Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 02:20

http://livresetmarteaux.files.wordpress.com/2012/09/la-tombe-des-lucioles.gif

La Tombe des lucioles, Akiyuki Nosaka, editions Picquier, 1988, 139 pages

Genre : récit autobiographique

Thème : bombardements de 1945, enfants, imagination, rêve, guerre

L'auteur en quelques mots ...

http://www.babelio.com/users/AVT_Akiyuki-Nosaka_9179.jpeg

Akiyuki Nosaka a écrit ce récit en se référant à sa propre vie. En 1945 il perd ses parents adoptifs dans le bombardement de Kobé. Il se livre alors à des vols pour survivre, trouver de quoi se nourrir. Peu de temps après meurt sa jeune soeur, qui n'a pu survivre à cette folie. On peut comprendre que ce récit doit avant tout être lu comme un moyen de se libérer du traumatisme subi.

Il faut dire que l'auteur passe pour un provocateur et que ces écrits sont souvent mal perçus, comme Les Pornographes, adapté au cinéma. Chanteur et parolier, Akiyuki Nosaka a connu mille métiers avant de se lancer dans l'écriture, est passé par la maison de correction avant de finalement retrouver son père naturel ...

L'histoire


1945, Kobé. Le jeune Seita agonise dans une gare, au milieu d'autres sans abri. Sa soeur est morte et ,lui, entend les voix qui l'entourent.

Le narrateur revient alors sur le destin de ces deux enfants. Quelques temps plus tôt, ils se retrouvaient orphelins après que leur mère , malade, soit décédée sous les yeux de Seita. Soucieux de protéger sa soeur, celui- ci lui cachera la disparition de leur mère. Rapidement pourtant les deux enfants se retrouvent chez une cousine qui les héberge mais les maltraite. Fuyant ce foyer peu accueillant, Seita et Setsuko vont se réfugier dans une caverne qui va devenir leur refuge. Dès lors, les deux enfants vont faire de ce lieu un espace de liberté, un lieu imaginaire peuplé de lucioles. La guerre qui gronde autour d'eux ne les atteint pas. Pourtant chaque jour est une épreuve ...

Dans les années 60 un couple de japonais accueille des américains. Ensemble ils reviennent sur les relations américano-japonaises et sur la guerre

En vrac et au fil des pages ...

 http://image.mabulle.com/p/pe/pequena-chica.mabulle.biz/le%20tombeau%20des%20luciloes.jpg

Par certains côtés ce roman m'a fait penser à La Vie est belle de Roberto Begnini. Comment en temps de guerre faire croire à un enfant que ce qu'il voit fait partie d'un jeu, d'un rêve et lui permettre de vivre sa vie d'enfant, ce qu'il devrait vivre à son âge ? Un moyen de fuir les atrocités des bombardements de 1945 dans le cas de La Tombe des lucioles.

Dès les premières pages le récit m'a interpelée par la violence des propos, le caractère dur, tranché et en même temps les phrases à rallonge, comme si on n'en finissait pas de découvrir les horreurs de la guerre. Puis au milieu de tout cela, des enfants. Le contraste est saisissant et l'on ne peut s'empêcher de penser que l'auteur a vécu cela même si certains passages sont romancés et que la langue , qui ne nie pas l'horreur, crée une distance. La langue qui passe par l'argot parfois, nous rappelle que tout cela est du vécu.

le récit est découpé en deux périodes :

Le plus poignant sans doute est que le roman commence par la fin , la mort de Seita, seul dans une gare. On découvre alors par une analepse que les enfnats ne sont pas mort des causes directes de la bombe mais de dénutrition, parce qu'il étaient livrés à eux même dans un monde rendu fou.

La deuxième partie du récit propose une discussion entre japonais et américains, permettant de prendre de la distance et de revenir sur le passé, la résistance des japonais mais aussi leur côté buté qui a peut-être causé plus de tort, l'indifférence des américains, leur manque de lucidité lorsque les troupes sont arrivées au Japon, distribuant des chewing gum aux enfants. L'on découvre alors que les générations suivantes portent encore ce lourd fardeau, cette cicatrice. Ici le couple d'américains est présenté comme supérieur, persuadé que la Japon doit encore être soumis. Les japonais, les plus anciens, quant à eux ne peuvent pardonner.

Je ne connaissais pas le film d'animation tiré de ce récit autobiographique (Le Tombeau des lucioles) mais une recherche sur le net et le vionnage ci dessous me laisse penser que le film est beaucoup plus poétique que le récit. Cela étant j'ai retrouvé l'émotion que j'ai eue à la lecture. Le principe fort qui sous-tend le roman est que chaque fois que l'espoir semble nous quitter, une luciole s'allume qui rappelle la force de la volonté. Symboles de la fragilité de la vie elles représentent aussi l'espoir.

Le petit plus ...

bannière1-challenge-2013


Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Alison Mossharty 18/12/2013 22:36

Je ne savais vraiment pas que c'était un roman, en lisant ta chronique il semble très poignant (vu le sujet d'un côté, c'est sur que ça doit pas être fun ^^. J'adore l'animé il est très beau, je ne
sais pas si tu la regardais mais j'espère qu'il t'a plu !

unchocolatdansmonroman 21/12/2013 08:50



j'ai vu le film d'animation et je dois dire que les deux sont poignant à leur façon



Joanna 09/12/2013 18:05

Oh ! je suis touchée. J'espère qu'il te plaira autant qu'il m'a séduite. Bonne lecture ! j'ai hâte de connaitre ton avis sur ce livre.

joanna 07/12/2013 19:04

C'est toujours un plaisir de te rendre visite. Bonne continuation à toi

unchocolatdansmonroman 08/12/2013 02:43



oh c'est gentil ça ! merci ;) Tiens je viens de commander le Huitième continent, j'ai craqué suite à ton avis !



joanna 06/12/2013 20:56

J'ai vu le film avant de lire le livre. C'est un des rares films que j'ai vu plusieurs fois. Il est vraiment très touchant. J'ai découvert le livre par la suite et je dois dire qu'il m'a encore
plus émue. Peut-être parce qu'il s'agit d'une histoire vraie.

unchocolatdansmonroman 07/12/2013 03:03



Je ne l'ai vu que récemment mais je pense que , comme toi, je le regarderai encore car cette histoire est très forte. Le roman est très proche , donc belle adaptation. Il faut se faire à la plume
un peu particulière de l'auteur cependant. Merci de ta visite ;)



jerome 03/12/2013 13:46

Il y a longtemps que je veux découvrir ce texte. Le film d'animation est incroyablement touchant.

unchocolatdansmonroman 03/12/2013 14:01



je pense qu'il devrait te plaire. Au départ le style, les phrases longues, perturbent un peu le lecteur qui ne connait pas cet auteur. mais rapidement l'histoire emporte, d'abord par l'horreur de
la situation puis par la poésie qui s'impose



Syl. 03/12/2013 10:20

Je n'ai pas lu le livre, mais j'ai vu le film animé... superbe !

unchocolatdansmonroman 03/12/2013 10:22



je l'ai découvert en même temps que le roman et c'est vrai que c'est un très beau film, l'histoire est de toutes façons touchante



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...