Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 02:59

http://myboox.f6m.fr/images/livres/reference/0001/30/plaisir-en-bouche-beatrice-joyaud-9782070356379.gif

Plaisir en bouche, Béatrice Joyaud, éditions Gallimard, collection Folio Policier, 2001, 228 pages

Genre : roman / roman policier

Thèmes : restauration, plaisirs gustatifs, sens, crime, anthropophagie

L'auteur en quelques mots ...

http://i2.ytimg.com/vi/Y0a0kN9smk0/mqdefault.jpg

Née en 1970, Béatrice Joyaud est avocate d'affaires dans le domaine de la finance. Elle est l'auteur de Plaisir en bouche, son premier roman, et plus recemment de Cultivez votre enfant, de babar à Balzac ! guide qui répertorie les incontournables de la littérature jeunesse.

L'histoire

" Balthazar Chacun naquit dans une huître. Du moins, c'est ce qu'il crut pendant des années. Il était né dans une huître car, disait la gardienne de l'orphelinat avec un fort accent marseillais, "d'une huître, parfois, naît une perle".

Quinze ans plus tard, Balthazar s'enfuit de l'orphelinat et rencontre Helga dont l'oncle tient le restaurant Au toqué d'à côté. Commence alors l'aventure des saveurs, " on mangeait uniquement ce qui avait été cueilli, chassé et pêché au cours du week end précédent. le lièvre à la royale cuisiné par lui était une merveille de finesse. Il fondait dans la bouche et se mêlait intimement aux pommes de terre râpées, rissolées recouvertes de son sang, dans un brouet savoureux". Et l'oncle lui apprit tout ce qu'il savait jusqu'à ce que Balthazar entre dans une école nationale de gastronomie afin de se mesurer à d'autres jeunes chefs talentueux. Il excella, apparaissant comme le palais le plus sûr et le plus fin,"il était capable de restituer l'exacte composition du plat, en précisant les dosages de chaque ingrédient et d chaque épices au gramme près".

Il eut à mettre à profit son intelligence lors d'un conflit qui opposait les tenants de la cuisine française contre les restaurants étrangers et ceux qui, comme lui, pensaient que la cuisine française devait se nourrir de voyages. Une bagarre s'ensuivit, plusieurs blessés, ce qui lui valu quelques jours au mitard, "monotonie gustative" dont il sortit fermement décidé à monter sa propre enseigne. Cuisiner devait, pour lui, permettre de faire passer une idée. La cuisine pensée comme un art devint son cheval de bataille.

Durant des années il s'évertua à créer , innover, dans le restaurant qu'il dirigea avec Helga, Arthus. "Arthus cristallisait de manière aboutie le "misme", une tendance qui touchait la société en profondeur et qui consistait en une tentative de rechercher dans chaque chose son essence". Dans une société du XXII°S épurée, sans couleur, dans laquelle le Moi préfigurait le sens de la vie, artistes de tous poils proposaient une vision du monde des plus troublantes dans laquelle le dépouillement était le maitre mot. Balthazar fit des miracles dans ce domaine jusqu'au jour où il reçut une première lettre :"Ton restaurant est triste. Tes mets sont si fins qu'ils s'affadissent dans la bouche la plur sûre. Le décor de ton restaurant est si épuré qu'on ne peut y puiser l'excitation des sens préalable à une dégustation magnifique(...)".

Cette lettre fut la première d'une série qui poussa Balthazar au changement, toujours plus loin dans l'expérimentation du goût, jusqu'à en perdre son couple, ses valeurs et la raison.Ivre de découvertes, il se jette alors, inconscient des conséquences, dans une frénétique recherche de la perfection, guidé sans le savoir par l'auteur des lettres qui le mènera lentement mais surement à sa perte...

En vrac et au fil des pages

Il faut que je dise en préambule que la quatrième de couverture élogieuse qui rapproche ce roman du Parfum de Süskind, m'a fait miroiter un récit au-delà des mots, dans lequel je m'attendais à trouver des descriptions gastronomiques extraordinaires. Il est vrai que l'histoire tient dangeureusement de cette référence, non pas dans le domaine des parfums mais du goût. C'est un défaut à mon sens d'avoir rappellé ceci au lecteur, car la comparaison s'arrête là. On ne retrouve pas la plume fine , fluide et évocatrice de Süskind et les ressemblances, loin de créer du nouveau, sont lassantes. Ainsi en est-il de l'anthropophagie, du personnage capable de restituer la composition de tout met , apte à définir un être humain comme un ensemble de molécules par la seule sensation gustative de sa peau et puis la perte finale de tous repères qui mène à une fin inéluctable. Oui, on se serait douté qu'il y avait du Süskind là-dessous !

il aurait fallu miser sur l'originalité de l'histoire, menée par une série de lettres anonymes qui vont bouleverser la vie de Balthazar. Les éléments posés dans la première partie du roman comme autant de petits cailloux, prennent sens dans la troisième partie lorsque l'on découvre l'auteur des lettres, que le lecteur n'a pas vu venir. On y croit jusqu'à la fin, se demandant comment Balthazar va s'en sortir.

J'ai par ailleurs apprécié la référence à un nouveau courant de pensée, le "misme", décliné par Béatrice Joyaud dans tous ses détails artistiques. Cela m'a rappelé le roman d'Eric Emmanuel Schmitt Lorsque j'étais une oeuvre d'art. Cette société du XXII°S , en quête de valeurs nouvelles, qui se perd peu à peu dans le conformisme étonne et subjugue à la fois est le point fort du roman.

On revient toujours sur le problème de la classification. Ce n'est pas un policier à proprement parler puisque Balthazar n'engage son ami détective que fort tard afin de retrouver l'auteur des lettres. Balthazar devient le coupable à la toute fin... je ne sais pas, je suis toujours génée par les classifications.

Je regrette donc l'absence de descriptions suggestives, colorées, aussi savoureuses que les mets proposés ( celle que j'ai citée dans la première partie est la plus évocatrice, je n'en ai pas trouvé d'autre), un peu à la manière d'Agnès Desarthe dans Mangez-moi qui reste, pour l"heure, avec Suskind, ma référence !

Un bon moment de lecture donc, mais pitié ne lisez pas la quatrième de couverture !

http://1.bp.blogspot.com/-O6gKKx7JW3k/T2hjjIY5DVI/AAAAAAAADS8/P2lydRwzFLs/s1600/mini+logo+1.png


Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Plume/Plumisa 05/01/2013 17:30

Il en est souvent ainsi avec les 4èmes de couvertures !!! J'essaye de ne plus les lire ;-) !
De ce roman lu il y a déjà quelques années, il me reste un souvenir sympa mais effectivement pas dans la veine du "parfum" (qui n'a jamais été égalé,dans son style !)
Bises

unchocolatdansmonroman 05/01/2013 18:06



en tous cas merci pour cette découverte Plumisa ;) je vais faire comme toi et ne pas lire les résumés, hihi



jerome 05/01/2013 17:26

Si je ne devais t'en citer qu'un seul ce serait "Vie et passion d'un gastronome chinois" de Lu Wenfu. Si tu aimes la gastronomie et la littérature chinoises, tu vas adorer.

unchocolatdansmonroman 05/01/2013 18:07



ah je sens que je vais être comblée alors ;) je vais voir s'ils l'ont à la bibliothèque. Merci de cette référénce car j'en connais pas mal mais là tu es tombé pile sur un roman que je n'ai pas
lu.


edit : je l'ai trouvé et ai lu quelques pages qui m'ont déjà conquise. j'en ai fait un billet ce matin ;) merci



jerome 05/01/2013 16:58

Je ne te sens pas assez emballée pour noter ce titre. Il y a de telles pépites dans le genre "récit gastronomique" que si ce roman ne sort pas du lot, je m'en passerais sans regret.

unchocolatdansmonroman 05/01/2013 17:13



et comme moi aussi j'aime ce genre de roman je suis trop exigente sans doute ;) As-tu des titres à me recommander ?



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...