Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 03:20

http://www.editionsboreal.qc.ca/media/livres/grand/L-52-1.jpg

La Petite fille qui aimait trop les allumettes, Gaëtan Soucy, coll Boréal Compact, 2000, 182 pages

Genre : roman

Thème : abandon, deuil, réclusion, liberté, enfance, violence, quête de soi

L'auteur en quelques mots ...

http://i10.servimg.com/u/f10/11/12/64/80/th/soucy10.jpg

Né à montréal en 1958, Gaëtan Soucy se lance dans des études scientifiques puis littéraire et obtient une maitrise en Philosophie au cours de laquelle il produit un mémoire sur la théorie transcendentale des sciences dans la philosophie critique kantienne. Amoureux du Japon il s'y rend régulièrement et entame une étude pousssée du japonais. En 1994 il publie l'Immaculée conception, connu en france sous le titre 8 décembre, qui lui vaut un prix littéraire d ela ville de Chambéry. 1997, L'Acquittement lui permet d'obtenir le prix de la ville de Montréal, puis 1998 La petite fille aux allumettes qui est un vrai succès. Il se lance alors dans le théâtre avec Catoblépas puis revient au roman avec Music-Hall en 2002. Il est aujourd'hui reconnu comme un grand écrivain au niveau international.

L'histoire :

A la mort de leur père, qu'ils retrouvent pendu un matin, deux adolescents doivent apprendre à se débrouiller seuls. Mais comment s'y prendre et par quoi commencer alors que leur père les a toujours maintenus dans son domaine, isolés du monde ? Leur éducation s'est faite essentiellement par les livres, notamment les saintes écritures dans lesquelles le père trouvait les leçons de vie à respecter et les romans de chevalerie qui donnent une image idéale de leurs semblables aux jeunes gens.

Le narrateur se lance alors dans le récit de ces quelques jours qui ont suivi la mort de leur père et qu'il consigne dans son grimoire, en bon "secrétarien" qu'il est. Persuadé d'être le plus intelligent des deux, il prend en charge les démarches qui vont le mener vers le village attenant au domaine, lieu "au-delà de la pinède" qu'il n'a jamais vu et qui ne représente pour lui qu'un lieu inconnu dans lequel évoluent des hommes, "des saintes vierges et des putes". Il espère trouver là une boite à trous, autrement dit un cercueil pour son père. Cette vision sommaire de la civilisation lui vaudra bien des surprises :"Rien n'était conforme à ce que j'avais imaginé du village", il s'attendait à découvrir "quelque pont levis avec des tapis volant circulant au dessus comme des mouches à feu du Japon, à des sandales, à des brebis, à des armures étincelantes comme celle de la pucelle, à tout le moins, mais ce n'étaient que des maisons analogues à la nôtre...". Cependant,  la plus grande surprise, sans doute, sera d'apprendre qu'il n'est pas un garçon comme le lui a toujours signifié son père en parlant de "ses deux fils" mais bien une fille. Une fille qui ne laisse d'ailleurs pas indifférent l'inspecteur des Mines qui se sent aussitôt investi d'une mission et souhaite la prendre sous son aile. Désormais il (elle) doit apprendre à composer avec ses "semblables" dont les idées saugrenues le surprennent et qui ne semblent pas toujours entendre ce qu'il a à leur dire.

Les villageois ne sont pas moins terrfifiés d'apprendre que le plus grand propriétaire minier de la région vivait là avec ses enfants, véritables sauvages qu'il maintenait reclus et envisagent d'envahir la propriété. Lorsque le responsable des Mines entre dans le domaine, c'est tout un monde étrange et effrayant qu'il découvre : une vie hors du monde, hors du temps où la folie l'emporte sur le bon sens. L'horreur de la situation lui apparait lorsqu'il découvre la créature que le narrateur nomme "Le Juste Châtiment" .Alors tous les éléments d'un lourd secret de famille se mettent en place.

Alors que son frère se lance dans la fortification du domaine , le narrateur se réfugie dans le hangar où il(elle) poursuit l'écriture de son récit en même temps que la quête de son identité, avant que n'advienne la fin ...

En vrac et au fil des pages:

Voici un roman étonnant, tant par le propos que par le style, la langue pétillante et enlevée, le vocabulaire fleuri. Même si j'ai eu du mal à entrer dans le récit qui me semblait un peu farfelu, sans queue ni tête, j'en ai vite compris les tenants et les aboutissants et me suis laissée porter par cette histoire à la fois poignante et tragique.

L'intérêt du récit réside dans la narration à la première personne qui permet de reconstituer le passé des deux jeunes gens et en même temps nous oblige à entrer dans leur raisonnement. Le lecteur doit alors oublier toutes ses connaissances pour accepter des mots nouveaux, des images surprenantes, l'histoire d'une jeune femme qui croyait jusqu'alors être un garçon car a été élevée comme tel et qui va de découverte en découverte avec le vocabulaire qui est le sien, à la fois pauvre et tellement riche puisque concret, mélange de tournures anciennes héritées de ses lectures des Mémoires de Saint Simon et d'un lexique populaire.

Il est très difficile de parler de cette lecture tant elle est surprenante. Le roman est basé sur un drame, une tragédie qui, lorsque nous sommes en mesure de tout reconstituer, permet de comprendre la folie qui entoure le récit. Mais ce drame est dévoilé par bribes et du point de vue de la jeune femme qui ne comprend pas tout, ne peut l'expliquer et a même du mal à le verbaliser avec les mots qu'elle connait. Ainsi est dévoilée toute l'horreur de la situation à travers un récit teinté d'humour où les quiproqos et jeux de mots font la part belle au lexique.

C'est aussi un roman sur la quête d'identité dans lequel on retrouve les éléments du conte ( la forêt fermée, sombre, le village ouvert qui représente l'autre monde, le passage de l'adolescence à l'âge adulte, le père dominateur et le discours très masculin). La place de la femme y est soulignée lorsque libérée de l'emprise qu'avait sur elle son père, la jeune femme s'émancipe et comprend à la fin tout le poids de l'éducation qu'elle a reçue.

 

Merci à Isallysun pour m'avoir fait découvrir ce livre et à Sunflo pour le challenge !

 

http://universdesunflo.files.wordpress.com/2012/10/quecc81bec-drapeau1.jpg?w=560

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Syl. 30/09/2013 09:05

Un des plus beaux billets que j'ai lus sur ce livre !

unchocolatdansmonroman 30/09/2013 15:25



ooh c'est gentil Syl ! J'ai vu que le livre t'avait plu aussi. je ne pensais pas qu'autant d epersonnes l'avaient lu mais je vois qu'un petit réseau se forme ;)



Topinambulle 31/10/2012 05:21

C'est un de mes livres préférés. Je viens de le prêter à mon copain, qui est beaucoup plus perspicace que moi. Il a compris rapidement que c'était une fille ;) Bien contente que tu l'aies aimé.

unchocolatdansmonroman 31/10/2012 08:23



ah c'était pas gégné pourtant ! Mais c'est bien amené ;) Merci de ton passage



argali 19/10/2012 16:30

Je ne connais pas du tout ce roman. Merci d'en avoir parlé. Je le note.

unchocolatdansmonroman 19/10/2012 17:34



avec plaisir ! c'est génial de faire découvrir des livres que l'on connait peu ;)



Sunflo 19/10/2012 00:43

J'avais bien aimé le style aussi. Toutefois l'histoire m'avait laissé perplexe. C'est un titre que je veux relire, non pas parce que je l'ai adoré, mais pour le découvrir avec un regard nouveau :)

unchocolatdansmonroman 19/10/2012 06:08



Je pense que si on m'avait juste raconté cette histoire comme ça j'aurais toruvé cela très glauque. mais le fait que l'on soit en quelques sortes dans la t^te du narrateur change tout. On lit
avec son point de vue ( troublant car elle ne comprends pas tout du fait qu'elle ne sait pas ...)



jerome 18/10/2012 15:43

Je ne sais pas... le coté farfelu me refroidit quelque peu. Maintenant, la langue pétillante pourrait me plaire. A voir...

unchocolatdansmonroman 18/10/2012 16:27



Entre les deux ton coeur balance ? Disons que farfelu n'est peut-être pas le mot mais décousu au départ, ce qui est normal puisque l'on évolu au fil de la pensée du narrateur, enfin de la
narratrice ... ;) Mais je pense que tu aimerais le travail sur la langue



khanel3 18/10/2012 07:03

Une très belle critique ! bonne journée

unchocolatdansmonroman 18/10/2012 07:57



merci ;) J'espère que cela t'a donné envie de le lire...



isallysun 18/10/2012 06:36

Et bien, ravie de te l'avoir fait découvrir et que malgré ta difficulté au début, tu t'es laissée prendre au jeu. :)

unchocolatdansmonroman 18/10/2012 07:58



ah oui totalement ;) merci encore



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...