Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 01:33

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782264041456.jpg

Trois fermiers s'en vont au bal, Richard Powers, collection 10/18 étranger, 2004, 514 pages

Genre : roman

thèmes : photographie, première guerre mondiale, régimes politiques, destins croisés, Amérique,industrialisation, années 80

L'auteur en quelques mots ...

http://referentiel.nouvelobs.com/file/6315213-comment-on-devient-ecrivain-le-cas-richard-powers.jpg

Né à Evanston, dans l'Illinois, en 1957, Richard Powers a publié son premier roman en France en 2004, Trois fermiers s'en vont au bal.Il est l'auteur d'une dizaine de livres dont les récents Gains ou le dilemne du prisonnier, mais aussi Le temps où nous chantions. Passionné par les science, il explore ce thème dans The Gold Bug Variations ou Galatea 2.2

L'histoire

http://greensleevestoaground.files.wordpress.com/2013/01/young_farmers_1914.jpg?w=500&h=704

Le narrateur, journaliste de passage à Detroit, profite de quelques instants d'attente pour visiter le Detroit institut of Arts. Intrigué par une photographie de August Sanders, Trois fermiers sur la route du bal, éditée en 1914, il finit par être totalement happée par l'image et cherche à comprendre ce qu'il est advenu des hommes représentés sur la photographie. "Comme il arrive parfois lorsque l'on tue le temps, j'allais découvrir au cours de ma brève halte à Détroit quelque chose qui allait tuer, non pas six heures, mais un an et même plus...", "A elle seule, la date indiquait qu'ils ne se rendaient pas au bal auquel ils s'attendaient"

"Trois  hommes marchent sur une route boueuse par une fin d'après midi; deux d'entre eux sont jeunes à l'évidence, le dernier est sans âge". Ils chantent en allemand, parlent politique, lorsqu'ils croisent un homme à bicyclette affublé d'un attirail bien étrange. "Ceci mon ami, c'est mon appareil pour portraits en extérieur". Perplexe devant ce qui apparait comme de la magie à une époque où tout se fait en studio, les trois garçons se laissent pourtant tirer le portrait. "Trois hommes, dont l'un seulement est originaire de la région, sont photographiés comme s'ils se rendaient à ce qui serait pas tout à fait une fête. L'un d'eux reste un peu en arrière, il tient sa canne avec désinvolture (...) ses yeux sombres portent une souffrance accumulée pendant plusieurs décennies".

Retour au présent : Peter Mays, journaliste lui aussi, suit par la fenêtre de son bureau le défilé du 14 juillet, lorsqu'il aperçoit, filant à contresens, une jeune femme rousse qui va l'obséder au point qu'il va la suivre. Elle le mènera vers une photographie sur laquelle on aperçoit Henry Ford et un garçon qui ressemble étrangement à Peter Mays ...

Quel lien unit nos trois protagonistes ? Pourquoi retrouve-t-on toujours la figure d'Henry Ford dans ces trois destins, à des années d'intervalle ?

En vrac et au fil des pages

Cette fresque a ceci d'original qu'elle part d'un parti pris de l'auteur : faire se croiser les destins de plusieurs personnages à partir d'une photographie. Chaque chapitre donne donc la parole à un narrateur différent, modifiant le point de vue, l'époque, le regard sur la vie. La grande Histoire défile sous nos yeux, parcourant tout le XX°S.

Pourtant des similitudes apparaissent et les personnages de Powers se font témoins de leur temps. Le lecteur comprend toute la force du portrait réalisé sur le bord de la route par August Sanders, portraitiste qui a résolu de présenter l'Homme du XX°S afin de garder une trace de l'instant. Nous savons bien ce qui attend ces trois jeunes hommes, car avons le recul qu'eux n'ont pas. C'est là sans doute l'intérêt du récit qui tourne aussi autour de nos connaissances.

La Grande guerre a broyé les destins européens.L'industrialisation, l'automatisation, ont fait de l'Amérique un géant. Mais qu'en est-il des individus ? Powers les replace au coeur de l'oeuvre, du temps. Je dirais que c'est un roman sur la mémoire.

J'ai pourtant eu du mal à entrer dans le récit, par la multitude d'informations qui nous sont livrées dès le départ, la vie de Sanders, les reflexions politiques. Il y a de quoi se perdre dans cette fresque. Jusqu'à ce que le dernier chapitre rassemble les pièces du puzzle...

Je recommanderais ce roman pour la plume, l'agencement et l'idée de départ, originale.

bannière1-challenge-2013

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

stefiebo 18/11/2013 09:06

Il me tente bien celui-là... Qui plus est parce qu'il va être d'actualité même s'il se passe ailleurs... D'ailleurs, pour le centenaire de la guerre 14/18, je me demande si je ne vais pas faire un
petit Challenge...

unchocolatdansmonroman 21/11/2013 02:22



pas évident à lire car les histoires s'entremêlent mais l'idée de départ est sympathique. Oh un petit challenge 14/18 ! pas mal



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...