Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 05:19

http://3.bp.blogspot.com/-vEi-8AmZ0sY/U0ZAGJ0pBKI/AAAAAAAAJP8/8TQjVmMoxrg/s1600/72+Une_heroine_americaine.jpg

Une héroine américaine, Bénédicte Jourgeaud, éditions Charleston, 2014, 287 pages

Genre : roman contemporain

Thèmes : années 50, Etats-Unis, Tupperware, femmes, émancipation, destins, écriture

 

L'auteur en quelques mots ... 

http://www.votrejournal.net/photo/art/default/930111-1152126.jpg?v=1289461492

Bénédicte Jourgeaud est journaliste et auteur. Elle collabore au magazine Biba, au Journal du textile et au Figaro. Elle a publié notamment La Saga Tupperware (cherche midi), Père et impairs (Flammarion) et Les Coulisses de la mode (La Martinière Jeunesse).Bénédicte Jourgeaud est la lauréate du Prix du Livre Romantique avec son roman Une héroïne américaine : l’histoire de Brownie Wise, celle qui a permis le succès des produits Tupperware. Son inspiration vient de son métier, ses rencontres mais aussi les auteurs qu'elle apprécie :  Jonathan Safran Foer (Extrêmement fort et incroyablement près). Nick Hornby (High Fidelity), Jonathan Coe (Testament à l’anglaise), Hanif Kureishi (Le bouddha de banlieue). Les écrivains anglais de toute façon parce qu’ils ont une écriture rock, drôle, légère… 

L'histoire

http://littleboheme.fr/wp-content/uploads/2011/04/Ap%C3%A9ro-coup-de-boost.jpg

"Elle s'appelait Amelia Earhart. Un hommage de ses parents à l'aviatrice américaine qui avait traversé l'Atlantique à la fin des années 20. La ressemblance s'arrêtait là."

Amelia est une étudiante brillante, passionnée de littérature. "Comme dans toutes les familles , il y avait cepandant une histoire cachée" : le mariage d'une grand-mère maternelle avec un soldat canadien parachuté sur les plages normandes durant la seconde guerre mondiale "pour sauver la France" et mort trop tôt d'un déracinement qui avait joué sur sa santé. Amelia ne sut jamais rien de cela mais, mue par un attrait pour la littéraure américaine, enchainait les lectures à un rythme effréné qui effrayait sa mère. Elizabeth Earhart, traductrice de roman Harlequin, entreprend alors d'éduquer sa fille à l'amour à travers des lectures peu habituelles pour la jeune fille. "A partir de là, Elizabeth Earhart décida de parler avec Amelia par héroines Harlequin interposées". Mais à 28 ans , ses études doctorales terminées, Amelia s'envola pour le Canada et devint l'assistante d'un vieux professeur sur le retour dont les théories mythologiques dépassées allaient toutefois permettre à Amelia de sortir son épingle du jeu ...

A des années de là, en 1936, Brownie espérait un événement qui bouleverserait son quotidien. "Elle rêvait de se marier". L'occasion ne se fit pas attendre et sa persévérance autant que sa stratégie s'avérèrent payantes quelques mois plus tard. "Robert Wise parlait haut avec un fort accent texan". C'est pourtant lui qu'elle choisit. Fils du représentant exclusif de Ford Motor à Dallas, Robert se révéla cependant rapidement un piètre gestionnaire, ne parvenant à suivre l'ambition de Brownie qui se réfugia dans la rédaction de billets pour le journal des lecteurs. Une vie imaginée, bien loin de son quotidien de femme au foyer, mais axé sur la bonne tenue de la maison, les secrets d'une bonne épouse. Lorsque quelques années plus tard Brownie Wise allait devenir l'égérie de Earl Tupper , faire exploser les ventes de son bol merveilleux en plastique et donner à des centaines de femmes l'occasion d'une émancipation financière, elle se souviendrait de cette période au cours de laquelle elle avait posé les premiers jalons d'une brillante carrière...

En vrac et au fil des pages ...

http://www.geekygirl.fr/wp-content/uploads/2012/05/tupperware_party_729-420x0.jpg

Il est difficile de parler de ce roman sans trop en dévoiler. Je peux cependant en donner les grandes lignes et m'attarder sur un destin de femme extraordinaire pour les années 60.

la construction du récit s'articule autour de deux personnages dont les destins se croisent : Amelia Earhart, brillante étudiante dont on suit le parcours universitaire puis les recherches axées sur la mythologie. Bien évidemment , cette particularité étant aussi mon domaine, je me suis intéressées à ses  études, aux articles orientés sur la résurgence des mythes fondateurs dans la civilisation américaine des années 2000. Je dois dire que cela est amené de manière tout à fait plaisante, bien souvent avec humour, et ne lasse pas le lecteur.

L'on se demande alors quel lien peut bien unir Amelia à Brownie Wise dont on suit la destinée trépidante. C'est au détour d'un chapitre que l'on comprend qu'Amelia a écrit sur cette femme dont elle a découvert l'existence grâce à son éditeur. Le lecteur suit la destinée de Brownie avant de recontrer la femme qu'elle est devenue dans les années 2000 : une vieille dame autoritaire qui compte bien faire écrire sa biographie par Amelia.

Pour autant la vie de Brownie est passionnante et cela donne envie d'en savoir plus sur l'entreprise dont elle a été le moteur :tupperware. Qui n'a pas dans ses placards un de ces ustensiles en plastique tellement solide que l'on se les transmet parfois de génération en génération ? Saviez-vous qu'une femme de poigne était à l'origine des ventes extraordinaires que l'entreprise a connu dans les années 60 ?. Instigatrice des ventes à domicile, Brownie Wise est aussi celle qui a eu la première l'idée de meeting, de gratification pour les vendeuses mais, surtout, de l'émancipation de centaines de femmes qui ont vendu ces produits à travers le pays et ont quitté le giron familial, ont gagné une indépendance financière par rapport à leurs époux.

C'est pourtant une histoire dramatique dont je ne dirai pas plus qui a fait perdre sa place à Brownie Wise, jamais remerciée par son employeur pour l'ampleur qu'elle avait donné à son nom.

Quelques longueurs peut-être lorsque l'on plonge dans la vie d'Amelia aux côtés d'un homme plus âgé qu'elle mais qui allait lui ouvrir des portes. Une histoire parallèle émouvante cependant car touche aux liens affectifs, à la démence sénile difficile à accepter lorsqu'on est un professeur, un écrivain.

J'ai apprécié la plume légère et teinté d'humour de Bénédicte Jourgeaud dont je ne connaissais pas le travail et qui mêle ici investigation journalistique et roman. Le roman prend des allures de récit à suspens lorsque l'on comprend qu'une machination est en cours afin de destituer Brownie Wise. Le tout est bien amené.

 

photo.jpg

http://2.bp.blogspot.com/-wqfuskUXXXA/Uq4Zab17O2I/AAAAAAAAHzA/Gf60ypE7Pk8/s400/plume2014_2.jpg


Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Touloulou 30/05/2014 15:26

Il a l'air génial, ce livre, je pense qu'il me plairait, hop dans la wishlist !
J'ai des tupperware l'image d'ustensiles solides mais ringards... Je ne savais pas que des femmes avaient pu s'émanciper grâce à cette marque !

unchocolatdansmonroman 30/05/2014 18:13



oh je pense qu'il te plairait en effet et je le vois bien adapté en série ;)



Tigrouloup 26/05/2014 15:20

Il a l'air bien sympa ce livre. Tu donnes envie d'en savoir plus.
Vilaine tentatrice!!!!!
Bonne soirée ma Choco!
Biz

unchocolatdansmonroman 26/05/2014 15:38



je te le prêterai si tu en as envie



jerome 26/05/2014 13:29

Je te taquine bien sûr (je suis très taquin tu sais). Et puis j'ai une image de gros dur à préserver, je ne peux pas affirmer que tu me tentes avec un livre où il est question de Tupperware ;)

unchocolatdansmonroman 26/05/2014 14:01



bah, je suis sûre que tu en as plein les placards ! faudrait pas qu'il arrive chez toi en aveugle celui là ! Non en fait je pensais à un autre mais je ne sais pas si tu l'as lu : J'ai rêvé de
courir longtemps. Tu connais ? magnifique ! et rien à voir avec celui ci



jerome 26/05/2014 12:45

Comment dire... le Prix du Livre romantique et des Tupperware, c'est exactement ce qu'il faut pour me faire fuir ;)

unchocolatdansmonroman 26/05/2014 13:26



oh et bien, comment dire .. c'est quand même vachement réducteur ce que tu dis là car moi-même je ne vois pas le raport avec un livre romantique. Je pensais l'avoir fait sentir dans ma critique,
il n'y a rien de romantique là dedans. Pour la suite et bien oui, chacun son truc, mais je dois avouer que j'ai apprécié la présentation de cette histoire, les petits secrets, l'histoire cachée
de ce géant qu'est devenu Tupperware. C'est une fiction bien entendu mais qui colle a une époque ( années 60, émancipation de la femme). Enfin ce n'est peut-être pas le livre du siècle mais c'est
original et bien amené.



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Pumpkin Autumn Challenge 
    Nouveau blog, nouveau challenge ! Chez Guimause, que je viens de découvrir, on organise un challenge d'automne selon trois formules (merci à PatiVore qui a relayé ce challenge) : Le Pumpkin Autumn Challenge débutera le 1er septembre et s’étendra jusqu’au...
  • Le Miroir et autres nouvelles fantastiques, Edith Wharton
    Le Miroir et autres nouvelles fantastiques, Edith Wharton, éditions Folio, 2011, 84 pages Genre : nouvelles Thèmes : spiritisme, fantôme, au-delà L'auteur en quelques mots ... De son véritable nom Edith Newbold Jones, Edith Wharton est née en 1862 et...
  • Qui es-tu Alaska ? John Green
    Qui es-tu Alaska ? John Green, éditions Gallimard jeunesse, pôle fiction, 2011, 402 pages Traduit par Catherine Gibert Genre : drame, jeunesse Thèmes : amitié, solitude, adolescence, littérature, souvenirs, résilience L'auteur en quelques mots ... Né...
  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...