Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 00:31

Pour l'atelier d'écriture de ce lundi, Leiloona nous invite à nous pencher sur une paire de chaussures ! Une photo de Kot.

On rejouerait Cendrillon ...

Je serai la Cendrillon des temps modernes. Pour moi il rejouera la scène de l’essayage de soulier dans les maisons du quartier, il me retrouvera et nous vivrons heureux.

Mouais, sauf que je ne le connais pas encore. Et lui non plus. Pas grave.

Tentative n°1 : déposer mes chaussures sur le trottoir à minuit. Au petit matin, en sortant de chez lui, il ne pourra les manquer. Leur couleur bleu électrique ne manquera pas de le séduire et il se dira sans autre pensée qu’il lui faut cette fille !

Bon allez ! Attendre. Dans quelques heures il sortira. A moins qu’une pimbèche ne les emporte avant. Oh mon dieu ! Et s’il sort au moment où elle les prend, il pensera qu’elles sont à elle et il l’épousera et ils auront beaucoup d’enfants et …

Non, ça n’arrivera pas car je n’en ai déposé qu’une. Qui s’encombrerait d’une seule chaussure, même si elles viennent de chez Chloé ?

Mouais, du coup lui aussi se dira que cette pauvre chaussure est décidément perdue. Peut-être la jettera-t-il aux ordures ? Non ! Si ?

Bon ok je laisse la paire. Là quand même le signal est fort : prend-moi ! Enfin les chaussures quoi !

Et une fois dans ses mains, regarder la pointure, la marque, la couleur. En déduire le genre de fille qui pourrait porter de telles beautés. Moi je guette et lorsqu’il relève la tête j’apparais. Et là il me demande si elles sont à moi. Et là je dis …

Je dis que je ne sais plus et que pour le savoir il faudrait qu’il me les essaie. Normalement il devrait comprendre la référence au conte. Non ? Hum …

Bon ou sinon je le laisse regarder partout autour de lui et là il lève les yeux et me voit à la fenêtre. Je lui lance un « oups ! » et il comprend qu’elles sont à moi. Alors il grimpe quatre à quatre les escaliers de mon immeuble, frappe à ma porte (non sans avoir essayé des dizaines de portes avant bien entendu !). Il est épuisé et n’y croit plus, mais si c’est bien moi !

Et là il dit …

Eh ! Mais qu’est-ce qu’ils font là tous en bas ? C’est quoi cet attroupement autour de mes chaussures ? Non, non ! Ne les touchez pas ! C’est pour lui cette mise en scène. Mais non elles ne sont pas piégées (sans blague qui piègerait des chaussures Chloé ?). Mais non il ne s’est rien passé sur ce trottoir cette nuit ! Elles sont là pour lui, point ! Bon sang mais vous ne connaissez pas le conte ? Cendrillon, ça vous parle ? Bon ok y’avait pas la paire. Ok elles n’étaient pas bleues (m’enfin y’a bien des malins qui croient qu’elles étaient en verre alors !). Mais bon le signal est fort non ?

Allez fichez moi le camp ! Dans quelques minutes il va sortir et lui il va comprendre. Et moi j’arrêterai de l’épier chaque heure de chaque jour derrière ma fenêtre, d’inventer des scenarios pas possible pour lui parler. J’arrêterai de croire qu’il n’est pas fait pour moi. Et il me verra, enfin, et nous serons heureux.

Hein que c’est possible ? Si seulement…si seulement.

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans atelier d'écriture
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 12:56
Petits bonheurs quotidiens

Petit rendez-vous quotidien de partage,

délectation et autres petits bonheurs.

 

 

* Ma fille plongée dans Harry Potter qui ne lève les yeux que pour manger !

 

* Les bulletins de notes enfin remplis, la fin de l'année qui arrive à grands pas

 

* Un week end entre amis qui se prépare, un au-revoir qui s'annonce émouvant et le souvenir de belles rencontres sur l'ile de la Réunion

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans mes p'tits moments
commenter cet article
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 02:59
La Dame du manoir de Wildfell Hall

La Dame du manoir de Wildfell Hall, Anne Brontë, éditions Archipoche, 2012, 564 pages

Genre : roman

Thèmes : XIX°S, condition de la femme, mariage

 

L'auteur en quelques mots ...

 

Fille d'un pasteur anglican, Anne Brontë est née en 1820 dans le Yorkshire. Elle passe sa jeunesse au presbytère avec son frère et ses soeurs ainées, Emily et Charlotte. De ses années de gouvernante elle garde un souvenir marquant que l'on retrouve dans Agnès Grey. Elle meurt en 1849 de la tuberculose, peu de temps après son frère Branwell et sa soeur Emily.

C'est la déchéance de son frère qui lui a inspiré La Dame du manoir de Wildfell Hall, publié en 1848 sous le pseudonyme d'Acton Bell. Elle que l'on décrivait comme la plus douce et la plus religieuse de la fratrie, souligne ici combien la proximité de cette épreuve l'a bouleversée et marquée.

 

L'histoire

 

"Remontons si tu le veux bien à l'automne 1827". Ecrivant à son ami Halford, Gilbert Markham lui fait part de ses tourments depuis l'arrivée au manoir de Wildfell Hall de Mrs Grisham et son tout jeune fils Arthur. Il faut dire que la jeune femme a de quoi intriguer : sans époux, elle semble vivre recluse dans cette vieille demeure sans confort, vivant de la vente de ses tableaux.

Aussitôt les femmes du village, à commencer par la propre famille de Gilbert, se livrent à des suppositions qui ne tardent pas à se transformer en rumeurs à l'encontre d'Helen Grisham. Cette dernière, invitée dans la famille, se montre intransigeante sur l'éducation de son fils, qu'elle souhaite éloigner des tentations et vices qui dirigent les hommes. Ce faisant elle se met à dos le pasteur et alimente les on-dit. Comment une femme seule ose-t-elle proférer un discours aussi dur envers les hommes, protéger à outrance son fils, alors qu'il doit au contraire se confronter à la dure réalité de la vie ?

De là à penser qu'elle dissimule un secret, il n'y a qu'un pas, que franchissent les demoiselles de son entourage en lui élaborant une réputation des plus inconvenantes.

Gilbert, quant à lui, tout d'abord peu attiré par cette femme aux idées bien arrêtées, se laisse happer par sa personnalité et son érudition. Eliza Millward, qu'il courtisait jusqu'alors, lui apparait soudain bien fade et conspiratrice. Rapidement des sentiments naissent entre eux, que Mrs Grisham étouffe vite. Désormais, Gilbert n'aura de cesse de comprendre les raisons de cette attitude distante.

 

En vrac et au fil des pages ...

 

Je dois dire que ce roman ne laisse pas insensible. Que de fois j'ai eu envie de gifler ces personnages, les secouer un peu ! Au-delà de l'avant-gardisme passionnant de l'oeuvre, les circonvolutions de Gilbert et Helen, bien que révélateurs d'une époque, agacent. Mais c'est aussi le charme des romans victoriens où les sentiments sont passionnés, font se pâmer les dames, rougir les hommes. La patience est une vertu autant pour le lecteur que pour les protagonistes !

Aujourd'hui on deviendrait fou : "je ne peux accepter votre baiser Monsieur, même si j'en meurs d'envie, les convenances vous comprenez

- oh je comprends très bien et je mets mon coeur à vos pieds, j'attendrai des millions d'années s'il le faut

- oh Monsieur je m'en voudrais de vous faire attendre si longtemps, quelques milliers d'années devraient suffire ..."

Je me moque évidemment mais c'est à peu près ce qu'il se passe ! un charme surannée qui peut ne pas plaire.

Cela étant les remarques sur l'éducation des enfants, la place de la femme dans la société victorienne ( dont j'ai déjà parlé avec Jane Austen ou Anne Perry par exemple) sont ici mis à mal par un esprit émancipé qui n'a pas peur de proférer quelques vérités que tous n'entendent pas à l'époque. C'est sans doute pour cela que Anne Brontë a écrit sous un pseudonyme masculin. D'ailleurs une critique a affirmé que ce roman ne devait pas être mis entre les mains des jeunes filles.

La construction est surprenante et la forme épistolaire est vite oubliée car les lettres de Gilbert sont si longues qu'il s'agit de véritables romans à elles seules. Dans une deuxième partie, c'est le journal intime d'Helen Grisham qui nous est livré, où l'on découvre la dure vie qui l'a menée à fuir son époux pour se réfugier dans ce manoir.

Les hommes ne sont pas épargnés et la critique est virulente à l'encontre des méfaits de l'alcool et de l'attitude volage de Huntingdon qui représente ici une certaine image de l'homme à l'époque victorienne ( on rappellera que l'homme a le droit d'avoir des maitresses !)

Le roman  remet en cause les critères moraux de l'époque victorienne et mérite d'être découvert.

 

TitineCryssilda et Lou

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 06:51
Ce qu'on ne vous dit pas ...

Petit billet d'humeur à J-1 d'une grève nationale qui ne servira peut-être à rien mais a le mérite d'exister.

Accablement d'une prof de Lettres qui enseigne depuis 18 ans et voit le niveau baisser, les jeunes ne plus fournir que le minimum syndical ( c'est-à-dire une présence en classe mais rien à la maison), des parents souvent désabusés ou fatalistes, le numérique envahir les classes au détriment des fondamentaux : lire, écrire, raisonner.

Alors oui il faut changer nos pratiques et celle qui vous parle aujourd'hui l'a fait plus souvent qu'à son tour. Si vous venez dans ma classe vous verrez des îlots, un tableau numérique mais vous verrez aussi des dictionnaires sur toutes les tables, des classeurs d'autonomie, des boites à exercices pour les plus gourmands, des livres, des livres, des livres, des tableaux de grands peintres, des fiches de conjugaison ...

Parce que le collège de l'avenir devrait être exigeant, rigoureux, former la pensée des jeunes, les aider à développer un esprit critique, enrichir leur vocabulaire, et tout cela à leur rythme, je vois cette réforme comme une occasion de plus de montrer aux jeunes que l'école est un fourre-tout , un lieu où l'on peut apprendre en s'amusant.

 

 

 

Ce qu'on ne vous dit pas ...

Preuve à l'appui :

On vous fait croire que les horaires des disciplines ne baissent pas.

Faux : le temps de présence des enseignants est le même mais sur 4h30 de Français, 1h est dévolue à l'accompagnement, à partir d'un projet . 1h en moins d'enseignement de la langue donc. CQFD.

 

On vous fait croire que l'interdisciplinarité c'est l'avenir.

Faux : les enseignants ne refusent pas de travailler ensemble mais revendiquent la possibilité de le faire lorsque cela se justifie et non de manière imposée, dans leur emploi du temps. Entre autres projets menés dans les écoles/collèges qui ont expérimenté cela : cuisinons en espagnol, concevons une fiche mode d'emploi d'un appareil ... pitié !

 

On vous fait croire que vos enfants seront meilleurs en langue.

Faux : la langue vivante 2 obligatoire en 5° ne fera qu'alourdir le travail des jeunes déjà fragiles, en difficultés et qui n'auraient du rencontrer cette contrainte qu'en 4°. Par ailleurs c'est la méthode d'apprentissage qu'il faut changer. Chaque année je suis surprise de voir des élèves sortir du collège sans savoir tenir une conversation minimale .On va interdire aux jeunes volontaires et qui en sont capables ,d’apprendre dès la 6e une deuxième langue en bilangue .Et en contrepartie, tous les élèves auront deux heures et demie d’enseignement à partir de la 5e. Vous constatez la perte et l'inefficacité d'une telle pratique.

 

On vous fait croire que la fin des classes bilangues c'est le bien de tous.

Faux : ces classes ne sont pas élitistes et on y trouve aussi des élèves en difficultés ou qui n'ont pas deux langues. Arrêtons de croire que l'école veut sortir des élites et ne se préoccupe pas des enfants fragiles. On ne fait que cela et l'hétérogéneité des classes est la garantie de cette réussite : les jeunes avancés peuvent bénéficier d'un enseignement de qualité, rigoureux, ceux qui y parviennent moins ont des aides, bénéficient de moyens adaptés à leurs difficultés. Dans les faits cela est très lourd à gérer pour les enseignants qui doivent jongler entre les niveaux ,mais niveler par le bas n'est pas la solution.

 

On vous fait croire que le latin et le grec seront toujours enseignés de la même façon

Faux : ils entrent désormais dans les fameux EPI ( Enseignements pratiques Interdisciplinaires) donc pas d'horaire garanti et un travail nécessaire avec un autre enseignant d'une autre discipline. Autre danger : des jeunes qui ne souhaitaient pas ou n'avaient pas les capacités d'apprendre ces langues vont désormais y être confrontés. Les enseignants vont aussi devoir gérer cela. Le saviez-vous ? Le Capes de lettres classiques n'existe plus (c'était un signe avant coureur de cette réforme !). Qui donc va enseigner le latin ? Les professeurs de lettres qui deviennent donc polyvalents, comme leurs camarades de math/physique ou autre. Adieu la spécificité des enseignants qui était aussi une garantie d'un apprentissage pointu. Délayage, délayage ! 

 

On vous fait croire que les enseignants sont disponibles pour vos élèves

Faux : depuis longtemps déjà les enseignants n'enseignent que pour une petite part de leur emploi du temps. En vrac, voici quelques tâches qui leur incombent aussi : formation à la sécurité routière, formation aux premiers secours, orientation, formation au B2i, suivi de stages, composition et suivi des dossiers élèves, participation à des réunions de plus en plus régulières ( conseils pédagogiques, conseils d'enseignement, conseil école/collège, conseil collège/lycée...), préparations particulières pour enfant atteints de troubles de l'apprentissage, j'ai envie d'ajouter psy ou assistant social. Nous sommes loin de nos préparations de cours, des corrections qui en découlent. Devise : toujours plus ! 

 

On vous fait croire que les nouveaux programmes sont tout aussi exigeants.

Faux : en mathématiques, un quart du programme est retiré en 3e, pour tenir compte de la baisse des horaires. En français les intitulés sont tellement flous que chacun va travailler différemment d'un collège à l'autre. Un exemple plus bas. 

 

On vous fait croire que vos enfants s'ennuient au collège :

Faux : on ne peut pas s'ennuyer avec toutes ces disciplines, ces nouveaux centres d'intérêts, ces connaissances. La vérité , que les jeunes appellent ennui, c'est qu'on ne s'amuse pas. Mais l'école est-elle faite pour cela ? Pour l'amusement nous avons tout de même les heures péri éducatives, l'UNSS dans une certaine mesure. Mais en classe doit-on faire du ludique pour intéresser ? Moi je veux bien m'adapter aux jeunes qui s'ennuient , les pauvres, mais de là à slamer mes cours ! 

 

On vous fait croire que le numérique et les réseaux sociaux vont faire de vos enfants des citoyens responsables

Faux : dans mes classes de 6° 40% des enfants ont FB et, souvent, les parents ne le savent pas. De nombreux parents reconnaissent être dépassés alors que cette éducation là commence à la maison. Les jeunes sont persuadés de tout savoir sur le numérique mais tatonnent, ne savent pas réellement utiliser les outils à leur disposition, ils flânent sur un internet chronophage, zappant d'info en info. Cela se retrouve dans les cours qu'ils ont du mal à suivre ou les tâches difficiles à mener à terme. Là encore, la nouvelle mission des enseignants est de les former aux réseaux sociaux ! Pire, on nous demande d'enseigner avec des tablettes, des portables pour intégrer ces nouveaux outils ! 

Moi je dis qu'à trop s'adapter aux jeunes on perd le sens même de notre métier.

 

On vous fait croire que les nouveaux programmes sont plus cohérents:

Faux : je ne prendrai qu'un exemple. Jusqu'à présent les programmes de français et d'Histoire étaient liés ( ex : en classe de 5° j'étudie la chevalerie en français et mon collègue d'Histoire est plongé dans la société féodale). Tout cela disparait. Interdisciplinarité ? Bizarre, moi je bossais bien avec mon collègue d'Histoire et volontairement en plus ! 

 

On vous fait croire qu'on redonne ses lettres de noblesse au français

Faux extrait :" Dans le domaine des arts, qui regroupe les arts plastiques et l’éducation au visuel ainsi que l’éducation musicale, le cycle 3 marque le passage d’activités servant principalement des objectifs d’expression, à l’investigation progressive par l’élève, à travers une pratique réelle, des moyens, des techniques et des démarches de la création artistique. "

Ben... et la littérature, ce n'est pas un art ? On ne la trouve que dans le cycle 4

Désormais, la liberté pédagogique est telle que chaque enseignant va faire à peu près ce qu'il veut, au risque qu'un enfant qui change de collège refasse la même chose l'année suivante ou pire n'ait jamais vu un point essentiel ! En outre la dimension littéraire du programme de français disparait au profit de la technique. Je suis pour l'étude de la langue dans sa spécificité et je ne laisse à personne mon heure de grammaire hebdomadaire mais à côté de cela je donne toute sa place à l'histoire littéraire, au texte.Tout se passe ici comme si le français en 6e se réduisait à un outil de communication. Puis bon, en forçant le trait, on peut imaginer que certains enseignants ( j'en connais) n'étudierons que des oeuvres jeunesse sans qualité littéraire. Puisqu'aucun programme littéraire n'est imposé on fait ce qu'on veut !

Cela commence dès le Primaire, le français comme discipline enseignée en tant que telle en classe de 6e semble purement et simplement disparaître ! Le français (comme toutes les matières dans ce cycle inter-degré) se retrouve noyé dans le socle commun. un peu de français en mathématiques en lisant l'énoncé, un peu de français quand on parle, un peu de sucre, un peu de sel ! 

 

'"Poussière de culture littéraire"

 

Je laisse la parole à Pierre Jacolino Professeur de français Membre du GRIP :

"On a réparti des questionnements, censés décliner chaque année le même thème, en les structurant non pas pour leur cohérence interne, mais pour des raisons excessivement éducatives. C'est par exemple le cas du premier thème : « Se chercher, se construire ». Les questionnements correspondants (« Le voyage et l'aventure : pourquoi aller vers l'inconnu » en 5e , « Dire l'amour » en 4e et « Se raconter, se représenter » en 3e ) sont liés par des rapports philosophiques : pour « se chercher » et « se construire », formulations vagues s'il en est, il faudrait en effet se confronter à l'autre, par le voyage et l'amour, pour apprendre finalement à parler de soi. 

Cette répartition des lectures tente en quelque sorte de mimer le développement de l'élève, avec toutes les chances de ne pas être synchrone avec lui, et en faisant l'hypothèse que les lectures doivent absolument être liées avec les stades théoriques de ce développement. Naïvement, on cherche à administrer la bonne lecture au bon moment, pour influencer le développement de l'élève. (...)

Ici, il s'agit de présupposer des questionnements chez l'élève à partir d'un modèle théorique très précis (de l'autre au moi, dans la première compétence). Le cours de français deviendrait une forme de coaching pour adolescents.(...)

Un des acquis des programmes de 2008 était justement l'organisation en partie chronologique du programme de lecture. La sixième jouait le rôle d'un sas d'entrée en littérature. On y récapitulait les quelques connaissances littéraires du primaire (les contes, la mythologie, les fables). On mettait l'accent sur des textes dits « fondateurs », qui pouvaient servir de textes de référence pour les lectures ultérieures. Par exemple, en 5e , la fin de Tristan et Iseut permettait d'évoquer à nouveau le mythe de Thésée. En 3e , l'objet d'étude « Réécriture des mythes » ramenait à la mémoire des souvenirs de 6e . Le professeur et l'équipe enseignante pouvait faire revenir de nombreuses fois des motifs, des scènes, des types de personnages. Ulysse s'opposait à Achille, mais menait à Renart, qui menait à Scapin, et ainsi de suite.Le bénéfice d'une part de chronologie dans les programmes était à la fois de structurer les connaissances littéraires des élèves, mais surtout de leur faire remobiliser ces connaissances, afin de mieux les mémoriser et surtout d'y voir une utilité pour comprendre et interpréter les textes"

 

Pourtant la clé n'est pas loin ! 

 

Je comprends tout à fait que l'on se préoccupe du niveau des élèves et que l'on s'adapte à la baisse des dernières années; mais cela ne doit pas empêcher les parcours d'excellence. L'école peut offrir un parcours personnalisé dans lequel chacun trouvera à manger selon ses capacités. Niveler par le bas donnera ( mais cela est déjà en bonne voie !) des citoyens incapables de mener un raisonnement, de voter ( tiens, tiens !), de transmettre à leur tour, des citoyens ignorants du passé, de la formation de leur propre langue ( le français). Chaque année je me vois contrainte d'expliquer aux jeunes, et désormais aux parents, à quoi servent l'Histoire, la grammaire...

 

Récemment j'entendais : " Mais pourquoi vous acharner à leur faire étudier Molière ou Corneille puisqu'ils ne les comprennent pas ?". Mais justement ! C'est parce que la fréquentation des classiques permet la formation de l'esprit qu'elle est indispensable. Ces textes contiennent toutes les problématiques auxquelles seront confrontés les jeunes, une compréhension fine des comportements humains. A partir de leur étude on peut disserter, comparer, raisonner. Et puis lire des classiques ça nous change, ça nous fait évoluer. Un temps on s'est posé devant ces textes, on a pris le temps de se prendre la tête, de se demander quel raisonnement, quel langage, quelles idées sous-tendent ces lignes. Si c'est une gymnastique pour l'esprit alors c'est profitable.

 

Les dégâts...déjà !

 

Horrifiée devant les copies du concours de professeurs des écoles que je corrige chaque année, j'interpelle un inspecteur qui me répond : " Ne soyez pas trop sévère, ces jeunes sont motivés pour enseigner à nos enfants, il faut leur donner l'occasion de réussir". 

Comment ? Avec autant d'erreurs d'orthographe et de syntaxe dans une copie, je dois accepter de revoir le barème pour que cette personne ait un métier ? Comment ? Je dois accepter que cette personne enseigne à l'école primaire ? Mais, mais ...

Ce matin dans le journal je constate que la barre d'admissibilité au concours des professeurs de mathématiques a été dangereusement baissée faute de combattants.

Qui seront les enseignants de demain ?

Je suis désolée de dire que j'ai des stagiaires chaque année et que, là aussi, le niveau qui devrait être exigé n'est plus.

 

Qu'est-ce que l'école idéale ?

 

Une école dans laquelle enseignent des professeurs formés. Je ne plaisante pas ! Pas une école dans laquelle on jette le jeune enseignant dans la fosse aux lions. Pas une école dans laquelle on reçoit un enfant dyslexique en lui disant "désolé mon gars mais moi je ne suis pas formé pour t'aider" ou pire " Autrefois les gars en difficulté comme toi on les mettait au fond de la classe" ( oui, oui entendu récemment !).

Une école exigeante, rigoureuse, avec 6h de français pas semaine, autant de mathématiques et qui apprendrait à lire ( lire = comprendre un texte en le lisant), écrire ( structurer sa pensée), compter et mener un raisonnement mathématique.

Une école dans laquelle l'Histoire des arts serait une vraie discipline et non un fourre-tout selon le collège dans lequel on étudie.

Une école des langues , avec des labos de langue et plus d'oral que d'écrit, avec des échanges réguliers avec l'étranger.

Une école qui ne laisserait pas sur le chemin les enfants atteints de troubles de l'apprentissage ( des orthophonistes dans les établissements, mon rêve !)

Une école de la discipline avec un vrai cadre respecté par tous ( enfants comme adultes).

Une école du respect dans laquelle l'enseignant trouverait sa juste place et dans laquelle l'élève serait valorisé autour du travail, de l'investissement, de l'engagement.

 

Aujourd'hui les programmes sont pensés sur 4 cyclesLa première difficulté de cette organisation  c'est que les enseignants de Primaire et de collège vont devoir se concerter pour s'assurer la cohérence de l'enseignement dispensé. Sur quels horaires ? Avec quels moyens lorsque les écoles sont éloignées les unes des autres ? Quand on sait les difficultés que cela entraine dans la Maison, je ne donne pas cher des jeunes qui vont changer d'établissement en cours de route.

 

Voilà, propos désabusés, envie de créer une école indépendante, hors contrat ou de changer de métier... qui m'aime me suive ! 

 

 

-

* je précise que le terme école englobe ici le Primaire et le collège

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans la prof a dit ...
commenter cet article
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 05:35
Petits bonheurs quotidiens

Petit rendez-vous quotidien de partage,

délectation et autres petits bonheurs.

 

- Deux jours de repos, un jour de grève, une pause méritée en cette fin d'année. Lâcher prise sur ce qui ne sera pas fait, ce qui prendra du retard. J'ai le droit de dire NON moi aussi en manifestant demain !

 

- Ma louloute prépare son spectacle au théâtre. Organisation de folie et joie de la voir passionnée : " maman pour midi il me faut des pâtes, la maitresse a dit chocolat noir et abricots secs pour tenir !" Vivement ce soir.

 

- Attendre de savoir où nous allons aterrir, quelle ville ? quelle vie ? Mais cela me plait car l'imagination est en marche.

 

Et vous ?

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans mes p'tits moments
commenter cet article
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 05:22
Reprise des petits bonheurs

Voilà, on instaure un rendez-vous, on le suit quelques temps, il fait des petits et fleurit sur plus sieurs blogs et puis ... une chose en entraîne une autre, on oublie, on remet à plus tard.

Pourtant c'est un exercice merveilleux que de finir la journée en se demandant ce qui nous a étonné, émerveillé, surpris.

Les petits bonheurs des jours tristes comptent aussi, on apprivoise, on est dans le ressenti et l'acceptation. C'est ce que je m'oblige à faire mais l'écrire aide à visualiser, revenir sur une période et se souvenir des belles choses.

 

Tous les petits bonheurs précédents sont ici : à piocher sans modération ;)

 

Je conserve l'idée de trois petits bonheurs par jour,

3 kifs, qu'il vente ou qu'il pleuve !

 

Allez, on repart ?

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans petits bonheurs quotidiens
commenter cet article

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...