Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 16:18

http://ecx.images-amazon.com/images/I/5138D276WFL._SS400_.jpg

 

J'ai rêvé de courir longtemps, Ron Mac Larty, editions Albin Michel, 2005,397 pages

Thèmes : vie quotidienne, deuil,USA,estime de soi

Genre : roman

 

 

L'histoire :A 43 ans Smithy Ide est un fumeur compulsif, un alcoolique et souffre d'obésité . Son monde vacille à la suite d'un accident de voiture dans lequel ses parents trouvent la mort. "Parfois, il advient de ces choses qui font qu'on n'a même plus la force de se tenir debout. ça vous prend aux genous. Aux jambes. Au coeur. J'ai mis ma figure contre la sienne et j'ai attendu de pouvoir me relever.". D'un souvenir à l'autre Smithy convoque sa soeur Bethany, disparue quelques années plus tôt, sa voisine Norma, fidèle compagne et dresse le portrait des habitants de sa bourgade américaine. C'est alors que,relevant le courrier de ses parents, il tombe sur une lettre l'informant que sa soeur repose à Los Angeles en attendant les instructions d'un parent proche. Sans savoir réellement ce qu'il fait,Smithy entreprend brusquement une promenade sur son vieux raleigh,le vélo de son enfance. "(...) plus je pédalais et suais , moins je souffrais. Je n'avais aucune envie de m'arrêter en arrivant à East Providence ...". Commence alors une longue route, rythmée par le récit d'anecdotes, de rencontres et les coups de fil passés à Norma, route qui le mènera en Californie où se trouve le corps de sa soeur.Une longue traversée aux accents de quête initiatique ,au cours de laquelle Smithy va se découvrir et renaitre. Des rencontres qui rythmeront sa route il ne va garder que le meilleur, la générosité, le don de soi, ce qui va le révéler à lui même et aux autres.

 

En vrac et au fil des pages : évidemment dit comme cela, le roman de Ron Mac Larty peut ressembler à une épopée américaine dans laquelle un looser, parti de rien, se découvre et grandit. C'est sans compter sur l'écriture de cet auteur, acteur de séries TV , que l'on présente souvent comme le protégé de Stephen King. Pourquoi ne pas le présenter comme l'auteur remarquable de J'ai rêvé de courir longtemps tant il semble avoir mis de lui dans son roman ? Aussitôt on pense à Forrest Gump, Bagdad Café ou encore Darjeeling limited pour le côté profondément humain, spirituel et qui ne laisse pas indifférent. Peu importe le but final, ce qui compte c'est la route, ce qu'elle permet de réflexion, d'abandon de soi.

 

J'avoue avoir apprécié le style simple, l'ancrage dans la réalité d'un roman populaire finalement. J'ai aimé le contrepied volontairement pris par Ron McLarty avec son personnage attachant tout autant que dérangeant. Pas de misérabilisme malgré les malheurs successifs qui l'accablent et font écho à un passé lui-même douloureux (guerre du Vietnâm, enfance aux côtés d' une soeur déséquilibrée). Je pense que l'on aime ce roman pour sa simplicité et non uniquement pour la leçon de vie qu'il nous donne.

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 15:54

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/5/0/9/9782742771905.jpg

 

 

Le Mec de la tombe d'à côté, Katarina Mazetti, Editions Acte Sud, collection Babel, 2009, 253 pages

Thèmes : deuil, amour,milieu social

Genre : roman

 

 

L'histoire : le roman s'ouvre sur un face à face empreint de cynisme. Chaque jour Benny rend visite à sa mère au cimetière. Il y croise Désirée, veuve depuis peu. Chaque jour ils se livrent à une observation et une critique de l'autre.Rien ne les prédestinait à se parler. Lui est un agriculteur surmené qui croit en son travail à la ferme. Elle est bibliothécaire,une citadine bourgeoise qui aime son petit confort  ...et pourtant. Il a suffit d'un regard pour que leur morne quotidien vole en éclat. Un amour hors norme les transcende alors, entre découverte de soi et acceptation de l'autre. Un roman aux saveurs douces amères dont la fin nous dit que tout n'est pas toujours noir ou blanc.

 

en vrac et au fil des pages : j'aime les romans polyphoniques. Celui-ci reprend la technique du double point de vue : deux personnages racontent un même événement et se dévoilent ainsi au lecteur, tantôt amusé ,tantôt attendri par le décalage entre les deux amants. Deux voix, deux milieux sociaux en confrontation permanente, deux âmes liées. L'écriture est souvent juste, parfois drôle. On n'en demande pas plus pour aller jusqu'au bout !

 

Ce roman a été adapté au théâtre. Mais je n'en dirai rien puisque je n'ai pas vu la pièce !

http://me1.billetreduc.fr/n180/32975.jpeg


Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 15:15

http://www.decitre.fr/gi/20/9782264051820FS.gif

 

Lait noir, Elif Shafak, Collection 10/18, Domaine étranger,2010, 351 pages

Thèmes : écriture, maternité, dépression post-partum, condition de la femme écrivain

Genre : roman autobiographique

 

 

L'histoire : Avoir un enfant est une merveilleuse aventure. Tout est beau, merveilleux, doux ... C'est ainsi que cela devrait être en effet. Mais ce n'est pas toujours le cas.  Dans un face à face avec elle même,Elif Shafak aborde le thème de la dépression postpartum. "Tu sais, si tu pleures trop, ton lait va tourner et devenir noir" lui disait sa grand-mère.Pour la femme musulmane , comme pour la femme occidentale, le sujet est tabou. Parler de ce qui ne va pas, faire part de ses angoisses alors que tous les regards sont tournés vers la mère et son enfant n'est pas aisé. Reconnaitre que l'on va mal et l'écrire l'est encore moins. Certes les livres spécialisés abordent cette période difficile qui suit la naissance d'un enfant. Mais qui en reconnait vraiment les symptômes ? Tant de femmes on mené de front une carrière et une vie de famille. L'écrivain convoque de grandes figures féminines pour souligner la complexité du rapport de la femme à l'écriture, de la mère à l'enfant. Ainsi Simone de Beauvoir, Doris Lessing, Zelda Fitzgerald ...

En laissant parler ses voix intérieures, perçues comme de petites bonnes femmes à la personnalité marquée ( Miss Cynique Intello, miss Ego Ambition, Dame Derviche ou maman Gâteau...) Elif Shafak se dévoile, se livre, retrouve l'estime d'elle-même.

 

En vrac et au fil des pages : sans doute le tour de force d'Elif Shafak est-il d'avoir su faire un roman d'un tel sujet. Il fallait toute la subjectivité d'une autobiographie pour soutenir ce thème et le faire entrer en résonnance avec la condition de la femme turque. Ce roman traite de l'équilibre : entre la femme et la mère, entre l'écrivain et la maman, entre le cérébral et l'intuitif. Dans une tentative de recoller les morceaux, l'auteur explore son moi profond et se découvre, laisse parler en elle les mille petites voix qui font sa personnalité en construction. Car devenir mère est un processus qui prend du temps, un changement presque brutal bien que merveilleux. Le reconnaitre et en parler est important. C'est une sorte de thérapie.

 

Elif Shafak relie son écrit à la magie orientale : les petites bonnes femmes sont des djinns, respectant ainsi une tradition orale portée par les femmes turques. Par ce biais elle dénonce aussi une culture écrite presque exclusivement masculine : les jeunes filles vont à l'école jusqu'à ce qu'elle soient en âge de devenir des femmes au foyer. Elles oublieront alors leurs rêves d'écriture pour se consacrer à leur famille.

 

Malgré un sujet brûlant Elif Shafak décrit avec une touche d'humour ce que sont ses voix intérieures et la bataille qu'elles se livrent, entre anarchie et démocratie. Son roman est d'autant plus intéressant et touchant qu'il ne s'adresse pas qu'aux futures mères mais à tous ceux qui laissent parler en eux ces petites voix. Il est aussi très différent de ses autres romans comme Bonbon Palace ou La Batarde d'Istambul.


 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 13:54

http://idata.over-blog.com/2/08/59/73//tarte-choco-caramel-copie-1.jpg

Une recette calorique pour un maximum de plaisir !

 

Qui a dit que le caramel était réservé aux enfants ? il est vrai que l'enfance n'est jamais très loin dans nos souvenirs lorsque l'on déguste ces petites friandises, tour à tour croquantes, fondantes, sucrées, salées.

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41bnMSdH0KL._SS500_.jpg

 

" (...) c'est de la sensualité à l'état pur ! Doux et onctueux il remplit et satisfait doucement notre palais jusque dans ses moindres recoins. Pas question de grignoter du bout des lèvres, nous en voulons plein la bouche.", présentation de l'éditeur pour Du caramel plein la bouche de Trish Deseine.

 

 

 

Tout commence comme un cheese cake :

- 150 gr de biscuits à la cannelle type speculoos

- 150 gr de biscuits type roue d'or au beurre

- 80 gr de beurre tempéré coupé en petits dés

 

Mixez les ingrédients ensemble, sans trop. Vous devez obtenir une pâte sablée. Tapissez le fond d'un moule à manquer avec cette préparation en tassant bien avec les doigts, en prenant soin de faire remonter la pâte sur les bords.

 

Pour l'appareil :

- choisir une glace en bac. J'aime le praliné mais vous pouvez opter pour une crème glacée vanille parfumée, marron glacé ou noix de macadamia. Laissez le bac de glace à température ambiante un petit moment de façon à pouvoir travailler la glace et l'étaler généreusement sur le fond de tarte. Recouvrez le tout de film alimentaire et Vite, vite, au congélateur !

 

Pour la sauce caramel au bon goût "original" !

- 150 gr de sucre roux de canne

- 80 gr de beurre salé

-20 cl de crème liquide

 

Mettez le sucre dans une casserole et laissez fondre à feu doux, sans eau ! En même temps, dans une autre casserole, faites bouillir la crème. Lorsque le caramel s'est formé, additionnez la crème au caramel délicatement. remuez vivement et ajoutez le beurre sans cesser de remuer.

 

Raté ? le feu est trop vif, ou bien vous n'avez pas assez remué ...

 

Laissez refroidir un peu et nappez la tarte de ce caramel. Remettez au congélateur. Vous penserez à sortir la tarte quelques minutes avant la fin du repas, comme on le ferait pour un gâteau glacé.

 

Ce que j'aime dans cette recette : l'association des textures (le croustillant du fond de tarte, le moelleux de la glace et le fondant du caramel), le mélange des saveurs (la note très sucrée du caramel, la douceur de la glace), le fait d'être obligée de déguster lentement pour laisser venir toutes les sensations, la touche glacée qui permet de se régaler de sucre sans être écoeurée...

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans supplément pour les gourmands
commenter cet article
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 12:50

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/9/5/6/9782253114659.jpg

 

Embrassez-moi, Katherine Pancol, Editions Le livre de poche,2005, 410 pages

 

 

 

Et bien non, je n'ai pas réussi à dépasser la cinquième page ! Pour la première fois je mettrai cela sur le compte d'une mauvaise période, d'un manque d'attention ou de concentration. Le hic est que jusqu'à présent je n'ai jamais eu besoin de réellement me concentrer pour lire un roman de Katherine Pancol. Alors ? Que dit-on des premières lignes d'un roman déjà ? un début de roman nous précise en général les intentions du romancier, bla, bla, bla... C'est ce que je dit à mes élèves. La vérité c'est qu'il n'y a pas de recette miracle et que ce qui a pu marcher pour un roman ne fonctionne plus pour l'autre.

 

Le début est pourtant prometteur et jusqu'à la page 14 (édition du Livre de poche) je trouvais l'idée sympa :

Elle est en maison de repos, elle veut oublier. pour cela elle se coup du monde, y compris de Louise, une jeune infirmière qui entre dans sa chambre tous les jours pour les soins. Elle s'enferme dans son rêve pour fuir la réalité. Puis le déclic: "On vous a déjà dit que vous ressembliez à Louise Brooks ?" demande-t-elle à l'infirmière. Commence alors le récit de sa vie passée, aidée par Louise La jeune comme elle l'a baptisée.


C'est ici que j'ai lâché le livre. Je ne me suis pas sentie emportée dans l'histoire.

Je rententerai ma chance dans quelques temps...pourquoi pas ?


Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans la petite fève amère
commenter cet article
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 10:02

http://michel.balmont.free.fr/pedago/vieux_lyon/tableaux/ricotta.jpg

Vincenzo Campi, Les mangeurs de Ricotta, 1580, huile sur toile

"Le plaisir de la table est de tous les âges, de toutes les conditions, de tous les pays et de tous les jours" Anthelme Brillat Savarin

 

Ainsi parlait l'écrivain gastronome, défenseur de la gourmandise. Pourtant son traité sur la Physiologie du goût n'est pas des plus digestes ! Il y décortique les mécanismes du goût tel un scientifique , traite d'obésité, de jeûne. Baudelaire ne s'y est pas trompé (Paradis artificiels, Vin). Oups, c'est Balzac qui ne serait pas content  de me lire ! Je suis bien consciente de l'influence de cet écrit sur la littérature, l'entrée du goût dans la matière littéraire, l'émergence d'un "discours gastronomique" (Philippe C.Dubois)...mea culpa !

 

Oui mais moi ce qui m'intéresse aujourd'hui c'est la petite anecdote qui raconte comment la mère de Brillat-savarin, prise de malaise à la fin d'un repas trop copieux, la gourmande,et  sentant sa fin venir, réclama dare-dare son dessert de peur de passer de vie à trépas sans avoir assouvi son péché de gourmandise. Et son fils de commenter "Et elle alla prendre le café dans l'autre monde !". Truculent n'est-ce pas ?

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans anecdotes culinaires
commenter cet article

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...
  • La Horde du contrevent, Alain Damasio
    La Horde du contrevent, Alain Damasio, Editions La Volte, 2004, 521 pages Genre : fantasy Thèmes : vent, amitié, horde, écueils, quête, musique L'auteur en quelques mots ... Alain Damasio, né Alain Raymond, est un écrivain français de science-fiction....
  • Origami party pour le mois japonais
    Bien que le papier soit né en Chine au IIème siècle avant J.-C., on pense que la pratique régulière du pliage de papier est essentiellement d'origine japonaise et remonte au VIème siècle. Les premiers pliages étaient destinés à l'emballage des médicaments...
  • Le Maître des livres, Umiharu Shinohara
    Le Maître des livres, tome 1, Umiharu Shinohara, éditions Komikku, 2014, 188 pages Genre : manga Thèmes : lecture, enfance, bibliothèque, amitié, éveil L'auteur en quelques mots ... Dessinateur et scénariste japonais, Umiharu Shinohara ( 篠原ウミハル ) , est...
  • Éloge de l'ombre, Junichirô Tanizaki
    Eloge de l'ombre, Junichirô Tanizaki, édition POF ( Publication orientaliste de France), 1993, 110 pages traduit du japonais par René Sieffert Genre : essai Thèmes : obscurité, occidentalisme, orientalisme, moeurs, plénitude, influence L'auteur en quelques...
  • Outre-Terre, Jean Paul Kauffmann
    Outre-Terre, Jean Paul Kauffmann, éditions Folio, 2017, 359 pages Genre : récit de voyage, essai Thèmes : Russie, Napoléon, Eylau, Histoire, reconstitution L'auteur en quelques mots ... Journaliste et écrivain français, jean Paul Kauffmann est né en 1944....
  • Le Dimanche des mères, Graham Swift
    Le Dimanche des mères, Graham Swift, éditions Gallimard, collection du monde entier, 2017,142 pages Genre : historique Thèmes : aristocraties, société, Angleterre, domesticité, écrivain L'auteur en quelques mots ... Ecrivain britannique né en 1949, Graham...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...