Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 00:33

http://images-booknode.com/book_cover/2372/la-complainte-d-irwam-2371772-250-400.jpg

La Complainte d'Irwam, Anna Combelles, éditions Atine Nenaud, 2012, 404 pages

Genre : fantasy

Thèmes : légendes, merveilleux, mondes parallèles, livres,prophétie, quête, amour, amitié

l'auteur en quelques mots ...

http://www.babelio.com/users/AVT_Anna-Combelles_5325.jpeg

Je préfèrerais qu'Anna ( alias Nanet sur Livraddict et bloggueuse) se présente elle même . Aussi, très exeptionnellement, je vais attendre qu'elle vienne faire un petit tour par ici ( si, si vous allez voir elle va venir !) pour parler un peu d'elle.

D'où te vient cette écriture Anna ? Des stages, des ateliers au cours desquels tu aurais affiné ta plume ?

Ton roman souligne ton goût immodéré pour la lecture. Nathan te ressemble beaucoup n'est-ce pas ?

Le Voile. Il fallait l'inventer ! Comment est née cette idée ?

Pourquoi avoir choisi le Moyen âge pour ancrer une partie du récit ?

J'ai adoré Léandre et Cassiodore et mon petit doigt me dit que tu t'es laissée emporter toi aussi dans leur histoire. je me trompe ?

L'histoire

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQPtIKOidSKh5S1M-yh8Xbk-70ZSbKz1YtLjkq0uj4V3rAvLDhDTchPIDMQsA

Aewle raconte : en mettant en mots leurs émotions, les hommes ont libéré la magie. Dès lors, chaque récit donne naissance à une créature dans le monde réel. La magie des mots crée les êtres qui, eux-même, entrainent l'histoire. Sous le regard avide d'Irwam, sa fille, elle renouvelle le récit des origines, alors que les Sorciers, conscients des dangers de ce phénomène, ont souhaité maitriser la puissance des mots et empêcher les créatures les plus viles de nuire aux hommes. Ainsi est né le Voile, protection entre les deux mondes, réel et mystique. Cependant, devant l'imagination sans borne des hommes, la tâche des gardiens du voile se fit plus importante.

A quelques temps de là, Léandre et Cassiodore, chevalier et Mage, poursuivent leur route à la recherche de Syr Balllian et du passage qui , dans le jeu imagine par un Sorcier démoniaque, Evrad, les conduira vers une nouvelle aventure. A moins que ce passage ne les conduise vers notre réalité dans laquelle la lecture de Nathan fait naitre les mondes ...

En vrac et au fil des pages ...

http://asmodee.defr.org/~asmodee/La%20Tour%20Sombre/NEWS/NEWS_fichiers/SortieLTSfin.jpg

De la fantasy sur ce blog ? Et bien oui, ne jamais dire jamais ! Voici un roman qui a su me faire entrer dans un univers que j'avais abandonné depuis fort longtemps ( souvenir de jeux de rôles !). C'est donc un peu sur la défensive que je me suis installée dans mon canapé pour découvrir le récit concocté par Nanet. Curieuse et concentrée, je suis entrée dans un récit à tiroirs, sans difficulté, pour découvrir que les trois histoires ou périodes étaient imbriquées. C'est ici que l'affaire se corse car il ne faut rien lâcher. Tout lecteur se laissant porter par l'histoire sera plus ou moins attiré par un des trois mondes proposés et je dois dire que rapidement l'imaginaire prend le dessus, on ne se refait pas ! Nanet a pris soin d'ancrer une partie du récit dans le Moyen Âge, pour mon plus grand plaisir.

Côté écriture j'ai regretté bien sûr les quelques fautes et coquilles qui jalonnent le roman. Mon oeil est toujours attiré ( déformation professionnelle) par ces détails génants. Je souligne néanmoins que cela n'enlève rien au style qui, lui, est fluide et travaillé. Et il faut de la maitrise pour proposer un tel univers où nos repères s'éffondrent ! Ici Mages, Prophètes, Sorciers mais aussi Alwars ou Trouble-fêtes se partagent la vedette. Tout cela est clairement posé dès le départ et les notes de bas de page aident à la compréhension de cet univers en même temps qu'elles le mettent en place.

Petit regret : le titre qui propose une intrigue centrée sur Irwam m'a laissée sur ma faim car ce personnage, pourtant complexe et riche, ne semble pas vouloir prendre la place qu'il mérite. Du coup Cassiodore et Léandre deviennent les héros de l'histoire que l'on a envie de suivre jusqu'au bout. Le chant qui ouvre la complainte et est en quelques sortes la spécificité d'Irwam, n'apparait pas comme un élément indispensable. Pour autant j'ai totalement plongé dans l'histoire de Cassiodore et Léandre, frémissant pour eux. Irwam est aussi un personnage en quête d'elle-même mais qui est ici spectatrice plus qu'actrice. J'aurais souhaité que sa complexité, sa richesse, soient soutenues par une place plus importante au sein du livre. Peut-être la suite ( si suite il y a) lui donnera-t-elle cette chance (requête de lecteur !). De même Nawej, son frère, apparait-il mystérieux dès le premier chapitre de par son comportement , ses idées envers les humains. Lui aussi reste en retrait alors qu'on le sent double ( je ne sais comment expliquer cela, j'espère que Nanet me comprendra ;) )

L'idée qui sous-tend le récit est originale et fascinante : un voile protecteur sépare notre quotidien des mondes rêvés par les humains, empêchant ainsi que les créatures imaginées ne prennent consistance. L'entre deux mondes est animé par des Gardiens du voile, garants de la sécurité des humains, peu à peu dépassés par le pouvoir d'imagination de ces derniers, la multitude de livres rédigés et la puissance des êtres créés. On retrouve un thème qui m'est cher : le pouvoir de la lecture, l'idée que notre imagination est puissante et nous entraine parfois bien loin de la réalité.Quelques lectures se sont rappelées à moi comme l'Histoire sans fin de Ende qui nous transporte dans l'univers du livre. Ici, dans les premiers chapitres, Nathan lit un livre qui va se révéler la pièce maitresse du récit principal. Mais d'où vient ce livre ? Pourquoi son auteur n'est-il pas répertorié ? Ces questions assurent un fil conducteur intéressant que le dernier chapitre vient souligner avec surprise . Je me suis totalement retrouvée dans le personnage de Nathan pour qui la lecture est à la fois une drogue et une garantie de survie dans cette réalité. Lorsque la lecture est un besoin l'on comprend combien elle peut apporter. Nul doute qu'il y ait aussi beaucoup de Nanet en lui ! Ce qui est raconté là est l'activité quotidienne d'un lecteur finalement : lire, imaginer, créer, recréer, s'inspirer de ... et vivre.

Les personnages sont attachants et l'intrigue bien menée. Le lecteur est emporté dans un autre monde au point d'ailleurs que l'on ressent cela dans l'écriture qui abandonne peu à peu le monde réel pour développer l'univers de Cassiodore et Léandre. L'auteur elle-même s'est-elle laissée emporter ? Il faut dire que ces personnages sont aussi porteurs de secrets, de non-dits qui donnent envie d'en savoir davantage. On imagine aussi très bien Evrard, le Mal, le Sorcier et son rire sardonique. Tout cela est très visuel.

La fin laisse, comme je le pensais, présager une suite car Nanet a pris soin de poser une question dans son roman, qui ne trouve pas de réponse ... quoique, lecteur attentif, vous saurez peut-être qui a livré ce roman "magique" à Nathan ...

La suite est à inventer (Magus Torrim ?), au lecteur de jouer à présent et de faire vivre ces mondes !

Merci Nanet pour cette belle découverte et Mypianocanta pour avoir accepté cette lecture commune. Au fait, qu'en as-tu pensé ?

L'avis de mypianocanta

L'avis de Licorne


Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 11:45

http://www.images-chapitre.com/ima2/original/588/49588_5280069.jpg

L'Affaire Nicolas Le Floch, Jean françois Parot, éditions Lattès,2002, 440 pages

Genre : policier historique

Thèmes : 1774, fin de règne, succession, meurtres, complots, Angleterre

Retrouvez la biographie de jean François Parot ici

tome 1 L'Enigme des blancs manteaux

tome 2 L'Homme au ventre de plomb

tome 7 Le Cadavre anglais

 

L'histoire

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/62/Madame_Dubarry1.jpg/220px-Madame_Dubarry1.jpg

la Comtesse du Barry

6 Janvier 1774. Nicolas Le Floch , se rendant chez son amie Mme de Lastérieux, est pris à parti par cette dernière alors que la demeure accueille quelques musiciens à l'occasion d'une soirée. Contrarié il quitte le domicile de sa maitresse avant d'y revenir plus tard pour découvrir que son absence n'a nullement contrarié cette dernière. Pourtant, en s'éveillant le lendemain au domicile de M de Noblecourt, il apprend, stupéfait que Julie de Lastérieux a été assassinée et que les soupçons pèsent sur lui. Commence alors une enquête des plus délicates, conduite par l'inspecteur Bourdeau, fidèle ami de Nicolas et menée par le lieutenant de police Sartine, persuadé de l'innocence de son poulain.

Rapidement, les preuves s'accumulent contre Nicolas, à commencer par une lettre diffamatoire du musicien Balbastre, l'accusant de violences lors de la dernière soirée et le mettant à porte à faux.Dès lors, Nicolas le Floch écarté de l'affaire, oeuvre en douce afin de démasquer les coupables de l'assassinat de Mme de Lastérieux . Envoyé à Londres par le roi pour une affaire de libelles mettant à mal des personnnalités de la Cour, Nicolas échappe de peu à la mort mais parvient à rassembler les pièces d'un puzzle des plus complexes

Parallèlement Louis XV, à l'agonie, convie auprès de lui "le petit Ranreuil" afin de lui remettre une boite contenant des pièces capables de mettre à l'abri des esprits malveillants Mme Du Barry, sa favorite. La Cour, qui a toujours animé des complots, est en effervescence et l'on attend dans le trouble le plus profond la mise en place de la succession du roi, qui décède le 10 Mai 1774.

Une année difficile donc pour le commissaire au Chatelet qui , de révélations en révélations, apprendra ... qu'il est père de famille !

En vrac et au fil des pages ...

http://www.lexpress.fr/medias/1674/857495.jpg

Cet opus des enquêtes de Nicolas Le Floch m'a semblé plus complexe que les précédents. J'y ai retrouvé la plume animée et propre à nous plonger dans le climat de 1774, mais ai eu plus de mal à rassembler les pièces du puzzle dans une intrigue plus longue. Comme d'habitude l'enquête principale est doublée d'une intrigue de cour. Cependant ici, l'originalité du tome fait que le coupable désigné n'est autre que le commissaire lui-même ( il fallait bien que cela arrive !). Pourtant à aucun moment je n'ai craint pour sa vie ( la peine capitale était pourtant de mise) et l'ai regretté, non pas pour notre héros mais pour le suspens ! 

J'ai apprécié néanmoins le côté politique qui nous conduit à Londres et les nouveaux personnages qui animent la cour et ne manquent pas de piquant, comme la Comtesse du Barry (pour moi qui suis toulousaine , ce sont de jolies retrouvailles !) ou le Chevalier d'Eon, un original dont l'auteur dresse un portrait sympathique. Le récit de la succession du roi Louis XV est des plus intéressants et je dois avouer que c'est cette partie que j'ai préférée. La question religieuse, au coeur des intérêts, est assez bien développée: le renversement de Choiseul par l'entremise Mme Du Barry , l'ascension du Duc d'Aiguillon qui en a découlé, sont au coeur des rancoeurs au moment d'administrer les saints sacrements à Louis XV. Tout cela est clairement expliqué.

Entre autres nouveautés, on apprend que la belle Julie de Lastérieux employait à son service deux esclaves venus de Guadeloupe à qui elle avait fait miroiter un affranchissement. Le lecteur appréciera l'évocation des pratiques liées à l'esclavage dans les colonies, bien que ce propos ne soit malheureusement pas développé.

Bien évidemment on retrouve avec plaisir les passages gourmands ( encore que cette profusion de viande me laisse penser que je n'aurais pas aimé vivre à cette époque !), nos héros aimant déguster et doubler ce plaisir d'un récit de la recette. J'ai souri à l'évocation par notre héros de la cuisine anglaise et son plaisir de rentrer au pays afin de profiter de la bonne chère ( pourtant je les aimais bien moi ces toasts à la confiture ou ce rosbif accompagné de son pudding !)

Le récit est toujours aussi captivant et la plume fine mais j'espère que l'épisode suivant sera plus palpitant. L'auteur prend soin de ménager son effet dans tous les cas en nous dévoilant une paternité liée à une rencontre qui remonte à 14 ans. Cela vous rappelle quelqu'un ?

A la fin du récit cependant Sartine se voit appelé au service de la Marine du roi, laissant Nicolas penser à ce que sera son sort sous l'autorité de Le Noir, à moins qu'il ne soit écarté des affaires policières ...

http://nsa31.casimages.com/img/2013/02/19/130219024354861665.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 04:37

http://www.images-booknode.com/book_cover/2814/croisiere-en-mer-des-pluies-2814382-250-400.jpg

Croisière en mer des pluies, Eric Faye, éditions J'ai Lu, 2012, 216 pages

Genre : roman d'anticipation

Thèmes : solitude, séparation, voyeurisme, progrès, humanité

L'auteur en quelques mots ...

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b5/E.FAYE_(3).jpg/220px-E.FAYE_(3).jpg

Ecrivain français né en 1963, Eric Faye a suici des études de journalisme et travaillé pour l'agence reuters. Le général solitude fut sa première publication, suivie en 1998 d'un recueil de nouvelles Je suis le gardien du phare.

Il est aussi l'auteur d'un essai sur les contre utopies dans la littérature du XX°S. Il n'a pas cessé d'écrire et l'on peut découvrir 24 nouvelles, essais ou romans au sujets variés dans sa bibliographie.Je retiendrai son roman Nagasaki, que j'espère lire prochainement et qui a reçu le prix de l'académie française en 2010.

L'histoire

http://farm1.static.flickr.com/148/339735581_c5a830d4a1.jpg

2029. La lune a été colonisée par de multiples nations qui oeuvrent en apparence ensemble mais dans une atmosphère de méfiance et de compétition.Le professeur Michel Vivien a été envoyé sur une des stations afin d'observer la terre à des fins militaires. Les hommes ont en effet conçu de puissants télescopes capables de cibler les humains restés sur la terre et d'espionner. Dans ce contexte, Michel Vivien en arrive à observer sa famille, son ex-femme et son fils, et s'interroge sur le sens à donner à tout cela, à ce voyeurisme malsain, à la necessité d'épier son prochain pour le dominer "Certains parvienent à exister, par inadvertance. Pour ma part j'ai sous-vécu à côté de ma vie , confortablement. Je tiens à le préciser, tout près de ma vie"

Approché par un groupe de résistance, il se voit alors confier une mission : détruire les telescopes. Sa tâche ne sera toutefois pas aisée car il a construit une nouvelle vie sur la lune et espère qu'Estrella en fera partie. Un jeu de "je t'aime moi non plus "s'installe entre eux alors que l'heure fatidique approche: la commémoration du premier pas sur la lune. Mais Estrella est-elle vraiment celle qu'elle prétend être ?

En vrac et au fil des pages ...

http://www.devoir-de-philosophie.com/images_dissertations/134019.jpg

Croisière en mer des pluies est à la fois le récit d'une lente dérive sentimentale et personnelle d'un homme en manque de repères et un roman d'anticipation qui reprend les peurs collectives ( Big brother,espionnage, anihilation de la vie privée, terrorisme). Je dois dire que je ne suis pas fan de ce type d'écrits mais j'ai trouvé ici un bon compromis car on ne nous immerge pas dans un monde futuriste que l'on ne reconnait pas. Je dirais qu'il s'agit davantage d'un roman psychologique situé dans le futur.

Alors que Michel Vivien observe sa famille depuis la lune, son fils observe la lune avec son telescope. Les deux personnages semblent fortement liés sans que l'on développe plus avant cette relation père-fils. Le jeune garçon se replie sur lui-même, acceptant mal que sa mère ait refait sa vie. Elle-même d'ailleurs semble fortement attachée à son ex mari même si, là encore, l'auteur ne livre au lecteur que des bribes de relations, un puzzle à reconstituer.

Le récit est fait de retours en arrière qui permettent de comprendre l'intrigue. On attend ainsi avec impatience que le professeur soit contacté par le mystérieux personnage qui est sensé oeuvrer avec lui dans le réseau de résistance. Pourtant l'essentiel est alleurs, on le comprend bien et le fait que le récit soit tantôt rédigé à la première personne tantôt à la troisième souligne la distance que le personnage prend avec lui-même, sa désorientation.

C'est l'histoire d'un déchirement du personnage, de l'humanité.

On retrouvera avec plaisir l'évocation de la conquête de la lune et des noms aussi connus que Aldrin ou Armstrong. Le paysage évoqué et la description de la terre vue d'en haut donnent de jolis passages descriptifs. De même des références littéraires émaillent le récit ( Jules Verne bien entendu ou les Etats et Empires de la lune de Bergerac), lui conférent un petit côté poétique par moment.

A découvrir !

bannière1-challenge-2013

15/26

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 03:26

Pour avoir reçu trois dernières parutions des éditions Albin Michel, j'ai été tentée de regarder du côté des sorties littéraires prochaines. Quelques livres me tentent ( idées cadeaux ?) qui croiseront peut-être mon chemin ...

20130810 101701 resized

Prochainement chroniqués puisque déjà dans ma Pile à Lire :

Les Perroquets de la place d'Arezzo d'Eric Emmanuel Schmitt

Une lettre anonyme trouble l'existence des riverains de la place d'Arezzo. Dans ce quartier élégant de Bruxelles quel pervers, quel corbeau déguisé en colombe s'acharne à violer leur intimité ? Le message entraine autant de promesses et d'attentes que de déceptions et de catastrophes, chacun l'interprêtant à sa façon...

Voici un livre que j'ai hâte de découvrir pour ce qui en est dit. Apparemment il sort un peu du cadre habituel de l'auteur: "Encyclopédie romanesque des relations amoureuses", "Un roman sur l'érotisme" et non un roman érotique", une "histoire quasi policière" ... intriguant non ? Cela étant je l'aurais lu même si cette présentation de l'auteur lui-même ne m'avait pas interpelée !

Concerto pour la main morte d'Olivier Bloys

A Mourava, hameau perdu de Sibérie centrale, Vladimir Golovkine n'a qu'un rêve : prendre le bateau pour Kranoïarsk, la grande ville en amont du fleuve. Mais faute de pouvoir s'offrir un billet, c'est un étranger qu'il voit débarquer dans sa vie : Colin, pianiste raté dont la main droite refuse d'obeir dès qu'il se met à jouer le concerto n°2 en do mineur de Rachmaninov

Ce texte est présenté comme alliant le récit et la fable, le poétique et l'absurde. il n'en fallait pas plus ( pas moins ?) pour me séduire. L'auteur a à son actif une dizaine de romans : Le Maitre de café, Pastel, Le colonel Désaccordé ( vu chez JoyeuxDrille). Bref, hâte de découvrir cet auteur dont on dit beaucoup de bien.

Muette d'Eric Pessan

Armée de sacs remplis de nourriture, de grandes bouteilles d'eau et d'un sac de couchage, Muette s'en va, Muette fugue. Elle fuit des parents un peu trop aimants, des camarades de classe qui ne l'intéressent guère, une société qu'elle trouve trop curelle. Elle se réfugie dans une petite cabane abandonnée non loin de chez elle, au milieu des champs de tournesols. Car Muette ne se sent bien qu'en pliene nature. Adolescente sauvage, réussira-t-elle à vivre sa vie rêvée ?

Ce roman m'a été signalé par Laure Watcher des éditions Albin Michel comme un coup de coeur. Je fonce donc pour découvrir que l'auteur a déjà publié Incident de personne. On décrit sa plume comme envoûtante et au plus près des émotions pour un sujet qui touche à la "mue mystérieuse de l'adolescence". A découvrir donc !

Les autres tentations ...

http://www.babelio.com/couv/CVT_Les-anges-meurent-de-nos-blessures_2675.jpeg

Il avait pour lui une candeur déconcertante et un direct du gauche foudroyant. il connut la misère et la gloire, mais seul l'amour des femmes parvint à combler sa soif d'absolu.De l'ascension à la chute, le destin hors du commun d'un jeune prodige adulé par les foules, poussé au crime par un malentendu

Avec pour cadre l''Algérie de l'entre-deux-guerres, ce dernier opus de Yasmina Kadra me tente bien

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41JyAbTnxQL._SL160_.jpg

L'idée de Sam était folle. George l'a suivie . Réfugié grec, juif, metteur en scène, Sam râvait de monter Antigone d'Anouilh sur un champ de bataille au Liban. Créon serait chrétien. Antigone serait Palestinienne ...

On dit ce roman poignant. Le sujet est assez dur mais ce journaliste le connait bien. A découvrir !

 

http://www.babelio.com/couv/cvt_La-Derniere-Danse-de-Charlot_6964.jpeg

En cette veille de Noel, Clarly Chaplin, 82 ans, est au seuil de la mort.Père d'un petit Christopher de 9 ans, il vit en Suisse. Son heure semble venue, mais lorsque la Mort se présente en personne, l'acteur lui propose un marché : s'il parvient à la faire rire, il gagnera une année de vie supplémentaire. c'est pendant cette attente que Charly Chaplin va rédiger une lettre à ce fils tant aimé afin de lui raconter son histoire, de son enfance humble en Angleterre à ses débuts puis à la gloire.

Un conte tendre et cruel qui me tente vraiment ;)

http://www.editions-metailie.com/img/couv/couv-livreroi.jpg

 

En 1955, un jeune étudiant islandais arrive à Copenhague pour suivre ses études.Il va alors se lier d'amitié avec un étrange professeur bourru, érudit et buvant sec, spécialiste des sagas islandaises. Il découvre le secret du professuer: l'Edda poétique, le précieux Livre du Roi, dont les récits sont à l'origine des mythes fondateurs germaniques , lui a été volé pendant la guerre par les nazis avides de légitimité symbolique. Ensemble, ils vont traverser l'europe à la recherche du manuscrit...

On ne peut faire plus intriguant ! L'auteur de La Cité des jarres récidive, je prends !

et puis en voici un que j'ai raté lors de sa sortie!

 

http://media.entreelivre.com/4/9/7/8/2/3/5/1/7/9782351780596FS.gif

Abel Truman vit sur la côte déchiquetée du Pacifique Nord Ouest, dans une vétuste cabane, avec son chien pour unique compagnon. trente ans plus tôt il a survécu à la bataille de Wilderness, l'un des affrontements les plus sanglants de la guerre civile américaine.Depuis, Abel est hanté par son passé douloureux, jusqu'au jour où il décide de partir pour un ultime voyage.Mais le vieil homme ne tarde pas à être rattrapé par la violence et lorsque deux hommes le laissent pour mort et emportent son chien, il suit leurs traces à travers les Olimpics mountains...

Présenté comme une épopée héroique, "cette fresque inscrit son auteur parmi les nouvelles voix prometteuses de la littérature américaine". Je demande à voir !

 

J'en oublie certainement mais voici les plus grandes tentations !

et vous, que lirez-vous ?

 


 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 04:14

http://3.bp.blogspot.com/-T9sgUa6cKoI/UFg7s8didNI/AAAAAAAAL0M/yO0DVaWGjTA/s320/Parfums,+Philippe+Claudel.jpg

Parfums, Philippe Claudel, éditions Stock, 2012, 217 pages

Genre : autobiographie

Thèmes : enfance, parfums, souvenirs

L'auteur en quelques mots ...

http://cdn-lejdd.ladmedia.fr/var/lejdd/storage/images/media/images/culture/livres/philippe-claudel/2275906-1-fre-FR/Philippe-Claudel_pics_809.jpg

Encore jamais chroniqué sur ce blog mais lu ( La Petite fille de Monsieur Linh, Les âmes grises, Le Paquet, Le monde sans les enfants), Philippe Claudel est un auteur que j'affectionne.

Né en 1962, agrégé de Lettres modernes, Philippe Claudel est maitre de conférence à l'université de Nancy où il enseigne l'écriture scénaristique. Son parcours professionnel l'a aussi amené à travailler dans le milieu carcéral ou auprès de jeunes handicapés.

En 2008 il réalise son premier film , Il y a longtemps que je t'aime, pour lequel Kristin Scott Thomas obtient le César de la meilleure actrice et lui le César du meilleur film. Dès lors sa filmographie s'allonge . Auteur prolifique il a publié pas moins de 11 romans, 6 nouvelles, des pièces de théâtre .

En 2012 il entre à l'académie Goncourt.

Attaché à sa Lorraine il y réside toujours. On ressent l'attachement à sa terre dans cette dernière publication: Parfums

L'histoire

Philippe Claudel se raconte à travers 63 chapitres, 63 parfums...

Petits morceaux choisis:

Acacia, "Ma mère a battu la pâte. Nous y plongeons les grappes qui s'alourdissent d'une lave blonde. Alors très vite il faut les immoler dans l'huile bouillante afin que leur arôme profond ne meure pas mais s'emprisonne sous la croûte mince (...)Les yeux brillants, négligeant la brûlure sur mes lèvres, je mords dans une grappe craquante pleine de fleurs, de sourires et de vent".

Cannelle, "Vers les premiers froids elle pointe son museau poivré. On sort des grands bocaux de verre ses batônnets qui ressemblent à des parchemins que des flammes auraient roussis et enroulés sur eux-même. On les réduit en poudre dans un mortier. Présent de Roi Mage"

Chambre d'hôtel, "la chambre d'hôtel n'a pas de sexe.Ou bien elle est hermaphrodite. En fait elle est indifférente. Elle s'en fout. Elle se donne à qui la paie. C'est une putain qui ferme les yeux et n'embrasse pas. Elle nous épouse pour quelques heures, nous fait croire que nous sommes les seuls, se revêt de nos effluves pour mieux nous mentir et puis les chasse comme elle nous chasse"

Draps frais, "c'est au soir des dimanches que ma mère revêt les lits de draps propres, draps dans lesquels durant tout le jour elle a emprisonné le vent, et j'aime plus que tout ces draps frais, l'hiver, quand la bise les a battus et raidis, parfois gelés, et qu'ils conservent de cette gifle un je ne sais quoi de neigeux et de glacial (...)"

Enfant qui dort, "Rien ne peut nous dire, de ce que nous sommes ou de ce que nous avons été, que l'odeur de la peau d'un enfant enfoui dans le sommeil et qui repose, bouche à demi ouverte dans son lit, sans crainte ni peur aucune, ni tremblement, car il nous sait là tout contre lui, proches et prêts à éloigner les ténèbres, les dissoudre ou les nier s'il le fallait"

Ombellifères, "je passe mon enfance dans un éblouissement permanent où la nature accompagne chacune de mes métamorphoses en me délivrant un secret"

En vrac et au fil des pages ...

Pour qui n'a jamais lu Philippe Claudel l'oeuvre paraitra un peu convenue, sans intérêt ( je l'ai lu), ou dans la lignée peut-être de la Première gorgée de bière de Delerm.

Pourtant lorsqu'on connait l'auteur, sa plume, son univers, on est heureux de le découvrir un peu plus à travers ces petits morceaux de vie, d'enfance, ses souvenirs. Aussi il me semble qu'il faudra lire Parfums après avoir découvert ses romans , ses nouvelles ou vu ses films.

On y retrouve cependant la variété de tons qui sous-tend son oeuvre. Les âmes grises, sombre et envoutant n'a rien à voir avec La petite fille de Monsieur Linh, touchant et simple. Ici encore les souvenirs affleurent au rythme de sensations retrouvées. Philippe Claudel laisse remonter à la surface les souvenirs et les associe à une saveur, un parfum. On sait combien une senteur peut déclencher un souvenir ( Proust l'a bien montré) sans que l'on maitrise plus rien.

Je regrette finalement qu'ils soient classés dans l'ordre alphabétique car j'aurais aimé savoir quel parfum entrainait quel souvenir et comment tous étaient liés, car il y a bien un fil conducteur : l'enfance. Je dois dire que cette disposition crée d'ailleurs quelques malheureux mélanges, ainsi le chapitre Sexe féminin, positionné (!) entre Sauce tomate et station d'épuration des eaux ! Volonté d'éditeur ?

Cela étant l'exercice révèle là encore la puissance de l'écriture de Claudel qui parvient, en peu de mots, à créer un univers dans lequel le lecteur plonge avec délectation, retrouvant lui-même des sensations oubliées, car certains souvenirs sont universels. Le côté touchant et émouvant est apporté par les souvenirs liés à la famille, au père absent. L'on s'amusera des premiers émois en se disant qu'on n'avait pas pensé à lier cela à une senteur particulière.

Des références littéraires émaillent le récit, Baudelaire, Hugo ... et puis qui est attaché à sa région reconnaitra le besoin de raconter les lieux. 

Un joli livre que l'on peut ouvrir à n'importe quelle page, dans lequel on peut piocher.

bannière1-challenge-2013

 


 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 03:25

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/InconnuaCetteAdresse.jpg

Inconnu à cette adresse, Katherine Kressman Taylor, éditions Le livre de poche, 2009, 127 pages

Genre : court roman épistolaire

Thèmes : montée du nazisme, amitié, antisémitisme

L'auteur en quelques mots ...

http://www.gettysburg.edu/dotAsset/467532.jpg

Katherine Kresmman Taylor n'est pas un homme ! La précision vaut surtout par le fait que lors de la publication de son premier ouvrage, Inconnu à cette adresse, les éditeurs ont estimé qu'il valait mieux supprimer son prénom afin de ne pas souligner le fait que ce texte avait été écrit par une femme !

D'origine allemande, elle est née à Portland en 1903. Après des études de journalisme, elle devient correctrice et rédactrice dans le domaine de la publicité et écrit durant son temps libre. Inconnu à cette adresse sera rédigé en 1938, au début de la seconde guerre mondiale, et prendra pied dans la montée du nazisme dès 1933. Contactée par le FBI, elle rencontrera un jeune allemand prêt à raconter son histoire et la réalité du régime d'Hitler. Ainsi naitra Jour sans retour.

En 1947, Katherine Kressman Taylor devient la première femme professeur titulaire au collège de Gettysburg en Pensylvannie où elle enseigne les sciences humaines. Dès lors elle écrit de nombreuses nouvelles . 

Ce court roman ne paraitra en France qu'en 1999, après une réédition qui en fait un best seller dans le monde entier. Adapté au théâtre et au cinéma, il est utilisé dans les classes.

L'histoire

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0b/Stroop_Report_-_Warsaw_Ghetto_Uprising_06b.jpg/330px-Stroop_Report_-_Warsaw_Ghetto_Uprising_06b.jpg

Martin Schulse est allemand, marié, deux enfants. Il tient avec son ami Max Eisenstein, 50 ans, célibataire d'origine juive, une galerie d'art à San Francisco. L'affaire est prospère mais en 1933 Martin et sa famille partent vivre en Allemagne. S'instaure alors entre les deux hommes une correspondance qui les dévoile et les sépare en même temps.

On apprend que Griselle, la jeune soeur de Max, comédienne, a été la maitresse de Martin. Partie en tournée, elle envisage de retrouver Martin et sa famille en Allemagne. Le temps aidant à panser les blessures, Max voit d'un bon oeil ces retrouvailles et confie sa soeur aux bons soins de son ami. Pourtant les dernières lettres sont alarmantes et alors que Max interroge Martin sur la montée en puissance du nazisme et des actions punitives contre les juifs, ce dernier semble avoir trouvé là-bas une source de satisfaction dans un mouvement qui lui ressemble, "Franchement Max je crois qu'à nombre d'égards, Hitler est bon pour l'Allemagne (...) il possède une force que seul peut avoir un grand orateur doublé d'un fanatique. Mais je m'interroge: est-il complètement sain d'esprit ?"

Max assiste, impuissant, à la métamorphose de son ami mais n'acceptera pas si facilement ce revirement ...

En vrac et au fil des pages ...

http://www.parispelemele.fr/wp-content/uploads/2012/01/inconnu-%C3%A0-cette-adresse.jpg

(adaptation de Michèle Levy bram)

Court roman épistolaire, cette oeuvre de Katherine Kressman Taylor a été publiée avant la seconde guerre mondiale . Ce point me semble important pour la compréhension de l'oeuvre car souligne la montée en puissance du nazisme, vécue de l'intérieur.

Je pense que le fait que cette oeuvre soit si courte lui donne de la puissance. J'affectionne le genre épistolaire pour ce qu'il a de vrai et de spontané. Ici on suit la métamorphose de Martin et , comme Max, on a du mal à croire qu'il entre dans un mouvement qui le séparera à jamais de son ami mais, surtout, l'amènerait à le dénoncer s'ils vivaient tous deux en Allemagne. Néanmoins le lecteur comprend rapidement l'arrivisme de Martin qui reprend un discours répandu à cette époque : l'Allemagne a été affaiblie par la première guerre mondiale. seul un homme déterminé pourra l'aider à se relever. L'honneur des allemands a été bafoué et la folie qu'engendre le discours d'Hitler touche ses compatriotes en plein coeur.

Bien évidemment nous connaissons la suite mais Max, lui, vit cela sans y croire et ne comprend réellement que lorsqu'il apprend que Martin n'aidera pas sa soeur, Griselle, une juive partie en Allemagne pour une tournée de théâtre. Dès lors il n'aura de cesse d'écrire à Martin alors que ce dernier le lui a interdit et que ses lettres risquent de mettre son (ancien) ami en grand danger en Allemagne, la censure sévissant.

C'est une oeuvre puissante qu'il faut avoir lue à mon sens car , au-delà du fait qu'elle ait été écrite au moment des événements, elle porte une histoire chargée : interdite de publication en Allemagne nazie, elle a trouvé cependant un public et a permis par la suite la publication de Jour sans retour qui est aussi une oeuvre basée sur des faits réels.

bannière1-challenge-2013

historique-copie-1.png

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

  • La Horde du contrevent, Alain Damasio
    La Horde du contrevent, Alain Damasio, Editions La Volte, 2004, 521 pages Genre : fantasy Thèmes : vent, amitié, horde, écueils, quête, musique L'auteur en quelques mots ... Alain Damasio, né Alain Raymond, est un écrivain français de science-fiction....
  • Origami party pour le mois japonais
    Bien que le papier soit né en Chine au IIème siècle avant J.-C., on pense que la pratique régulière du pliage de papier est essentiellement d'origine japonaise et remonte au VIème siècle. Les premiers pliages étaient destinés à l'emballage des médicaments...
  • Le Maître des livres, Umiharu Shinohara
    Le Maître des livres, tome 1, Umiharu Shinohara, éditions Komikku, 2014, 188 pages Genre : manga Thèmes : lecture, enfance, bibliothèque, amitié, éveil L'auteur en quelques mots ... Dessinateur et scénariste japonais, Umiharu Shinohara ( 篠原ウミハル ) , est...
  • Éloge de l'ombre, Junichirô Tanizaki
    Eloge de l'ombre, Junichirô Tanizaki, édition POF ( Publication orientaliste de France), 1993, 110 pages traduit du japonais par René Sieffert Genre : essai Thèmes : obscurité, occidentalisme, orientalisme, moeurs, plénitude, influence L'auteur en quelques...
  • Outre-Terre, Jean Paul Kauffmann
    Outre-Terre, Jean Paul Kauffmann, éditions Folio, 2017, 359 pages Genre : récit de voyage, essai Thèmes : Russie, Napoléon, Eylau, Histoire, reconstitution L'auteur en quelques mots ... Journaliste et écrivain français, jean Paul Kauffmann est né en 1944....
  • Le Dimanche des mères, Graham Swift
    Le Dimanche des mères, Graham Swift, éditions Gallimard, collection du monde entier, 2017,142 pages Genre : historique Thèmes : aristocraties, société, Angleterre, domesticité, écrivain L'auteur en quelques mots ... Ecrivain britannique né en 1949, Graham...
  • Les Hauts-Conteurs, tome 1 La voix des rois, Olivier Peru et Patrick McSpare
    Les Hauts-Conteurs, tome 1 : la voix des rois, Olivier Peru,Patrick Mc Spare, éditions Scrinéo, 2010, 305 pages Genre : fantasy jeunesse Thèmes : quête, initiation, oralité, Angleterre, créatures fantastiques Les auteurs en quelques mots ... Olivier Peru,...
  • Le Prédicateur, Camilla Läckberg
    Le Prédicateur, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2013, 500 pages Genre : policier Thèmes : maternité, soumission, enrôlement, meurtre, famille Traduit du suédois par Léna Grumbach et Catherine Marcus L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie...
  • Challenge « Un mois au Japon » - Avril 2017 # 1
    En ce dimanche gourmand, on cuisine japonais à la maison ! Au menu : Soupe miso Mélange Teriyaki Pour la réalisation de la soupe miso : 8 champignons shiitake déshydratés 125 ml (1/2 tasse) d'eau bouillante 250 ml (1 tasse) de tofu mi-ferme, coupé en...
  • Challenge « Un mois au Japon » - Avril 2017
    Lou et Hilde nous ont concocté un nouveau challenge. C'est parti pour le pays du soleil levant ! J'ai raté l'embarquement hier, mais je rejoins les globe-trotteurs pour ce dimanche gourmand. Les thèmes du mois : Samedi 1er avril : Les premiers passagers...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...