Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 10:11
48 heures pour écrire avec Edilivre

1er concours d'écriture francophone , le concours de nouvelles Edilivre est ouvert à tous ceux qui aiment écrire.

Cette année, pour la troisième édition, le thème sera dévoilé le 20 novembre à 19h sur le site Edilivre.


Ce concours est gratuit et ouvert à tous.

 

COMMENT PARTICIPER ?


Pour participer, envoyez votre nouvelle par mail à nouvelles@edilivre.com.

Pour être acceptée, votre nouvelle devra :
- être au format Word ou PDF
- respecter la thématique imposée qui sera dévoilée le vendredi 20 novembre 2015 à 19h sur cette page
- ne pas dépasser les 10 000 caractères, espaces compris, soit environ 2 pages A4
- être écrite en police Times New Roman de taille 12 avec interligne simple
- être anonyme : votre nom, prénom ou pseudo ne doivent pas y figurer
- ne pas contenir d’illustrations, images ou photos, uniquement du texte
- les textes sous forme de poème sont acceptés

Le mail accompagnant votre nouvelle devra obligatoirement contenir les informations suivantes :
- nom et prénom du participant
- pseudo du participant s’il souhaite être mis en avant sous un autre nom et conserver l'anonymat
- titre de la nouvelle
- préciser en toutes lettres : « En participant à ce concours, j’accepte pleinement son règlement disponible sur le site Edilivre.com »

 

Lots à gagner, résultats, jury : tout est ICI.

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans Coups de coeur
commenter cet article
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 09:57
Le Chant des sorcières, Mireille Calmel

Le Chant des sorcières, Mireille Calmel, éditions France loisirs, 2008, tome 1, 440 pages

Genre : 

Thèmes : Melusine, naissance, sorcellerie, amours, sortilège, croyances, magie, légendes

 

L'auteur en quelques mots ...

Née en 1964, Mireille Calmel a une enfance difficile suite à une grave maladie. En sortant de l'hôpital, à l'âge de quinze ans, Mireille Calmel écrit son premier roman. Elle enchaîne aussitôt sur l'écriture d'Angéline, texte qu'elle publiera à compte d'auteur en 1981. Une de ses amies lui propose huit ans plus tard d'adapter son livre à la scène. La pièce ne sera jamais jouée mais, lancée, l'écrivain en produit alors plusieurs autres dédiées au jeune public. Devenue intermittante du spectacle, elle se lance dans la mise en scène, tout en pensant écrire sur Aliénor d'Aquitaine, sujet qui l'obsède. En 1998 la première version du Lit d'Aliénor parait chez France Loisirs qui lui font confiance. Suivent Le Bal des louves, Lady pirate, Le Chant des sorcière, la Reine de Lumière ou encore Richard Coeur de Lion, qui sont souvent réédités pour un succès non démenti.

 

L'histoire

 

1483. Alors qu'elle se baigne dans la rivière, Algonde est emportée par les flots tumultueux. Ramenée sur la rive par Matthieu, son prétendant, elle lui avoue avoir rencontré Mélusine. Seul le jeune homme et la mère d'Algonde seront informés de cet événement qu'elle souhaite tenir secret. Par un pacte avec la femme à queue de poisson que tous redoutent, Algonde scelle son destin à celui des Trois.

Au château de Sassenage, le baron attend le retour de sa fille Philipine, recluse dans un couvent depuis le décès de sa mère. Convoitée par deux hommes au fort tempérament, Philibert de Montoison et Laurent de Beaumont, la belle a généré une querelle mortelle. Sidonie que le baron épousera en seconde noces s'est  portée volontaire pour la ramener. Accompagnée de Marthe, une Harpie qui la tient sous sa coupe et occupe la fonction de chambrière, la jeune femme aspire à une vie meilleure auprès du Baron de Sassenage et propose à Philipine de prendre Algonde comme suivante.Pourtant, elle aussi semble liée à un terrible secret concernant la mère de Philipine.

Les deux jeunes femmes s'entendent à merveille. Pourtant Algonde sait quel secret la lie à Philipine et se retrouve tiraillée entre son amour pour Matthieu et une liberté qui la libérerait de liens occultes scellés bien avant sa naissance. Désormais assurée de ses pouvoirs, elle entreprend d'affronter les puissances maléfiques.

Parallèlement, Djem, bafoué par son frère Bayezid, se voit contraint de s'en remettre aux mains des Hospitaliers qui s'apprêtent à le conduire dans le Vercors...

 

En vrac et au fil des pages ...

 

Ce premier tome met en place un univers fait de réalité et de magie, dans lequel des forces obscures oeuvrent autour des humains. J'ai apprécié ce lien qui laisse une part d'imagination au lecteur, proposant une double personnalité de certains protagonistes.

Pour autant, et bien que l'écriture soit fluide, je n'ai pas retrouvé ici la plume de Mireille Calmel telle qu'on peut la lire dans La Lit d'Aliénor. L'ensemble reste plaisant à lire et j'ai hâte de connaitre la suite et de plonger dans la trilogie. Le fond historique n'est pas vraiment développé mais l'aspect mythologique porté par Melusine et ses soeurs, souligne une lignée de femmes sorcières, liées entre elles par une prophétie qu'il est temps de dévoiler.

Le personnage de Marthe porte le récit car c'est elle que l'on redoute le plus. Succube, elle se repait de chair vierge et tient sous sa coupe Sidonie, qui semble elle aussi avoir un côté obscur. Personne n'est celui qu'il prétend être, à part l'innocent Matthieu.

La part de récit qui nous conduit en terres de croisades, relance l'action en proposant un complot dans lequel se trouve mêlé Philibert de Montoison.Ce dernier, repoussé par Philipine, n'a de cesse d'imaginer de la contraindre à l'épouser et se révèle un goujat. Le lecteur attentif aura compris que ce mystérieux étranger venu de terres lointaines est celui qu'annonce la prophétie révélée à Algonde par Mélusine.

Il ne reste plus qu'à plonger dans le tome 2 ! 

 

Partager cet article

Repost 0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 10:58
Et si je vous racontais ma vie ? # 1

.On se plaint souvent de nos petites vies monotones, s'étonnant que d'autres puissent avoir des journées palpitantes. Pourtant de jolies pépites jalonnent nos semaines, il suffit de savoir les observer ...

 

Cette semaine j'ai rencontré Jérémy Fel, auteur du roman Les Loups à leur porte et, pour tout vous dire de ma vie, ce fut une rencontre enrichissante.

Et pourtant :

Qui eût cru que je relirais un thriller après les cauchemars provoqués par l'Ame du Mal de Chattam ? ( rhô lui, avec sa gueule d'ange ! pfff !)

Qui eût cru que j'oserais poser des questions à l'auteur en présence d'autres lecteurs ( ça c'est mon côté élève timide et peu sûre d'elle !) ?

Qui eût cru que je viserais juste en lui proposant une autre influence à son roman ( j'avoue n'avoir jamais lu Joyce Caroll Oates !) et en citant D Ray Pollock, Le Diable tout le temps ?

Qui eût cru que j'attendrais avec impatience son second roman ? ( Bon là c'est du sado masochisme !)

 

Ce fut une belle rencontre, dans un cadre que j'ai hâte de retrouver : la librairie La Colline aux livres à Bergerac. 

Depuis le temps que je cherchais une librairie digne de ce nom ! ( pour ceux qui n'auraient pas suivi les périples de la tribu, nous avons quitté l'île de la Réunion en juillet pour rejoindre la Dordogne. L'hiver culturel est donc fini, sans méchanceté aucune envers nos amis iliens, et j'avoue que les librairies indépendantes me manquaient).

Coline, enflammée par sa lecture, ne tarissait pas d'éloges sur le roman de Jérémy Fel et nous a fait beaucoup rire avec son : " Je sais que ce livre a été écrit pour moi !".

 

 

Alors, oui, la maman que je suis a été prise aux tripes par certaines scènes touchant des enfants, s'est laissée emporter par le croquemitaine et a retrouvé ses peurs enfantines de monstre caché sous le lit ... bref, une lecture palpitante ! 

Jérémy Fel n'est pas un psychopathe !  Vous vous en doutiez mais j'avoue que je me demande parfois comment font les auteurs pour écrire ces atrocités. Je le dirais plutôt doux, un petit côté obscur ( pas aussi poussé que ses personnages !) qui le lance dans des lectures souvent noires ou glauques. Surpris de son succès, pourtant sa phrase fétiche est : "j'ai voulu donner au lecteur ce que j'aimerais lire". Parfois étonné par l'analyse que l'on peut en faire et les référénces que l'on y voit ( c'est intéressant, car cela révèle l'inconscient, le poids de ses lectures sur ses écrits), il apprécie les rencontres avec ses lecteurs et se donne vraiment, même si la lecture de ses propres pages semble une épreuve .

 

C'est grâce à lui que mon panier s'est rempli :

* Deux Garçons, la mer, de Jamie O'Neill

* Bellefleur, Joyce Carol Oates / La légende Bloodsmoore du même auteur

 

Et si je vous racontais ma vie ? # 1Et si je vous racontais ma vie ? # 1
Et si je vous racontais ma vie ? # 1Et si je vous racontais ma vie ? # 1

 

Et vous, qu'avez-vous fait cette semaine ?

Partager cet article

Repost 0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 09:49
Les Loups à leur porte, Jérémy Fel

Les Loups à leur porte, Jérémy Fel, éditions Rivages, 2015, 434 pages

Genre : roman noir

Thèmes : meurtre, famille, enfance, Mal, Etats-Unis, vengeance , menace...

 

L'auteur en quelques mots ...

 

Peu d'informations encore sur ce Monsieur, mais sachez qu'il fut un temps scenariste de courts métrages, libraire, avant de s'adonner à l'écriture. Les Loups à leur porte est son premier roman, bientôt suivi d'un second dans la même veine. Jeremy Fel avoue son penchant pour le cinéma mais reconnait avoir trouvé dans l'écriture un moyen de faire parler les images qu'il a en tête. Amateur de littérature américaine, il inscrit dans ce premier roman toute l'influence qu'elle a exercée sur lui.

Rencontre avec l'auteur >ICI

 

L'histoire

 

1979.Loretta ne parvient pas à dormir. Ces cauchemars qui l'assaillent et prennent toujours pour décor sa maison du Kansas ne lui laissent aucun répit, comme un mauvais présage. Alors qu'elle attend son fils Daryl, sorti précipitamment la veille suite à une énième altercation avec son père, elle se promet de se montrer plus proche de cet adolescent taciturne. C'est pourtant elle qui a choisi cette voie, mais à quel prix et pour quelle vie aujourd'hui ? La réalité rattrape parfois nos pire cauchemars , preuve en est le meurtre sauvage d'Anna Warren, bibliothécaire dans le lycée de Daryl, qui a surpris toute la ville. Alors qu'une ombre furtive traverse sa cour, Loretta pense à ce qu'elle fera demain. L'odeur prégnante de la fumée s'immisçant sous la porte lui laissera à peine le temps de regagner sa chambre, "Mais ce n'était pas au piège qui se refermait sur elle qu'elle pensait à cet instant (...) Ce qu'elle ne pouvait s'enlever de la t^te c'était ce qu'elle venait de voir par la fenêtre de sa chambre et qui en une fraction de seconde l'avait poignardée en plein coeur."

Quelques années plus tard, Duane Parsons poursuit son périple sur la route 70, accompagné d'un jeune garçon , Josh, enlevé à sa mère quelques heures plus tôt ...

Louise Doucet attend devant un môtel que son mari ressorte après un moment passé avec sa maitresse...

Walter attend patiemment son heure en  déjeunant chez Martha et Paul Lamb qui ignorent qu'ils ont fait entre chez eux l'incarnation du Mal ...

Martin reprend ses esprits en observant sa femme Charlotte, inerte sur le sol et décide de se débarrasser du corps ...

 

En vrac et au fil des pages ...

 

De nombreuses critiques ont parlé d'un recueil de nouvelles pour ce roman qui lie les destins, entremêle les drames et envoie le lecteur sur de multiples pistes. Je ne suis pas d'accord, sans doute habituée à lire des romans à voix multiples dans lesquels les récits s'entrecroisent.

C'est un tout, violent, tragique, qui nous place face à notre part obscure. Ici la fiction s'inspire de la réalité et va plus loin, en un système d'échos , un miroir tendu aux personnages qui se découvrent doubles. Leur passé les rattrappe souvent, une enfance meurtrie, violentée, une peur enfouie qui ressort et explose. Je dirais que le personnage principal n'en est pas un, c'est une abstraction : Le Mal, qui peut prendre plusieurs formes, plusieurs visages.

Ce sont en tout douze protagonistes qui évoluent sous nos yeux, nous happent, nous surprennent ou nous mettent mal à l'aise mais ne nous laissent pas indifférent. C'est sans doute aussi là que réside la force du premier roman de Jérémy Fel : on ne l'oublie pas, certaines scènes restent.

Les peurs d'enfance constituent le fond, la trame ( le croquemitaine, la forêt ...) et l'auteur joue avec le lecteur en distillant quelques souvenirs (une porte, une ombre, une forme sous un lit, une fenêtre ...). L'ensemble est très visuel et probablement inspiré des techniques cinématographiques qui savent si bien jouer avec nos nerfs. Pour autant, pas d'excès dans les violences décrites et certains passages m'ont inmanquablement fait penser à un fait divers.

L'intérêt du roman est dans les références multiples qu'il propose, les lectures auxquelles il fait écho , qui vont de la mythologie (notamment le mythe de la dévoration que l'on retrouve dans de multiples cultures)  à une ambiance américaine qui correspond bien à l'univers que Jérémy Fel a voulu créer. J'ai pensé à un roman de D Ray Pollock au tout début du récit, Le Diable tout le temps, pour la route, l'atmosphère tendue, la violence latente, à Stephen King pour les peurs ancestrales, mais la patte de l'auteur réside à mon sens dans une écriture scenique, visuelle, qui emporte le lecteur, au-delà d'un style pourtant simple. Un récit aux allures de conte , par moments,qui explore les références de tout lecteur, ces mêmes monstres qui ont fait merveille dans les lectures du soir et prennent vie ici, comme un voisin que l'on connaitrait mal.

On a reproché à Jérémy Fel une écriture peu travaillée justement, mais, pour avoir discuté avec lui, je pense qu'il a misé sur l'intrigue, la complexité de l'histoire, les projections évidentes que le lecteur fera en tournant la dernière page (aaaahhhh, la dernière scène ! ). L'idée était ici d'emporter le lecteur dans son univers et, en ce sens, le pari est réussi. Puis bon c'est un premier roman et je trouve le pari audacieux et le défi relevé avec brio.

Celle qui vous dit cela lit peu de thriller !  C'est donc un compliment.

Au fil des pages les liens se nouent, une silhouette aperçue dans les premiers chapitres, refait surface et l'on comprend combien le Mal s'est étendu, même si une lumière brille , même si la redemption est proche. There is a light that never goes out ... comme dit la chanson. 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 15:14
Beignets au potimarron

En ce mercredi après midi nous nous régalons de beignets au potimarron. Rien de plus simple, Hilde et Lou craqueront, c'est sûr !

 

200g de purée de potimarron (potimarron cuit dans de l'eau et réduit en purée)

100 gr de ricotta
250g de farine
1 pincée de sel
2 oeufs
1 sachet de levure de boulanger (5g)
50 g de sucre en poudre
cannelle
huile de friture

 

Mélanger intimement : purée de potimarron ( je la fais dessécher un peu avant, dans une casserole, afin qu'elle ne rejette pas d'eau), ricotta, farine, œufs et levure. laisser reposer cette pâte deux bonnes heures dans un lieu chaud.

Lorsque la pâte a doublé de volume, la mélanger à nouveau, faire chauffer l'huile de friture( test du cure dent en bois pour savoir si elle est prête ! ). Plonger des boules de la valeur d'une cuillère à soupe.

Dans une assiette mélanger sucre et cannelle. Essorer les beignets sur du papier absorbant puis les rouler encore chauds dans le sucre.

Miam !

 

 

Beignets au potimarron
Beignets au potimarron

Partager cet article

Repost 0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 07:35
Juste avant l'oubli, Alice Zeniter

Juste avant l'oubli, Alice Zeniter, éditions Albin Michel, 2015, 285 pages

Genre : roman

Thèmes : écrivain, polar, Hébrides, amour, solitude, isolement, crime, séduction

 

L'auteur en quelques mots ...

J'ai eu le plaisir de lire Sombre Dimanche et de présenter Alice Zeniter par ici.

 

L'histoire :

" Est-ce que la fleur que nous appelons rose, sous un autre nom, sentirait aussi bon ?" demanda un jour le fragile professeur d'anglais qui peinait à les initier à Shakespeare. (...) Franck, lui, comprenanit instinctivement l'interrogation du poète. Et il y avait déjà répondu : non bien sûr que non. Si les roses s'appelaient Franck on ne leur parlerait pas tant de leur parfum." , lui qui déteste plus que tout son prénom.

Infirmier il consacre sa vie aux autres et, à ceux qui lui demandent pourquoi il n'est pas allé jusqu'à être médecin, il répond calmement que c'est par choix. Touché par son métier, ses patients, il évacue le stress en regardant des comédies romantiques, des dessins animés, tout ce qui ne rappelle pas ce monde qu'il ne comprend pas, dans lequel des jeunes de 19 ans meurent chaque jour.

Emilie compatit. Emilie le comprend, elle qui termine sa thèse sur Galwin Donnell, "le pape de la cruauté", auteur de polar qui prend de plus en plus de place dans sa vie. A corps perdu, elle se jette sur les traces de cet homme incompréhensible, irrascible, qui vivait reclus sur l'ile de Mirhalay, au coeur des Hébrides.

Une séparation que Franck redoute. C'est pourquoi il embarque sur ce bateau, fermement décidé à avouer à Emilie ses sentiments, ses projets d'avenir avec elle.

C'est pourtant un tout autre voyage qui s'annonce, la découverte d'une île à l'histoire inquiétante, peuplée de touristes érudits venant en pélerinage adorer l'écrivain décédé dans des circonstances douteuses, persuadés pour certains de le rencontrer sur une plage, bien vivant. Habitée par un étrange gardien désabusé, rendu taciturne par une vie d'isolement forcé aux côtés d'un homme autoritaire.

"Pendant une vingtaine d'année - période que l'on désignerait par la suite sous le nom d'Oubli - l'île ne fut qu'un territoire offert aux bêtes (...) Il fallait être Galwin Donnell, cet animal de force et de solitude, pour vouloir accomplir en sens inverse le chemin de la déréliction et ramener la vie à Mirhalay".

 

En vrac et au fil des pages ...

Alice Zeniter sait faire entrer le lecteur dans la tête de ses personnages, exploiter leur solitude, leurs angoisses et souligner leur fusion avec le monde. A mon sens c'est ce qu'elle fait le mieux et qui définit sa patte : peindre les âmes.

Pour Franck, quel autre lieu pour répondre à son isolement que cette île reculée, chargée d'une histoire trouble, sur laquelle il espère retrouver celle qu'il l'aime, la reconquérir.

On est touché par cet homme, l'écart qui se creuse avec Emilie, toute à sa thèse, la distance qui s'installe entre le monde littéraire des conférenciers et la vie proche de l'humain de l'infirmier.

Les paysages donnés à voir sont  sauvages et forts. C'est pourquoi l'on n'est pas étonné de l'attitude de ce gardien, seul, rustre, qui semble trouver en Franck un allié, une bouée. personne ne dit ce qu'il ressent réellement et se laisse porter par les vents, les vagues.

Souvent la proximité avec des animaux sauvages, parachève le portrait de personnages tourmentés : l'un achevant l'animal blessé, conscient que cette vie n'en est pas une, l'autre cherchant à tout prix à sauver la vie.

On comprend aussi, bien qu'on la critique, l'attitude d'Emilie, plongée dans sa thèse comme dans une fugue, un travail qui va volontairement l'occuper longtemps pour ne pas envisager plus loin sa vie avec Franck. Je sais combien , lorsqu'on est plongé dans une recherche passionnante, on en oublie nos proches parfois, on ne vit plus qu'à travers cela.

Le choc se produira donc. L'auteur décortique les relations humaines, les petits défauts que nous connaissons tous ( si je fais ceci pour mon conjoint alors il aura une dette envers moi, sacrifice vaut récompense !) .

La particularité de ce roman est de nous pousser à vouloir connaitre cet auteur, Galwin Donnell, dont l'univers particulier intrigue. Divorcé, reclus sur un île, ensencé par la critique malgré l'ambiance destructrice de ses polars. Fort à parier que vous chercherez vous aussi à en savoir plus sur lui sitôt le livre d'Alice Zeniter refermé.

Coup de coeur de la rentrée littéraire 2015

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

  • Les Tranchées de la haine, Anne Perry ( tome 4 de la saga Reavley)
    Les Tranchées de la haine, Anne Perry, éditions 10/18 Grands Détectives, 2008, 414 pages Genre : policier historique Thèmes : première guerre, tranchées, mutinerie, complot, Angleterre, France L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie d'Anne...
  • Petits bonheurs 2017 #5
    Petit rendez-vous de partage, délectation et autres petits bonheurs ! * Le soleil qui pointe le bout de son nez après le retour du froid ! Décidément ce mois de mars fut plein de surprises ! * Un anniversaire réussi : la tribu en cuisine, des cadeaux...
  • Les chroniques de Nadia Tesla, tome 1 : Le garçon qui venait du réacteur , Orest Stelmach
    Les chroniques de Nadia Tesla, tome 1 : Le garçon qui venait du réacteur , Orest Stelmach, éditions Smart Catherine, 2017, 402 pages. Traduction de Martin Rouillard Genre : thriller Thémes : Ukraine, Tchernobyl, mafia, enquête, L'auteur en quelques mots...
  • Bingo littéraire de printemps !
    Laurence authentique lance le bingo littéraire du printemps. Du 20 mars au 20 juin, le but du challenge est de lire le maximum de livres correspondants aux cases. 1 livre = 1 case , autrement dit un livre ne peut pas valider plusieurs cases à la fois....
  • Petits bonheurs # 4
    Tom et Mouchette ! Lundi 20 Mars 2017 premier jour du printemps et journée internationale du bonheur, que demander de plus ! Aujourd'hui on éteint la TV pour ne pas se laisser envahir par les mauvaises nouvelles, la violence, la corruption ... On ouvre...
  • Easter Basket for 2
    Easter Basket for 2 year old: books, stuffed animal, Thomas and Friends toy
  • Easter basket ideas
    Easter basket ideas for toddlers under age 3 (boys & girls)
  • Great, non-candy ide
    Great, non-candy ideas for a toddler's Easter Basket, perfect for 2 and 3 year olds. Inexpensive, but nothing electronic or plastic-y - all quality toys!
  • Balade irlandaise gourmande
    Aujourd'hui, le club des gourmands propose le thème de l'Irlande. Nous n'avons pas eu l'occasion de célébrer la St Patrick vendredi, alors on se rattrape avec un repas aux couleurs de l'Irlande ce midi. Au menu : Irish Stew et Banoffee pie. Les recettes...
  • Le gratin dauphinois de Martine
    Ceux qui me connaissent doivent être étonnés de me voir essayer une nouvelle recette de gratin dauphinois. Il faut que celui que je fais depuis des années est apprécié et réclamé. Syl m'a convaincue de rejoindre les gourmandes en ce dimanche, pour tester...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...