Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 09:37

http://img.over-blog.com/289x450/1/35/13/57/10-octobre/Kawami-Hiromi-les-annees-douces.jpgLes Années douces, Hiromi Kawakami, éditions picquier, 2005, 284 pages

genre : roman

thèmes : solitude, amour, bonheur, sentiments

 

L'histoire : Tsukiko va prendre un verre, comme tous les soirs  après le travail, dans le troquet de Satoru. Elle revient sur ses souvenirs, sur sa rencontre avec le maître. C'est ainsi qu'elle appelle cet homme, Harutsuna Matsumoto, son ancien professeur de japonais. Commence alors entre eux une relation que l'on a du mal à définir. Ils se découvrent des points communs troublants: les même goûts culinaires, les mêmes centres d'intéret, et peu à peu ils se retrouvent autour d'un verre ou chez le maitre pour parler de tout et de rien, de ses collections, de sa femme qui l'a quitté des années plus tôt. Drôle de relation en effet : le maitre n'hésite pas à la rabrouer, souligner qu'elle ne devait pas trop écouter en classe pour ne pas connaitre telle ou telle chose, la traite parfois comme une enfant. Tout devrait les séparer car le maitre tient aux traditions, aux règles et Tsukiko les transgresse avec bonheur, inconsciemment.Mais la jeune femme ne tient pas compte de ses remarques et voit en lui autre chose, un autre homme que le professeur, une présence "elle s'échappe quand je cherche à la saisir. La croit-on échappée qu'elle se rapproche d'elle-même. Même si nos corps s'étaient unis, meserais-je pour autant emparée de cette présence ?".Tsukiko est une jeune quadragénaire solitaire qui ne souhaite pas s'engager sentimentalement avec un homme. Elle se définit elle-même comme une enfant. Le maitre lui, vit seul depuis que sa femme est partie et vit de petits plaisirs. Ensemble ils vont partager ses petits bonheurs, ces heures qu'ils volent au temps qui passe : une promenade, une visite au musée, une randonnée et vont apprendre à se connaitre et à s'ouvrir à l'autre. Ce n'est que lorsqu'un autre homme va réapparaitre dans la vie de Tsukiko qu'elle va comprendre combien elle est attachée au maitre, combien ce qu'elle prenait pour de l'affection s'est mué en amour. "Est-ce que vraiment je menais jusqu'ici une vie "agréable" de célibataire ?Plaisant.Pénible. Agréable.Doux. Amer.Acide.Irritant.Froid.Chaud.Tiède. Mais enfin, comment ai-je vécu jusqu'à ce jour ? Je n'y suis plus " Mais comment vivre une relation hors norme entre une jeune femme et un homme beaucoup plus âgé ? Ceux qui les entourent portent un regard tantôt attendri, tantôt accusateur sur leur relation. Mais Tsukiko et le maitre préservent une bulle autour d'eux. Lui, si exigeant, si droit va finir par se laisser attendrir par Tsukiko. Elle, va comprendre que sa solitude lui pèse et que la distance qu'elle souhaitait mettre entre le maitre et elle ne rime à rien; "Je suis restée simplement dans ses bras, sans vouloir en bouger, comme si j'avais trouvé ma place déinitive"les sentiments sont là, il faut lui avouer son amour.De retrouvailles en séparations ils vont apprendre à se découvrir, à moins que comme l'insinue le maitre ils ne soient liés depuis plus longtemps selon le" tashô no en"...

 

En vrac et au fil des pages : ce roman m'a beaucoup touchée. L'histoire est extrêmement simple, faite de rencontres, de retrouvailles entre ces deux là dont on ne sait exactement qu'elle est leur relation. Bien entendu, plane dès le départ un sous entendu, Tsukiko est attirée par le maitre. Mais lui est si distant et si troublant à la fois que l'on ne peut penser qu'une relation amoureuse va se nouer entre eux.

Pourtant lorsque cela arrive, tout a été si minitieusement préparé que cela devient naturel, évident.

C'est un roman léger, envoutant, comme une petite musique. L'auteur nous invite à la table de ses personnages et l'on prend plaisir à leurs conversations mais ausi leurs silences. On ne peut que trouver ce couple attachant avec ses maladresses, ses non dits. Elle, va l'aider à surmonter la séparation d'avec sa femme. Lui, va l'aider à avancer, à comprendre sa relation avec sa mère et, peut-être , à devenir une adulte.

Le fin est émouvante et j'avoue avoir eu les larmes aux yeux en lisant les derniers mots.

Aucun jugement n'est porté sur cette relation, la différence d'âge qui fait que le maitre pourrait parfaitement être le père de Tsukiko, car ce n'est pas important. Ces deux personnages se laissent porter par la vie mais sont aussi en souffrance. L'alcool qui ennivre prend beaucoup de place dans leur vie car permet l'oubli. On ne le comprend pas au début mais la récurrence de ce thème souligne le manque. C'est pourquoi ils se donnent autant l'un à l'autre et finissent par ne plus lutter sontre leurs sentiments. Ils se sont reconnus.

Le roman aborde le thème du deuil, du détachement, d'une façon très douce mais qui montre combien le temps compte pour faire ce chemin. L'écriture est très poétique et simple à la fois. Quelques haikus parsèment le roman, toujours pour exprimer très simplement ce que l'on ressent, ce que l'on voit.

Ce n'est que dans les dernières pasges que l'on comprend tout l'intérêt de ces souvenirs, ces petits moments relatés par Tsukiko, mais je n'en dirai pas plus...http://bd.casterman.com/docs/Albums/38580/ANNEEdoucT1_Illu1.jpg

 

Ce roman existe sous la forme d'un manga que je n'ai pas encore lu mais dont les quelques http://img.over-blog.com/215x300/3/94/91/20/suite/annees-douces-2.jpgpages découvertes me semblent bien adaptées.Avec Taniguchi on n'est jamais déçu cela étant !

http://www.bodoi.info/wp-content/images/juillet2010/rentree_annees_douces_image2.jpg

 

Le petit plus:Le roman nous livre par ailleurs un aperçu de la culture japonaise, dans ses traditions, sa cuisine, ses valeurs, la différence entre générations. J'ai beaucoup apprécié les rencontres autour de la nourriture, ce lien simple et exquis. De belles descriptions m'ont mis l'eau à la bouche " Comcombres fraichement cueillis, frappés légèrement au couteau, servis avec de la chair de prune confite au sel;Abergines fraiches émincées et passées à la poêle, nappées de sauce de soja parfumées au gingembre (...) rien que des choses qu'on peut manger chez soi, mais le goût prononcé des légumes est totalement différent". Rien de plus simple en effet qu'un "bouillon de poulpe.Après avoir plongé dans l'eau bouillante d'une marmite en terre des lamelles fines et transparentes, on les saisit à l'aide des baguettes au moment où elles font surface. Quelques gouttes de vinaigre suffisent pour faire ressortir leu goût délicieusement sucré qui se mêle dans la bouche à l'acidité, offrant alors une saveur ineffable". Et puis un beau poème, pour clore ce roman, qui dit la souffrance:

" J'ai tant voyagé que ma robe est tout usée

Ma robe que le froid pénètre

Loin si loin de chez moi

le ciel est clair ce soir mais

Comme mon coeur souffre"       Irako Seihaku

Je crois que l'on ressort de cette lecture apaisé et ému. C'est en tous cas ce que j'ai ressenti.

http://3.bp.blogspot.com/-1VceDFCwZ2E/T2hjhdcF1zI/AAAAAAAADS0/BmXjre5hv9I/s320/logo+1.jpg

 


10-jours-japonais

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Opaline 03/06/2012 14:37

Il a l'air très bien, ce roman! Merci de me l'avoir fait découvrir, je le note dans ma Lal! C'est une des raisons pour lesquelles j'aime mon défi, découvrir des auteurs différents!

unchocolatdansmonroman 03/06/2012 15:03



Je dois dire que ce fut aussi un coup de coeur. C'est un roman que je relirai avec plaisir ;) Il ne faut pas s'attendre à beaucoup d'action. Le rythme est lent, comme souvent dans les romans
japonais, et cette douceur sied bien à l'histoire. J'ai trouvé cette lecture touchante et je ne peux que te la conseiller



darkhawk 30/03/2012 21:04

Je le met dans ma liste à acheter ;-)

unchocolatdansmonroman 31/03/2012 05:01



Il existe en manga mais on me dit qu'en comparaison, le roman est beaucoup mieux.



jerome 30/03/2012 08:02

Je ne connais pas cet auteur mais il a l'air de faire l'unanimité. Je pense donc m'y intéresser de plus près d'ici peu.

unchocolatdansmonroman 30/03/2012 15:05



le roman est magnifique, plus apparemment que le manga. Tu devrais apprécier ;-)



Loula 29/03/2012 21:32

Et bien j'ai lu "Cette lumière qui vient de la mer" et j'ai bien aimé aussi. Je pense que le prochain sera la Brocante Nakano car j'ai envie de les lire dans l'ordre et il me semble que c'est son
3ème...

unchocolatdansmonroman 30/03/2012 03:06



merci ! je regarderai ça



Loula 28/03/2012 13:02

J'avais aussi été beaucoup touchée par ce roman, au point d'avoir envie de lire tous les autres romans de cet auteur! J'en ai d'ailleurs lu un autre depuis. Pour la bd, j'avais acheté le tome 1 et
commencé mais la représentation des personnages ne ressemble tellement pas à l'idée que j'en avais que j'ai abandonné pour le moment! Je pense qu'il me faudra plus de temps pour m'y replonger...

unchocolatdansmonroman 28/03/2012 13:10



ah, moi aussi je me suis représenté les personnages et je crains la confrontation avec la BD mais en fait je voudrais voir si l'on retrouve cette douceur, cette simplicité ... Je suis ravie de
voir que tu as aimé aussi. je ne connais pas d'autres romans de cet auteur. Lesquels as-tu lu et peux tu me conseiller ?



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Balade en Finistère Sud # 6
    Loctudy. Après quelques jours passés dans cette charmante petite ville, je peux vous présenter un peu mieux les lieux. Circuler à pied, c'est découvrir de belles demeures, des manoirs mais aussi de petites maisons de pierres dont les jardins sont toujours...
  • Balade en Finistère Sud # 5
    Si je vous dis Pont-Aven, vous pensez aux galettes ,bretonnes n'est-ce pas ? La maison Traou Mad (trad : les bonnes choses !) n'est pas la seule cependant. Comme les crêperies, les biscuiteries abondent ! Ce n'est pas le seul attrait de Pont-Aven. Le...
  • Balade en Finistère Sud # 4
    Il fallait bien que cela arrive. A force de dire qu'il fait très beau en Bretagne en juillet, le temps me fait mentir ! Temps breton donc, pour cette visite de Brest. Surprise : Brest a été détruite en grande partie , bombardée de 1940 à 1944. ll ne reste...
  • Balade en Finistère Sud # 3
    C'est sous un grand soleil que nous visitons Camaret sur mer. Les cartes postales nous rappellent une chanson paillarde déjà entendue ,mais nous ne comprenons pas d'où peut bien venir cette réputation ! Après enquête nous découvrons qu'il y existe un...
  • Balade en Finistère Sud # 2
    Toujours basés à Loctudy, nous entreprenons la visite du Finistère. Certains sites nous ont été recommandés. Pour les autres, beaucoup d'a priori nous entourent, que nous démentons en une journée : il pleut toujours en Bretagne ? Faux ! Journée entre...
  • Balade en Finistère Sud # 1
    Départ pour la petite ville de Loctudy, proche de Bénodet où nous passerons une semaine. En passant, petit détour par la presqu'île de Quiberon... Terre agricole, Loctudy s'est peu à peu tourné vers la . Aujourd'hui le port de pêche est actif, de jolies...
  • Petits bonheurs # 10
    Les petits bonheurs hebdomadaires, une façon de revenir sur les belles choses, les moments de partage et autre délectation de la semaine. * Une semaine à Beaumont de Lomagne au bord d'un lac : pêche ( je vous rassure la bête est repartie à l'eau !) ,...
  • Une aventure monumentale, Olivier Dutaillis
    Une aventure monumentale, Olivier Dutaillis, éditions Albin Michel, 2016,352 pages Genre : fiction historique Thèmes : création, Hugo, Mérimée, Viollet le Duc, patrimoine, monuments, amours L'auteur en quelques mots ... Olivier Dutaillis est un romancier...
  • 14/14, Paul Béorn et Silène Edgar
    14/14, Paul Béorn et Silène Edgar, éditions Caltelmore, 2016, 414 pages Genre : jeunesse historique Thèmes : guerre, amitié, correspondance Les auteurs en quelques mots ... J'ai déjà eu l'occasion de présenter Paul Béorn sur le billet suivant : Le septième...
  • Le Bouc émissaire, Daphné du Maurier
    Le Bouc émissaire, Daphné du Maurier, éditions Le livre de poche, 2014, 480 pages Thèmes : double, famille, identité, sens de la vie Genre : littérature contemporaine Traduit de l'anglais par Denise Van Moppès L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...