Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 13:17

http://img.news-de-stars.com/la-femme-au-miroir/la-femme-au-miroir_95298_w250.jpg

 

 

La Femme au miroir, Eric Emmanuel Schmitt, Albin Michel, 2011,455 pages

ISBN - 13 : 978-2226229861

Genre : roman

Thèmes : condition de la femme, amour, religion, dépassement de soi, estime de soi, psychanalyse, communion avec la nature, épanouissement

 

 

L'histoire : le roman dépeint tour à tour le destin de trois femmes ,Ann de Bruges, Hanna et Anny. A chacune une époque, une condition, un chapitre. Ann vit au XVI°S, à Bruges. Jeune femme soumise à sa condition, on la découvre lors de préparatifs de mariage avec Philippe. Mais cette situation lui pèse et sans savoir pourquoi elle sent la différence qui l'oppose à ses cousines, sa tante Godeliève, ses voisines qui jalousent son amant. Se réfugiant dans la forêt, seul lieu où elle se sente en paix, elle découvre l'étrangeté qui l'habite cette sensation d'être différente. Refusant ce mariage qui l'aurait pourtant comblée, elle choisit de développer cette harmonie avec la nature. Un événement vient combler son attente : un loup rôde dans les parages de la ville, une battue est organisée pour le tuer. Ann ressent au plus profond d'elle-même ce qui la lie à la nature dont elle entend l'écho et entreprend d'approcher la bête féroce. Se produit alors ce qui lui permettra de s'épanouir et en même temps causera sa perte : chacun voit en elle celle qui sait parler aux animaux et leur impose sa loi. Parallèlement à ce destin hors du commun, nous suivons les humeurs de Hanna, jeune mariée vivant à Vienne au début du XX°S. Malgré sa réticence à vivre dans un milieu aisé, elle finit par se fondre dans le moule que lui propose la haute société viennoise et s'y perd. Nous apprenons par la correspondance qu'elle mène avec son amie de toujours, par quels sentiments contradictoires elle passe. C'est en découvrant la psychanalyse initiée par Freud qu'elle se trouve, s'épanouit ou plutôt poursuit sa quête d'elle- même , inlassablement. Quittant sa vie superficielle, elle se réfugie à Bruges où elle découvre le destin fascinant d'Ann. Le troisième portrait nous livre une Anny, star montante du cinéma, dans un Hollywood factice, tape à l'oeil. Anny s'épuise en drogue, alcool ,amants et ne parvient pas à savoir qui elle est réellement. Jouer un rôle est devenu un mode de vie par lequel elle trompe son entourage mais, surtout, se ment à elle-même. Ce n'est que par la persévérance de son infirmier, Ethan, éperdument amoureux d'elle, qu'elle va comprendre combien sa vie ne pourra la combler plus longtemps. Lui-même tombé dans la drogue, se laisse peu à peu sombrer alors qu'Anny réagit en l'encourageant à vivre à ses côtés. C'est en rencontrant Ann de Bruges dans un scénario envoyé d'Europe, qu'elle découvrira qui elle est vraiment et se donnera les moyens d'assumer sa vie.

 

En vrac et au fil des pages: J'ai eu la chance de rencontrer Eric Emmanuel Schmitt et de l'écouter parler de son livre avant même de l'avoir fini. Aujourd'hui je comprends toute la complexité qu'il y a mise et combien ce roman en dit long sur lui. Ce qui m'a le plus marquée est l'incapacité à dire ce que l'on ressent au plus profond de soi. Que l'on parle de religion, de psychanalyse ou de force intérieure, le point commun entre ces trois femmes reste la volonté d'imprimer fortement leur vie de ce qu'elles ressentent, ce qu'elles vivent au plus profond d'elles-mêmes. L'auteur dit avoir vécu une expérience quasi mystique dans le désert et regrette de ne pouvoir poser des mots sur cela. Or , c'est exactement ce que vivent ses personnages et ce constat revient comme une litanie dans le roman.

 

J'avoue que la lecture n'est pas facilitée par le découpage en chapitre qui accorde tour à tour la parole à trois destins clairement différents. Autant j'ai été happée par la vie d'Ann de Bruges et amusée puis troublée par celle d'Hanna, autant je dois dire qu'Anny ne m'a émue qu'à la fin, probablement parce qu'elle rencontre les deux autres femmes qui sont à l'origine du rôle qu'elle endosse. Il m'a semblé que l'auteur avait trouvé les mots justes pour décrire le cheminement d'Ann, si ce n'est par les descriptions de son attachement puis de son amour pour la nature, au moins dans la poésie qu'il lui prête. Cela m'a donné envie de savoir si Anne de Bruges avait réellement existé, c'est dire ! Il me semble aussi que le genre épistolaire convient bien à l'engouement de Hanna, au dévoilement de sa personnalité qui laisse place à la colère, la surprise, même si parfois le style retombe dans le récit, ce qui freine la lecture. J'ai apprécié de retrouver la génèse de la psychanalyse et les premières réactions ahuries d'un public non préparé à ce genre de fadaises, qui se laisse finalement convaincre. Pour ce qui est d'Anny, je pense que c'est son univers qui m'a déplu. Je comprends bien l'intérêt de ce genre de milieu puisqu'il s'agit bien de partir d'une déchéance et de proposer une reconstruction. Toutefois, certaines scènes m'ont parues lassantes par la passivité du personnage, sa molesse. Ce n'est qu'à partir du moment où elle reprend son destin en main, s'affirme en quelques sortes, que je l'ai appréciée. Cependant je m'interroge encore sur la nécessité de proposer un effondrement de celui qui l'a soutenue depuis le départ, Ethan. Sans doute l'auteur a-t-il pensé que cela aurait été trop facile, trop fleur bleue, je ne sais pas !

 

Eric Emmanuel Schmitt pose toujours en filigrane une réflexion sur la religion ou une force, une entité qui nous dépasse. Ce roman n'en est pas dénué mais se démarque des autres en cela qu'il évoque une époque marquée par l'Inquisition et propose une relecture de la vie d'Anne, en qui Braindor a vu une sainte alors qu'elle était une femme sensible, par celles qui vont lui succéder et qui poseront sur son expérience mystique d'autres mots : inconscient par exemple. J'aime que les romans de cet auteur nous interpellent , même si nous ne sommes pas croyants, sur le sens de nos vies, le sens que nous voulons leur donner plus précisément. Celui-ci souligne, en plus, la nécessité d'imposer ses choix, quels qu'ils soient, pour se sentir bien, à sa place, épanouis.

 

Je ressors de ce roman enchantée car je me suis retrouvée en bien des points dans Anne et Hanna. Je ne saurais en dire plus ( tiens, manquerais-je de mots moi aussi !) mais c'est une lecture qui m'a offert un regard sur moi-même, chose rare en littérature où l'on peut s'identifier à un personnage sans pour autant se dire que l'on a pensé la même chose. Je vous en conseille donc vivement la lecture .

Ce roman existe en version audio, suivie d'un entretien avec l'auteur.


schmitt ee

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 06:59

SAM_2240.JPG

SAM_2254.JPG

Brouillons d'écrivain.

Bernadette Thomas écrit, réécris, biffe certains mots, ajoute mais jamais ne jette. Elle remplit des cahiers et l'histoire prend vie, le livre devient objet. Le cahier est sien, le livre appartient au lecteur.

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans la photo de la semaine !
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 23:00

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/1/7/4/9782070128471.jpg

 

 

 

L'Horizon, Patrick Modiano, Gallimard, NRF, 2010, 172 pages

Genre : roman

Thèmes : récit de vie, mémoire, souvenirs, rencontres

 

 

L'histoire : Jean Bosmans parcourt Paris et songe à son passé, sa jeunesse. Il tente d'associer événements, lieux et visages, "brèves rencontres, rendez-vous manqués, lettres perdues, prénoms et numéros de téléphone figurant dans un agenda et que vous avez oubliés (...)". Sa reflexion nous transporte alors quarante ans en arrière. Il est alors tout jeune écrivain et fait la rencontre de Margaret Le Coz. La jeune femme a du quitter Annecy pour la Suisse puis s'est retrouvée à Paris où elle se cache plus qu'elle ne vit. Tous deux se découvrent une peur commune de l'abandon, un passé douloureux sur lesquels flottent des visages effrayants, "ils n'avaient décidément ni l'un ni l'autre aucune assise dans la vie. Aucune famille. Aucun recours. Des gens de rien". Le couple qu'ils forment est à la fois touchant et étrange car l'on ne sait jamais quels sentiments les anime. Lui fuit le fantôme de sa mère et revient sur un passsé hanté par son visage. Elle tente d'échapper à un amoureux éconduit qui la terrorise, l'obscur Boyaval. Le travail de gouvernante de Margaret les mènera de rencontre en rencontre, jusqu'au jour où Margaret disparaitra sans laisser de trace. Remontant le fil de leurs instants de partage Bosmans invite le lecteur à le suivre dans les méandres de sa mémoire, dans un Paris qui fut pour eux source de joies et de craintes puis à Berlin où l'on nous laisse imaginer la fin.

 

En vrac et au fil des pages : Je dois dire que j'ai laissé passer plusieurs jours avant de rédiger ce billet tant il m'était impossible de dire si j'avais réellement apprécié ou pas cette oeuvre. Aujourd'hui je peux dire que je me suis laissée emporter par un fond étonnant mêlé d'enquête policière et de suspense.

Le roman en lui-même est assez lent. On remonte les souvenirs de Jean Bosmans, le narrateur nous guide au fil des pages de sa vie actuelle ,dans laquelle le personnage tente de retrouver celle qui fut sa compagne quarante ans plus tôt, à sa jeunesse. L'on s'attend à chaque instant à ce que l'action l'emporte ( il va bien se passer quelquechose !) mais ce serait oublier que nous sommes chez Modiano et que ce sont d'abord les personnages, leur psychologie qui compte. J'aurais donc pu me lasser mais je dois dire que le tour de force de Patrick Modiano est de nous laisser penser qu'il y a quelque chose qui ne colle pas dans tout ça ! En effet les fatômes du passé, les personnages suspects ( la mère de Bosmans, l'individu louche et violent qui épie Margaret) sont autant de petits cailloux qui nous mènent sur le chemin d'une reconstitution digne d'une enquête. A tel point que la fin nous laisse sans voix. Selon que l'on est optimiste ou au contraire enclin à voir une fin plus malheureuse, nous voilà servis ! Car le narrateur nous amène jusqu'à berlin pour nous laisser ua coin d'une rue, avec ce que l'on sait de ce couple, ce que l'on souhaite pour lui, ce que l'on espère peut-être.

 

Le parcours de Bosmans est assez touchant. Que cherche-t-il ? Pourquoi se lancer dans cette introspection à son âge ? Dans quel but ? C'est que le passé ne nous quitte pas et que ce que l'on croyait effacé peut refaire surface. En même temps, et c'est là tout l'intérêt de la réflexion menée, "ce qui nous a fait souffrir autrefois parait dérisoire avec le temps". Il est de ces êtres qui peuplent les romans de Modiano, dont on ne sait presque rien mais que l'on comprend , que l'onsuit dans leurs quêtes. La quête de l'autre étant inséparable de la découverte de soi, de la quête de sa propre identité, l'on assiste en même temps à un dévoilement. il m'a semblé, mais je n'ai pas tout lu, que ces deux personnages synthétisaient un peu les êtres rencontrés dans les autres romans de Modiano ( Dans le café de la jeunesse perdue, Villa triste ...).

 

Bien sûr l'histoire n'est pas fluide. Mais il me semble que cela traduit bien la vision parcellaire des souvenirs qui reviennent. L'on doit faire l'effort de comprendre où l'on est, avec qui et ainsi reconstruire le puzzle. Les personnages sont associés à des lieux. Dans ces moments le récit se mêle au présent "A partir de ce jour-là (...) il la guettait de la fenêtre. Elle ne cesse de marcher à sa rencontre sur le trottoir en pente de l'avenue Reille dans une lumière limpide d'hiver (...) mais cela pourrait être aussi l'été puisque l'on aperçoit, tout au fond, les feuillages du parc". Ils s'en détachent parfois mais laissent une trace, à laquelle Bosmans se raccroche. Il en va de même pour le lecteur qui pressent un événement marquant sans pouvoir dire si cela est arrivé ou est à venir.

 

Je ne ressors pas de ce livre transformée mais j'apprécie qu'il m'ait interpelée ou que j'y ai pensé des jours durant pour savoir ce que j'allais en dire. En refermant le livre je me suis interrogée sur le titre et je me dis qu'il est décidément bien choisi car l'horizon c'est 'avenir mais c'est aussi ce que l'on regarde de loin sans pouvoir l'atteindre. C'est un roman construit autour d'une absence et d'un désir de retrouvailles.

 

12 d'ys

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 13:24

logo-el-alpha

Je voudrais vous faire partager une petite découverte. Elle concerne les livres bien évidemment ! Il s'agit d'un site qui se propose de conseiller, interpeler, séduire les lecteurs en mettant en avant des chroniques rédigées par les lecteurs eux-mêmes mais aussi des journalistes, des écrivains. Entrée livre se propose de devenir le premier site communautaire de recommandation de lecture.Il fallait donc une équipe de libraires à l'origine du projet (Librairie Decitre). Alors oui, bien entendu, je vous entends, il y a là -dessous un site marchand. Toutefois le principe de la recommandation me semble bien plus porteur et chacun l'utilisera comme bon lui semble ! Je ne quitte pas pour autant mon bouquiniste de Terre Sainte...hihi !

 

"Trouver le bon livre au bon moment et pouvoir le partager"


Entrée Livre est une communauté que l'on peut rejoindre sans contrainte, juste pour le plaisir d'échanger un avis, susciter une discussion, découvrir un coup de coeur.

J'avoue avoir craqué pour les petits slogans "Quel sera le prochain partenaire de vos nuits ?" ou "Il s'en passe de belles sous la couverture !"

 

Irez-vous faire un petit tour chez eux ?

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans Coups de coeur
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 13:00

schmitt_ee.jpg

Voilà, c'est à mon tour de proposer un challenge lecture !

Suite à la soirée littéraire organisée par la médiathèque de St Pierre au cours de laquelle j'ai eu le plaisir de rencontrer et d'écouter Eric Emmanuel Schmitt (mon billet ICI) , j'ai ressenti l'envie ( le besoin ?) de relire ses oeuvres, de découvrir celles que je ne connaissais pas.

Quelques lectrices m'ont poussée à faire de cette envie un challenge, afin que nous puissions partager nos impressions mais aussi découvrir la richesse de ses écrits. Reflexions philosophiques, réécriture de mythes, recréations, retour sur l'Histoire, regard sur le monde, autant de bonnes raisons de se lancer et de lire ses ouvrages. Romans, essais, nouvelles, pour adultes ou pour adolescents, il y en a pour tous les goûts !

L'auteur en quelques mots....

http://www.eric-emmanuel-schmitt.com/images/banner/banner-portrait.jpgCet agrégé de philosophie s'est d'abord fait connaitre au théâtre avec La nuit de Valognes ( librement inspiré du mythe de Dom Juan) qui a été repris dans divers pays, puis avec Le Visiteur qui lui a valu trois Molières en 1994. Suite à ce succèes, Eric Emmanuel Schmitt quittera ses fonctions de maitre de conférence pour se consacrer à l'écriture.Chacune de ses pièces a été reprise, adaptée à l'étranger.

Mais notre auteur est un touche à tout ! Parallèlement il rédige des romans. Le premier, La Secte des égoistes ouvre la porte à de beaux succès. Mais c'est L'Evangile selon Pilate qui le consacrera comme écrivain. Depuis, chaque roman est placé en tête de gondole. Pardon pour l'aparté mais je regrette cette médiatisation parfois outrancière qui le place au même rang qu'un Musso ou un Levy. Fin du petit coup de gueule !

Controversé avec son oeuvre La Part de l'autre; Eric Emmanuel Schmitt a concrétisé ce qu'il avait en lui depuis longtemps. Défi risqué mais qui a su trouver son public, il nous montre toute l'étendue de la palette de l'auteur.

Ses écrits se présentent parfois comme une série, ainsi le cycle de l'invisible qui regroupe à ce jour six ouvrages (voir bas de page) et abordent le soufisme, la bouddhisme, le christianisme, le judaisme et le confucianisme.

Avec Le Bruit qui pense, eric Emmanuels Schmitt nous convie à découvrir des musiciens qui ont marqué sa vie, Mozart, Beethoven, à travers deux autofictions dans lesquelles il se livre.

Marqué par la philosophie il fait partie de ces auteurs qui s'interrogent sans cesse sur le sens de la vie, la possibilité de changements ou le poids du destin. Ses personnages se posent ces questions ou ont fait des choix marquants qui nous donnent une leçon de vie (Concerto à la mémoire d'un ange). Il célèbre le pouvoir de l'imagination dans la Rêveuse d'Ostende ou Les Dix enfants que Mme Ming n'a jamais eus ou les oeuvres portées au cinéma comme Odette Toutlemonde, ode au bonheur.

Ses romans interpellent par ce questionnement sur l'humain, la difficulté à trouver sa place ( Lorsque j'étais une oeuvre d'art, Ulysse from Bagdad, La Femme au miroir).

A ce jour, Eric Emmanuel Schmitt mène de front l'écriture, la réalisation cinématographique et le théâtre avec le même amour des mots, le même désir d'éveiller les consciences.

  Le principe du challenge

  Découvrir une ou plusieurs oeuvres d'Eric Emmanuel Schmitt et rédiger un article sur son blog , sur livraddict ou ici, dans un espace que je vous laisserai.Pour chaque billet édité, il suffira de m'envoyer le lien vers votre article, ici ou sur le forum de livraddict.  

Ce challenge est ouvert à tous, livvradictiens ou pas.

  Durée :

  Du 5/02/2012 au 5/02/2013. A cette date les participants qui auront réussi leur challenge recevront un petit cadeau ( ben oui, ça fait du bien quand même !).

Il n'y a pas de date limite pour l'inscription en revanche.

IMG 1757J'ai pensé créer plusieurs catégories, chacun trouvera celle qui lui convient le mieux !

 

- Découverte : un roman + un autre écrit au choix

- fidèle lecteur : un roman + un ouvrage du cycle de l'invisible + un autre écrit au choix

- Fan de la première heure : deux romans + un ouvrage du cycle de l'invisible + un autre écrit au choix

 

Il est bien entendu possible de changer de catégorie en cours de route, selon ses envies.

  Pour moi le défi est de tout lire ou relire ( en sachant qu'il va en publier d'autres évidemment, dont un à venir tout bientôt dans le Cycle de l'invisible)

 Retrouvez les participants et leurs billets ICI

Bibliographie :

  Romans :

- La Secte des égoistes

- L'Evangile selon Pilate

- La part de l'autre

- Lorsque j'étais une oeuvre d'art

- Ulysse from Bagdad

- La femme au miroir

Cycle de l'invisible :

- Milarepa (roman)

- Monsieur Ibrahim et les fleurs du coran 

- Oscar et la dame rose (roman)

- L'Enfant de Noé (roman)

- Le Sumo qui ne pouvait pas grossir (roman)

Nouvelles:

- Odette tout le monde et autres histoires

- La Réveuse d'Ostende

- Concerto à la mémoire d'un ange

Essai :

- Diderot ou la philosophie de la séduction

Ecrits plus intimes:

- Ma Vie avec Mozart

- Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent

Théâtre :

- Le Visiteur

- La nuit de Valogne

- Golden joe

- Le libertin

- Le Tectonique des sentiments

- Odette tout le monde

- Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran

- courtes pièces en un acte

- Oscar et la dame rose

- Milarepa

- petits crimes conjugaux

- Mes évangiles

- Hôtel des deux mondes

Ne rentrent pas dans ce challenge les films et pièces filmées mais il est possible de les regarder , pour le plaisir !

 

Voici le logo que vous pouvez copier sur votre blog (clic droit :copier l'adresse de l'image):

schmitt ee

N'hésitez pas à vous inscrire. J'ai hâte de partager mes impressions avec vous.

 

Les petits plus :

- Lecture commune : La Part de l'autre

- le livre voyageur : La Femme au miroir

- un concours pour gagner Les Dix enfants que Mme Ming n'a jamais eus

- Lecture commune Ulysse from Bagdad


Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans challenge Eric Emmanuel Schmitt
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 13:35

http://actualitte.com/images/actualites/salon_livre_paris_2012.jpg

 

Cette année j'aimerais bien être parisienne pour me rendre au salon du livre qui allie deux de mes coups de coeur :

La culture japonaise et Eric Emmanuel Schmitt !

 

Une trentaine d'auteurs japonais,romanciers, poètes, mangakas et des activités dédiées au manga, de quoi se régaler.

 

Eric Emmanuel Schmitt rencontrera ses lecteurs au salon du livre

Samedi 17 mars 2012 à partir de 13h30 et Dimanche 18 mars 2012 à partir de 14h30

 

Pour les chanceux qui pourront le rencontrer, pensez à venir nous faire un petit coucou après !

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans Coups de coeur
commenter cet article

Présentation/accueil

  • : Un chocolat dans mon roman
  •  Un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Partenariat Albin Michel

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Des nouvelles de nos carnets de recettes par correspondance
    Nos petits carnets poursuivent leur périple. Chaque correspondant nous fait découvrir sa région, ses goûts, ses petites astuces cuisine ... Retrouvez le règlement ICI Deux nouveaux carnets viennent compléter la collection : un carnet spécial futures mamans...
  • Mauvais regard
    Une photo, des mots. Leiloona nous confie une photo en noir et blanc de Romaric Cazaux pour un atelier d'écriture qui devrait jeter un froid ;) Leurs regards me transpercent. Je ne les supporte plus. Chaque jour il faut affronter la haine. Le mépris s’étend...
  • Salade colorée bonne mine !
    Les filles m'ont proposé de me joindre à elles en ce dimanche pour déguster une salade colorée. Syl a composé sa Salade de ci, de ça ;) Louise joue aussi avec les couleurs et l'exotisme, Sandrion nous régale d'un osso bucco, Voici ma recette. C'est une...
  • Les Maîtres d'Ecosse, Insurrection, Robyn Young
    Les Maîtres d'Ecosse, tome 1 Insurrection, Robyn Young,éditions Pocket, 2010, 810 pages Genre : roman sur fond historique Thèmes : Ecosse, Angleterre, trône, rébellion L'auteur en quelques mots... retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet L'Âme...
  • Paniers vapeur
    C'est dimanche ! Les filles proposent de cuisiner les produits de nos régions. ici sur l'ile de la Réunion c'est la période de la courge buttenut, des petits légumes. Terre de métissage, on y mange aussi bien indien que chinois, métro et créole. Aujourd'hui...
  • A vif
    photo de Julien Ribot Leiloona nous invite dans son atelier d'écriture, une photo de Julien Ribot, quelques mots ... A vif La rue dégouline d'un amour éphémère, gravé sur les arbres et à jamais apparent. Un tatouage indélébile que l'écorce meurtrie recouvrira...
  • Le Diable avance toujours en ligne droite, Eric Pessan
    Le Démon avance toujours en ligne droite, Eric Pessan, 310 pages éditions Albin Michel, 2014 Genre : roman Thèmes : deuil, solitude, enfance, estime de soi, famille, secret L'auteur en quelques mots ... retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet...
  • Best developmental t
    Best developmental toys for babies & young toddlers - great list for that tricky 0 - 24 month age range.

Partenariat

http://www.rentree-litteraire.com/wp-content/themes/uber-albin/images/logo-footer-albin.jpg

Mes petites envies

logo liste d'envies