Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 02:15

http://idata.over-blog.com/1/35/13/57/11-mai/Annie-Ernaux-Les-Annees-Folio.gif

Les Années, Annie Ernaux, éditions Folio, 2008, 254 pages

Genre : récit autobiographique

Thèmes : enfance, photographie, évolutions, bouleversements, histoire

 

L'auteur en quelques mots ... 

 

http://img.over-blog.com/332x500/1/35/13/57/11-mai/ernaux-annie-portrait.jpg

 

Annie Ernaux est née en 1940 en Normandie. Elle est élevée dans une famille ouvrière et commerçante. Elle poursuit ses études d'abord au lycée, puis à l'université où elle obtient successivement le Capes et l'Agrégation de lettres modernes, accédant peu à peu à la petite bourgeoisie. Elle enseigne au collège puis est nommée professeur au CNTE (qui deviendra le CNED). Elle se marie avec un homme relevant précisément de la petite bourgeoisie avec qui elle a un premier enfant. Elle divorce dans les années 1980. Bien que son oeuvre ne raconte pas sa vie de façon directe ou chronologique, le passage de ces années en fournit la matière. A travers de nombreux ouvrages, Ernaux met en scène ses expériences fondatrices : son ascension sociale (La Honte, 1997 ; La Place, 1983), son adolescence (Ce qu'ils disent ou rien, 1977), son mariage (La femme gelée, 1981), son avortement (L'Événement, 2000), la mort de sa mère (Une femme, 1989) (source littexpress)

 

 

L'histoire :

Les Années comprend plusieurs histoires, plusieurs tranches de vie. Annie Ernaux traverse ainsi 60 ans de vie, de changements politiques et présente avec son regard des thèmes aussi importants que l'émancipation des femmes. De reflexions sur la musique ou le cinéma en souvenirs provoqués par une vieille photo, elle se livre dans une autobiographie qui ne ressemble pas à la forme traditionnelle de cet écrit. Elle n'emploie pas la première personne et c'est pourtant elle qu'elle met en scène dans ce récit qui débute avec son enfance dans l'après guerre et prend fin dans les années 2000. 

On sera surpris par la non-histoire, la vie d'Annie Ernaux ne révélant rien d'extraordinaire, mais sn regard aiguisé nous plonge dans la société qui la vit s'élever socialement, se marier, avoir des enfants. C'est en fait une personne en formation, en évolution constante qu'elle nous présente, avec pour fond des événements sociaux qui ont eu une importance décisive et l'ont accompagnée. C'est à la fois sa mémoire et la mémoire collective qui font de cet écrit un texte original.

Peut-on réellement parler d'autobiographie tant le collectif domine ? Chaque lecteur ayant vécu les mêmes périodes peut se reconnaitre en son récit de vie et ainsi partager avec l'auteur ce que fut la société des années 50 à 2000. En se décrivant à la troisième personne, y compris dans les descriptions de photos qui pourtant lui appartiennent , elle s'éloigne de sa propre vie, prend du recul et propose au lecteur de soumettre cela à son propre regard, son vécu.

Deux photographies ouvrent et ferment le récit : Annie Ernaux enfant et elle-même à 70 ans, une manière de boucler la boucle...

"(1968) On se retournait sur son histoire de femme. On s'apercevait qu'on n'avait pas eu notre compte de liberté sexuelle, créatrice, de tout ce qui existe pour les hommes.(...) Réveillées de la torpeur conjugale, assises par terre sous le poster Une femme sans hommes c'est un poisson sans bicyclette, on reparcourait nos vies, on se sentait capables de quitter mari et enfants, de se délier de tout et d'écrire des choses crues. De retour à la maison, la détermination refroidissait, la culpabilité sourdait. On ne voyait plus comment on pourrait s'y prendre pour se libérer - ni pourquoi. On se persuadait que son homme à soi n'était pas un phallocrate ni un macho. Et l'on hésitait entre les discours - ceux qui prônaient l'égalité des droits entre hommes et femmes, et s'attaquaient à "la loi des pères", ceux qui préféraient valoriser tout ce qui est féminin, les règles, l'allaitement et la préparation de la soupe aux poireaux. Mais pour la première fois, on se représentait sa vie comme une marche vers la liberté, ça changeait beaucoup. Un sentiment de femme était en train de disparaître, celui d'une infériorité naturelle."

 

"(1990) (...) Avec la pilule, elles étaient devenues les maîtresses de la vie, ça ne s'ébruitait pas.

Nous qui avions avorté dans des cuisines, divorcé, qui avions cru que nos efforts pour nous libérer serviraient aux autres, nous étions prises d'une grande fatigue. Nous ne savions plus si la révolution des femmes avait eu lieu. On continuait à voir le sang après cinquante ans. Cette scansion régulière du temps qu'on pouvait maintenir jusqu'à la mort nous rassurait. On portait des jeans et des caleçons, des tee-shirts comme les filles de quinze ans, disions comme elles "mon copain" pour parler de notre amant régulier. A mesure qu'on vieillissait on n'avait plus d'âge."

 

En vrac et au fil des pages ...

http://bellesplumes.blogs.courrierinternational.com/media/02/02/568f4c6eaba0bfd979f038b98f2e6569.jpg

J'avais lu voilà longtemps ce récit d'Annie Ernaux mais souhaitais le relire à l'occasion d'un challenge. Je dois dire que je n'y ai pas forcément vu la même chose : comme il est intéressant de relire ce genre de récit de temps en temps ! Alors que je m'étais attachée au fond historique et sociétal j'ai cette fois pris plaisir à relire avec intérêt les passages consacrés aux descriptions de photographies qui ponctuent régulièrement le texte. Elles se présentent comme une introduction à un changement, physique mais aussi de société. Il est étonnant de constater qu'elle se décrit comme une inconnue, comme si elle occutait tous les souvenirs affectifs liés à ces clichés. Pourtant cela apporte une certaine force au récit. Chacune d'elles est liée à un événement, un bouleversement et propose des repères chronologiques qui jalonnent le récit.

Le lecteur sera peut-être géné par l'absence de ponctuation à certains moments, par la construction des phrases , ce qui fait que lorsqu'on ouvre Les Années on se trouve face à une sorte de liste, un inventaire à la Perec ( je me souviens), d'ailleurs on retrouve le même procédé de mémoire collective avec des slogans publicitaires, des titres de films, des chansons ... et on se laisse emporter par ce qui va se révéler comme un puzzle.

On comprend à la fin comment Annie Ernaux a procédé pour faire de cette autobiographie un objet de mémoire qui traverse le temps et permet à chacun de s'y retrouver : elle est en effet partie de photos à diverses périodes de sa vie et a comblé les vides .

Une écriture originale et une grande valeur littéraire que je convie tout le monde à découvrir.

Et donc petit clin d'oeil à Jérôme qui comprendra pourquoi je lui dédicace ce billet...

 

http://2.bp.blogspot.com/-0VIbCEmWlOM/UkwngcoQAMI/AAAAAAAADD8/VMWaLmEc3VI/s320/banni%C3%A8reABC2014.jpg

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

AlineL 22/10/2014 09:47

J'aime beaucoup cette auteure.... j'ai relu hier au soir les armoires vides

unchocolatdansmonroman 22/10/2014 12:00



ah je ne connais pas celui-ci ;)



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...