Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 01:46

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782070447558.jpg

Que font les rennes après Noël ? olivia Rosenthal, Gallimard, Folio éditions, 210 pages, 2010

genre: roman

Thèmes: animal, homme, enfermement, domestication, loi, documentaire, société

l'auteur en quelques mots

http://www.editions-verticales.com/data/auteur/81.jpg

Romancière et dramaturge, Olivia Rosenthal est née en 1965 à Paris. Elle participe à des expositions, des installations ( comme la ménagerie de verre ou le Lieu unique à nantes) pour lesquelles elles travaille avec des chorégraphes, , des cinéastes. Autre aspect de son métier qui la mène à imaginer une pièce sonore, Viande froide, pour le Centquatre à Paris.Il s'agit de rendre compte d'un lieu, non par son architecture mais par les paroles des gens qui habitent ce lieu ou y travaillent.

Olivia Rosenthal a créé un univers particulier fait de personnages obsessionnels, décalés, inquiets. On entre dans les pensées d'un personnage livré à lui-même comme dans On n'est pas là pour disparaitre. L'auteur explore nos folies ordinaires.

l'histoire

"Vous ne savez pas si vous aimez les animaux mais vous en voulez absolument un, vous voulez une bête." Cependant vos parents refusent, trop de responsabilité. Voici votre premier désir inassouvi. Il faut dire que malgré les lois qui régissent la propriété et l'acquisition d'animaux, certaines personnes mettent leur vie en péril en acquérant des espèces dites sauvages. Mais vous, vous aimez les animaux domestiqués, "vous avez envie de dire j'aime les animaux. Parce que si on dit ça, on n'a pas besoin d'explication, l'amour se suffit à lui-même et nous exonère du reste."

Vous êtes dépendant de votre mère. Comme un animal en captivité, vous vivez dans un environnement qui décide pour vous.

Vous êtes pour la première fois confrontée à la mort d'un petit animal, votre canari. Vous auriez aimé le glisser dans un linceul blanc et l'enterrer mais vos parents ont fait disparaitre sa dépouille. "Pour vous venger vous vous promettez de monter sur un rennes après Noël et de partir vers l'Est avec le troupeau, (mais )entre les contes de fées et la vie réelle il y a un vide que vous n'arrivez pas à combler."

Vous avez changé et préférez les animaux sauvages aux animaux familiers. Pourtant "la première fois que vous avez vu un animal sauvage c'était en captivité (...) à douze ans vous ne croyez plus au père Noël (...) Vous renoncez à partir avec les rennes après Noël."

" Après vous avoir transmis la peur de l'autre, vos parents vous expliquent que vous êtes trop sauvage et vous enjoignent de vivre en société. Pour vous corriger, ils vous proposent de vous mettre en contact avec des humains prélablement sélectionnés par leurs soins, inoffensifs et bien intentionnés." Vous pliez.

Ce n'est qu'une fois mariée que vous découvrirez ce que font les rennes après Noël...

En vrac et au fil des pages

Quel étrange roman ! Je dis roman mais il m'a fallu du temps pour apprivoiser ce livre tant sa construction est surprenante, mélange de documentaire et de passages narratifs à la deuxième personne du pluriel. C'est visiblemet ce qui fait l'originalité de l'écriture d'Olivia Rosenthal. Chaque paragraphe semble fonctionner de façon autonome mais en réalité un fil conducteur sous-tend la lecture, si bien que l'on n'est jamais perdu.

Et pourtant, à l'évolution de cette fillette que l'on comprend être le "vous", répondent des paragraphes dans lesquels s'expriment d'autres intervenants ( soigneurs, dompteurs, boucher, ...) et qui expliquent un aspect de leur métier. Ici je dois avouer que certains passages sont assez durs d'ailleurs. Cela donne un enchainement rythmé.

A la manière d'un scientifique, elle donne la parole à des hommes dont le métier est de s'occuper d'animaux, de la tuer ou de les préparer. Elle décortique soigneusement chaque aspect de la relation à l'animal. De même des textes de loi émaillent le récit. Parallèlement elle nous donne à voir l'évolution d'une filette jusqu'à l'âge adulte en la metttant en parallèle avec la vie d'un animal dans un zoo. On retrouve alors les différentes étapes qui conduisent à l'apprentissage de la vie en communauté, le modèle de l'environnement, la fusion avec les autres, l'abandon de soi .

J'ai tout d'abord cru que ce "vous" s'adressait au lecteur, puis à l'auteur elle-même. Pourquoi pas ? Il se crée une sorte de proximité liée à ce simple pronom.

L'auteur passe au peigne fin les relations entre animaux et humains dans une société qui confond parfois domestication et sauvagerie. Tous les domaines animaliers sont représentés. C'est que l'animal en dit beaucoup sur l'homme ! Le parallèle est d'ailleurs évident dès lors que l'on touche au thème de l'enfermement, dans un cage ou dans la société, quelle différence ? Olivia Rosenthal nous conduit donc ducement à une réflexion sur ce qui sépare l'animal de l'humain. Au départ, ne sommes-nous pas un petit animal dépendant ? Est-on libre en grandissant ? pouvons-nous réellement être libres dans une société qui nous met en cage ?

Les références au cinéma sont nombreuses, je citerais Rosemary's baby, King-Kong ou encore La Féline. Et à chaque fois le lien avec l'animal nous ramène à la part animale qui est en nous. Mais c'est aussi l'évolution vers le désenchantement, la fin du mystère, à commencer par les rennes du père Noël. Pourtant une sorte de complainte berce le récit, des répétitions comme autant de refrains, scandent une litanie.

En revanche nulle magie, nulle féérie de Noël ici. C'est un roman d'apprentissage sur le mode assez dur et cru de la révélation de la cruelle vérité. Il m'a donc manqué un peu d'enrobage même si je comprends la volonté de l'auteur de poser tout simplement les choses sans les romancer, à la manière d'un documentaire, d'un reportage. Cela laisse tout de même une impression de froideur, de distance. Néanmoins la forme choisie correspond parfaitement au propos.

Découvrez le chronique de Jostein

 découvrez la chronique de natiora

et toi Miyuki, as-tu lu ce livre ?

calendrierdelaventpince

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

jerome 22/12/2012 17:37

Le mélange roman/documentaire ne me tente pas plus que cela même si l'univers de cette auteure à l'air assez original.

unchocolatdansmonroman 23/12/2012 04:13



je ressens la même chose. je ne suis pas vraiment entrée dans le discours à cause de cet aspect tranché. Bon, en même temps, je reconnais qu'avec une simple fiction le résultat n'aurait pas été
le même ...



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...