Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 12:19

 

20130601_171907.jpg

 

Seuls le ciel et la terre, Brian Leung, éditions Albin Michel, 2013, 370 pages

Traduction: Hélène Fournier

Genre : roman

Thèmes : émigration, mine, ségrégation, révolte, amour,Wyoming

 

L'auteur en quelques mots

http://louisville.edu/artsandsciences/news-events/e-portal/images/Brian-Leung.jpg/image_preview

Né en Californie d'un père chinois et d'une mère américaine, Brian Leung a grandi à San Diego. il est l'auteur des hommes perdus ( que j'espère découvrir bientôt ;) ) et d'un recueil de nouvelles qui lui a valu plusieurs prix : Wold Famous Love Acts. Il enseigne la littérature à l'université de louisville dans le Kentucky.

 

Merci aux éditions Albin Michel de m'avoir fait découvrir ce roman intense.

L'histoire

1927. En route pour le Wyoming qu'elle n'a pas revu depuis sa fuite, voilà quarante ans, Addie revient sur sa jeunesse et les raisons de son départ. Si elle entreprend le voyage aujourd'hui c'est pour revoir son vieil ami chinois mais aussi pour découvrir la vérité sur l'homme qui lui a tiré dessus quarante ans plus tôt, alors qu'elle avait entrepris de sauver un jeune chinois au moment des émeutes.En 1884, lorsque son frère Tommy lui demande de le rejoindre dans le Wyoming où il a acquis une concession, Addie n'hésite pas. Elle aussi veut participer à cette aventure : une terre neuve et prometteuse comme la présente l'Union Pacific . Pourtant lorsqu'elle arrive dans l'Eldorado, Addie découvre une terre qui ne se livre pas facilement et un toit de tôle en guise de maison. Aride et meurtrier, alimenté par les mines dans lesquelles blancs et asiatiques oeuvrent chaque jour pour un salaire dérisoire, le Wyoming est un espace qui nourrit les rêves mais tue les hommes. Addie, à 16 ans, est une jeune femme forte. Huit ans auparavant elle permettait à son frère de s'enfuir de la maison familiale où leur père alcoolique faisait subir aux siens les pires peines. A la mort de ce dernier Addie s'est résolue à rejoindre son frère afin de partager son rêve. Chaque jour, elle apprend alors à mener sa barque, observant les moeurs et livrant des repas aux mineurs en compagnie de Wing lee, jeune chinois émigré qui cuisine à Dire Draw. Addie se souvient qu'à son arrivée, naive et insouciante, elle ne comprenait pas ce qu'on lui racontait. Pour elle les coolies étaient des animaux ( ce que ne démentaient pas certaines personnes) dont elle ne devait pas s'approcher. Pourtant Wing Lee fera chavirer son coeur et, malgré un mariage de raison avec Muuk , c'est à lui qu'elle donnera tout ce qu'elle est. Dans ce milieu hostile, Addie gagnera le respect des hommes par une action héroique qui la fera reconnaitre de tous. Mais elle ne peut rien contre les circonstances. Les hommes ont été poussés à bout par cette main d'oeuvre venue de Chine qui accepte des salaires moindres et peine à la tâche. Chaque jour , les chinois subissent l'intolérance et l'humiliation mais se raccrochent à un rêve de fortune qui leur permettrait de rentrer chez eux. Tous sont , sans le réaliser vraiment, liés par ce rêve,  jusqu'à la révolte de 1885 qui verra le soulèvement des mineurs blancs ...

En vrac et au fil des pages

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/20/Massacre_of_the_Chinese_at_Rock_Springs_b.jpg

C'est un roman sincère et intense que nous livre Brian Leung. Sur fond historique d'American dream, l'auteur propose le récit à la première personne d'une femme courageuse, Adèle Maine. On la retrouve ainsi à trois moments clés de sa vie : le roman s'ouvre sur le retour en terre hostile en 1927, puis repart en 1885 au moment des émeutes alors qu'Addie s'inquiète pour le sort de son ami et amant Wing Lee et enfin à l'époque où elle a rejoint son frère sur cette terre.

Dire draw est une ville qui a vu arriver en masse des hommes de toutes nationalités ( irlandais, chinois ...) en quête d'un rêve de fortune dans les chemins de fer ou les mines. L'Union Pacific dresse alors le portrait d'une terre prometteuse, vierge, où tout est possible. Pourtant la réalité est tout autre et le courage de ces hommes ne cesse de surprendre tant le travail proposé est dangereux et harrassant.

Au coeur de cet univers masculin, Addie ne démérite pas. Habituée à travailler, à lutter, elle s'impose rapidement et noue des liens forts avec la communauté chinoise, au grand dam de Muuk, un norvégien austère qui deviendra son mari dans des circonstances dont je ne peux parler de peur de trop en dire !

Le racisme est aussi un des thèmes forts de ce roman et l'on retrouve les notions d'esclavage, les termes dépréciatifs ( coolies) et les habitudes qui rabaissent l'homme au rang d'animal. Le propos est bien amené par la naiveté de l'héroine qui, n'ayant jamais rencontré de chinois, ne comprend pas de quoi on lui parle. Les propos sont certes choquants mais reflètent une réalité qui prendra une forme concrète dans la révolte sanglante de 1885.

Et puis, au milieu de ce tumulte, de ce monde aride, une bulle de poésie avec Wing Lee et sa vision des choses empreinte de sérénité. Avec peu de moyens cet homme va ouvrir les yeux d'Addie, lui offrir plus que ce qu'il a et l'entrainer dans ses coutumes, son univers. Cette confrontation est une merveilleuse aventure pour un roman qui parle aussi d'amour, dans tous les sens du terme : amour filial avec le portrait dressé au fil des pages de cette mère absente, amour fraternel avec l'attachement à Tommy, le respect que cette relation entre frère et soeur installe, puis amour charnel et spirituel avec le rapprochement de deux nationalités si différentes, Addie et Wing lee.

Le style est fluide et aide à se plonger dans le quotidien, l'époque, le lieu. Addie parle et c'est sa voix que l'on entend, non celle de l'auteur. Par moment même une sorte d'accent transparait. C'est une réussite.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jackie Brown 23/06/2013 04:54

Il m'a l'air intéressant ce livre. Je note. J'ai lu Lost Men il y a quelques années et il me semble que je l'avais trouvé pas mal.

unchocolatdansmonroman 23/06/2013 15:47



Je ne connais pas d'autres titres de cet auteur mais sa plume m'a plue et j'ai hâte d'en découvrir davantage. En attendant c'est une lecture que je recommande



hélène fournier 03/06/2013 18:31

Merci
fournier hélène
Un immense merci pour le magnifique article sur le roman de Brian Leung que j'ai eu la chance de traduire.
Je suis infiniment touchée que vous ayez à ce point aimé...
Hélène

unchocolatdansmonroman 03/06/2013 18:39



Merci à vous pour ce commentaire qui me rappelle que l'on oublie souvent les personnes qui mettent les oeuvres étrangères à notre portée. Pour la peine je revois mes articles en spécifiant votre
nom et ceux de vos collègues traducteurs, ce n'est que justice. C'est un roman vraiment touchant que vous nous livrez là. J'ai été touchée par la justesse des images véhiculées, le mélange
d'aridité et de poésie et le fait que les éléments nous soient dévoilés au fur et à mesure. le lectuer assemble ainsi les éléments et reconstitue la vie d'Addie. Merci de votre passage.



jerome 02/06/2013 08:58

C'est pas bien de présenter un roman pareil. Comment veux tu après un tel billet que je ne le note pas au plus vite.

unchocolatdansmonroman 02/06/2013 11:10



je pense que celui-ci pourrait te plaire en effet même si le début est un peu particulier. rapidement on découvre cette terre incroyable, cela m'a rappelé de nombreux films, on s'y croirait.Puis
on y croit jusqu'au bout ... bref ! Je te l'envoie ?



nanet 01/06/2013 17:05

Malgré ce bel article, je ne parviens pas à me sentir attirée par ce livre. Seul les deux dernières phrases susciteraient une certaine curiosité... j'aime les écritures chantantes !
Biz

unchocolatdansmonroman 02/06/2013 11:11



arf, c'est dommage, il vaut le détour et je crois que je vais me commander le premier roman de cet auteur car je trouve qu'il sait faire vivre ses personnages :) on va se consoler avec Murakami
hein nanet ? ;)



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...