotidiens
commenter cet article
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 10:29

Aujourd'hui, le club des gourmands propose le thème de l'Irlande. Nous n'avons pas eu l'occasion de célébrer la St Patrick vendredi, alors on se rattrape avec un repas aux couleurs de l'Irlande ce midi. 

Au menu : Irish Stew et Banoffee pie.

Les recettes :Pour 4-6 personnes :

1 kg de boeuf type Bourguignon

2 cuillères à soupe d’huile d’olive

oignon émincé

carottes émincées

2 branches de céleri émincées

2 gousses d’ail

2 feuilles de laurier

1 boîte de tomates concassées 

150 ml de bouillon de bœuf bien réduit (reconstitué avec un cube ça marche aussi)

125 ml de bière brune Guinness

sel

 poivre

75 g de poitrine fumée, coupée en dés

25 g de farine

Faire revenir les légumes dans l'huile d'olive. Lorsque les oignons sont translucides, ajouter la poitrine. Une fois la poitrine  rôtie,  ajouter la viande en morceaux, préalablement farinés, la bière,  le bouillon, les tomates concassées  . Assaisonner. 

Laisser mijoter 2h30 à 3h. La viande doit être fondante.

Balade irlandaise gourmande
Balade irlandaise gourmande
Balade irlandaise gourmande
Balade irlandaise gourmande

Banoffee pie

Un fond de pâte sablée 

Dulce de leche

Bananes

Crème fraîche pour réaliser une chantilly maison

Amandes émondées 

Sucre glace

 

Faire cuire le fond de pâte sablée.  Lorsqu'il est refroidi, le recouvrir de confiture de lait. Attention, dosez pour que ce dessert ne soit pas trop sucré !  Découpez des Bananes en rondelles et tapissez la tarte. 

Réalisez une chantilly maison avec crème fraiche, un peu de sucre glace et de la vanille.

Recouvrez le dessert.

Dans une poêle mettez mes amandes émondées que vous aurez préalablement passées sous l'eau et roulées dans le sucre glace. Faites caraméliser. 

Parsemez le dessus de votre banoffee pie.

Succès garanti ! La chantilly coupe le côté sucré et les Bananes fraîches apportent une touche moins sucrée. Ce n'est pas écoeurant. 

Balade irlandaise gourmande
Balade irlandaise gourmande
Balade irlandaise gourmande
Balade irlandaise gourmande
Balade irlandaise gourmande

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans supplément pour les gourmands
commenter cet article
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 07:20

Ceux qui me connaissent doivent être étonnés de me voir essayer une nouvelle recette de gratin dauphinois.  Il faut que celui que je fais depuis des années est apprécié et réclamé.  

Syl m'a  convaincue de rejoindre  les gourmandes en ce dimanche, pour tester la recette de Martine. Je dois avouer que j'étais réticente,  jusqu'à ce que je m'aperçoive qu'en fait ... c'est quasiment la même !  La seule différence est que je m'embête encore moins en ne précisant pas les pommes de terre.

Recette de MARTINE:https://lefricotdujour.wordpress.com/2017/03/12/le-gratin-de-chez-les-dauphinois/

Ingrédients :
– 1kg de pommes de terre
– 1/2 litre de lait
– 1/2 de crème
– Ail, sel, poivre, beurre

Préparation :
– Épluchez et coupez les pommes de terre en rondelles. Pas trop fines les rondelles car c'est ce qui va donner le côté onctueux. Personnellement je préfère les couper au couteau.
– Dans une grande casserole, mettez les pommes de terre avec une gousse d’ail écrasée, le lait et la crème, à hauteur. 
– Quand les rondelles sont pré-cuites, disposez-les dans un plat beurré sans chercher à faire une rosace ou autre deco artistique !

-  Recouvrez avec la crème. Salez, poivrez et mettez au four
– Il faut que le plat prenne une jolie couleur ambrée. 

Le gratin dauphinois de Martine

Verdict : les gourmands de ma tribu ont aimé.  Le goût d'Ail est plus prononcé que dans ma recette, cela vient sans doute de l'infusion précédant le passage au four.

Merci Martine et j'espère que tu ne prendras pas mal le fait que je garde ma petite recette sans précuisson car je trouve que les pommes de terre se gorgent davantage de crème,  l'ensemble est plus onctueux.

Toutes les recettes des gourmandes sont chez Syl

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans supplément pour les gourmands
commenter cet article
4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 14:45
Appelez la sage-femme, Jennifer Worth

Appelez la sage-femme, Jennifer Worth, éditions Le Livre de poche, 2015, 498 pages

Genre : témoignage

Thèmes : obstétrique, seconde guerre, enfantement, femmes, ouvriers, Londres, Docklands

 

L'auteur en quelques mots ...

 

 

née au Royaume-Uni en 1935, Jennifer Worth est une infirmière et une musicienne.

Jeune infirmière, elle décide, dans les années 1950, de parfaire sa formation de sage-femme auprès des sœurs d’un couvent anglican, des sœurs de St John the Divine, qui soignent les pauvres des quartiers des docks de l’East-End. 
Quand à vingt-deux ans elle rejoint les sœurs de Nonnatus House, une maternité qui vient en aide aux plus pauvres, elle s’apprête à vivre l’expérience de sa vie. Elle travaille à Elizabeth Garrett Anderson Hospital à Bloomsbury et plus tard à Marie Curie Hospital à Hampstead.

En 1963, elle s'est marie à l'artiste Philip Worth. Ils ont eu deux filles. 

Elle se retira de son métier d’infirmière en 1973 pour poursuive une carrière de musicienne. En 1974, elle reçoit un diplôme du London College of Music, ou elle enseigne le chant et le piano.

En 2002, elle se tourne vers l’écriture et publie "Appelez la sage-femme" (Call the Midwife), un best-seller qui sera suivi par trois autres tomes de mémoires: "L’ombre des Workhouses" (Shadows of the Workhouse, 2005) et "Au revoir à l’East-End" (Farewell to the East End, 2009), les tomes 2 et 3 de la trilogie, et "In the Midst of Life" (2010).

Elle meurt en 2011 sans connaître l’immense succès de la série télévisé de la BBC, "Call the Midwife" (2012), inspirée par son livre. 

L'histoire :

 

" A l'ère victorienne, un vent de réforme sociale avait soufflé sur le pays.Pour la première fois, des auteurs ont dénoncé des injustices qui n'avaient jamais été mises en lumière, et la conscience du public s'est émue.Un certain nombre de femmes instruites et clairvoyantes se sont notamment avisées du besoin d'améliorer les soins infirmiers et l'obstétrique(...) Ils ne faisaient pas partie des occupations considérées comme respectables."

Les sages-femmes de Saint Raymond Nonnatus travaillaient dans les docks de Londres, seules sages-femmes compétences dans la seconde moitié du XIX°S, soumises aux épidémies de choléra, polio, tuberculose... Au cours du XX°S elles ont exercé leurs activités durant deux guerres mondiales. Tous les respectaient.

C'est dans ce contexte que la narratrice évoque son arrivée puis son apprentissage auprès des soeurs, sages-femmes, dans les bas quartiers de Londres. Pourquoi s'engager dans une telle voie, auprès des plus pauvres, dans la saleté, la misère ? Rapidement la réponse émerge à travers la beauté d'une rencontre d'une mère et son enfant, la puissance de la vie, la certitude d'une vocation, sans doute pas suffisamment reconnue, souvent méprisée au profit de professions plus nobles.

"Tous les médecins généralistes étaient formés par une sage-femme. Mais cela, très peu de gens semblent le savoir" et le mépris continue de la part des médecins diplômés envers ces femmes courageuses, souvent non reconnues. Heureusement ce n'est pas le cas de tous et ceux que l'on rencontre dans ce récit sont tout aussi bienveillants.

Peu à peu, à travers les rencontres, le suivi de parturientes, se tissent des amitiés. La misère sociale éclate également, le manque d'instruction, la violence, l'alcool parfois, la malnutrition qui provoque des malformations ou des décès précoces, les mères soumises ou révoltées, les pères effacés, travailleurs ou au contraire investis. Dans tous les cas une méconnaissance des soins nécessaires, de l'hygiène. Mais également de belles surprises liées à l'instinct maternel.

Sur les docks, toujours un respect affectueux pour ces sages-femmes qui circulent à vélo, par tous les temps, afin d'accompagner leurs patientes, prodiguer des soins précis, des conseils. En expertes, elles assurent les gestes qui vont faire naitre la vie, protéger ses premières heures et guider les nouvelles mères comme les multipares. Leur technique est ici détaillée et souligne les progrès effectués en terme d'obstétrique.

Jennifer Worth livre ici avec patience et émotion, le récit de quelques expériences fortes, vécues dans les années 50, alors que ces quartiers de Londres sont en pleine mutation. Les logements ouvriers ne suivent pas l'évolution de la société et les familles s'entassent en nombre dans une seule pièce, dans ces "tennements" pourtant récemment aménagés, souvent au détriment de l'hygiène de base. Pourtant ces quartiers grouillent de vie et la pauvreté n'enlève rien à l'amour.

Etre sage-femme dans ces conditions est une preuve inconditionnelle d'amour de son prochain, ce que les soeurs de Saint Nonnatus apprennent à Jennifer qui n'était pourtant pas tournée vers la spiritualité au début de sa prise de fonction.

Ici, chaque soeur, chaque sage-femme a une histoire , mais ce vécu est souvent oublié au profit des patientes. Jennifer Worth choisit de faire vivre chaque personne à travers ses particularités .

En vrac et au fil des pages ...

 

On parle souvent d'infirmières ou de médecins dans la littérature, mais rarement de sages-femmes. C'est le constat que dresse Agnès Ledig dans la préface.

Ce qui fait la force de ce récit est le mélange parfaitement agencé d'un documentaire et d'un récit de vie. On plonge immédiatement aux côtés de la narratrice dans cet univers si particulier, en démarrant par une interrogation : pourquoi avoir choisi ce métier ?

Les conditions d'exercice sont particulièrement rudes, la gratitude absente de la part du corps médical. Mais l'essentiel n'est pas là, car au-delà des soins on touche à la vie.

Le récit invite à l'humilité face à ces familles dont on se demande toujours comment elles peuvent mettre au monde de si nombreux enfants tout en sachant qu'elles ne pourront subvenir à leurs besoins. Le témoignage le plus poignant pour moi reste le récit de l'accompagnement de Conchita, mère de 23 enfants ! Les a-priori sont forts avant la rencontre de Jennifer avec cette famille exceptionnelle. Mais force est de constater que tout n'est qu'amour dans ce foyer, que les enfants disposent de l'essentiel et que  non seulement le couple est toujours uni ( je ne vous dirai pas pourquoi, c'est à vous de la découvrir !), mais le père, Len, est investi au même titre que sa femme, dans l'éducation des enfants. Une leçon d'humilité ! 

Jennifer Worth ne passe cependant rien des moments tragiques, difficiles, nécessairement affrontés.Les avancées de la médecines sont détaillées dans leur application quotidienne ( come l'usage de la pénicilline qui n'a été généralisé qu'à partir de 1941 !) , ce qui aide à comprendre comment on en est arrivé à un monde hyper médicalisé comme aujourd'hui. Qui eut cru qu'à cette époque, accoucher dans un hôpital vous faisait courir plus de risque que rester chez soi !

Mais ce qui rend le récit touchant et l'apparente à un roman, est la description des personnages, les portraits qui en sont dressés, qui rendent le tout vivant. Certains sortent du lot comme la soeur Monica Joan , dont on ne sait si elle feint l'innocence ou cache sa véritable personnalité, capable de bonté ais aussi de cruauté. A l'opposé, Soeur Evangelina se révèle adorée de ses patients et l'on se demande là encore ce qu'a été son parcours de vie. Chummy, jeune femme d'une taille hors norme, livrée aux moqueries mais déterminée et bravant ce défaut physique, compensé par sa bonté. Puis des patientes comme Conchita qui donnera une leçon de vie à tous.

Je vous recommande cette lecture touchante.

On me souffle à l'oreille qu'il faut regarder la série inspirée de ce roman témoignage ;)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 16:58
Carnets de recettes voyageurs : le concours !

Depuis le temps que les carnets circulent en France, Belgique ou Suisse, nous arrivons au terme de deux voyages !

Le carnet "Recettes de nos voyages" est désormais rempli, de même que le carnet "Maman/bébé".

Comme convenu , j'organise un petit concours afin de permettre aux participantes de gagner ces carnets. Seuls les adhérents au club de recettes par correspondance peuvent donc participer. Un tirage au sort déterminera les gagnants parmi les bonnes réponses le 2 avril 2017.

Je précise que pour le carnet maman/bébé, seules les mamans ayant contribué à le remplir pourront remporter le carnet. Cela me parait juste, étant donné que seules quelques participantes souhaitaient le recevoir. En outre, il s'agit un peu de leur histoire ;)

 

Pour participer :

- être adhérent au Club de recettes par correspondance

- répondre correctement aux trois questions suivantes :

* en quelle année a été créé le Club de recettes par correspondance ( version choco !) ?

* quel roman a inspiré la naissance de ce club ?

* quel est le dernier né des carnets ?

Pour vous aider un peu voici le fil consacré aux carnets

- répondre exclusivement par le formulaire de contact en bas de page du blog,  pour éviter les tricheries ! 

 

C'est parti ! 

 

Carnets de recettes voyageurs : le concours !
Carnets de recettes voyageurs : le concours !
Carnets de recettes voyageurs : le concours !
Carnets de recettes voyageurs : le concours !
Carnets de recettes voyageurs : le concours !
Carnets de recettes voyageurs : le concours !
Carnets de recettes voyageurs : le concours !

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans carnets de recettes voyageurs
commenter cet article

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...