Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 02:18

 

la part de l'autre

 

 

La Part de l'autre, Eric Emmanuel Schmitt, éditions Le livre de poche, Albin Michel,

Genre : roman

Thème : art, nazisme, Histoire, Hitler, estime de soi

 

L'histoire :" Adolf Hitler: recalé . Le verdict tomba comme une règle d'acier sur une main d'enfant. Adolf Hitler : recalé. Rideau de fer. Terminé." Ainsi débute le roman d'Eric Emmanuel Schmitt, éviquant le coupetret qui vient de s'abattre sur le jeune homme qui rêvait d'entrer à l'école des Beaux arts. "Pour Hitler, ce jour était le dernier de son enfance, le dernier où il avait pu encore croire que rêve et réalité s'accomoderaient".

" Adolf H : admis. Une vague de chaleur inonda l'adolescent (...) on ouvrit le cercle pour l'accueillir".

Voici "la minute qui a changé le cours du monde", l'instant qui a fait la différence entre deux destins, celui d'un jeune homme imbu de sa personne mais peu sûr de lui en société, rejetant la faute sur les autres, cherchant à briller par un talent qu'il n'a pas et son double, tout aussi narcissique mais suffisamment valorisé pour devenir un homme épanoui dans son art, capable d'introspection.

Adolf H savoure sa victoire et imagine aussitôt les lettres qu'il va envoyer à tous ceux qui l'ont méprisé, rabaissé, sa fiancée Stéphanie, sa tante Johanna et jusqu'à cet " instituteur, Linz, qui l'avait humilié, lorsqu'il avait huit ans, en montrant à tout la classe son beau trèfle rouge à cinq feuilles". Car il a du talent mais doit apprendre à l'exprimer. C'est ce que lui permettra l'école des Beaux arts de Vienne. Pourtant, tous les facteurs sont réunis pour qu'il abandonne ou subisse l'influence d'une idéologie qui s'étend en cette période , ainsi lors d'une séance de dessin d'après modèle lorsque "les quatre garçons posèrent violemment leurs crayons, saisirent leurs affaires, marchèrent avec bruit vers la porte (...) C'est indamissible ! Absolument inadmissible ! Adolf H se pencha vers son voisin Rodolph. Qu'est-ce qu'ils ont ? Ils refusent de dessiner ce modèle (...) parce que c'est un Juif". C'est qu'un autre problème le préoccupe.Lors des séances de dessin de nu, Adolf H s'évanouit devant la nudité féminine. Pourquoi ? quel étrange phénomène, à priori insurmo,table, l'empêche de se maitriser dans ces instants ? pire, il subit les moqueries de ses camarades, du modèle même ! "Il fallait qu'il guérisse" et ce constat le conduit chez le Docteur Freud. Ainsi accompagné Adolf H mènera tout un travail sur lui-même afin de comprendre son trouble et le surmonter. C'est à ce prix qu'il évoluera dans son apprentissage artistique autant qu'amoureux, entre peine de coeur et reconnaissance, mais l'un va-t-il sans l'autre dans ce monde d'artistes ? Reconnu comme un peintre à part entière, Adolf doit néanmoins trouver son style et s'affirmer. Mais au moment où s'amorce un virage dans sa vie, la guerre éclate ...

Hitler quant à lui ne peut digérer cette défaite. Recalé ? Comment ces professeurs ont -ils pu passer à côté de son talent ? .Jusqu'à la mort de sa mère "il s'aimait, il se voyait pur, idéaliste, artiste, exceptionnel, constamment placé sous la lumière éblouissante de sa bonne étoile. En un mot  : supérieur(...) Hitler se laissait maintenant moisir par le doute". Et sa logeuse qui réclame son dû. Comment la payer désormais ? Doucement, se met alors en place un stratagème, puis un mensonge et finalement une usurpation, un leurre pour lui-même. Hitler se fait passer pour un grand peintre et obtient les grâces de Wetti Hörl, à qui il fait d'outrageuses avances afin de masquer sa crainte des femmes, son dégoût fae aux choses de l'amour .Elle sera son faire valoir. S'affirme un sentiment en lui, "il se sentait pur, puritain, germanique" et tout autant persuadé de son talent copie des modèles et crée de petits tableaux qu'il vend à l'avenant, jusqu'à se croire reconnu par ce truand de Fritz Walter . Chez Wetti il entre dans le cercle des lecteurs d'Ostara et pourtant ne se reonnait pas dans ces écrits, "A la lecture d'Ostara, il avait fait plus qu'éprouver ce mépris du racisme ensiegné par les siens, il avait ressenti de l'indignation.Il se sentait personnellement visé par les violences de Liebenfels :les blonds supérieurs aux bruns ! Alors il fallait qu'Hitler aussi subît une vsectomie et fut déporté on ne sait où...Quel dangereux tissus d'insanités!". Mais la supercherie n'a qu'un temps et Wetti découvre son stratagème, ses imitations. Seul refuge : le foyer pour hommes, "Hitler, lui, arrîmé à ses rêves, bien installé dans ses habitudes, menant une vie bourgeoise dans un hopice pour pauvres, allait y demeurer quatre ans". C'est alors qua la guerre éclate...

Anéantissement pour Adolf H qui voit ses amis mourir et subit de plein fouet cette violence en laquelle il ne se reconnait pas, c'est une rvélation pour Hitler. "La guerre allait tout niveler par le bas. ils n'étaient plus que de la chair (...)Pire qu'une déception la guerre devenait pour eux ( les artistes) une trahison", "Hitler se trouvait à Munich et il se voulait allemand. même si ses parents avaient fait l'erreur d'être autrichiens et de le faire naître en Autriche, Hitler savait qu'il était allemand. C'était la seule naissance acceptable, noble, digne de lui". Hitler découvre alors un nouveau monde, des amitiés totales, sans concession, tout ce qu'il cherchait jusqu'alors, "On l'accepta sans une seconde d'hésitation (...) On but, on dit sa haine de l'ennemi". La guerre les transforme tous deux. Adolf H, grièvement blessé, doit la vie à une soeur qui lui inculque l'amour, celui que l'on peut trouver en Dieu même si Adolf H n'y croit pas alors. Grâce à cela il sortira de la guerre meurtri mais vivant et ne cessera jamais d'entretenir cette amitié troublante avec soeur Lucie. Pour Hitler, il ne fallait "pas moins que la guerre pour sortir de sa solitude rageuse (...) alimenter son idéalisme" et être reconnu pour ses talent d'organisateur, de leader dans la guerre. La guerre finie, il se découvre alors des talents d'orateur mais comprends peu à peu qu'il excelle sur les sujets qui le passionnent et par lesquels il peut mener les hommes. Car lui a échappé à la mort à plusieurs reprises et est persuadé qu'On lui destine un chemin d'importance, une mission. Une révélation: "Nous avons perdu la guerre à cause des Juifs. Comment ne m'en suis-je pas rendu compte plus tôt ?" et peu à peu la folie des grandeurs que l'on connait, jusqu'au final qu'il veut aussi maitriser.

Adolf H , sauvé, connaitra l'amour, la passion, la reconnaissance dans sa vie d'artiste car parviendra à s'affirmer et à transcender cette guerre dans son art. Sa vie, faite de souffrances et de déceptions mais aussi de beaucoup d'amour lui permettra de s'accomplir. pas de seconde guerre mondiale dans sa vie puisqu'il n'est pas celui qui l'a voulue ...

Alors revient la question qui sous tend le roman : et si tout cela s'était réellement passé ainsi ?

En vrac et au fil des pages : c'est peu dire que ce roman est envoûtant et questionne, bien longtemps après sa lecture. Le dossier final permet d'en comprendre l'écriture. Eric Emmanuel Schmitt revient en effet sur des mois de labeur, entre crainte et exaltation, critiques et encouragements pour un roman qui ne va pas de soi.

Comment décrire ce qu'aurait été Hitler s'il avait été valorisé, reconnu à sa juste valeur ? Comment ne pas réduire cette perception de l'homme à cela  car, si l' on ne peut occulter l'enfance difficile d'Hitler et les circonstances qui l'ont influencé, on ne peut non plus affirmer que cela aurait changé la face du monde. toutefois je trouve intéressant de se pencher sur le problème et de s'interroger, à la manière d'un philosophe, et si ...

Le roman est bien entendu extrêmement documenté et l'on sera peut-être surpris d'y apprendre qu'Hitler avait, dans sa jeunesse, des amis juifs et que cette haine ne lui est venue que bien plus tard, que rien n'avait germé dans son esprit durant son adolescence mais que c'est l'homme qui a fomenté tout ce que l'on sait à des fins purement égoistes.

Alors, évidemment on en vient à le plaindre et le lecteur peut se demander s'il doit culpabiliser pour cela. mais Adolf H , son double, est là pour nous rappeler qu'il était avant tout un homme et que c'est en tant que tel qu'il a agi. Ne pas le voir comme un surhomme, ou un être hors norme, peut aider à comprendre l'enchainement d'événements, de circonstances qui l'ont mené à une telle folie.

Eric Emmanuel Schmitt s'amuse toutefois à introduire la psychanalyse dans son roman en la personne de Freud mais aussi avec ce médecin qui soigne Hitler par hypnose et se sent par la suite responsable de ce nouveau déchainement de son patient contre l'humanité, persuadé qu'il doit accomplir une grande mission.

Adolf H n'est pas pour autant tout blanc et j'avoue avoir été un peu génée dans ma lecture par la proximité des deux profils au départ. Mais c'est que les deux hommes portent en eux les mêmes souffrances et le même égocentrisme. L'un d'eux parviendra à mener un réel travail sur lui-même afin de se débarrasser de ses démons, l'autre les laissera évoluer et faire de lui un être sans coeur, écoeuré, froid.

Un vingtième siècle sans Hitler ,  il fallait l'écrire ! Mais, avec tout le talent d'Eric Emmanuel Schmitt,  c'est aussi une belle leçon sur la part de l'autre qui sommeille en nous...

Pour en savoir plus sur l'écriture de La Part de l'autre

schmitt ee

retrouvez l'avis des autres lecteurs :

Alisson Mosharty

Stefiebo

Antomilna

XL

Isallysun

Natiora

Le Cottage de myrtille

Céline 031

Cacahuète

Lightjok

Lecture et Cie

Soso0806

piplo


littraturecontemporaine

Partager cet article

Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

isallysun 05/05/2012 19:42

Bon, il va falloir que je le réemprunte, simplement pour lire le journal à la fin! Merci d'avoir organisé cette LC|

unchocolatdansmonroman 06/05/2012 06:06



avec plaisir ! Oui le journal est un petit plus fort intéressant qui explique bien la démarche mais aussi les craintes de l'auteur face à un sujet aussi polémique. Il y raconte même ( mais là
j'en dis déjà trop !) qu'il a failli perdre des amis avec cette histoire !



piplo 05/05/2012 16:44

Coucou nath choco!
J'ai fait un lien dans mon billet vers le tien pour avoir l'avis des autres aussi... mais il n'y a pas tout le monde? Tu as regroupé tous les billets de la LC ailleurs?
A bientôt

unchocolatdansmonroman 05/05/2012 18:11



Sympa et oui je dois refaire la mise à jour car on m'envoie les billets au compte-goutte, mais pô grave. Allez je le fais maintenant tiens ;-) hihi



lectureetcie 03/05/2012 10:27

j'ai adoré ce livre, c'est, pour le moment, mon préféré de l'auteur. Je suis assez d'accord avec toi sur le fait que l'auteur ne cherche pas dans ce livre à refaire l'histoire mais plutot à nous
interroger sur ce qui peut faire basculer les choses, sur ce qu'il peut y avoir de meilleur et de pire en nous, et que les deux coexistent! J'ai trouvé également que faire intervenir Fraud et un
beau clin d'oeil!
Très bon billet et excellent livre!

unchocolatdansmonroman 03/05/2012 14:33



je suis contente qu'il t'ait plu aussi ;-). J'espère que ses autres oeuvres nous réservent de belles surprises comme cela ...



jeneen 01/05/2012 13:16

oui, c'est vrai, vu de cette manière, le message passe mieux ! un très bon livre, de toute façon (la preuve, il nous fait parler de lui !) bonne journée

unchocolatdansmonroman 01/05/2012 13:23



C'est vrai ! C'est probablement celui qui fait le plus parler d'ailleurs :)



Marion 01/05/2012 11:33

J'ai lu ce roman il y a des années, et malgré tout, j'en garde de très bons souvenirs... Je pense que ce livre est, de loin, le meilleur de l'auteur! Il est extrêmement bien documenté, bien
écrit,... Bref j'ai adoré!

unchocolatdansmonroman 01/05/2012 11:39



je te dirai si c'est le meilleur à la fin du challenge ! pour le moment j'ai été séduite en effet par le travail d'historien. mais j'ai aussi beaucoup aimé La Femme au miroir ...



jeneen 30/04/2012 23:04

Je l'ai lu dans le cadre d'une LC et de ton challenge, et j'avoue que ce roman, que j'ai trouvé excellent dans son écriture, sa forme et son concept, m'a dérangée. Et je ne suis pas sûre
d'apprécier de me poser la question sur un "autre" Hitler possible...Je crois que le choix d'Hitelr, osé, était trop pour moi. par contre, ton billet est ex-cellent, et je le mettrai en lien avec
le mien. bonne soirée !

unchocolatdansmonroman 01/05/2012 06:09



Je te remercie et je comprends tout à fait ce que tu ressens . L'Histoire ne peut être effacée d'un coup de baguette magique. Ce que j'ai trouvé intéressant c'est le fait de savoir ce qui a pu
pousser l'homme à devenir le monstre qu'il est devenu. Pour le reste nous sommes bien dans une fiction et c'est pour cela que je pense que le message de l'auteur n'est pas : voici ce qu'aurait pu
être Hitler et le monde , mais plustôt : pensez à ce qui peut faire basculer un homme et attention ...



Alison Mossharty 30/04/2012 19:40

Belle chronique ! J'ai beaucoup aimé toutes les références à Freud qui insiste encore plus sur le fait que réfléchir sur soi même peut résoudre de nombreux problèmes !
Très bonne continuation avec ton blog =D

unchocolatdansmonroman 01/05/2012 06:09



C'est un peu le dada de l'auteur que l'on retrouve d'ailleurs dans La Femme au miroir ;-)


Merci Alison, j'espère te lire à nouveau dès que tu auras une connection valable !



Le Cottage de Myrtille 30/04/2012 19:38

Belle chronique ! Si j'ai moins apprécié le roman que toi, je retrouve cependant dans ton billet tout ce qui m'a interpellée dans cette œuvre. A bientôt :-)

unchocolatdansmonroman 01/05/2012 06:14



Je comprends tout à fait ce qui t'a interpellée et dérangée à la fois. Pour ma part je ne me suis pas investie dans cette fiction , prenant mes distances avec la réalité qui malheureusement ne
peut être changée. Mais j'ai trouvé intéressant, non pas qu'on nous rende Hitler plus humain, mais qu'on nous montre les coulisses de ce qui a pu générer cela. J'ai été sensible au fait que
l'auteur a mené son projet jusqu'au bout bien que cela le rende malade par moments. Comme toi j'apprécie tout le travail qu'il y a derrière ce roman



Enigma 30/04/2012 17:38

J'ai adoré ce roman assez troublant. =)

unchocolatdansmonroman 30/04/2012 18:21



oui je crois que troublant est le mot car on a beau se dire que ce n'est qu'un roman, on en ressort avec une opinion quelque peu différente sur le personnage ... ;-)



Natiora 30/04/2012 09:13

Belle analyse ! Merci beaucoup pour ce challenge et cette LC, je me suis régalée avec ce roman :) Et dire que ce n'est que la première étape dans mon challenge, ça promet ;)

unchocolatdansmonroman 30/04/2012 14:59



Merci ;-) C'est aussi un roman assez long pour être prenant. je regrette parfois que certains soient très courts avec cet auteur justement. Bon courage pour le challenge ou plutôt bonne lecture !



Présentation/accueil

  • : Un chocolat dans mon roman
  •  Un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Partenariat Albin Michel

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

Articles Récents

  • Petits bonheurs quotidiens
    Nous avons la chance d'avoir, derrière la maison, une coulée en bord de Dordogne pour nous balader. Entre 6h30 et 7h30 quelques petits amis s'invitent au passage ... 45
  • Sois doux
    C'est une photo de Marion Pluss qui nous guide aujourd'hui avant une pause estivale durant laquelle il n'y aura pas d'atelier d'écriture. Leiloona nous invite à la douceur ... Sois doux, mon enfant, mon oiseau. Ne lui donne jamais l'occasion de pleurer,...
  • Concours carnets de recettes : Il est temps de voter !
    Trois personnes ont déposé leur petite recette estivale pour le concours. Il est temps de voter ;) Quelle recette vous plait le plus ? La mienne ne compte pas, bien entendu, mais je la dépose ici car les participations ne sont pas légion et elle est à...
  • Un 14 juillet à Bergerac
    Nous poursuivons notre découverte du pays bergeracois. Quoi de mieux qu'un 14 juillet pour se rendre compte du dynamisme de la ville ? Au fil des rues, les animations se succèdent, pique-nique improvisés sur les bords aménagés de la Dordogne, placettes...
  • Premier billet Bergeracois !
    Nous voici donc en terre d'accueil, le Périgord pourpre. Petit tour rapide du centre de Bergerac, en guise de mise en bouche ;) Comme un fait exprès, nous ne cessons de rencontrer des personnes qui ont de la famille à la Réunion. Petit clin d'oeil : des...
  • Thai Curry Chicken -
    Thai Curry Chicken - 1 lb chicken breast fillets 2 teaspoons vegetable oil 1 cup coconut milk 2 1/2 tablespoons panang curry paste 1 – 1 1/2 teaspoon fish sauce (to taste) 8 small potatoes or 2 large potatoes (optional) basil for garnish (optional) Thai...
  • Baron's Blackberry C
    Baron's Blackberry Cobbler | "Just made this with fresh blackberries and it was delicious! The topping is light and cake-like with a crunchy sweet layer on top, just how I like it."
  • Dernier billet réunionnais
    Avant de quitter l’île de la Réunion qui nous a accueillis pendant 6 ans, je tenais à faire un billet récapitulatif, un petit hommage. Cliquez sur les liens si vous souhaitez voyager Souvenirs ... Des paysages à couper le souffle ... Evasion, mars 2015...
  • Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, Harper Lee
    Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, Harper Lee, éditions de Fallois, 2005, 347 pages Genre : roman Thèmes : ségrégation, famille, enfance L'auteur en quelques mots ... Née en 1926 à Monroeville dans l'Alabama, Nell Harper Lee est connue pour son seul roman...
  • "Sweet Chilli Dippin
    "Sweet Chilli Dipping Sauce", a very easy Asian inspired dip. This fresh homemade sauce always scores over the store bought sauce which has added preservatives.

      délivré par Syl

Mes petites envies

logo liste d'envies