Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 04:39

Pour l'atelier d'écriture du jour, Leiloona nous convie à explorer une photo dans laquelle chacun peut voir, selon sa sensibilité, l'espoir ou le désespoir, le voyage ...

Quelques lieues encore, à fond de cale, et l’air pur emplira ses poumons. Un air qu’il ne connait pas mais qu’il aime déjà. Une ile peut-être, une ville, qu’importe. Tout sauf les pleurs, la peur, la famine et la guerre. Tout mais plus la violence des cris, des tirs. Dans quelques heures il pourra voir de ses propres yeux ce que ses frères ont promis et même si la vie s’annonce difficile dans cet ailleurs prometteur, il sait déjà que ce sera une souffrance plus juste, équitable car il pourra se battre, solidaire, il y croit.

Le navire ralentit son allure. Il est temps. S’accrocher au bastingage, braver les flots, nager, nager. Lâcher la corde qui le retient encore à son pays. Allez, lâche la corde, débarrasse- toi une fois pour toutes de tes peurs. Saute !

Tant de fois répétés, rêvés, les gestes ne viennent pas. Et s’il ne parvenait pas sur la rive, et si on le surprenait avant qu’il n’ait pu atteindre cette terre dont il perçoit les lumières, là-bas, et si son rêve prenait fin ici… Il faut lâcher bon sang ! Nager, nager.

Agrippé au flanc du bateau, il observe le lever du soleil, se laisse bercer, frapper par les vagues. Que c’est bon d’être vivant ! La terre est là, à portée de regard, à quelques brasses sans doute. A quelques gestes pour lui qui nage si mal. Il a appris dans le fleuve, avidement, avec ses frères, avec l’espoir de plonger en plein océan, de déplier son corps apeuré et de coordonner ses gestes pour nager, nager. Lâche la corde, rien ne sera pire que ce que tu as déjà connu.

Il est le seul survivant de ce convoi clandestin. Combien ont trouvé la mort en montant dans la barque du passeur ? Ils étaient trop nombreux, il l’a compris tout de suite. Mais rester ? Impossible. La peur nous fait parfois accomplir de drôle de choses, elle nous rend bêtes, naïfs ou au contraire extrêmement lucides. C’est ce qui l’a sauvé, lui, sa soif de vivre mais pas à n’importe quel prix. Alors il a payé plus, il a fait preuve de patience, il a tout étudié, minutieusement, il a dit « D’accord, oui, puisqu’il le faut », il a demandé « combien encore ? Combien de temps ? Combien d’argent ? ». Puis c’est arrivé. Lui et pas d’autres. Lui seul.

Seul. Accroché au bastingage. Il regarde le soleil qui se lève. Un autre soleil.

Allez, saute ! Nage, nage …

Nage !

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans atelier d'écriture
commenter cet article
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 12:30

 

Petit moment de partage, délectation et autres petits bonheurs ...

 

 

Un week end détente, massage compris !

Petits bonheurs 2015 # 7
Petits bonheurs 2015 # 7
Petits bonheurs 2015 # 7

De nouvelles aventures pour Thomas et Charlotte Pitt, un bon moment de lecture, comme toujours avec Anne Perry.

 

 

Une musique à partager

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans mes p'tits moments
commenter cet article
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 01:45
La Terre des mensonges, Anne B Ragde

La Terre des mensonges, Anne B Ragde, éditions 10/18, 2012, 351 pages

Genre : récit contemporain

Thèmes : fratrie, deuil, héritage, secret de famille

 

L'auteur en quelques mots ...

Anne Birkefeldt Ragde est née en Norvège en 1957.Elle a tout d'abord été professeur de communication à l'université de Trondheim. Ses débuts en littérature datent de 1986 avec un livre pour enfants intitulé Hallo! Her er Jo (Bonjour, voici Jo !). Depuis lors, elle a écrit plusieurs livres pour enfants et adolescents, et parmi ceux-ci une biographie de Sigrid Undset, pour laquelle elle a reçu le Prix Brage. Auréolée dans son pays d'origine des très prestigieux prix Riksmål (équivalent du Goncourt français), prix des Libraires et prix des Lecteurs pour sa « Trilogie des Neshov » (La Terre des mensonges, La Ferme des Neshov et L'Héritage impossible), Anne B. Ragde est une romancière à succès, déjà traduite en 20 langues, qui a vendu à ce jour des millions d'exemplaires. Elle signe Un jour glacé en enfer, Zona frigida, La tour d'arsenic, ou encore Je ferai de toi un homme heureux.

 

L'histoire :

 

Margido est agent des pompes funèbres. Patient et compréhensif, il s'efforce d'atténuer la peine des familles. Pourtant, ce dernier suicide le laisse sans voix. Un adolescent s'est pendu d'une manière qui souligne son désespoir. Alors qu'il officie, il reçoit un coup de fil d'un de ses frères, Tor, qu'il n' a pas vu depuis plusieurs années et qui lui apprend le décès de sa mère.

Erlend vit au Danemark. Artiste, homosexuel, il partage sa vie entre sa passion pour l'art et son amour pour Krumme, son compagnon. Perfectionniste, il ne laisse  rien au hasard. Pourtant une faille en lui le pousse régulièrement à boire (uniquement du champagne !) et à se laisser submerger pour un rien. La nouvelle du décès de sa mère va faire remonter en lui une enfance douloureuse qu'il souhaite effacer. Krumme, quant à lui, ne peut comprendre comment Erlend ne lui a jamais parlé de sa famille toutes ces années.

Tor n'a jamais quitté la ferme familiale. Très proche de sa mère, il la seconde dans ses tâches quotidiennes. La vieille femme régit tout, seule, et d'une main de maitre. Pourtant, ce jour-là, elle reste au lit plus longtemps que prévu, ce qui commence à insuiéter Tor. Ce dernier va devoir prendre la ferme en main : en plus de son travail quotidien auprès des porcs, il doit faire face au Père, homme apathique, sans autonomie, avec lequel il ne s'entend pas. Au fil des jours, alors qu'il est préoccupé par une truie qui dévore ses petits au lieu de les alaiter, l'état de santé d'Anna Neshov se dégrade et ce n'est que trop tard que Tor comprend l'ampleur des dégâts et appelle ses frères.

Les retrouvailles entre les trois frères vont alors faire remonter un secret de famille auquel personne ne s'attendait ...

 

En vrac et au fil des pages ...

L'univers de Terre des mensonges est assez particulier et, dès le départ, l'auteur nous place dans une ambiance morbide qui va orienter notre lecture. Les trois frères sont présentés sous forme de portrait en mouvement, de sorte que l'on découvre l'univers de chacun, son caractère, ses espoirs et ses peurs. Chacun d'entre eux semble porter un fardeau indépendant de la vie qu'il mène et il faudra attendre les retrouvailles pour comprendre quelle fut leur enfance à la ferme et combien elle les a façonnés.

Trois portraits on ne peut plus dissemblables et une faille commune, c'est la trame de ce récit qui nous entraine au confin des rancoeurs, soulignant combien une famille, une fratrie, peut être meurtrie par un secret bien gardé.

L'écriture est précise et souligne le trouble. Je ne qualifierais pas l'univers de glauque car ce sont des tranches de vie que l'on nous présente , cependant le point commun entre les trois frères est qu'un onde de mort place au dessus d'eux. Le premier Margido, est agent des pompes funèbres et, bien que passionné par son métier, évolue dans une atmosphère saturée de mort. Il ne parvient pas à construire sa vie et repousse les avances qu'on lui fait. Le second, Erlend, est artiste et décorateur. Cependant, alors qu'il semble le plus pétillant de tous, ses goûts vont vers des mises en scènes particulières, faites de noir et d'argent, de parties de corps exposant des bijoux comme dans cette vitrine de joaillerie. Derrière la gaieté transparait une profonde tristesse. Le dernier ,Tor, n'a jamais quitté la ferme. d'apparence robuste, il est le plus proche de sa mère et semble détester son père, le Père comme il le nomme, sans que l'on s'explique pourquoi.Sa passion pour sa truie Sara, souligne un manque dans sa vie et sa crainte mélée de vénération pour sa mère, va justement être la cause du décès de cette dernière.

Le lecteur découvre la mère, Anna Neshov, dans son lit, épuisée alors qu'on nous la décrit comme une femme forte, que rien n'a jamais pu atteindre. Ce paradoxe nous pousse à nous interroger sur cette femme dont deux fils ont quitté les lieux. Pour échapper à quoi ?

Un dernier personnage vient compléter le tableau, la fille de Tor , Torunn, qui se trouvera au coeur de la tourmente malgré elle.

C'est alors qu'ont lieu les retrouvailles et que ressortent les non-dits, les rancoeurs, les tensions, jusqu'à la révélation. Les relations familiales sont décortiquées et la ferme prend la dimension d'un personnage, un huis-clos dans lequel est enfermé Tor depuis l'enfance et dont ses frères avaient cru pouvoir s'échapper.

Je dois dire que ce récit troublant se lit bien et que j'ai bien envie de connaitre la suite. L'univers trouble qui enserre les personnages ne laisse pas indifférent même si l'on ne parvient pas à s'identifier à eux, une sorte d'attraction pousse le lecteur à aller au bout. On se prend d'affection pour ces frères qui revivent malgré eux une part de leur enfance et vont devoir vivre avec désormais.

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 13:17
Petits bonheurs 2015 # 6

Par manque de motivation et parce que j'avais la tête ailleurs ces derniers temps, j'ai délaissé les petits bonheurs. Pourtant ils reviennent au galop avec une bonne nouvelle :

 

 J'ai obtenu la mutation demandée pour rentrer en métropole. Après six années à la Réunion, retour aux sources ! Nous ne savons pas encore où nous tomberons mais ce sera dans l'académie de Bordeaux ( Dordogne demandée !).

 

 Préparer le départ et se dire que dans moins de deux mois le conteneur partira. Nous suivrons fin juin ;) 

 

 Rire en imaginant la tête des déménageurs face aux cartons de livres ( non seulement je les avais tous emportés sur l'ile mais leur nombre a considérablement augmenté !)

 

 Ma fille qui fait la belle en participant à un concours photo pour son héroine préférée !

 

 Retrouver le goût des bonnes choses après une période bof, bof ! Repartir du bon pied grâce à Florence Servan Shreiber (clin d'oeil car c'est d'elles que sont partis les petits bonheurs voilà deux ans) , ses petites recettes, son dynamisme et peut-être l'idée de la rencontrer en rentrant ;)

 

Une musique à partager :

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans mes p'tits moments
commenter cet article
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 05:54
Le Pas de Merlin, Jean Louis Fetjaine

Le Pas de Merlin, Jean Luis Fetjaine, éditions Belfond, 2002, 331 pages

Genre : fantasy sur fond historique

Thèmes : île de Bretagne, invasion, magie, elfes, forêt, guerre

 

L'auteur en quelques mots ...

Retrouvez la biographie de Jean Luis Fetjaine sur le billet consacré à Guinevère

 

L'histoire :

An 573. Du haut de Dun Breatann, Ryderc observe son territoire. Roi de Strathclyde, il a réuni tous les rois bretons afin de faire front face aux Saxons , aux Gaels et aux Pictes qui prétendent envahir les terres bretonnes. Le jeune Merlin est du voyage et appréhende autant qu'il l'espère,  l'aboutissement qui le mettra face à sa mère, Aldan. Sa réputation le précède et tous attendent beaucoup du jeune barde qui a su se forger une aura aussi respectable. Rapidement il devient l'un des leurs et la fierté de sa mère. Mais, déjà, une ambiance malsaine s'installe. Ryderc demande qu'un roi suprême, un riothime, soit désigné afin de mener l'union de Bretagne. Pourtant, alors qu'il pense être l'élu, c'est Gwendoleu qui est désigné, pour la plus grande joie de Merlin, son barde. Ryderc ne l'entend pas ainsi et fomente un complot afin de récupérer le torque d'or qui fera de lui le souverain.

Myrddin, "fils du diable" ainsi qu'il est dénommé par les chrétiens, ne sait rien de ses origines. malgré son insistance auprès d'Aldan il ne parvient à savoir qui est réellement son père mais pressent que ses pouvoirs lui viennent de cette part obscure que tous lui cachent. Echappant à la bataille qui voit la mort de Gwendoleu, il se retrouve en possession du torque d'or et se voit contraint de fuir à travers la forêt. Un espace qu'il connait bien mais dont il ne soupçonne pas les pouvoirs, jusqu'à ce qu'il soit soigné par des créatures qui lui ressemblent étrangement ...

 

En vrac et au fil des pages...

 

 

Férue de tout ce qui touche à la matière de Bretagne, je suis ravie d'avoir découvert les écrits de Jean Louis Fetjaine, qui choisit de commencer son récit par un état des recherches historiques sur Merlin ,Myrddin. Car ce personnage légendaire a-t-il réellement existé ? Il faut croire en tous cas qu'il trouve une origine dans une existence de barde, agrémentée au fil du temps par d'autres hommes qui sont venus former l'image telle qu'on la connait aujourd'hui.

Ici Merlin est un jeune barde qui ne soupçonne pas ses origines et vit à la fois dans un mal être inhérent à ce qu'il pressent et une solide réputation forgée malgré son jeune âge. On est encore loin de l'image d'un Merlin âgé à la longue barbe blanche mais cela va venir.

Le fond historique est passionnant , reprenant les invasions saxonnes, gaéliques et pictes sur les terres de Bretagne (actuellement Grande Bretagne ne nous trompons pas !). On y retrouve les complots et luttes d'intérêts mais aussi les croyances encore présentes malgré l'étendue de la foi chrétienne. L'originalité tient d'ailleurs sans doute au fait que c'est un moine qui va accompagner merlin tout au ong de son périple, depuis la fuite du champ de bataille , et va lui indiquer comment accéder à ses origines, ce qui le transformera totalement. Pourtant Merlin est l'héritier de la couronne de Dyfed, ce qui le place dans une situation inconfortable face à Ryderc.

L'auteur ménage bien l'intrigue de façon à nous laisser à la fin de ce premier tome avec l'envie de lire la suite, de découvrir ce qu'il va advenir de l'histoire d'amour entre Merlin et la belle Guendoloena, promise à un autre.

L'écriture tout à fait simple et fluide porte le récit que l'on dévore d'une traite .

L'avis de Nanet

 

 

 

 

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 22:19
Les anges de l'enfer

Pour l'atelier d'écriture de ce lundi 9 Mars 2015, Leiloona nous a gatés ! Une photo de Marion Pluss qui devrait nous donner de belles surprises côté imagination ;)

Aujourd’hui je suis le Prospect, le suiveur, comme le veut la tradition. J’ai réussi à passer les épreuves et serai un jour reconnu comme un membre à part entière. On peut dire que j’en ai bavé jusque-là, mais je n’ai rien lâché. Rien. Cette voie est la mienne, je le sais, je le sens. Malgré l’odeur de soufre qui entoure ce clan, malgré la violence parfois, la came ou la taule que certains connaissent dans le groupe et qui risquent de m’emporter, c’est ici que je me sens bien, sur ma bécane et parmi eux : mes frères. Avec eux pas de règles, si ce n’est celles du clan. Liberté ! C’est ce dont j’ai besoin désormais. Tout plaquer et les rejoindre fut la meilleure décision que j’aie prise. Et puis porter le nom, l’insigne, d’aviateurs de la seconde guerre mondiale, ça en jette non ?

Je dis clan mais je devrais dire famille. On est en France, pas aux Etats-Unis. Malfaiteur c’est pas dans notre nature même si cette image nous colle à la peau : de gros durs tatoués, blouson de cuir et tête de mort, forcément ça fait pas rêver tout le monde. Et pourtant ! S’ils savaient comme c’est bon de rouler à en perdre la tête, de se laisser porter par le groupe, d’oublier … d’oublier.

Aujourd’hui je suis le Prospect, le suiveur d’un Hells angel qui a de la bouteille et qui m’accepte, me parle comme à un frère. Sa poigne sur mon épaule, c’est la plus belle récompense. Dans quelques minutes, sur le ruban d’asphalte, je serai l’un d’eux : un ange de l’enfer en route vers le paradis.

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans atelier d'écriture
commenter cet article

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/51xgS8NrfIL.jpg

 

 

Articles Récents

  • Le jour des pains d'épices
    Aujourd'hui la maison embaume les épices. Cannelle, orange, cardamome, amandes grillées..ça sent le pain Boulou. J'ai découvert cette spécialité tunisienne lorsque mon aîné était petit ( repère personnel !) et l'ai accommodée au fil du temps. Aujourd'hui...
  • La maison aux couleurs de Noël
    Après l'intérieur c'est l'extérieur qui se pare aux couleurs de Noël. Ce soir un peu de lumière illuminera le tout, mais nous préférons les éclairages économiques et les bougies alors je ne sais pas ce que cela rendra ;) Encore quelques suspensions et...
  • Le jour des brioches à la cannelle !
    Entre deux paquets de copies et des bulletins à remplir, je profite d'être à la maison pour pâtisser un peu. Les enfants rentreront dans quelques heures et quoi de mieux, après un week end passé à décorer la maison, qu'une bonne odeur de beurre et de...
  • Marathon lecture d'hiver # 1
    Chicky Poo et Samarian lancent la première lecture marathon du challenge Il était 4 fois Noël. On l'attend toujours avec impateince car c'est l'occasion de passer sur les blogs, de chanter des chants de Noël, de découvrir des lectures inconnues et de...
  • Les Luminaires, Eleanor Catton
    Les Luminaires, Eleanor Catton, éditions Folio, 2016, 1248 pages Genre : roman contemporain, aventure Thèmes : chercheurs d'or, meurtre, mensonge, XIX°S, Nouvelle Zélande, trafic, astrologie Traduit par Erika Abrams L'auteur en quelques mots .. Eleanor...
  • Le jour du calendrier de l'avent !
    Comme chaque année la tribu réclame son calendrier personnalisé ;) Difficile d'innover à chaque fois ,mais cette année il sera collectif ! Un peu de patience, de bricolage et le tour est joué : chaque jour sera une surprise gourmande ou ludique. C'est...
  • Challenge : il était 4 fois Noël !
    C'est reparti ! Samarian et Chicky Poo relancent ce rendez-vous incontournable du mois de décembre. On sort les plaids, les mugs et les épices, on allume un feu de cheminée et on profite de chaque jour du temps de l'avent ;) L’heure est à nouveau venue...
  • i heart baking!: rai
    i heart baking!: rainbow sprinkle first birthday smash cake - vanilla cake filled with fresh strawberries and whipped cream
  • Easy DIY Burlap Wrea
    Easy DIY Burlap Wreath tutorial for Fall decor || Can change out the embellishments for use year round.
  • Halloween ,c'est le jour J !
    Ce matin, effervescence dans la maison ! Evider les citrouilles, préparer la décoration de la terrasse, commencer à pâtisser pour le super gâteau de ce soir ( mais, chuuut, ça c'est une surprise !), tout le monde met la main à la pâte. Côté déco ,nous...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...