Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 03:00

http://4.bp.blogspot.com/-uuLCXuiEMQw/TePS4ueY8KI/AAAAAAAAfTs/MEaaAS46m7g/s1600/9782290349106FS.gif

 

Le Soleil des Scorta, Laurent Gaudé, éditions J'ai Lu, 2008, 249 pages

Genre : roman

Thèmes: Italie, Les Pouilles, famille, vengeance, héritage, terre

L'auteur en quelques mots ...

  http://www.babelio.com/users/AVT_Laurent-Gaude_8723.jpeg

 

Je vous renvoie à la page du Challenge laurent Gaudé pour découvrir cet auteur

L'histoire

Sous le soleil de plomb qui accable la région des Pouilles, un homme s'avance et entre dans le petit village de Montepuccio. Nous sommes en 1975. C'est "l'heure de la sieste et la terre aurait pu trembler, personne ne se serait aventuré dehors.Une légende courait dans le village qu'à cette heure, un jour, un homme remonté un peu plus tard des champs avait traversé la place centrale.Le temps qu'il atteigne l'ombre des maisons, le soleil l'avait rendu fou." Fou comme Luciano Mascalzone, qui avance sous ce soleil brûlant. Cette terre aride lui est familière, tout comme la silhouette qu'il perçoit en arrivant et à laquelle il n'a cessé de penser durant ces quinze ans d'emprisonnement. Il est venu pour elle, Filomena, et il sait qu'il mourra ensuite."Posseder Filomena Biscotti et mourir". Mais les montepucciens ne laisseront pas un monstre vivre dans leur village. Il sait que lorsqu'il sortira de cette maison ils l'attendront et le tueront. Personne n'y pourra rien,  pas même le père Don Gorgio.

Pourtant il ne mourra pas aussi facilement qu'il l'avait prévu. "Immolata est la dernière femme que tu violeras, fils de porc". La sentence tombe, ce n'est pas dans les bras de Filomena qu'il était quelques instants plus tôt mais de sa soeur, Immolata. "Le soleil rit de mon erreur...J'ai raté ma vie. J'ai raté ma mort...Je suis Luciano Mascalzone et je crache sur le sort qui se moque des hommes".

Une longue lignée de Scorta-Mascalzone naîtra pourtant de ce jour, de cette erreur. Chacun devra payer d'un dur labeur et de souffrances cet opprobre. Une lignée de brigands mais aussi d'hommes au grand coeur, avides de reconnaissance mais avant tout fiers et orgueilleux. Une famille pour laquelle Rocco, fils de Luciano, voudra la pauvreté afin que ,seuls, ils bâtissent leur héritage, mais que tous devront respecter à Montepuccio.

Ce roman est l'histoire de Domenico, Giuseppe et Carmela, les enfants Scorta. L'histoire de Rafaelle qui devint le quatrième de la fratrie. Tous condamnés à vivre et mourir sur cette terre des Pouilles. C'est l'histoire de leur descendance qui lavera, peut-être, le péché ...

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/46/Monte_Sant%27Angelo2.JPG/800px-Monte_Sant%27Angelo2.JPG

En vrac et au fil des pages

Je réfléchissais ,en pensant à cette chronique, au vrai sujet du livre. Souvent présenté comme une saga familiale, je l'ai lu plutôt comme l'histoire d'une terre qui retient les hommes, les empêche de partir et de se construire ailleurs. Une terre aride, dure à travailler, qui ne se livre pas, comme en font l'expérience ceux qui veulent travailler les oliviers. Liés par le sang et par la terre, les Scorta ont pourtant tenté de partir, de fuir en Amérique pour une nouvelle vie. Mais le destin les a rattrapés et, toujours, les a ramenés à Montepuccio où tout a commencé.

Ce roman est aussi l'histoire d'un clan comme l'explique Domenico à son neveu: "Tu n'es rien Elia. Ni moi non plus. C'est la famille qui compte (...) Les Scorta, ça, c'est quelque chose (...) Tu as une dette désormais. une dette envers ceux de ton nom". En disant cela il scelle le destin du garçon qui, à son tour, fera la terrible expérience de la souffrance, de la folie qui s'insinue lentement  en l'homme mais qui est aussi l'héritage des Scorta.

La fin apporte en même temps qu'un espoir, un renouveau. Anna, fille d'Elia sera peut-être celle qui brisera les chaines. Mais la suite ne le dit pas et l'on referme le livre en pensant à cette famille, née d'une erreur, maudite et battante, dont Carmela raconte l'histoire . Car le roman est bâti sur une alternance de récit et d'un monologue dans lequel Carmela, fille de Rocco, se livre, fait entendre sa voix au crépuscule de sa vie,mais aussi celle des Scorta, revient sur les secrets, les erreurs, pour enfin exorciser le mal. En même temps , s'adressant au prêtre, elle lui confie un dernier mensonge car seul compte l'honneur des Scorta.

L'écriture est belle, juste. Les mots sont recherchés pour exprimer l'essentiel et donner à voir la terre des Pouilles, le caractère bien trempé de ses habitants, l'intolérance et l'esprit de clan. On entend les accents du Sud de l'Italie jusque dans sa cuisine, savoureuse, riche, colorée. A la fin de leur vie, d'ailleurs, les frères Scorta se remémoreront ce jour où Rafaelle les convia dans le trabucco et où tous s'attablèrent autour d'un merveilleux repas, la famille réunie pour la première fois, toutes les générations à table, oubliant la malédiction de Luciano, fiers d'être ensemble, "Après une vie entière, c'est le souvenir le plus beau de tous".

defi Laurent Gaudé

Les chroniques des copinautes :

Aaliz

Piplo

Angelebb

Félina

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Véro1001 19/03/2013 18:09

Une très belle découverte pour moi ! Et pour une fois que j'aime un prix Goncourt !!

unchocolatdansmonroman 20/03/2013 13:31



oui c'est pareil pour moi, il est rare qu'un de ces prix me convienne ;)



nekotenshi 18/03/2013 10:49

Très belle chronique choco, comme d'habitude :) J'avais découvert Laurent Gaudé avec ce livre il y a un an de ça, et quand j'y pense j'ai le souvenir d'un sentiment de nostalgie après avoir refermé
le livre...
Pour moi, il rappelle aussi les vraies valeurs : la famille, gagner les choses par le travail pour être fier de pouvoir dire "ce que j'ai, je ne le dois qu'à moi et à mes efforts"...
Mais je m'étale et je pourrais m'étaler encore longtemps, alors je vais m'arrêter là :p

unchocolatdansmonroman 20/03/2013 13:34



dommage, j'aime bien te lire moi ! merci pour ton commentaire, c'est un livre dont je relis parfois des passages ( le repas des Scorta, l'arrivée de Luciano dans le village, la fin avec Anna et
son père Elia ...)



flou 17/03/2013 22:51

un livre magnifique! lu il y a longtemps maintenant, mais que je relirais avec plaisir, comme tous les livres de cet auteur!

unchocolatdansmonroman 20/03/2013 13:35



je ne connais pas tous ses livres ( d'où le challenge ;) ) mais Cris, Le Soleil des Scorta , La Porte des enfers, Pour seul cortège m'ont enchantée



Tigrouloup 17/03/2013 06:49

Un livre gorgé de soleil!
on sent bien les clans italiens et l'importance de la famille, du terroir.
Décidément, l'Italie est au goût du jour!
Belle chronique!

unchocolatdansmonroman 17/03/2013 10:03



Merci :) et si tu vas dans les Pouilles tu prends des photos hein ? ;)



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...