Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 05:32

http://cours.funoc.be/essentiel/article/175_img/uly.jpg

Ulysse from Bagdad, Eric Emmanuel Schmitt, éditions Albin Michel, 2012, 278 pages

Genre : roman

Thèmes : émigration, guerre, liberté, clandestin

 

Je ne présente plus l'auteur pour lequel j'ai organisé un challenge !

schmitt ee

 

L'histoire : " Je m'appelle Saad Saad ce qui signifie en arabe Espoir Espoir et en anglais Triste Triste.».

Saad vit à Bagdad, sous le régime de Saddam Hussein avec sa famille : ses parents et ses deux soeurs. Avec humour il raconte son enfance, son adolescence dans un pays opprimé dans lequel le peuple est maintenu dans une sorte de paranoia par le régime dictatorial en place. Amoureux de Leila, il en oublie presque le contexte difficile dans lequel éclot leur amour.  Elle rêve d'Angleterre, pays libre qui lui offrirait une vraie vie. C'est pourquoi lorsque l'immeuble de Leila est terrassé par un obus, Saad part en quête de lui-même. Plongé dans une profonde tristesse, il prend conscience du mal qui l'entoure et jette un regard amer sur son pays. Un pays "sauvé" par les américains qui ont permis la chute du dictateur Saddam Hussein ,mais en perte de sens. Un pays qui lui enlèvera son père, tué par des soldats américains apeurés face à "L'Arabe" , le martyr qui effraie, l'insoumis.

Ecoutant sa mère, Saad veut fuir Bagdad. En hommage à sa bien aimée défunte, il choisit Londres pour destination. Mais comment ? Les propos de son père, mal interprétés, le conduiront vers la branche extrémiste, le terrorisme, qui le révèlera à lui- même en lui montrant combien il est résistant à la souffrance, à la peur. Mais bien vite Saad abandonnera cette voie pour se diriger vers la filière clandestine, celle qui permet de franchir les frontières, de gagner sa liberté. A quel prix ? Trafic, racisme, pauvreté sont le lot quotidien de ces hommes qui aspirent à être libres.

Sur sa route il croisera Habib et Hakim, que son père qualifie de Lotophages et avec lesquels il goutera à l'opium pour vite en comprendre les méfaits. Mais c'est son amitié avec Boub (Boubacar) qui soulignera l'absurdité de l'administration et lui révèlera les réseaux clandestins dans lesquels chacun gagne sa vie comme il peut. Face au Docteur Circé, chargée de recueillir des informations afin de monter un dossier pour Saad et demander l'asile politique, il comprend les rouages infernaux qui asservissent les hommes et les maintiennent dans l'entre-deux, sans statut, sans papiers, sans identité.

A force de courage, de tenacité, Saad parviendra, guidé par l'espoir, au but ultime.

En vrac et au fil des pages : il est rare qu'un point négatif me dérange un peu dans un roman D'Eric Emmanuel Schmitt. Je commence donc pas cela, évacuant ce petit point noir ! J'ai trouvé que la vie de Saad filait à toute allure et ai regretté que certains points de sa vie à Bagdad notamment, ne soient pas plus approfondis. Il m'a semblé que les conditions des clandestins étaient un peu survolées, j'aurais aimé plus de détails sur ce point afin de comprendre leurs souffrances.

Cela étant, le roman reste plaisant, ne serait-ce que par ce petit plus qui fait tout son charme : les dialogues entre Saad et son père défunt, trucculents ! Cette pointe d'humour rend le roman très agréable et fait sourire parfois, malgré la dureté du sujet abordé. Le régime de Saddam Hussein lui, est parfaitement décrit. J'ai particulièrement apprécié de découvrir comment les bagdadis étaient maintenus dans une peur ou même une paranoia constante. Mais aussi comment les soldats américains, eux aussi marqués par la crainte, pouvaient réagir.

Le roman est présenté comme un conte moderne, c'est sans doute pour cela que l'histoire de Saad prend des allures surnaturelles par moments et que quelques clins d'oeil à la mythologie grecque parsèment le récit. Les lotophages soumis à l'emprise de l'opium, le docteur Circé mais aussi un cyclope, rappellent bien évidemment le périple d'Ulysse. Ici c'est l'espoir qui guide Saad et ces références ajoutent au caractère symbolique de la quête qui n'est pas seulement la sienne mais celle de tout homme désireux de gagner sa liberté.

Le roman a le mérite de nous alerter sur une situation que l'on a cru bien vite résolue. Faire tomber Saddam Hussein n'a pas résolu les problèmes de bagdadis mais les a plongé dans une autre situation où l'inconnu laisse la place à une autre forme d'oppression. J'ai été particulièrement émue par le face à face entre Saad et le docteur Circé, chargée de monter son dossier pour un asile politique, au cours duquel Saad découvre peu à peu que sa demande n'aboutira sans doute pas, l'Irak étant considéré comme "libéré" de l'opresseur. Un décalage entre le vécu des irakiens et la vision un peu simpliste des occidentaux...

C'est donc aussi un roman sur l"identité, la perception de soi, que nous livre Eric Emmanuel Schmitt. Un récit symbolique en somme, dans lequel on pourra trouver divers thèmes et qui plait pour diverses raisons, selon qu'on le lit comme un récit intiatique ou un témoignage.

Lu pour la Lecture commune organisé dans le cadre du challenge.

Rendez-vous ICI pour connaitre l'avis des participants

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Piplo 02/08/2012 12:26

Jolie critique! J'ai beaucoup aimé cette LC! Par contre, je n'ai pas eu la même impression que toi. C'est vrai que la vie de Saad file, et j'ai justement trouvé ça très réaliste. On ne s'appesantit
pas plus sur un choix que sur un autre, sa tentative d'engagement extrémiste comme son amitié avec Boub ou sa vie en Italie. Les pages de sa vie tournent vite parce que le temps passe vite, et même
si les conditions sont dures et le contexte parfois très douloureux, le temps n'en continue pas moins de filer... En plus il s'agit de la quête d'un homme qui avance sans trop savoir pourquoi et
qui laisse lui même de coté des pans de sa vie qu'il aurait pu davantage cultiver, mais non il poursuit sa route et du coup nous avec!

unchocolatdansmonroman 02/08/2012 14:42



C'est vrai, mais comme le début proposait une description assez étoffée de sa vie à Bagdad j'attendais un peu la même chose pour la suite ;) En tous cas ce fut une belle lecture



Marion 01/08/2012 21:30

J'avais aimé ce roman, mais sans plus... Comme toi, j'ai trouvé qu'EES est allé un peu trop vite sur certain points!

unchocolatdansmonroman 02/08/2012 09:28



Et oui c'est dommage mais cela reste une lecture plaisante ;)



Natiora 31/07/2012 16:23

Je me suis encore une fois plongée corps et âme dans ce roman. J'ai adoré le parti pris de raconter un récit cruel sous forme de conte. Merci d'avoir organisé cette LC, et plus globalement ce
challenge, parce que je me régale, vraiment.

unchocolatdansmonroman 02/08/2012 09:28



Je suis contente que tu apprécies aussi Eric Emmanuel Schmitt ! Il est vrai que même si on reconnait le style, les histoires elles sont variées. J'apprécie particulièrement la réflexion que ses
oeuvres suscitent. C'était encore le cas ici ;)



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...