Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 04:30

 

Ils sont arrivés !

photos-blog-0198.JPG

Rose de Tatiana de Rosnay pour la Lecture Commune de Livraddict

Deux livres repérés en sortie du mois de Mai

photos-blog-0202.JPG

Une BD que je voulais découvrir depuis longtemps...je ne suis pas déçue !

photos-blog-0199.JPG

Mon chouchou ! Cet ouvrage est vraiment très complet

 

Le petit plus, déniché chez mon bouquiniste :

photos-blog-0263.JPG

photos-blog-0264.JPG

 


Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans Dans ma PAL
commenter cet article
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 03:58

ca2012petit.png

 

Cette année j'ai décidé de me lancer un petit défi personnel : lire des albums jeunesse. J'ai trouvé deux challenges qui correspondent à cette envie et celui-ci en fait donc partie.

 

Le principe ? lire ! J'ai opté pour le Petit Challenge qui consiste à découvrir 10 albums dans l'année.

 Pour plus de détails rendez-vous ICI, sur le blog "délivrer des livres"http://delivrer-des-livres.fr/wp-content/uploads/2011/02/bandeau5.png 

 

Je noterai ici mes lectures :  5/10 (récap et choix des autres participants sur le Blog de Herisson)

- Tigouya, Teddy Iafare Gangama, illustré par Yohann Schepacz 

- Petit Clandestin, Theresa Tomlinson, illustré par Jane Browne

- Le Bonhomme Kamishibai d'Allen Say

- Le kimono blanc, Dominique Kopp

- Fleur des neiges, Pierre marie Beaude


Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans Mes challenges en cours
commenter cet article
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 02:38

 

http://www.librairiepantoute.com/img/couvertures_300/9782226181077.jpg

 

 

La Rêveuse d'Ostende, Eric Emmanuel Schmitt,éditions Albin Michel, 2007,310 pages

Genre : recueil de nouvelles

Thèmes : solitude, imagination, rêve, amour

Voici un auteur que je ne présente plus , mais si cela vous intéresse ... par ici !

Je propose de m'attarder un peu sur trois nouvelles, dont celle qui a donné son titre à l'ouvrage. Sachez que le livre en contient cinq néanmoins : Crime parfait, La Guérison, Les mauvaises lectures, La femme au bouquet.

 

La Rêveuse d'Ostende : lorsque le narrateur, écrivain qui vient de se séparer de sa compagne, se rend à Ostende afin de prendre du repos en bord de mer, il est accueilli par Emma Van A. "Lors d'une première rencontre elle ne donnait à voir qu'une femme fragile, discrète, sans relief ni conversation, d'une banalité promise à l'oubli. Pourtant, parce qu'un jour j'ai touché sa réalité, elle ne cessera de me hanter intriguante, impérieuse, brillante, paradoxale, inépuisable...". Personnage enigmatique, elle vit au milieu des livres. mais pas n'importe lesquels, uniquement ceux qui ont vécu, fait leurs preuvres, traversé le temps. c'est pourquoi elle regrette de ne pouvoir lire l'oeuvre de son invité ! " Qu'attend-on lorsqu'on habite toute une vie sur un port au bout des terres ?" lui demande-t-il. "On attend un départ ?(...) on attend un retour ? (...) On se souvient Monsieur, on se souvient".Et cette vieille femme invalide se révèle alors une merveilleuse conteuse. Dans un récit troublant elle révèle des pans de sa vie intime, sur fond d'Odyssée. "A partir de cette discussion , je l'appelai en secret la rêveuse...la rêveuse d'Ostende". Sa nièce la décrit comme une femme qui vit dans ses rêves, le regard perdu vers le large. Que sait-elle vraiment de sa tante ? Le narrateur découvre au fil du récit d'Emma Van A un univers romantique, érotique, un passé sensuel qui ne semble pas correspondre à ce qu'elle est devenue. Et pourtant , n'a-t-elle pas accueilli son invité par ces mots : "Ostende, c'est parfait pour un chagrin d'amour (...) Parce que si vous vous en remettez c'est que, de toute façon, ça n'en valait pas la peine" .

En vrac et au fil des pages : J'ai beaucoup aimé ce récit dans lequel j'ai retrouvé une citation entendue lors de la soirée littéraire où j'ai pu rencontrer Eric Emmanuel Schmitt " En voyage, les noms m'attirent avant les lieux. Dressés plus haut que les clochers, les mots carillonnent à distance (...) envoyany les sons qui déclenchent les images..." . J'y ai retrouvé la douceur mais aussi le côté visuel de l'écriture de l'auteur qui, pour le coup, nourrit notre imagination. Car c'est bien de cela qu'il est question : le pouvoir de l'imagination, nourrie de lectures, de rencontres. Emma Van A se révèle un personnage extraordinaire, paradoxal, qui a construit sa vie autour d'un rêve, d'un vécu particulièrement touchant.

Où il est question de littérature: "Elle lisait dans le but de ne pas dériver seule, elle lisait non pour remplir un vide spirituel mais pour accompagner une crétivité trop puissante. De la littérature comme une saignée afin d'éviter la fièvre..."

Crime parfait :"Dans quelques minutes, si tout se passait bien, elle tuerait son mari". Et c'est ce qu'elle fit, lors d'un randonnée dans les Alpes, poussant son époux dans le vide puis feignant le chagrin en alertant les secours. Sitôt seule elle entreprend d'ouvrir les fameuses boites, scellées par son mari dans un mur de leur maison et qui renferme un secret. Le crime était presque parfait aurait dit Hitchcock, car elle n'a pas le temps de les ouvrir, la police vient interroger Gaby. Puis c'est la valse des condoléances, rituel lassant qui lui fait dire "à quoi bon se débarrasser de son mari pour parler de lui sans cesse!".Au fil de son récit à son avocat on découvre pourtant un couple heureux, fusionnel et amoureux. Quel motif a bien pu dans ce cas la pousser au crime ? Elle reprend le fil de ses souvenirs pour ne garder que le meilleur de leur union et ainsi paraitre innocente mais "si Gabrielle avait aperçu, à cet instant, où la mènerait quelques mois plus tard ce système de défense , peut-être n'aurait -elle pas été si fière de son idée ..."

En vrac et au fil des pages : un titre à la Agatha Christie qui nous rappelle combien est grand le pouvoir des souvenirs, combien ils s'insinuent en nous pour peu qu'on leur laisse la place. Le temps, dans un couple, si dévastateur, est aussi celui qui nous permet d'accumuler les moments de joie. Alors lorqu'un geste aussi violent qu'un crime trouve en écho des souvenirs heureux, c'est vers la folie qu'est entrainée l'héroine de cette nouvelle bien menée, à la manière d'une enquête policière, d'une intrusion dans l'âme humaine. Le début est plaisant, la fin est tragique.

Les mauvaises lectures : Maurice est professeur d'Histoire et ne jure que par les documentaires. " Lire des romans, moi ? Jamais !". Et d'y aller de ces clichés rebattus: "Lire des romans ce n'est qu'une occupation de femme seule (...) le roman c'est le règne de l'arbritraire et du n'importe quoi. je suis un homme sérieux". Pourtant, lors d'un séjour avec sa cousine dans une maison perdue au fin fond de l'Ardèche, Maurice va découvrir qu'un roman peut-être aussi prenant que ces biographies dont il raffole. Pire, il éveille l'imagination ! En cachette, Maurice entreprend la lecture d'un roman de 800 pages acheté par Sylvie au supermarché et dont la quatrième de couverture l'a intrigué. Aussitôt happé par le récit, il se laisse envahir par une imagination qu'il ne savait sans doute pas aussi fertile et , soupçonneux, croit avoir deviné un petit secret intime que lui cachait sa cousine ! Tout cela serait fort drôle si Maurice n'était pas devenu ... un lecteur de roman.

En vrac et au fil des pages : je me suis régalée à la lecture de cette courte nouvelle, désopilante, dans laquelle un homme au comportement étriqué se révèle doué pour la lecture de romans à suspens. Tous les clichés sur la lecture bon marché y passent ( à tel point que l'on se demande quel est l'avis de l'auteur !). Eric Emmanuel Schmitt mène le récit tambour battant, avec beaucoup d'humour, tout en livrant au lecteur suffisamment d'éléments pour que le personnage de Maurice devienne cocasse par sa naiveté. Evidemment la fin invite à une relecture et donne la clé de l'incompréhension de Maurice.

Et pourtant, tel est pris qui croyait prendre car je dois bien avouer que la fin m'a eue ! A lire d'une seule traite donc .

schmitt ee

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 22:00

 

http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782070559886.jpg

 

Fleur des neiges, Pierre-Marie Beaude , illustré par Claude Cachin, éditions Gallimard jeunesse, 2004, 48 pages

Genre : album jeunesse

Thèmes : don de soi, écriture, amour, patience

 

Les auteurs en quelques mots ...

spécialisé dans l'histoire et l'interprétation de la Bible, Pierre-Marie Beaude est docteur en Théologie et écrivain. Connu pour ses adaptations de récits bibliques comme Le Muet du roi Salomon (je cite ce que je connais et qui http://www.callioprofs.com/Images/images%20fiches/Gallimard/maisonlointains.jpgme plait particulièrement), son écriture se porte aussi vers l'imaginaire et le rêve, comme dans La Maison des lointains, ou encore le respect et la quête de soi dans Jérémy Cheval. Des écrits qui ne laissent pas insensible grâce à cette plume unique qui enchate en même temps qu'elle révèle. Il a effectué de nombreux voyages au Proche-Orient et en Afrique et transmet dans ses romans ou albums ce qu'il a perçu de l'identité des peuples.

Claude Cachin est illustrateur indépendant, spécialisé dans la littérature jeunesse. Il illustre néanmoins des couvertures de romans pour adultes ou pour la presse professionnelle. Perfectionniste il aime se mettre au service du texte qu'il illustre. 

L'histoire : Fleur-des-neiges vit au Japon, chez ses parents et s'occupe de sa grand-mère. On découvre sa vie dans les rizières, les pieds dans l'eau et les moussons qui n'épargent ni les récoltes, ni les habitations. Chaque jour elle voit passer ce jeune homme devant sa porte, Tadashi. mais ils ne sont pas du même monde et son coeur bat pour un garçon qui ne la regardera probablement jamais. Son rêve, elle l'accompli en se rendant chezMatsuo Seki, vieil écrivain public, dont le travail la fascine; "Le vénérable Matsuo Seki vivait seul. il passait ses journées assis sur une natte, devant une table où s'accumulaient les pinceaux, les plumes et les encres (...) De temps en temps, il levait ses yeux fatigués, souriat aux dragons rouge et or des lanternes, puis se remettait à écrire". Or un jour, Matsuo Seki lève les yeux vers Fleur-des-neiges et l'invite à se confier. Elle lui avoue qu'elle souhaite devenir, comme lui, écrivain public. Il devient alors son maitre, lui apprenant à poser sur les choses un regard vif et curieux et à garder en elle ce qu'elle découvre afin de s'en resservir dans son écriture. L'apprentissage est long et délicat mais il la mène à la réussite :" Tu écoutes avec ton coeur et ta main trace avec grâce ce que ton coeur écoute. Ton apprentissage est terminé (...)". Fleur-des-neiges confie à son maitre ses émois pour Tadashi et se lance dans un métier exigeant et passionnant où sa plume exprime ce que les autres lui confient mais ne peuvent écrire eux-même; "c'est comme si j'avais cent vies". Le décès de Matsuo Seki laisse un grand vide dans sa vie, en même temps que son âme flotte tout autour d'elle. Un jour, un jeune homme se présente à elle. C'est Tadashi ! Il lui rend visite afin qu'elle rédige pour lui une lettre d'amour pour celle qu'il aime. " Se rendait-il compte de l'innocente crauté de ses propos ?". Elle lui écrit alors la plus belle lettre d'amour dont elle soit capable, celle qu'elle aurait aimé recevoir de lui. Mais Matsuo Seki et le dragon malicieux veillent et lui promettent un avenir merveilleux ...  

photos-blog-0194.JPG

" Fleur des neiges est née par une nuit entrecoupée d'insomnies, suite à une proposition qu'on m'avait faire d'écrire un album. J'imaginais toutes sortes de scenario, aucun ne me satisfaisait. pui le visage de Yukika (c'est ainsi qu'on dit en japonais Fleur des neiges) est venu me visiter. j'ai vite compmris ce qu'elle voulait en venant frapper à la porte de mon esprit : que je la fasse devenir écrivain, écrivain...comme moi.A partir de ce moment j'ai pris un immense plaisir à lui donner vieà la guider dans une grande initiation aux signes d'encre et de papier, si mystérieux et si magiques qu'ils peuvent, à chaque fois qu'on les trace, faire surgir des mondes. (...)" Pierre Marie Beaude

En vrac et au fil des pages : je ne peux en dire davantage mais ce conte se termine d'une bien jolie façon, laissant place à l'espoir, au rêve, tout ce dont Fleur-des-neiges était emplie.J'ai découvert avec plaisir cet album d'un auteur que je connaissais par d'autres écrits. ici les illustrations de Claude Cachin soulignet la beauté du texte, lui donnant un somptueux aspect patiné  (peinture sur bois). Poésie et sagesse , patience, don de soi, sont ici les maitres mots. 

ca2012petit


Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans Jeunes lecteurs
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 05:35

http://1.bp.blogspot.com/-_QAcsFjHKg4/T6anG_om-XI/AAAAAAAABDg/pZMZ0ZkMsmw/s400/challenge3.png

Voici quelques jours je faisais paraitre un billet sur ma Pile à lire ( PAL) . Or, comme il n'y a pas de hasard, Galleane a organisé sur Livraddict un challenge sympathique permettant de faire sortir un livre de cette liste;

Les règles du jeu ? Livra"deux pour pal addict se joue à deux ! Chacun choisit dans la Pal de l'autre trois livres qu'il a lu et aimerait faire découvrir à son partenaire ou dont il aimerait avoir l'avis. Sur ces trois livres je devrai en choisir un, le lire et éditer un billet sur cette lecture.

Natiora, que vous connaissez si vous suivez l'actualité du challenge Eric Emmanuel Schmitt, m'a proposé de faire ce challenge avec elle. Je suis honorée et vais de ce pas voir sa Pal afin de choisir trois lectures ( gniark, gniark !).

 

Pour ma part je choisis pour elle :

http://lejardindenatiora.files.wordpress.com/2012/05/51gxc5f6bfl__sl200.jpg?w=184&h=290

Les Années douces, Hiromi Kawakami 

j'ai tout simplement adoré ce livre. Mon billet ICI

http://lejardindenatiora.files.wordpress.com/2012/05/poster_137106.jpg?w=184&h=290

 La Femme au miroir, Eric Emmanuel Schmitt 

je ne pouvais passer à côté ! Mon billet ICI

http://lejardindenatiora.files.wordpress.com/2012/05/9782266203869.jpg?w=184&h=290

 La Peau de chagrin de Balzac

que je n'ai jamais chroniqué mais qui reste une belle lecture de mon adolescence

Evidemment Natiora a dans sa Pal de merveilleux livres comme Les Piliers de la terre, les Belles endormies ... Mais il fallait faire un choix !

Pour moi Natiora a choisi :

en cliquant sur l'image vous accèderez à la chronique de Natiora

http://lejardindenatiora.files.wordpress.com/2012/05/les-dix-enfants-que-madame-ming-n-a-jamais-eus-cover.jpg?w=184&h=290

http://lejardindenatiora.files.wordpress.com/2012/05/lignes_de_faille.jpg?w=184&h=290

http://lejardindenatiora.files.wordpress.com/2012/05/affaire-esclave-furcy.jpg?w=184&h=290

J'ai décidé de lire L'affaire de l'esclave Furcy de Mohammed Aïssaoui, tout en sachant que pour le challenge Eric Emmanuel Schmitt je lirai aussi mais peut-être plus tard, Les Dix enfants que Mme ming n'a jamais eus !

 


Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans Mes challenges en cours
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 11:37

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/0/5/9/9782221126950.jpgL'Envie, Sophie Fontanel, éditions Robert Laffont, 2011, 161 pages

Genre : roman autobiographique

Thèmes : sexualité, amour, estime de soi, solitude


l'histoire :Et s'il y avait une vie sans le sexe ? La question peut perturber mais prenons le temps d'y réfléchir; le temps de la lecture d'un roman. "Pendant une longue période, qu'au fond je n'ai à coeur ni de situer dans le temps ni d'estimer ici en nombre d'années, j'ai vécu dans peut-être la pire insubordination de notre époque, qui est l'absence de vie sexuelle". Ainsi se livre Sophie qui ajoute aussitôt: pas de relations sexuelles, on n'a pas dit pas de sensualité. Car voilà, elle a fait ce choix de prendre du recul par rapport à sa vie, de quitter l'homme avec qui elle partageait son temps pour se reconquérir elle-même, écouter son corps. Immédiatement les amis s'inquiètent, son compagnon imagine qu'elle voit quelqu'un d'autre ( et oui ce serait plus facile !), "s'il y avait une fête, ils venaient à tour de rôle s'asseoir auprès de moi, m'exposer ce qu'ils entendaient me voir vivre (...) A bien y réfléchir, ils voulaient que je sois comme eux". Oui, un moment ça va, on peut comprendre. Mais lorsque les mois défilent et qu'elle ne se montre avec personne qui puisse partager sa vie les propos changent : aimerait-elle les filles ? Vit-elle dans son monde ? Car Sophie explore en rêve bien des possibles et là se trouve la sensualité tant recherchée, intime. A son tour elle porte un regard critique sur le comportement des autres, ses amis, ses rencontres. Avec humour elle évoque la copine qui "n'a pas fermé l'oeil de la nuit" et de surenchérir "Si tout le monde faisait l'amour on ne s'entendrait plus", les déboires de Carlos contraint de quitter le domicile conjugal parce qu'il ne peut plus toucher sa femme, n'en ressent plus l'envie, la renaissance d'Axel, si longtemps seul.Les premiers moi c'est l'extase, une liberté jamais connue, une renaissance. Puis le doute s'installe, les regard méfiants de ceux qui l'entourent. "Je m'étais égarée dans le rêve des choses", dans les lectures de romans, dans les films. Jusqu'à cette rencontre qui changera tout ...

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/images/RL/aut/img/P3/6/6e5060366a313331303437353635343738323136.jpg

En vrac et au fil des pages : certes, Sophie Fontanel, journaliste pour Elle, romancière et grand reporter, nous présente son livre comme un roman. Mais le sujet n' est autre qu'elle-même. Ce "je" qui raconte avec émotion et humour son histoire intime est une femme connue que l'on imagine comblée, épanouie. Epanouie elle l'est. Mais ce livre révèle à quel prix elle a gagné cette liberté, cette réappropriation de son propre corps.

L'auteur en quelques mots :http://image3.evene.fr/img/livres/w/2738220487.jpg

Journaliste pour Elle où ses chroniques hebdomadaires font souvent l'événement après avoir travaillé pour Cosmopolitan ou Le Monde, on se souvient avoir vu Sophie Fontanelle  sur Canal + (Nulle part ailleurs). De façon plus ludique elle est la créatrice de Fonelle, jeune femme à la répartie facile qui ne communique que par e-mail et vit des aventures toutes plus cocasses les unes que les autres.

Dans la vie on peut la voir comme un poisson dans l'eau lors d'un défilé de mode ou d'un vernissage. Un univers qui lui correspond.

Elle publie son premier roman en 1995, Sacré Paul (où elle évoque son papa) qui obtient le Prix du premier roman. Depuis, on ne l'arrête plus : Le plus jeune métier du monde parait en 1999, L'Amour dans la vie des gens en 2003, Sublime amour en 2005, Grandir (dans lequel elle parle de sa maman adorée, avec humour et délicatesse) en 2010 et l'Envie en 2011.

Nul doute que l'on retrouve chez Fonelle une large inspiration autobiographique mais son dernier roman, L'Envie, a fait parler de lui car plus intime, plus vrai. Pourtant il n'a peut-être pas été compris à sa juste valeur ce livre. pour preuve les interviews menées sur les radios qui lui collent une étiquette, "Vous êtes le symbole des renonçants sexuels", "Au fond vous n'aimez pas les hommes" !

Mais enfin ils n'ont pas compris car ce roman , écrit d'une plume subtile et pudique, dévoile combien on peut se perdre dans un couple, combien on peut s'oublier jusqu'à ne plus pouvoir donner, se donner. Il s'agit d'un besoin de prendre du recul, de se centrer un peu sur soi-même pour retrouver sa juste place, non plus dans le couple mais dans sa vie. Vouloir vivre seule, sans forcément connaitre une sexualité telle qu'on l'a connue auparavant vous rend-il anormale ?

Les remarques vont bon train dans son roman, ses amis ne se privent pas de petites piques acerbes. L'anecdote tourne à l'humour mais on sent poindre l'agacement, pourquoi refusent-ils de comprendre ? Avec finesse Sophie Fontanel dévoile ce que vivent de nombreuses femmes sans pouvoir l'avouer parce que la société n'est pas prêt à l'entendre. Le sexe peut ne pas satisfaire pleinement.C'est un sujet tabou, à l'heure où parler de sexe relève de la conversation banale ! car ce qu'elle révèle est considéré comme "la pire insubordination de notre époque" et qu'il faut absolument lui donner un nom :abstinence ?

Mais ce que l'on vit parfois n'a pas besoin de nom et il s'agit là de regagner sa liberté pour, peut-être, mieux revenir ensuite vers les autres. Une vie nourrie de rêves qui ne sont pas des chimères mais bel et bien des supports pour une imagination sans bride, Voilà ce que nous propose Sophie Fontanel dans ce roman juste et délicat.

http://3.bp.blogspot.com/-1VceDFCwZ2E/T2hjhdcF1zI/AAAAAAAADS0/BmXjre5hv9I/s320/logo+1.jpg

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

Articles Récents

  • atelier d'écriture du lundi matin
    atelier d'écriture du lundi matin Aujourd'hui Leilonna du blog Bric à Book, nous confie une photo de Julien Ribot ( un chouchou !) pour l'atelier d'écriture. J'avoue que j'avais besoin de couleur alors ... © Julien Ribot Parce que mes yeux ne savent...
  • Au milieu il y aura un arbre ...
    Aujourd'hui Leilonna du blog Bric à Book, nous confie une photo de Julien Ribot ( un chouchou !) pour l'atelier d'écriture. J'avoue que j'avais besoin de couleur alors ... © Julien Ribot Parce que mes yeux ne savent plus voir que les nuances grisées de...
  • une lecture commune qui nous ramène aux classiques
    une lecture commune qui nous ramène aux classiques Alors que ,dans l'ombre de Charles IX, oeuvre sa mère Catherine de Médicis, sa soeur Marguerite Le Valois, surnommée Margot, s'apprête à épouser Henri de Navarre dont la mère, jeanne D'Albret, vient...
  • La Reine Margot, Alexandre Dumas
    La Reine Margot, Alexandre Dumas, éditions France loisirs, 1994, 689 pages Genre : récit sur fond historique Thèmes : massacre de la saint Barthélémy, pouvoir, complots L'auteur en quelques mots ... retrouvez la biographie d'Alexandre Dumas sur le billet...
  • un rêve éveillé ...
    un rêve éveillé ... Né en 1970 à Washington, Chris Adrian est un écrivain américain, auteur de Un Ange meilleur paru en 2012. Salué en 2010 par The New Yorker, il apparait comme l'un des vingt meilleurs jeunes écrivains américains contemporains, lauréat...
  • Une Nuit d'été, Chris Adrian
    Une Nuit d'été, Chris Adrian, éditions Albin Michel, 2016, 445 pages Traduit de l'anglais par Nathalie Bru Genre : récit onirique Thèmes : relations humaines , fées, elfes, amour, féérie, rupture, douleur L'auteur en quelques mots ... Né en 1970 à Washington,...
  • un petit marathon lecture ce week end, ça vous tente ?
    un petit marathon lecture ce week end, ça vous tente ? Aymeline, du blog Au coeur de mes lectures et rêveries, organise ce week end un marathon lecture afin de bien commencer l'année 2016. "L'an 2016 est arrivé, et avec lui des bonnes résolutions de...
  • Marathon lecture du week end ...
    Arieste, du blog Au coeur de mes lectures et rêveries, organise ce week end un marathon lecture afin de bien commencer l'année 2016. Quelques mots ... "L’an 2016 est arrivé, et avec lui des bonnes résolutions de lecture. Les miennes sont de faire descendre...
  • une photo, quelques mots ...
    une photo, quelques mots ... Cette semaine, pour son atelier d'écriture, Leiloona nous soumet une photo de Vincent Héquet. pas simple et un peu glauque à mon goût mais je veux bien essayer ... 10 ans. Dix ans que j'ai quitté la cité des mimosas pour...
  • quoi de neuf pour un tag ?
    quoi de neuf pour un tag ? Joanna, du blog Des bulles et des mots, m'a nominée pour un Liebster Award. Sympathique attention à laquelle je réponds. Écrire 11 choses sur moi Répondre aux 11 questions de la personne qui t'a nominé Nommer à ton tour 11...

je publie aussi sur

 

Mes petites envies

logo liste d'envies