Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 07:06

http://www.gallmeister.fr/images/medias/0305%20Cover%20SUKKWAN.jpg

Sukkwan Island, David Vann, éditions Gallmeister, 2010, 200 pages

Genre : roman, drame

Thèmes : séparation, solitude, relations père-fils, Alaska, désespoir

 

L'auteur en quelques mots ....

http://www.babelio.com/users/AVT_David-Vann_1446.jpeg

Né en Alaska en 1966, David Vann est un passionné des océans et de la navigation. il publie d'ailleurs dans des magazines comme The Atlantic Monthly ou Esquire. Auteur de plusieurs écrits, il vit en Californie où il anime des ateliers d'écriture et enseigne à l'université de San Francisco. Attiré par l'Alaska qu'il perçoit comme une terre mythique, il y place l'intrigue de son roman, Sukkwan Island.

Sukkwan island, sans être un roman autobiographique, lui a été inspiré par un drame familial survenu alors qu'il était âgé de 13 ans : le suicide de son père. David Vann explique que les liens entre sa vie personnelle et son roman ne vont pas plus loin tout en reconnaissant avoir insinué dans la deuxième partie de son oeuvre ce qu'il a lui-même ressenti à la mort de son père.

L'auteur parle de son écriture comme un exercice au plus près de l'inconscient, fait de découvertes surprenantes pour lui-même et, à fortiori, pour le lecteur !

L'histoire

Après une série d'échecs personnels, Jim décide de partir avec son fils de 13 ans afin de renouer les liens entre un père totalement perdu et son fils qui ne le connait que très peu. Une année sur une île sauvage, au coeur de l'Alaska, devrait leur permettre de se retrouver. " L'espace d'un instant, Roy eut la sensation de débarquer sur une terre féérique, un endroit irréel".Pourtant, sur cette terre à la fois fascinante et hostile , tous deux vont apprendre que la volonté ne suffit pas. Passée l'euphorie des premiers jours , ils se heurtent à des difficultés bien réelles. Abrités dans une cabane sans eau ni électricité, exposés aux dangers de toutes sortes ( climat, férocité des animaux), père et fils vont se découvrir à travers l'effort, la survie. Mais construire un abri pour la nourriture à la suite de l'attaque d'un ours, faire face à une tempête ne sont pourtant que les à côté de l'épreuve que subit Roy. Chaque nuit, en effet, Jim se laisse aller à pleurer, sous le regard inquiet de son fils. Jim est en proie à un désarroi dont Roy est témoin , lui qui a besoin d'un père sur qui il puisse compter. Peu à peu les défaillances de ce père vont devenir le seul horizon du jeune garçon qui deviendra son soutien, son espoir, le confident qu'il n'aurait pas dû être.

" Quelque part il y a eu un mélange de culpabilité, de divorce, d'argent, d'impôts et tout est parti en vrille.

Tu crois que tout est parti en vrille quand tu t'es marié avec maman ?

Son père le dévisagea d'un oeil qui prouva à Roy qu'il était allé trop loin.

Non c'est parti en vrille un peu avant je crois. Mais difficile de dire quand."

Pourtant les moments de complicité auraient dû porter ce duo: pêcher, fumer leur nourriture pour la conserver, découvrir la nature, s'apprivoiser ...  Jusqu'au moment où leur seul lien avec le monde, une radio maintes fois rafistolée, va leur apporter la nouvelle qui va tout faire basculer.

En vrac et au fil des pages...

Le roman est construit en deux parties. Je ne vous livre que la première puisqu'un basculement des plus surprenants nous fait entrer dans une seconde partie tout à fait sidérante. Je ne dévoilerai donc pas l'élément perturbateur mais plutôt l'ambiance créée par l'auteur.

La force du roman vient de l'écriture et de cette capacité de l'auteur à nous faire entrer dans le décor. Sous nos yeux un paysage extraordinaire, immense, sauvage, vivifiant et en même temps un isolement que l'on ressent dès les premières pages. La mise en scène joue sur tous les moyens d'enfermement : la radio qui ne fonctionne pas, l'avion de ravitaillement que l'on attend mais qui ne vient pas, la cabane qui de refuge devient un cercueil. Les deux personnages présentent un décalage qui laisse présager le pire. En effet, alors que le père devrait être un modèle et un soutien pour son fils, c'est ce dernier qui joue à plusieurs reprises le rôle de protecteur. L'épisode marquant de la première partie du roman dévoile au lecteur les failles de Jim : alors que père et fils cheminent dans le froid, Jim saute d'une falaise. Roy pressent immédiatement qu'il ne s'agit pas d'un accident mais que son père a bel et bien sauté. S'ensuit une longue description, haletante, au cours de laquelle il ramène son père dans leur cabane et attend, souhaitant par moment que ce père défaillant meure, qu'il soit enfin libéré de ce poids et puisse rentrer. En perte de repère Jim voudrait effacer le passé, retrouver son fils. Mais l'angoisse, la dépression le rattrapent. A chaque page l'on se dit que tout va bien se passer, qu'un changement va se produire et que cet épisode sera finalement une belle aventure humaine.

Pourtant c'est dans les tréfonds de l'âme humaine que nous conduit la seconde partie. L'on comprend alors à quel point la vie est fragile, combien les mots et les actes comptent, que l'on ait 13 ans ou 40 ans. Je dois dire que le personnage de Jim est extrêmement agaçant, mou. sans doute parce que l'on s'attahce davantage à Roy et que l'on comprend le désarroi qui l'envahit peu à peu.

Je pense que ce roman ne peut laisser indifférent. En revanche je ne suis pas certaine qu'il plaise à tout le monde, tant la violence sourde qui le sous-tend nous renvoie à notre propre fragilité. La première partie se lit avec un certain plaisir cependant, entre aventure dans le Grand Nord et drame familial. La seconde en revanche est plus troublante...un seul mot : Waouh ! C'est un choc, sans aucun doute.

L'on peut peut-être mieux comprendre ce qui a amené l'auteur à ce roman en lisant cette interview, pour moi très parlante, découverte sur le blog In Cold Blog.

Un peu comme un Pollock, ce roman dérange mais captive ...

L'avis des copinautes :

June parle du roman

La chronique de Felina


Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Véro1001 09/03/2013 17:53

Dans ma LAL... sont tour finira bien par venir !

unchocolatdansmonroman 10/03/2013 03:56



allez hop, c'est son tour là :)



jerome 06/03/2013 13:39

Toujours pas lu et pourtant je crois que ce titre est fait pour moi !

unchocolatdansmonroman 06/03/2013 16:21



je pense en effet que voilà un récit qui pourrait te plaire ;) hop, in the Pal ! hihi !



Touloulou 04/03/2013 22:25

Non, pas pu écrire de chronique dessus... Ca me fait souvent ça avec les livres qui m'ont vraiment marquée ! Je ne désespère pas de le faire un jour, mais j'ai lu ce livre il y a un an alors...

unchocolatdansmonroman 05/03/2013 05:48



en tous cas c'est un roman à faire connaitre car les avis sont partagés ;)



Touloulou 04/03/2013 07:39

Je ne voulais pas lire ce roman à la base, j'avais peur qu'il soit trop noir. C'est finalement une rencontre avec l'auteur au festival des étonnants voyageurs qui m'a décidée. J'ai beaucoup aimé,
quelle claque ce roman !
J'ai aussi aimé le côté absurde qui frôle avec l'humour malgré la tragédie.

unchocolatdansmonroman 04/03/2013 08:04



Je suis contente qu'il t'ait plu aussi car il est difficile de parler de ce roman sans trop en dévoiler. Difficile aussi de dire que l'on a apprécié une histoire aussi noire. Pourtant, comme toi,
j'ai totalement adhéré  ! Tu en as fait une chronique ? Je ne l'ai pas vue ;)



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...