Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 23:00

 

horrizckc

 

Cette semaine je vous propose une photographie d'Edgar Marsy, redécouvert à l'occasion d'une exposition qui se déroule actuellement dans la médiathèque de ma ville. Cette photo me touche car elle illustre ce que je vois chaque jour sur l'ile de la Réunion, de superbes cases abandonnées, d'autres plus petites, en tôle, dont les lambrequins font encore le charme. Et chaque fois que je les vois je ne peux m'empêcher de me demander pourquoi elles sont ainsi livrées aux intempéries. Edgar Marsy vole au passage des clichés de la Réunion de tous les jours, la Réunion aux multiples facettes.

Pour découvrir ce photographe rendez-vous ICI

 

Je vous rappelle que vous pouvez aussi m'envoyer vos photos que je publierai avec un petit mot explicatif

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans la photo de la semaine !
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 10:56

modiano-horizon.jpgPour cette troisième lecture j'ai choisi, dans la catégorie " auteur francophone" , un livre de Patrick Modiano L'Horizon.Une fois encore, on entre dans l'univers du livre !


De Modiano je connais Dans le café de la jeunesse perdue, La Ronde de nuit et bien entendu un film que j'ai apprécié Lacombe Lucien de Louis Malle . J'apprécie son écriture à la fois simple, riche, précise et poétique. Il me manquait cette lecture !

 

Comme à mon habitude, je vous livre une présentation sonore. J'ai choisi cet extrait dans lequel il explique ce que représente pour lui internet. Cette interview m'a amusée car Patrick Modiano a vu arriver internet dans sa vie sur le tard et porte un regard sur l'outil dans ce qu'il peut apporter à la  littérature . Evidemment il faut suivre, il a toujours eu du mal à exprimer clairement sa pensée du premier coup ! hihi ! Mais c'est ici que l'on découvre combien un écrivain peut-être dans son univers, son monde et combien faire partager cela peut être difficile.

 

 

Billet pour le 12/02/201212 d'ys

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans Mes challenges en cours
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 07:50

 

leger couv

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus léger que l'air, Joelle Ecormier, Azalées Editions, 2003, 232 pages

 

Genre : roman

 

Thèmes : ile de la Réunion, deuil, passé/présent, estime de soi, plongée en apnée

 

 

 

L'histoire : Joséphine est une publicitaire brillante qui entretient sa forme en nageant et en plongeant en apnée. Sa vie parisienne défile entre l'attente d'une promotion qui consacrera son talent et une vie amoureuse qui ne la satisfait pas mais qu'elle pense adaptée à sa vie. Aussi le jour où une lettre lui parvient depuis l'ile de la Réunion où elle est née et a grandi, elle ne l'ouvre pas tout de suite, présageant le retour d'un passé qu'elle souhaite occulter. Il lui fait cependant se rendre à l'évidence: elle va devoir y retourner, ne serait-ce que pour vendre la demeure familiale qu'un groupe hôtelier convoite. Ce voyage sera comme une plongée en apnée dans son lourd passé. Les visages attanchants de Madeleine et Léger rythmeront son avancée et les sentiments oubliés ( ou masqués) pour François réapparaitront pour la hanter. Face à son passé Joséphine devra se remettre en question, être à l'écoute, retrouver l'harmonie que l'ile propose.

 

En vrac et au fil des pages : la construction de ce récit m'a beaucoup plu. Les têtes de chapitres ont été rédigées par un apnéiste, Andy le Sauce, recordman du monde qui a beaucoup voyagé pour assouvir sa passion. Ces petits textes , tantôt explicatifs, tantôt poétiques, toujours sensibles, accompagnent le récit du voyage de Joséphine . Il n'est pas rare de voir un lien entre ce qui est dit de la vie d'un plongeur en apnée, de la discipline qu'il s'impose, de la communion avec la nature qu'il vit, et le déroulement des chapitres dans lesquels, comme un plongeur, Joséphine évolue. Car c'est une plongée dans le passé, dans l'enfance perturbée par deux événements majeurs (le décès de son jeune frère puis l'accident de voiture de ses parents) que nous propose ce roman. Ces têtes de chapitres font l'originalité de l'écrit. Le retour de Joséphine est vécu comme une apnée, a la fois terrifiant et attirant où l'on prend l'air suffisant pour apprécier la descente tout en sachant que l'on ne remontera pas indemne. A plusieurs reprises le fond l'attire et elle y aperçoit le fantôme de son frère, hallucination mais aussi ouverture à l'inconscient.http://ile-de-la-reunion.info/photos/im/case-creole.jpg

 

L'écriture, la vie parisienne, la description d'un personnage happé par son travail, sa passion, m'ont fortement rappelé l'univers que décrit Katherine Pancol dans le dernier tome de la trilogie: Les écureil de central parc s'ennuient le lundi. sans doute le prénom de Joséphine n'sest-il pas innocent dans ce rapprochement. Le style fluide et imagé permet une lecture aisée que l'on goûte jusqu'à la dernière page.

 

Je dois dire que retrouver des rues connues de St Denis, les paysages du cirque de Mafate, l'évocation de la flore réunionnaise mais aussi des traditions créoles m'a enchantée. Tout cela est noyé dans le récit d'une réunionnaise et trouve donc sa juste place. Le contraste entre la vie parisienne et réunionnaise n'est pas trop accentué car les seules descriptions suffisent à présenter les avantages de l'une et de l'autre. Cependant la nostalgie devant la grande demeure familiale, le personnage attanchant de Léger dans son pliant, le regard bienveillant de Madeleine penchée sur ses brèdes, tout cela dresse un tableau que l'on a envie de découvrir et qui fait le quotidien de la vie créole ici, sur l'ile de la Réunion. Alors même, et surtout, si vous ne connaissez pas l'ile, lisez -le !

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans Lectures de l'océan indien
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 06:33

Outre le fait qu'il s'agit d'une lecture réunionnaise, je me suis naturellement sentie attirée par ce livre aux illustrations envoûtantes :e belles aquarelles de Ann Marie Valencia qui accompagnent à merveille les trois récits contenus dans ce recueil.

fees.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Fées et Gestes des fleurs, Claire Karm, illustrations de Ann Marie Valencia, Océans jeunesse, 2006, 158 pages

Public : jeunesse

Thèmes: fées, elfes, jardins, nature, cohabitation humains/êtres surnaturels

 

 

 

 

 

L'histoire : Savez-vous que les jardins réunionnais, les sentiers de la plaine des palmistes, renferment une vie extraordinaire ? De petits êtres y vivent, en harmonie avec la nature qu'ils protègent.

 

La première histoire "Sylvie La Charette" nous entraine dans ce petit monde merveilleux à la manière d'un film deYonebayashi et Miyasaki : Arriety et le petit monde des 100_1987.JPGchapardeurs. On y découvre Pique nique, petit lutin mutin fermement "décidé à se construire une carriole afin de pouvoir faire autre chose de sa vie". Pique nique est un lutin lecteur, passionné par les journaux dont il découpe et classe les articles, ici les sujets botaniques, ici les "mensonges des hommes". Aidé de Système D et ses combines il se fait fort de convaincre la Fée de la tomate afin qu'elle rétrécisse un animal destiné aux humains qui pourrait tirer son véhicule. On aime dans cette histoire le caractère bien trempés des trois personnages et la vie au sein de la flore réunionnaise (goyavier, cryptoméria). Il faudra au moins l'aide d'un lutin ensorcelleur pour animer le véhicule de Pique Nique !

 

113

La deuxième histoire "Arum et les fleurs de perles" dévoile avec magie les relations entre humains et fées/Elfes. Les

petites créatures ne sont pas toujours perçues des humains car se cachent . Mais lorsqu'un lutin bleu entreprend de raconter à la narratrice comment Arum, jolie Fée des fleurs et Jean, humain séduisant, se sont mariés, c'est avec tendresse et inquiétude à la fois que nous découvrons que ces deux mondes sont imbriqués. Le lac aujourd'hui asséché était auparavant un lieu riant, refuge de fées et d'elfes, où les arums poussaient à foison. Mais il faut se méfier du petit peuple et du "charme pervers et incontrôlable des créatures magiques" ...

 

La troisième histoire "La fée de l'agapanthe" nous raconte combien les fées peuvent être cruelles entre elles. Saviez-vous qu'il existe des fées carnivores, comme Purpurine qui utilise la naiveté des humains pour dévorer ses consoeurs et conserver son apparence sanguine ? Le narrateur, P1030245attentif et

attentionné, s'en apercevra fort heureusement et , fasciné par cette

vie qui anime son jardin, s'assurera que chaque petit être a sa place dans son jardin ou alentours.


 

En vrac et au fil des pages : j'ai beaucoup apprécié ces histoires dans lesquelles j'ai retrouvé toute la magie de mon enfance, la certitude que de petits êtres existent et protègent la nature tout en veillant sur les humains. J'y ai retouvé la malice espiègle dont on taxe ce petit peuple.

Je dois dire que j'ai aussi découvert une artiste de talent dont le pinceau léger anime les pages de ce livre. Ann Marie Valencia est peintre aquarelliste. Britannique, elle est venue vivre à la Réunion et a accepté de collaborer avec Claire Karm sur ce projet. On ne sera pas étonné d'apprendre qu'elle a réalisé des peintures et croquis pour l'ONF ce qui explique ce détail dans la création des fées et lutins. Les couleurs sont adorables et vivantes à la fois.

 

Je ne saurais à quel public conseiller cette lecture car, même si les histoires se rappochent de l'univers enfantin, le style et l'écriture s'adressent à de plus grands. Certaines subtilités ne seront peut-être pas comprises de tous, le langage un peu cru des lutins de la première histoire peut surprendre. Mais cela reste une jolie lecture.

 

Je vous livre quelque photos d'une fôret réunionnaise que je trouve fascinante: Notre Dame de la Paix et qui est, sans doute, habitée ! Nous nous y rendons régulièrement pour sa fraicheur et le côté mystérieux des enchevêtrements d'arbres de toutes sortes et des formes inexplicables...

 

026.JPG

IMG_3282.JPG

 

074

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans Lectures de l'océan indien
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 23:00

http://critiquebooks.files.wordpress.com/2012/01/l-homme-chauve-souris.jpeg

 

L'Homme chauve-souris, Jo Nesbo, éditions Gallimard, collection Folio policier, 2009

 

genre : roman policier

 

Thèmes : Australie, aborigènes,meurtre, enquête

 

L'histoire : Harry Hole, enquêteur norvégien, est envoyé en Australie afin d'élucider le meurtre d'une jeune norvégienne, Inger Holter. Accueilli par un aborigène, Andrew, qui l'accompagnera dans son enquête, il se rend auprès du chef de la police, Neil McCormack qui lui fait comprendre comment il entend fonctionner "Voici les nouvelles règles. Primo : à partir de maintenant tu vas m'écouter moi, moi et rien que moi (...) et tertio :un seul faus pas et c'est le premier vol pour la maison". Outre le fait que le chef ne souhaite pas qu'Harry Hole empiète sur son territoire, cela renvoie notre inspecteur au choc des cultures, perceptible dès son arrivée: un norvégien en terre australienne. Une série de meutres atroces, une vieille légende australienne et nous voilà plongés dans ce polar noir dans lequel le héros n'en est pas vraiment un et se laisse submerger par ses propres démons. C'est le parcours de Harry Hole que nous suivons , immergé en Australie, ses légendes, ses contradictions, dans toute la première partie du roman. Dans un deuxième temps le rythme s'accélère pour laisser place à une enquête menée par Harry Hole qui prend alors véritablement la dimension d'un enquêteur.

 

En vrac et au fil des pages : les premières pages donnent le ton : humour, parfois caustique, descriptions historiques détaillées, confrontation (sinon choc) des cultures. Tout cela aurait pu me plaire mais je reste résolument éloignée des polars de ce genre. J'aime les polars divertissants qui me tiennent en haleine, même si j'en lis rarement.


Je reconnais que Jo Nesbo fait vivre les scènes par des dialogues imagés, révélant la personnalité de chacun des personnages (l'aborigène blasé, fier de ses origines, un peu lent / le chef de police australien, sûr de lui, à l'humour grinçant / l'enquêteur norvégien confronté aux us et coutumes australiens).

J'ai beaucoup appris sur l'Australie (alors que je m'attendais à m'instruire sur la Norvège ! ma déception vient peut-être aussi de là ...), les données historiques sur les colons anglais, la condition des aborigènes décrite par Andrew. Cependant j'ai eu du mal à finir cette lecture.

 

Le début est assez long et il faut bien attendre 200 pages avant qu'un rythme ne s'installe. Certes la mise en place est nécessaire pour camper le personnage de Harry Hole qui reviendra dans les romans suivants, cependant je m'attendais à un polar plus haletant. Il me semble d'ailleurs que ce personnage est le sujet du roman, plus que l'enquête elle-même. C'est ainsi qu'il convient de le lire à mon sens pour ne pas être déçu. Je regrette cependant que l'enquête ne se déroule pas dans son propre pays car il me semble que cela affaiblit la compréhension de ce personnage au demeurant attachant.

 

Je rappelle qu'il s'agit d'un premier roman ! Pour cette raison, et de façon à ne pas rester sur cette note négative, je lirai sans doute un autre roman de Jo Nesbo. On m'a conseillé Le Bonhomme de neige . La suite au prochain numéro donc !

 

12 d'ys


Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 09:01

hemingway-and-catDCD497D8DB3E4.jpg

" Je me remis à écrire et m'enfonçai dans mon histoire et m'y perdis"

 

Cette semaine je vous propose une photo sur le thème Bureau d'écrivains. Le reconnaissez-vous ? C'est un de mes auteurs favoris. J'apprécie son style tout en répétitions, très visuel, épuré. J'aime aussi cette photo pour le petit clin d'oeil à la première proposée dans cette rubrique (ICI). Avez-vous remarqué comme les chats sont toujours attirés par les livres, les cahiers ?

Je n'en dirai pas plus et vous laisse avec ... oups ! j'ai bien failli donner son nom !


A vous de trouver.

 

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans la photo de la semaine !
commenter cet article

Présentation/accueil

  • : Un chocolat dans mon roman
  •  Un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Partenariat Albin Michel

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • une lecture passionnante
    une lecture passionnante Née en 1920, Juliette Benzoni et écrivain et scénariste française. Etudiante au lycée Fénelon, elle en est retirée suite au scandale de l'affaire Nozière. Au collège D'Hulst elle se prit de passion pour l'Histoire puis entama...
  • Le Bal des poignards, Juliette Benzoni
    Le Bal des poignards, Juliette Benzoni, éditions Pocket, tome 1 et 2, 2010 Genre : récit historique Thème : cour d'Henri IV, Médicis, Florence, succession, complots L'auteur en quelques mots ... Née en 1920, Juliette Benzoni et écrivain et scénariste...
  • Les draps frais
    Cette semaine Leiloona nous confie une photo de Julien Ribot pour l'atelier d'écriture. J'avais entendu parler d'une folle histoire qui m'a inspirée pour ces quelques lignes et que je vous invite à retrouver en bas de page. Parfois la réalité dépasse...
  • instant gourmand
    instant gourmand Un swap gourmand que j'ai eu le plaisir de partager une nouvelle fois avec Tigrouloup. Un swap un peu particulier aussi car c'est le dernier que nous échangerons en direct avant longtemps. Il fallait donc se soigner un peu, se réconforter...
  • Swap bienvenue dans ma cuisine
    Un swap gourmand que j'ai eu le plaisir de partager une nouvelle fois avec Tigrouloup. Un swap un peu particulier aussi car c'est le dernier que nous échangerons en direct avant longtemps. Il fallait donc se soigner un peu, se réconforter et se faire...
  • Manderley for ever, Tatiana de Rosnay
    paManderley for ever, Tatiana de Rosnay, éditions Albin Michel,2015, 444 pages Genre : biographie romancée Thèmes : enfance, famille, écriture, amours, lieux sacrés L'auteur en quelques mots ... retrouvez la biographie de Tatiana de Rosnay sur les billets...
  • aux blogueurs inspirés ! 
    aux blogueurs inspirés !  Oh que je suis contente ! Syl m'a décerné un Award qui me fait chaud au coeur. Entre copines on se soigne mais c'est une belle attention. ce sera le petit bonheur du jour ! Les règles pour le " Very Inspiring Blogger Award "...
  • je me souviens ...
    je me souviens ... Sur le modèle du "Je me souviens" de Georges Pérec, Albertine nous invite à revenir en arrière, à nos premières années et à nous rappeler qui nous étions alors... Si vous acceptez ce retour en enfance, confiez-nous une photo de cette...
  • Very inspiring blogger Award
    Oh que je suis contente ! Syl m'a décerné un Award qui me fait chaud au coeur. Entre copines on se soigne mais c'est une belle attention. ce sera le petit bonheur du jour ! Les règles pour le « Very Inspiring Blogger Award » sont les suivantes: Le Nominé...
  • TAG enfance
    Tag Enfance Sur le modèle du "Je me souviens" de Georges Pérec, Albertine nous invite à revenir en arrière, à nos premières années et à nous rappeler qui nous étions alors... Si vous acceptez ce retour en enfance, confiez-nous une photo de cette époque,...

      délivré par Syl

Mes petites envies

logo liste d'envies