Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 14:14

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRmxLQAJds1cfk648CN7RG-_v-Iy9-4-qdC_xa09rnT_L5BvGWZ2m5tLh1wMaître au-delà, Masahiko Shimada, éditions du Rocher/Le Serpent à plumes, 2004, 340 pages

Genre : roman

Thèmes : Japon, sexualité, libertinage,société contemporaine

L'histoire : Kikuhito est un jeune étudiant qui revient dans ce récit sur l'étrange relation qu'il a nouée avec "Le Maitre", un romancier libertin au comportement marginal. C'est à l'occasion d'un cours de chant que sa soeur donnait au Maitre qu'il le rencontra. Aussitôt fasciné par cet homme plus âgé, son univers décalé, ses reflexions sur la vie, le sens de l'existence, il entreprend de devenir son disciple, "je ne pensais aucunement apprendre à écrire un roman avec lui (...) Je devins son disciple pour ne pas inventer un prétexte chaque fois que je voulais le voir. (...) Le Maitre avait deux noms officiels : son vrai nom et son nom de plume. Mais pour moi, la seule appellation de "maître" était suffisante. Pourtant je lui avais donné un nom spécial. Un nom qui m'était réservé. Quand je l'appelais par ce nom, il devenait mon maitre personnel, que je ne partageais avec nul autre (...) je l'avais nommé Maitre au-delà". Se tisse entre eux une relation faite de reflexions sur des sujets variés , de rencontres avec le cercle restreints des amis du maitre, mais surtout sur les rapports hommes femmes, la sexualité. Kikuhito, épris de Satoko, vit avec elle une relation amoureuse platonique et ressent peu à peu la distance que la jeune femme met entre eux. le Maitre , marié, accumule les conquêtes mais aussi les demeures. Ainsi peut-il dormir en différents lieux, chez les uns ou les autres qu'il appelle ses" amis de nuit" et à qui il offre un pyjama, scellant ainsi une amitié ambigüe. Après avoir entamé une relation avec la soeur de Kikuhito, puis l'avoir rompue, il demande à ce dernier de lui donner de ses nouvelles, "tu es le seul intermédiaire qui puisse faire el lien entre ta soeur et moi". Il agira de même avec Kyoko , jeune femme obsédée par le maitre , en demandant au jeune homme de s'occuper d'elle à sa place en devenant son amant. Car peu à peu Kikuhito finit par ressembler au Maitre, suivre ses préceptes, se reconnaitre en ce "menteur professionnel" qui dit avoir plusieurs vies et expérimente plusieurs comportements limites: homosexualité, enfermement dans un asile psychiatrique..."le Maitre, lui, a essayé de refaire sa vie cinquante fois (...) C'est pour cela que l'âge réel ça n'a absolument aucun sens pour lui (...) il meurt souvent et renaît à chaque fois(...) Tu sais, il n'a que huit ans le Maitre ! Celui que nous connaissons aujourd'hui est né à New York ! Il y a rencontré un homosexuel qui s'appelle Pat et a accouché une nouvelle fois de lui-même." Afin d'assouvir sa soif de connaissance sur le Maitre, Kikuhito entreprend de questionner sa femme, la seule qui le connaisse bien, celle qui intrigue par son acceptation de cet homme hors norme. Il découvre alors le secret du Maitre et provoque chez ce dernier une réaction qui lui dévoile un nouveau visage. Le précepte du Maitre : que sa vie soit une fiction. Ainsi mène-t-il son idée jusqu'au bout, au point de sombrer dans la folie...à moins que cela aussi ne soit qu'un mensonge comme le pense Kikuhito. Pourtant il reçoit quelques jours plus tard une enveloppe contenant le journal qu'a tenu le Maitre durant sept ans et dans lequel il dévoile sa vie, ses relations avec des femmes, des hommes, ses préceptes, "Tu m'as choisi pour maitre de vie (...) ne m'empêche pas de vivre la nouvelle vie que j'ai choisie. A plus forte raison, n'essaie jamais de m'imiter". Kikuhito, changé à jamais par cette expérience troublante , suivra alors son propre chemin mais c'est un autre narrateur qui prend la parole pour nous dire combien ce cheminement, cette errance pour se détacher du Maitre, fut longue.

En vrac et au fil des pages : voici un roman pour le moins étrange ! En revanche, à part un chapitre sur le journal du maitre intitulé "Mille nuits luxurieuses" dans lequel il retrace ses ébats amoureux, le reste du roman est essentiellement constitué de cette fascination exercée par le Maitre sur son disciple et la lente descente vers la solitude, l'errance dans laquelle il l'entraine, probablement par jeu.

J'ai appris en lisant ce roman qu'il avait été écrit en hommage à un récit de Sôseki, Le pauvre coeur des hommes. En effet, il en reprend la structure en trois parties et la trame ( Un jeune étudiant devient le disciple d'un homme plus âgé qu'il appelle "Maitre" et qui n'a d'autre activité que de réfléchir, la seconde partie l'étudiant se rend compte qu'il se détache peu à peu de sa famille, des traditions et ne jure que par le Maitre, enfin la troisième partie reprend le journal du Maitre jusqu'au dénouement tragique). On comprend donc mieux ce roman qui, visiblement, détourne les caractère pour centrer la trame sur les relations amicales et amoureuses mais propose lui aussi un regard pessimiste sur le monde. Malgré ses nombreuses conquêtes, ce maitre n'est pas heureux. On a du mal à cerner le personnage , ce qui fait le charme de cette lecture car on sent bien que la chute est à la fois liée au secret et au caractère affabulateur du maitre.

La fin qui fait éclater en quelques sortes le réseau si patiemment tissé par le maitre, entre amour et amitié, renvoie chacun à sa propre solitude. L'étudiant, influençable, se perd peu à peu et doit trouver sa propre voie. A ce sujet j'ai trouvé les choix stylistiques particulièrement judicieux puisque le récit est rédigé à la première personne à l'exception de la fin qui souligne la distance prise par rapport à notre personnage principal Kikuhito.Le dernier mot est donné à Kyoko, cette jeune femme fascinée et obsédée par le maitre qui voulait tout connaitre de lui , ne vivait que par lui mais finit par trouver la réponse à ses propres questions , en même temps que la paix intérieure. Je ne peux en dire plus de peur de dévoiler une clé de l'interprétation du roman ! Cependant ce récit m'a aussi interpelée sur les croyances, le rapprochement que l'on peut faire d'une culture à l'autre sur l'idée de vivre plusieurs vies en une ...

Ce n'est pas LA lecture de l'année mais un roman plaisant qui a le mérite d'être bien construit, dans un style agréable.

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Nina 07/05/2012 10:00

J'ai assisté à une conférence de cet auteur pendant le salon du livre à Paris, il fait partie de la contre-culture japonaise, c'est un homme de gauche, anti-nucléaire, préoccupé par le destin de la
jeunesse au Japon... J'ai donc vraiment envie de lire ses livres, il est très peu connu en France et je suis très contente de le voir paraître sur un blog. Pour ce challenge j'ai choisi l'auteur
Hitonari Tsuji qui a écrit l'excellent livre : Le bouddha blanc. Je vais lire Maître au-delà prochainement.

unchocolatdansmonroman 07/05/2012 10:02



Oh j'ai entendu parler de ce livre, j'attends de lire ton avis ! J'aurais bien aimé le rencontrer aussi, surtout s'il est aussi investi que tu le dis. Ce roman là est assez surprenant, il laisse
perplexe je dois dire ...



jerome 24/04/2012 17:13

Pas du tout tenter par le sujet et l'ambiance assez étrange qui semble se dégager de ce roman. Non, vraiment pas mon truc.

unchocolatdansmonroman 24/04/2012 17:16



ben oui on peut pas avoir tout bon à chaque fois ! ;-) Le côté dérangeant de ce roman va en rebuter plus d'un, c'est sûr



Ambroisie 24/04/2012 11:55

Le voilà ! Le titre que j'avais repéré au début du challenge mais que je n'arrivais pas à remettre la main dessus. Mince, c'est trop tard pour moi maintenant de le trouver pour le lire pour le
challenge. Zut ! Elle a l'air fascinante quand même cette histoire. Non ?

unchocolatdansmonroman 24/04/2012 14:57



C'est à la fois fascinant et dérangeant. On suit ce jeune dans sa fascination limite pour le Maitre et l'onse demande où cela va le mener. Je ne peux raconter la fin mais il finit par payer sa
complicité avec ce maitre menteur. J'aimerais lire le livre qui est à l'origine de ce roman car lui doit être beaucoup plus prenant>. Le sexe est très présent dans celui-ci, une impression que
la maitre utilise ses conquêtes, qu'il les relègue à l'état d'objet. c'est quand même une histoire de manipulation



Choco 23/04/2012 23:53

Merci pour cet intéressant billet d'un auteur que je ne connais pas !

unchocolatdansmonroman 24/04/2012 04:20



C'est en découvrant son nom sur ton site dans la liste des auteurs présents au Salon du livre que j'ai entrepris de le lire, je ne le connaissais pas non plus !



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...