Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2014 7 17 /08 /août /2014 07:08

http://www.misenpage.fr/wp-content/uploads/2013/11/le-restaurant-de-l-amour-retrouve.jpg

 

Le Restaurant de l'amour retrouvé, Ito Ogawa, éditions Philippe Picquier, 2013, 244 pages

Genre : roman

Thèmes : amour, guérison, maladie, gastronomie, passion, Japon, Inde

 

l'auteur en quelques mots ...

http://www.babelio.com/users/AVT_Ito-Ogawa_3459.jpeg

Née en 1973, Ito Ogawa est un écrivain japonais connu de chansons et de livres illustrés pour les enfants. Avec « Le restaurant de l'amour retrouvé », son premier roman, elle a obtenu un grand succès auprès des critiques et du public. Le roman a remporté le Prix Étalage de la Cuisine 2011 et une version cinématographique est sortie sur les écrans japonais en 2010. 

L'histoire :

En rentrant du restaurant où elle travaille, Rinco trouve son appartement vide. Alors qu'elle l'occupait avec son petit ami indien, ce dernier est parti en emportant tout ce qu'ils avaient tous deux achetés en commun. Par dessus tout ont disparu ses ustensiles de cuisine, si patiemment acquis par cette jeune femme passionnée de gastronomie."Le mortier de l’ère Meiji hérité de ma grand-mère aujourd’hui disparue, le baquet en bois de cyprès dans lequel je gardais le riz au chaud, la cocotte en fonte Le Creuset enfin achetée avec mon premier salaire, les baguettes de cuisine à pointe fine dénichées chez un marchand spécialisé de Kyôto, le couteau d’office italien que m’avait offert le chef d’un restaurant bio pour mes vingt ans, mon tablier en lin si agréable à porter, les galets ronds indispensables à la confection des aubergines en saumure, sans oublier la poêle en fonte pour laquelle j’avais fait tout le trajet jusqu’à Morioka." Décidant de quitter l'appartement, Rinco retrouve le chemin de son village natal et retrace ce que fut son enfance entre une grand-mère adorée et une mère indifférente. C'est pourtant cette dernière qui l'attend au village.

Ayant perdu la voix, Rinco apprend à communiquer différemment et décide de faire de sa cuisine un partage pour ceux qu'elle aime. Aidée en cela par son ami Kuma, homme doux et généreux, elle opte pour un seul service et une seule table."Mon restaurant, je voulais en faire un endroit à part, comme un lieu déjà croisé mais jamais exploré.Comme une grotte secrète où les gens, rassérénés, renoueraient avec leur vrai moi"Hérités de sa grand-mère et de sa sensibilité, ses plats se révèlent vite envoûtants et magiques. Il faut dire qu'elle n'utilise que des produits du terroir qui ont eux-mêmes une histoire et qu'elle prend le temps d'écouter ses clients, de se renseigner sur eux afin que son menu colle parfaitement à leur personnalité. A l'ouverture de son petit restaurant, des gastronomes variés lui sont amenés par Kuma, tous habités par un amour perdu ou en devenir. La cuisine réconfortante de Rinco devient alors pour eux un moyen de se révéler.

Parallèlement ce retour au pays natal marque les retrouvailles de la jeune femme avec sa mère dont elle découvre les facettes cachées, bien loin de l'image détestable qu'elle avait gardée ...


En vrac et au fil des pages...

http://www.plathey.net/livres/japon/photos/ogawa-ito-restau-film06-p.jpg

On aurait tort de ne se fier qu'au titre fleur bleue et de passer son chemin ! Une histoire à la fois douce et tragique sous- tend ce roman dont chaque étape est une invitation à cuisiner pour le plaisir, pour faire plaisir, pour partager. Ici les aliments sont choisis en fonction de leur accord, de la personnalité du gourmet mais aussi du moment. ils évoluent comme des personnages. C'est d'ailleurs le cas du cochon avec lequel vit la mère de Rinco et qu'elle traite comme un véritable enfant, qu'elle cajole jusqu'au moment où la maladie s'insinue dans la vie de la mère et que ce cochon devient le symbole de l'amour que Rinco souhaite lui offrir. Une scène assez violente je dois dire, précise, qui souligne cependant avec une certaine énergie la volonté de la jeune femme de créer à partir d'un élément vivant une émotion.  Comme un retour à l'enfance, aux émotions liées à un parfum ou un met, le récit nous entraine au coeur de la vie de Rinco qu'elle -même n'avait jamais perçue sous ce jour.

C'est aussi un roman sur le pardon, le regard de l'autre, les sentiments qui évoluent . On peut y lire enfin l'mour comme instant de partage et l'on dit souvent que la cuisine est une preuve d'amour pour ceux qui nous entoure pour peu que l'on y mette coeur et passion. 

J'ai apprécié de retrouver ce que je ressens moi-même en cuisinant : un instant de béatitude où l'on prend le temps de choisir, de sentir, de goûter et d'associer en imaginant ce que nos proches vont en penser. Un instant aussi qui nous éloigne de ce qui nous entoure, le temps de la confection d'un plat, comme une bulle.

Et c'est ce que l'on ressent aussi à la lecture de ce récit , un doux cocon qui ne cherche pas plus loin que les émotions instantanées qu'il suscite et ne se prend pas la tête avec des tournures alambiquées. Comme souvent dans les romans asiatiques l'auteur prend le temps, déplie les sensations des personnages qui prennent le temps de s'émerveiller, l'harmonie avec la nature , le rythme des saisons ... On peut donc y voir un message, comme une invitation au retour à la nature, à la simplicité loin du monde moderne dans lequel on en prend pas toujours le temps de déguster, de s'émerveiller. peut-être aussi un monde dans lequel on mange n'importe quoi, n'importe quand. finalement on se laisse d'abord porter par le récit et puis on réfléchit, c'est ce que j'ai apprécié dans ce roman qui peut paraitre de prime abord assez simpliste mais contient en substance bien des interrogations ...

Alors évidement on pensera peut-être à l'Ecole des saveurs d'Erica Bauermeister. Pourtant ici la plume est marquée par une écriture propre aux auteurs japonais.

Un premier roman sensible à découvrir.

 

Le Petit plus ...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

FondantGrignote 14/10/2015 16:04

Bonjour Nathchoco ! Je suis en train de le terminer ; quel bonheur, ce roman !! Un régal ! et du coup, j'ai regardé avec plaisir la vidéo en bas de ton billet :-) Très bonne fin de semaine.

nath 14/10/2015 16:36

les romans gourmands sont souvent sympas à lire, j'ai apprécié le côté sensible de celui-ci. Merci de ton passage

Elsinka 25/08/2014 13:08

Ton avis titille mon intérêt.
Bon, moi, le titre ne me choque pas, je le trouve même plutôt poétique, mais bon. xD (D'ailleurs, y a une allitération en "r", haha !) Bon, de toutes façons, un titre n'influe que bien rarement sur
mon envie de lire ou non un livre. ^^
Quoi qu'il en soit, je note le titre dans un coin. ^_^

unchocolatdansmonroman 27/08/2014 10:35



pareil pour moi, je lis surtout le résumé et la première page ;) à découvrir à mon avis, j'ai bien aimé



Olivier 19/08/2014 14:53

Content que le livre t'ai plus.
Ce livre était fait pour toi ^^

unchocolatdansmonroman 19/08/2014 15:19



c'est vrai ! une belle histoire en tous cas merci



jerome 18/08/2014 13:26

Tu qualifies le titre de "fleur bleue", moi je dirais qu'il est très cucul. Pour autant ce roman a tout pour me plaire.Le Japon, la gastronomie... ça me convient parfaitement !

unchocolatdansmonroman 19/08/2014 15:20



oui le titre est vraiment bof pour nous français, je ne sais pas pourquoi ils ne l'ont pas changé !



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...