Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 07:24

http://prixlitteraires.blog.albin-michel.fr/files/2012/09/couv-pollock-diable-tout-le-temps.jpg

Le Diable tout le temps, Donald Ray Pollock, éditions Albin Michel, 2012, 384 pages

Genre : roman noir

Thèmes : Amérique, religion, maladie, fondamentalisme, meurtres, années 60, perdition

L'auteur en quelques mots ...

http://www.lexpress.fr/medias/2314/1184942.jpg

Né en 1954 à Knockemstiff, Ohio, Donald ray Pollock a travaillé durant 32 ans dans une usine de pâte à papier avant de se lancer dans l'écriture. En 2008 il publie son premier ouvrage de nouvelles intitulé justement Knockemstiff.Durant la campagne présidentielle, il se fait connaitre en publiant des chroniques pour le New York Times, les élections vues de l'Ohio. Le Diable tout le temps est son premier roman et a connu un succès immédiat. En France on classe de roman dans la catégorie policier. Aux Etats-Unis dans le domaine du Southern Gothic.

Donald Ray Pollock se dit influencé par William Gay ou Child of God de Cormac mc Carthy et déclare aimer écrire sur les êtres en perdition plutôt que sur les braves gens. il faut dire que sa vie ne fut pas simple et que lui aussi a connu les affres de l'alcoolisme, cette dérive dont il s'est relevé pour en faire le socle de ses récits.

L'histoire

  " En un triste matin de la fin d'un mois d'octobre pluvieux, Arvin Eugene Russell se hâtait derrière son père, Willard, le long d'une pâture dominant un long val rocailleux du nom de Knockemstiff, dans le sud de l'Ohio". En un étrange rituel,père et fils se retrouvent dans une clairière autour de "l'arbre à prières". "Arvin ne savait pas ce qui était le pire, la boisson ou la prière. Aussi loin qu'il pût se souvenir, son père lui semblait avoir passé sa vie à combattre le Démon".

Il faut dire que Willard Russell était rentré de la guerre, à l'automne 1945, avec en tête le souvenir de soldats tués dans des conditions atroces dans les îles Salomon, dans le Pacifique. Cela change un homme. "Il n'arrêtait pas de se dire que si jamais il arrivait chez lui, plus jamais il ne quitterait Cold creek, Virginie Occidentale". Sa mère , Emma, se disait aussi, priant chaque jour pour que son fils rentre sain et sauf,  qu'il serait bon qu'il épouse une fille du pays, comme Helen, car au diable la beauté, rien ne vaut un foyer. Mais en ce jour de 1945, c'est Charlotte Willoughby que Willard venait de choisir dans ce petit restaurant nommé Wooden Spoon où cette dernière était serveuse. Il lui fallu du courage et quelques visites à l'église du révérend Sykes pour reprendre le cours des choses, car il avait changé.

Il épousa Charlotte et partit pour l'Ohio .Helen , de son côté, épousa l'un des prédicateurs de Topperville, Roy, dont le sermon avait impressionné l'assistance au retour de Willard, éprouvant leur foi physiquement afin d'impressionner les âmes sensibles. Au printemps 1948 nacquit Arvin. Roy et Helen, eux, eurent une petite Lenora. Mais rapidement Roy s'enferma dans son délire, persuadé d'avoir perdu puis retrouvé la foi, convaincu qu'il pouvait ressusciter les morts. Son frère Théodore, jaloux de son couple, le persuada alors de tenter l'expérience sur sa propre femme." Si tu réussis un truc pareil, Roy, il y aura pas dans toute la Virginie Occidentale une église assez grande pour contenir tous les gens qui voudront t'entendre prêcher". Helen mourut au fond d'un bois et Lenora fut élevée par Emma. "Assis à regarder son fils, Willard ressentait un intense besoin de prière. Cela faisait des années qu'il ne s'était pas adressé à Dieu, pas la moindre requête, pas la moindre louange, depuis qu'il avait trouvé le Marine crucifié, pendant la guerre, mais il sentait maintenant que ça grossissait en lui, le besoin urgent de se mettre en règle avec son Créateur avant que quelque chose de mauvais n'arrive à sa famille".

Des années plus tard, au cours de l'été 1958,  père et fils devaient se retrouver autour du tronc à prière maculé de sang, pour un sacrifice sensé sauver Charlotte de la maladie qui la rongeait. Willard, perdu dans sa folie, n'avait alors pas conscience de ce qu'il léguait à son fils en héritage, du chemin que ce garçon devrait parcourir pour trouver la paix dans un monde peuplé de détraqués comme le pasteur Teagardin, amateur de chair fraîche, ou encore cet étrange couple, Carl et Sandy, qui écument les routes à la recherche d'autostoppeurs afin d'assouvir leurs délires malsains et qu'Arvin finira par croiser...

En vrac et au fil des pages

Un premier roman extrêmement prenant que l'on ne lâche pas, d'une page à l'autre. Donald Ray Pollock sait trouver les mots pour décrire une Amérique profonde, glauque, perdue ou en perdition, des êtres animés par la foi mais poussés vers la mort, des comportements déviants générés par l'alcool, la guerre, les traumatismes de la vie. L'écriture est belle, forte et juste. Noire , certes, mais non dénuée d'humour. Puis cette histoire prend à la gorge et le lecteur, alignant les pièces du puzzle, se laisse embarquer dans la souffrance du jeune Arvin, dans les délires malsains du couple sandy/carl, tueurs en série, dans la soif pédophile du pasteur Teagardin ou l'obscur besoin de pouvoir du shériff Bodecker. Tous les personnages sont unis par un même sentiment d'enfermement, comme s'ils ne pouvaient quitter ce lieu où ils sont nés, ancrés et où ils mourront, d'une façon ou d'une autre.

Dès les premières lignes l'auteur nous tient avec cette relation père/fils hors norme et l'on ne peut s'empêcher de plaindre et d'excuser l'amour fou et passionnel de Willard bien qu'il lègue à son fils Arvin une existence douloureuse en guise d'héritage. Lui-même comprend à la fin, dans une sorte de réconciliation posthume, ce qui a poussé son père à de tels actes. Les descriptions sont parfois crues, mais toujours voilées, ainsi en est-il des sévices subis par les autostoppeurs par exemple. Nul besoin de détails, ils sont parfois distillés ça et là au fil des pages mais c'est l'imagination du lecteur qui fait le reste et peint peu à peu le décor sombre et malfaisant des scènes.

On avance dans l'histoire, sans savoir où cela va réellement nous mener tant le diable semble mener la danse. La seule lueur d'espoir est un personnage: Arvin, porteur de la lumière sans doute, de la rédemption peut-être. Car la foi, la religion sont omniprésents dans ce roman. Mais la prédication décrite est loin de toute messe traditionnelle. Ici les fondamentalistes tuent, poussent au vice et leurs ouailles s'engluent dans une existence vide de sens. Pour cela on s'attache tout de suite à la famille d'Arvin, à la tendre grand-mère Emma, à la douceur et l'optimisme de Charlotte, à la naiveté de Lenora. Le lecteur a besoin de croire et Donald Ray Pollock nous en donne les moyens puis nous les reprend et joue avec nos sentiments.

Je ne sais pourquoi ( peut-être pour le côté sombre et les meurtres en série, la figure du shériff ou cette histoire de diable) ce roman m'a fait penser à un film de Bertrand Tavernier, Dans la Brume électrique, que je vous recommande car aussi bien mené, lent et sombre.

Le titre est étonnament bien trouvé car le diable est partout, y compris dans l'église (ici les brebis ne sont pas sauvées) , dans ces âmes corrompues, dans les comportements dépravés, comme si Dieu n'avait pas accès à cette région des Etats-Unis, mais il est aussi dans l'écriture qui nous fait apprécier un roman des plus noirs, espérant qu'une âme plus pure que les autres s'en sorte. Les destins des uns et des autres s'imbriquent, à des années ou des kilomètres d'écart, tout est pensé avec mesure.C'est diablement bien joué Monsieur Pollock !

  découvrez la chronique de Jérôme

Découvrez la chronique de Jostein

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Le Bouquineur 05/02/2013 14:59

A vrai dire, ce genre d’horreurs on en a déjà lues dans de fameux thrillers, mais là où Donald Ray Pollock se distingue avec talent, c’est qu’au-delà de ces scènes monstrueuses et de la perversité
abominable de ses personnages, il arrive à nous faire lire son roman sans qu’on s’indigne plus que ce que la raison voudrait. On pense un peu à la Flannery O’Connor de Les braves gens ne courent
pas les rues.Superbe roman.

unchocolatdansmonroman 09/02/2013 06:10



Ce que vous dites est tout à fait vrai. D'où vient cela d'ailleurs ? Je pense que la lenteur du rythme et la description de l'environnement facilitent la compréhension de ce que vivent les
personnages



jerome 31/12/2012 08:54

Son recueil de nouvelles (Knockemstiff) sort en poche début février chez Libretto. Achat obligatoire en ce qui me concerne.

unchocolatdansmonroman 31/12/2012 09:54



oh chouetten chouette : merci de l'info ;)



jerome 30/12/2012 20:28

Un incroyable premier roman. Quand on y pense, entrer en littérature avec un texte pareil, il fallait oser. Il n'y a que la littérature américaine pour proposer des pépites comme celle-là.

unchocolatdansmonroman 31/12/2012 03:56



c'est vrai, cet univers assez sombre est propre aux écrivains américains. Peut-être que les lieux et l'Histoire sont aussi propices à cela. Le côté pittoresque décrit nous plonge immédiatement
dans l'Ohio décrit, c'est fou ! j'aimerais beaucoup lire les nouvelles qui précèdent.



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...