Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 02:06

TopTenTuesday

Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire imaginé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani qui propose de dresser la liste de dix éléments en fontion d'un thème donné.

Cette semaine : les 10 livres que je souhaite lire cet été

Ils sont là, devant moi, prêts à être ouverts et découverts ! Je ne suis pas sûre d'en lire dix car cet été ( ou plutôt cet hiver chez moi !) je rentre en métropole. Alors entre famille, promenades, visites et farniente ...

http://cours.funoc.be/essentiel/article/175_img/uly.jpg

http://stadtbibliothek.graz.at/covers/1144446.gifhttp://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv21632048.jpg

Pour le challenge Eric Emmanuel Schmitt : Ulysse from Bagdad  et quelques titres du cycle de l'invisible

http://storage.canalblog.com/52/28/227100/55816393.jpg

Pour le challenge livr'à deux pour Pal Addict : L'affaire de l'esclave Furcy de Mohammed Aissaoui

http://www.bdgest.com/critiques/images/couv/74088.jpg

Pour le challenge mythologie de Myrtille et celui d'Ambroisie et Skelargh (Sur les pages du Japon) : Contes du Japon d'autrefois de de Kazuichi Hanawa

http://www.deslivres.com/images/products/image/Sept-mers-et-treize-rivieres.jpg

http://www.deslivres.com/images/products/image/Meme-les-cow-girls-ont-du-vague-a-l-ame.jpg

Pour le plaisir : Sept mers et treize rivières de Monica Ali (tiens, je pense que celui ci peut compter pour le challenge Welcome in London, à vérifier)et

Même les cow girls ont du vague à l'âme de Tom Robbins

 

La semaine prochaine :

les 10 livres qui vous remontent le moral lorsque vous pensez à eux

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans Top ten tuesday
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 06:08

 

http://images.gibertjoseph.com/media/catalog/product/cache/1/image/9df78eab33525d08d6e5fb8d27136e95/i/422/9782746920422_1_75.jpg

Mon Japon, textes de Michèle Lasseur, photos de Sylvain Grandadam, éditions Petit futé

Genre : documentaire

 

" Comment ne pas tomber sous le charme de ce pays (...) où les habitants sont polis, où les femmes sont douces, devant ces foules besogneuses et souriantes qui aspirent à un pmode de vie ultramoderne ? Mais une fois gratté le vernis de politesse, on se demandera : qui sont ces japonsais qui au premier jour de l'an montent en silence de Harajuku au temple Meiji à Tokyo, jettent leur obole et se retirent ..." 

Dans ce documentaire, les auteurs offrent un regard personnel sur le Japon. Il débute par une superbe photo du temple Kinkaku-ji, à fleur d'eau, où viennent se recueillir jeunes ou plus âgés qui emporteront un souvenir de leur visite, le cachet de Kinkaku - Ji avec le nom écrit au pinceau...

On évoque ici le roman de Mishima, le Pavillon d'or, et le ton est donné. La visite des temples peut commencer : le sanctuaire shintoiste de l'île Itsukushima, une île sur laquelle la coutume voulait que personne ne naisse ni ne meure, le sanctuaire shînto Heian devant lequel s'élèvent des arbres de papier porteurs de divination (omikuji)

IMG_0418.JPG

IMG_0419-copie-1.JPG

Les omikujis sont vendus à l'entrée des temples. Accrochés à un arbre ou un panneau ils soulignent la malchance. ". les kamis peuvent ainsi conjurer le mauvais sort et éviter que l'oracle ne se réalise". Les japonais demandent à leur kami de les protéger contre la maladie ou de réussir. On écrit alors un voeu au dos d'une plaquette en bois (ema) portant un cheval, un coq ou une calligraphie

Les symboles forts du Japon sont mis en valeur par de superbes photos de Sylvain Grandadam

IMG_0417.JPG

Au fil des saisons le paysage s'anime, se colore, change. Erables et cerisiers invitent à la poésie et au recueillement. "Ce sont les pruniers qui fleurissent d'abord et donnent le signal du printemps", puis ce sont les cerisiers et en quelques jours tout devient rose. Anecdote amusante : le bulletin météo annonce chaque jour l'avancée de la floraison, du Sud eu Nord. Ephémère, la floraison dure environ cinq jour. pour cela la fleur de cerisier est associée au Samourai, "sa vie est brève et la pluie des pétales évoque la mort glorieuse du samourai".

Le rouge vermillon est présent à l'entrée des sanctuaires. Toutes les couleurs du Japon ont été recueillies dans ce livre.

Mais l'on y trouvera aussi la grande ville, moderne, plus froide. Le contraste est d'ailleurs saisissant. Tokyo.Ici les rues n'ont pas de nom, on circule à l'oeil. L'architecture moderne est très présente dans tout le japon mais Tokyo, de verre et de métal, étonne. "Tokyo est l'avant-garde du développement architectural". La ville, de nuit, prend un nouveau visage, tout de néons colorés.

C'est aussi un monde d'excentricités où l'on retrouve de jeunes japonaises comme happée par un manga...

IMG_0420.JPG

IMG_0421.JPG

D'un style à l'autre, il y en aura pour tous les goûts dans cette ville où chaque coin de rue offre des tentations en tous genres. Kawai (mignon) ! Même les toutous sont ornés de bijoux, gilets ...

Le Japon est aussi le pays des conventions. "Il est impensable de voyager sans carte de visite (meishi) qui détermineront le comportement des interlocuteurs". Les hommes d'affaire courent et les barrières hiérarchiques ne tombent que le soir , dans un bar, autour d'un verre. Ne pas montrer ses sentiments donne parfois une apprence de froideur, de distance.

Pourtant les enfants et les grands aiment rire autour du Kamishibai-san, conteur autour d'un théâtre de papier. Tour à tour ogre ou dragon, il vend ses bonbons et illustre ses histoires. De façon générale le théâtre est un art sacré au Japon, à commencer par le Nô qui joue sur l'esthétique et se rapproche de la cérémonie religieuse. Au moment des cerisiers en fleurs, les maikos monteront sur scène dans de superbes kimonos.

IMG_0422.JPG

"A 18h, dans les ruelles du quartier de Pontochô ou de Gion", les maikos sortent des maisons de thé, telles des poupées juchées sur des socques de 15 cm de haut. L'ouvrage présente alors la cérémonie du maquillage des maikos qui peut durer trois bonnes heures afin que leur teint devienne blanc laiteux. Il faut à une maikos conq années d'apprentissage avant de devenir une geisha ou geigi. Les jeunes filles décident de "devenir maiko vers 15 ans,(...) c'est jne profession de foi".

IMG_0423.JPG

Des personnages hauts en couleur, comme les sumo ...

IMG_0424.JPG

Le livre nous parle aussi d'Histoire, de l'ère Meiji, de l'art japonais du tatouage Mais je voudrais finir sur une note poétique autour d'un jardin japonais, comme le jardin blanc du Daisen-in à Kyoto. C'est un jardin que l'on contemple et qu'un jardinier entretient avec soin à l'aide d'outils traditionnels.

Si l'on finissait cette lecture par un thé matcha , "récolté début Mai dans la campagne d'Uji"? La cérémonie du thé est régie par quatre règles : pureté, tranquillité, respect et recueillement"; il faut être initié pour en percevoir toute la sensibilité . C'est auprès de Mme Furokawa que l'on observera ce rituel rigoureux, "Il conviendra de féliciter l'hôtesse sur la couleur, la saveur et l'odeur de ce thé délicieux".

Un joli livre qui fera aussi un beau cadeau ...

http://img.over-blog.com/500x188/3/28/20/01/Notre-challenge/Banniere-Juin.jpg





Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 05:16

 

http://www4c.ac-lille.fr/lagrange.lillers/IMG/gif/vie_mort.gif

A la vie, à la mort, Paule du Bouchet, éditions Gallimard, collection Scripto,

1999, 124 pages

Genre : recueil de nouvelles

Thèmes : guerre, famille,amitié, amour, séparation, mort

 

L'auteur en quelques mots ...

http://www.cercle-enseignement.com/var/plain_site/storage/images/contributeurs/paule-du-bouchet/35440-116-fre-FR/Paule-Du-Bouchet_img_contributeur.jpg

Après des études de philosophie, Paule du Bouchet a été enseignante et pianiste de jazz. Je l'ai découverte grâce à une collection, Découverte Gallimard, pour laquelle elle travaille depuis 1974.

Elle a créé, toujours chez cet éditeur, la collection Gallimard jeunesse musique et dirige le département consécré aux livres lus "Ecoutez lire".

Elle partage donc sa vie entre écriture de romans jeunesse, musique et albums. Sa bibliographie est très variées puisqu'elle a écrit des livres sur la mythologie, les peintres, les grands compositeurs , les grandes époques de l'Histoire ( Louis XIV, la Révolution française, la première et la deuxième guerre mondiale).

Je l'ai découverte par le biais de mon travail puisque ses écrits sont souvent utilisés en classe ( Le Journal d'Adèle et Ala vie, à la mort entre autres).

http://www.babelio.com/users/AVT_Paule-du-Bouchet_8949.pjpeg

L'histoire ...

Le recueil comprend sept nouvelles autour de la guerre.

J'ai choisi de parler de quatre d'entre elles.

Le Noyer : Le vieux Florent reçoit la visite de deux hommes qui lui demadent de couper le noyer centenaire, au fond de son jardin, pour la bonne cause. "L'Opération Aile bleue" en dépend et avec elle la survie du maquis du Ventoux (...) Nous sommes à l'automne 1944". Florent apprend les nouvelles par le journal et sait bien que le débarquement à eu lieu. Mais couper son noyer ? Pas question. Autour de ce noyer il a tissé des liens avec son petit fils, sa nièce, la seule famille qui lui reste. L'arbre a toujours été là, témoin du temps. D'ailleurs il les attend pour vendanger son carré de vignes. Mais ce matin de 1944 il déplie son journal et y lit la mauvaise nouvelle, "huit civils massacrés au village de Vesnes (...) Vesnes c'est tout près, à quelques kilomètres seulement".

En vrac et au fil des pages : à quoi s'attache-t-on lorsqu'on n'a plus de famille ? Cette lecture m'a rappelé la vie de village, l'attachement à la maison familiale, le caractère bourru de certains habitants attachés à leur terre et peu complaisants mais au coeur d'or. L'originalité de la nouvelle sera découverte à la fin lorsque le noyer livrera son secret ...

Initiales : Avril 1918. Juliette travaille à Paris, dans le grand magasin "La Belle jardinière" au rayon "Toilette des dames". Chaque jour elle entend les nouvelles du front, "la terrible offensive allemande dans la Somme, la difficulté qu'avaient les troupes françaises à tenir malgré le renfort des alliés anglais et américains". D'ailleurs c'est un soldat américain qui se présente ce matin là. "Monsieur ne parle pas le français. Voulez-vous vous occuper de lui, je vous prie" demande le chef de rayon. ussitôt Juliette est submergée par un sentiment indéfinissable. L'étranger, par son attitude à la fois sereine et empreinte de désespoir, la trouble. Il veut faire un cadeau à une femme et Juliette prend plaisir à l'aiguiller tout en goûtant "avec délice un instant volé à sa journée, dont elle sentait en même temps déjà la blessure de la fin. Bientôt il faudrait partir". Le soldat choisit un poudrier en argent et, au moment d'y faire graver les initiales de la femme à qui ce cadeau est destiné "elle lut JS. Ses propres initiales" ...

En vrac et au fil des pages : j'ai trouvé cette nouvelle particulièrement touchante et le geste du soldat américain assez fort et symbolique ( mais pour comprendre vous devrez lire la nouvelle !) : "le présent d'un homme qui part à une femme qui reste". Ce qui reste de cette histoire n'est pas la naissance d'une belle histoire d'amour car l'auteur réussit à ramener au coeur de la lecture l'histoire de cet homme, ce soldat américain de passage, venu pour défendre une patrie qui n'est pas la sienne.

Père et fils : juillet 1914. Le drame qui s'annonce touche l'Europe "mais personne n'y croyait. La guerre c'était l'affaire du gouvernement, pas des simples paysans". François et son père travaillent ensemble au champ et Auguste entreprend d'enseigner à son fils le maniement de la faux, geste dont il aura besoin si lui part à la guerre. Un lien très for les unit, une complicité qui leur permet de se comprendre. Aussi lorsqu'Auguste est réquisitionné François devient-il le soutien de famille. Régulièrement la mairie du village annonçait le nom des hommes tombés au combat. Auguste eut plus de chance. Mais à chaque permission c'est un autre homme qui revenait, distant, meurtri." En Février 1918 François dut partir à son tour. Il venait d'avoir dix sept ans(...) une adolescence volée". Convaincu qu'il peut retrouver son père il va surtout découvrir l'horreur et l'abérration de la guerre...

En vrac et au fil des pages : voici une nouvelle qui dénonce bien l'absurdité de cette guerre, le sentiment d'incompréhension des hommes jetés dans les tranchées, contraints de tuer pour survivre. Mais la survie n'était pas pour autant une assurance de bonheur retrouvé. La cicatrice, la plaie à jamais ouverte, la distance avec la famille qui ne peut comprendre le choc, l'amitié générée par la proximité dans les combats et le soutien indéfectiblme des frères d'armes, tout cela est abordé dans cette courte nouvelle bien menée.

A la vie, à la mort : "Ils étaient trois. Trois à s'être reconnus sans avoir besoin de se présenter". Dans la cour du lycée ils sont les trois seuls à ne pas entonner le chant "Maréchal, nous voilà"en ralliement à Pétain. Trois à dire non en silence. En cette année 1942 l'occupation allemande rend le quotidien difficile. En novembre, les juifs déjà mis au ban de l'administration, devaient porter l'étoile jaune. Lucien, l'un des trois amis, fut du nombre de ceux qui arborèrent l'insigne. Par solidarité, Pierre et Jean le portèrent aussi. Aussitôt renvoyés du lycée "ils se considérèrent en résistance". Cachés dans une cave ils commencèrent à imprimer des tracts au nom de "Résistance et Liberté". Bientôt le groupe s'agrandit. "Pas un instant le sentiment de faire quelquechose d'exceptionnel ,ou d'héroique, ou de beau, ne les effleura..."

En vrac et au fil des pages :  la nouvelle rappelle la lettre d'Henri Floch à sa femme Lucie par le sort qui est réservé aux jeunes résistants. une nouvelle forte, bien écrite, qui met l'honneur au premier plan et donne son titre au recueil.

C'est un recueil touchant et varié qui présente de multiples situations, toutes liées à la guerre, que ce soit la Grande guerre ou la seconde. L'engagement, la solidarité, l'amitié en sont les fils conducteurs. Mais ce sont surtout des récits qui mettent en scène des gens ordinaires plongés au coeur d'une situation extraordinaire qui les arrache à leur quotidien. J'en recommande la lecture, que l'on soit adolescent ou adulte .

http://3.bp.blogspot.com/-1VceDFCwZ2E/T2hjhdcF1zI/AAAAAAAADS0/BmXjre5hv9I/s320/logo+1.jpg

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 08:33

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/2/7/8/9782714445872.jpg

La solitude du docteur March, Geraldine Brooks, éditions Belfond, 2010, 340 pages

Genre : roman

Thèmes : esclavage, guerre de secession, famille March, abolitionnisme

L'auteur en quelques mots ...

http://www.babelio.com/users/AVT_Geraldine-Brooks_4609.jpeg

Née en Australie, Géraldine Brooks fut correspondante de guerre durant quatorze ans pour Le Wall Street Journal. Après avoir couvert des combats en Bosnie, Somalie ou Moyen Orient, elle est incarcérée au Nigeria. De retour parmi les siens elle abandonne le journalisme.

Elle se consacre alors à l'écriture de romans et essais. Son premier roman,1666, évoque l'année de la grande peste en europe et les tensions générées par les superstitions religieuses. Le Livre d'Hanna, connait un grand succès . Il met en scène un parchemin du XV° S qui traverse les âges, comme protégé de la folie des hommes .Avec La Solitude du docteur March elle reçoit le prix Pullitzer en 2006 et réinvente la vie du célèbre père de Jo, Meg, Beth et  Amy.

Mais elle est aussi connue pour son engagement envers la cause des femmes. Nine parts of desires (Les femmes dans l'islam, un monde caché) décrit la condition des femmes musulmanes.

Sa dernière parution, L'autre rive du monde, nous entraine sur les terres de Martha's Vineyard où un homme de foi s'est donné pour mission de rallier au calvinisme les tribus Wampanoag au XVII°S/XVIII°S.

On s'accorde pour reconnaitre son travail de recherche et la richesse des détails et descriptions dans ses romans.

Pour en savoir plus : le site officiel de Géraldine Brooks

http://geraldinebrooks.com/images/small-home-books.jpg

L'histoire :

Souvenez-vous : dans Les Quatre filles du docteur March de Louisa May Alcott , Meg, Jo, Beth et Amy vivaient dans le Massachussets, à Concord auprès de leur mère et de leur domestique Hannah. Leur père, pasteur anti-esclavagiste, s'était engagé comme aumônier dans la guerre de Secession. Issues d'une famille riche ruinée, les filles faisaient l'apprentissage de la solidarité.

Dans La Solitude du docteur March, Géraldine Brooks imagine la vie du pasteur au front et revient sur son passé.Le roman s'ouvre sur une lettre que March écrit à sa femme Marmee . A demi mots il lui fait part de son désir de retrouver sa famille et s'attarde sur les souvenirs communs dans le Massachussets afin d'éviter de lui parler de la guerre. Mais bien vite il avoue qu'une autre raison le pousse à cacher certains éléments. Ses souvenirs nous entrainent alors dans sa jeunesse. A dix huit ans, March, colporteur, vend ou troque des livres et autres babioles pour vivre. En 1841, il arrive ainsi dans une plantation du Connecticut tenue par Mr Clément dont il va bientôt connaitre la personnalité. Cet homme, au demeurant affable, présente une famille heureuse qui prend soin de ses esclaves. Etonamment, Mme Clément traite Grace, une jeune esclave vivant auprès d'elle et exerçant les fonctions de gouvernante, avec une rare bienveillance. Grace sait d'ailleurs lire, fait assez rare pour être souligné. Touché par l'hospitalité de Mr Clément March va peu à peu découvrir les règles de l'exploitation . Sans se méfier il va se lier avec Grace dont il tombe amoureux et apprendre à lire à une jeune esclave. Mais le fils de Clément de l'entend pas de cette oreille et, découvrant son méfait, s'empresse de faire rétablir l'ordre. Grace, punie pour l'action révolutionnaire de March, sera passée par le fouet et le jeune colporteur quittera le domaine, amer.

Des années plus tard, engagé comme aumônier sur le front, March reconnait les lieux et devine qu'il est à nouveau près de la plantation de Mr Clément.Il pense alors à la vie qu'il a menée depuis, à sa femme, ses filles laissées à Concord. Mr Clément a vieilli et est devenu impotent. Mais Grace est toujours auprès de lui, serviable malgré les séquelles de cette terrible journée de 1841. Quel lourd secret cache-t-elle pour n'avoir pas repris sa liberté ?

Pendant que March s'interroge puis retrouve Grace, la guerre fait rage, tuant et mutilant les hommes. Ses supérieurs attendent de March un discours propre à mener les hommes, les guider. Mais la personnalité de l'aumônier se heurte à la réalité du conflit.

Au fil du texte la parole est donnée à Marmee, la femme de March que l'on découvre aussi forte qu'on l'a connue, envers et contre tous, malgré la déception qui la submerge, fidèle épouse qui attend son homme. C'est pourtant un homme grandement changé qu'elle découvrira, meurtri par la guerre, les atrocités vécues et les terribles remords qui l'accablent...

En vrac et au fil des pages : j'ai été ravie de retrouver un peu la petite famille que j'avais appréciée à la lecture des Quatre filles du docteur March et de découvrir le portrait du père adoré. Mais attention, ce roman n'est aucunement une suite et si Géraldine Brooks reprend ça et là les souvenirs de la famille March , elle évoque la jeunesse puis la vie dans la guerre du pasteur. Le portrait de Marmee complète bien celui que nous connaissions sous la plume de Louisa May Alcott, une femme forte qui sait avancer . Décidée à ramener son mari bléssé à la maison elle n'hésite pas à le rejoindre. Ce face à face révèlera le décalage qui existe désormais entre eux et que le lecteur peut désormais expliquer.Je dois dire que lui laisser la parole dans la deuxième partie du roman apporte un nouveau souffle après le récit des atrocités observées et vécues durant la guerre de Sécession. Peut-être cela acccentue-t-il aussi le côté touchant de la fin du roman.

J'ai trouvé intéressante l'idée de reprendre l'histoire d'un personnage célèbre de la littérature anglophone. Pourtant c'est un tout autre homme que l'on découvre, il faut le savoir ! Sans doute ce livre le rend-il plus humain, en tous cas plus réel même si ce n'est pas un héros que nous découvrons mais un homme faillible, rongé par le remord, peut-être un peu lâche par moments.

Le travail de recherche est très détaillé et le fond historique soutient une histoire particulière. L'on découvre alors tous les aspects de l'esclavage, de la vie des esclaves au Maître en passant par l'engagement des abolitionnistes et les écarts entre la réalité et les avancées dans ce domaine.

Maintenant je me suis posée la question : ce livre m'a-t-il plus parce qu'il donne vie au docteur March ? La réponse est non. J'ai aimé le style, les descriptions détaillées de l'environnement, l'ambiance retracée du front que l'on vit littéralement avec l'aumônier. En revanche il me semble que le portrait dressé ici écorne quelques peu le personnage qui dans le roman originel était évoqué à travers le discours de sa famille. Le mythe s'écroule en quelques sortes ... C'est un peu dommage pour ceux qui ont imaginé le pasteur. Cela reste un livre très agréable à lire.

12 d'ys

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 02:11

TopTenTuesday

Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire initié par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

Chaque semaine il s'agit de dresser la liste de 10 éléments en fonction d'un thème donné.

Cette semaine : les 10 livres à amener à la plage

http://mediathequewassy.files.wordpress.com/2011/07/livre_plage.jpg

Par définition (enfin la mienne !) un livre que l'on amène à la plage doit répondre à quelques critères:

- ne pas être trop gros ( pas de pavé pour tenir la serviette !)

- ne pas demander une réflexion trop soutenue ( because endormissement ou surveillance des enfants !)

- ne pas être fragile (sable et eau obligent!)

- être divertissant ( ben oui on n'est pas là pour s'ennuyer tout de même et cela ne doit pas non plus être déprimant , et oui l'océan et l'appel du vide ... !)

Voici donc les 10 livres que je pourrais conseiller pour passer un bon moment:http://exxlibris.files.wordpress.com/2010/07/la-reveuse-dostende2.jpg

Si vous aimez les nouvelles...

- La Rêveuse d'Ostende, Eric Emmanuel Schmitt : un recueil de nouvelles qui a le mérite de  présenter des nouvelles très différentes les unes des autres. La toute première est celle que je préfère et qui a donné son titre au recueil. La plume sensible de l'auteur invite à la rêverie ...

 

- Histoires extraordinaires ou Nouvelles histoires extraordinaires d'Edgar Poe

- Boy, Takeshi Kitano : quelques nouvelles et une jolie écriture pour cet auteur dont je ne connaissais que les films

- Le Vieil homme et la mer, Hemingsway : avec le bruit des vagues en fond ... un incontournable !

 Si vous préférez les romans ...

_ Un roman de P G Wodehouse : les aventures de l'inimitable Jeeves ou les intrigues à Blandings. Un humour so british !

- Les péripéties de Fonelle, héroine déjantée de Sophie Fontanel. Voici une lecture qui ne prend pa la tête et peut s'avérer très drôle selon le volume choisi !

-http://www.albin-michel.fr/images/couv/6/0/4/9782226158406g.jpg J'ai rêvé de courir longtemps, Ron Mc Larty : que du bonheur ! Le roman se lit facilement , l'histoire est touchante...

Vous aimez les polars ?

- Au lieu-dit Noir Etang, Thomas H Cook : on dit ce court roman bien plus captivant que ses précédents. A lire donc ...

- Un roman d'Agatha Chrsitie, of course !

- Un roman de J Patrick Manchette : La Position du tireur couché

Si vous voulez feuilleter ...http://laccoudoir.com/wp-content/uploads/2012/02/Boy-Takeshi-Kitano.jpg

 - Lâche pas la patate ! : recueil de mots et expressions francophones , ce petit livre vous fera sourire 

- Quelqu'un, plus tard, se souviendra de nous : recueil de poésies, magnifiques...

On finit avec du théâtre ?

- Chocolat piment, de C Reverho, drôle et émouvant à la fois

 

Rendez-vous la semaine prochaine !

 


Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans Top ten tuesday
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 07:55

 

Christophe Tattu, photographe et reporter

C-Tattu.png

Aujourd'hui je vous présente le site d'un photographe qui m'étonne par son travail qui va de la photo de mariage au reportage à l'autre bout du monde !

C'est la rubrique "Ailleurs" qui attire mon attention ce matin :Les forçats de la route , Vivre en Inde, Great Himalaya, Enfants de loin ou Dormir à tout prix, autant de portfolio à consulter ICI

 

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans la photo de la semaine !
commenter cet article

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

  

Articles Récents

  • Le mois anglais is back !
    Comme chaque année, un rendez-vous à ne pas manquer : Le Mois anglais chez Lou et Cryssilda. Une pensée pour Titine cette année, qui ne fait pas partie des organisatrices. Célébrer notre affection pour l'Angleterre, sa cuisine ?, sa littérature, ses pubs,...
  • Désolée, je suis attendue, Agnès Martin-Lugand
    Désolée, je suis attendue, Agnès Martin Lugand, éditions Michel Lafon, 2016, 379 pages Genre : contemporain Thèmes : ambition, carrière, amour, solitude, l'auteur en quelques mots ... Agnès Martin-Lugand était psycho-clinicienne. Elle écrit Les gens heureux...
  • Tarte à tout chez les copines
    Ce dimanche les copines sont en avance, elles ont déjà publié les recettes de leurs tartes. A la maison nous avons l'habitude de réaliser des tartes à tout lorsque le frigo regorge de restes. une bonne façon de les accommoder ! Mais aujourd'hui les produits...
  • HOMEMADE yogurt melt
    HOMEMADE yogurt melts for baby! So much cheaper and healthier than graduates yogurt melts.
  • Kouign aman
    Lors d'un repas de famille, maman a prononcé le mot Kouign Aman et aussitôt, les enfants se sont tournés vers moi pour savoir à quoi cela ressemblait. Me voici donc en cuisine ! La recette : dans le bol du robot, à travailler avec le crochet: 275 gr de...
  • Gil, Célia Houdart
    Gil, Célia Houdart, éditions Folio, 2015, 207 pages Genre : récit contemporain Thèmes : musique, chant, découverte de soi, carrière, contemplation L'auteur en quelques mots ... Après des études de lettres et de philosophie (Ecole Normale Supérieure-Ulm),...
  • Fermez les yeux ...
    Une photo, quelques mots .. Un atelier d'écriture un peu particulier avec une photo qui m'a vraiment interpelée : retro ou futuriste ? Merci Leiloona ;) La photo est de Kot. Une nouvelle réforme, une de plus ! Celle de trop sans doute. Et dans la foulée,...
  • Dimanche italien chez les gourmandes !
    Pendant que Syl nous chante Te voglio bene ... et nous régale de pâtes au pesto, nous profitons d'un week end en famille pour faire des pâtes fraiches bolognaises. Retour sur un petit billet où je vous racontais comment faire des pâtes fraiches comme...
  • Tout ce qu'on ne s'est jamais dit, Celeste Ng
    Tout ce qu'on ne s'est jamais dit, Celeste Ng, éditions Sonatine, 2016, 300 pages Genre : drame, récit psychologique Thèmes : décès, famille, secret, deuil, acceptation, racisme, éducation, amour, émancipation L'auteur en quelques mots ... Celeste Ng...
  • Trois jours et une vie, Pierre Lemaitre
    Trois jours et une vie, Pierre Lemaitre, éditions Albin Michel, 2016, 282 pages Genre : thriller psychologique Thèmes : enfance, deuil, meurtre, adolescence, tempête L'auteur en quelques mots ... Une belle chronique de Macha Séry pour présenter l'auteur...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...