Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 16:18

http://ecx.images-amazon.com/images/I/5138D276WFL._SS400_.jpg

 

J'ai rêvé de courir longtemps, Ron Mac Larty, editions Albin Michel, 2005,397 pages

Thèmes : vie quotidienne, deuil,USA,estime de soi

Genre : roman

 

 

L'histoire :A 43 ans Smithy Ide est un fumeur compulsif, un alcoolique et souffre d'obésité . Son monde vacille à la suite d'un accident de voiture dans lequel ses parents trouvent la mort. "Parfois, il advient de ces choses qui font qu'on n'a même plus la force de se tenir debout. ça vous prend aux genous. Aux jambes. Au coeur. J'ai mis ma figure contre la sienne et j'ai attendu de pouvoir me relever.". D'un souvenir à l'autre Smithy convoque sa soeur Bethany, disparue quelques années plus tôt, sa voisine Norma, fidèle compagne et dresse le portrait des habitants de sa bourgade américaine. C'est alors que,relevant le courrier de ses parents, il tombe sur une lettre l'informant que sa soeur repose à Los Angeles en attendant les instructions d'un parent proche. Sans savoir réellement ce qu'il fait,Smithy entreprend brusquement une promenade sur son vieux raleigh,le vélo de son enfance. "(...) plus je pédalais et suais , moins je souffrais. Je n'avais aucune envie de m'arrêter en arrivant à East Providence ...". Commence alors une longue route, rythmée par le récit d'anecdotes, de rencontres et les coups de fil passés à Norma, route qui le mènera en Californie où se trouve le corps de sa soeur.Une longue traversée aux accents de quête initiatique ,au cours de laquelle Smithy va se découvrir et renaitre. Des rencontres qui rythmeront sa route il ne va garder que le meilleur, la générosité, le don de soi, ce qui va le révéler à lui même et aux autres.

 

En vrac et au fil des pages : évidemment dit comme cela, le roman de Ron Mac Larty peut ressembler à une épopée américaine dans laquelle un looser, parti de rien, se découvre et grandit. C'est sans compter sur l'écriture de cet auteur, acteur de séries TV , que l'on présente souvent comme le protégé de Stephen King. Pourquoi ne pas le présenter comme l'auteur remarquable de J'ai rêvé de courir longtemps tant il semble avoir mis de lui dans son roman ? Aussitôt on pense à Forrest Gump, Bagdad Café ou encore Darjeeling limited pour le côté profondément humain, spirituel et qui ne laisse pas indifférent. Peu importe le but final, ce qui compte c'est la route, ce qu'elle permet de réflexion, d'abandon de soi.

 

J'avoue avoir apprécié le style simple, l'ancrage dans la réalité d'un roman populaire finalement. J'ai aimé le contrepied volontairement pris par Ron McLarty avec son personnage attachant tout autant que dérangeant. Pas de misérabilisme malgré les malheurs successifs qui l'accablent et font écho à un passé lui-même douloureux (guerre du Vietnâm, enfance aux côtés d' une soeur déséquilibrée). Je pense que l'on aime ce roman pour sa simplicité et non uniquement pour la leçon de vie qu'il nous donne.

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Dom 05/01/2012 10:07

Oui, je m'en souvenais en effet, et pour moi aussi, c'est un si beau souvenir !

Dom 04/01/2012 21:57

J'ai beaucoup aimé ce roman parce que, comme tu l'écris, il montre que peu importe le but, l'important, c'est le chemin... et surtout les belles rencontres qu'on y fait ! C'est un livre plein
d'optimisme et de foi en la vie, malgré l'univers qu'il dépeint (à merveille, d'ailleurs). On a l'impression de suivre le héros à vélo, mais c'est plus reposant pour nous !!!

unchocolatdansmonroman 05/01/2012 07:58



J'ai d'ailleurs oublié de préciser que c'est toi qui me l'a laissé , après ton premier séjour sur l'ile. un joli souvenir donc...



Sharkie343 03/01/2012 19:11

J'ai abandonné ce roman parce que je le trouvais ennuyeux si je me souviens bien, mais ta chronique me donne un peu de courage de m'y recoller, je suis tannée de le voir traîner dans ma PAL..:P

unchocolatdansmonroman 03/01/2012 19:15



Franchement ça vaut le coup. Le truc c'est qu'il ne faut pas le lâcher car les chapitres sont construits sur un aller-retour entre l'instant présent et ses souvenirs ( sa soeur, ses parents). Il
faut prendre ce roman comme une découverte: chapitre après chapitre le puzzle se constitue. Bonne lecture en tous cas ! et merci de ta visite



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...