Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 13:24

http://lemainelivres.blogs.lemainelibre.fr/sites/lemainelivres.blogs.lemainelibre.fr/files/TSIOLKAS_La_gifle_3.jpg

La Gifle, Christos Tsiolkias, éditions Belfond, 2009, 466 pages

Genre : roman

Thèmes : famille, amitié, couples, discrimination, sexe

L'auteur en quelques mots ...

http://static.guim.co.uk/sys-images/Admin/BkFill/Default_image_group/2011/12/6/1323184648227/Christos-Tsiolkas-007.jpg

Né à Melbourne, Christos Tsiolkas est un écrivain d'origine grecque. Romancier mais aussi dramaturge, il connait avec La Gifle un succès international. Pourtant il n'en est pas à son premier écrit, loin de là. On le surnomme "le mauvais garçon des lettres australiennes" par le côté provocateur de ses écrits. En français on peut aussi lire Jesus Man , tableau dérangeant de l'Australie des années 90, un des premiers romans de l'auteur dans lequel pon trouve déjà les grandes lignes de La Gifle.

L'histoire : A Melbourne,le barbecue organisé par Hector et Aisha dans leur villa est l'occasion de rassembler la famille, les amis, de goûts , de milieux sociaux et d'origine différents. Hector est australien d'origine grecque, Aisha indienne, représentants d'une société multiculturelle qui pourrait faire penser à une carte postale de l'Australie rêvée.Mais ici, chacun critique ou encense l'autre alors que les enfants se disputent à cause du petit Hugo, enfant insupportable couvé par sa mère Rosie. Lorsque Harry s'interpose entre son fils et Hugo, c'est l'accumulation de toute la tension ambiante qui ressort et la gifle part, sous le regard médusé de l'assistance. Aussitôt on coupe court aux festivités et deux clans se forment : ceux qui pensent que le gamin l'avait méritée et ceux qui, fermement opposés aux sanctions physiques, pensent que l'adulte aurait dû se maitriser. A moins que ce ne soit pas si simple que cela. Car cet événement est le déclencheur d'une incursion dans la vie de chacun, où l'on découvre derrière le vernis, les infidélités, les critiques, les mensonges. Sur fond de critique sociale, les préjugés se font jour et les rancoeurs exacerbent les propos, les petits couples bien sages montrent leur côté obscur. Chacun a quelque chose à se reprocher, la drogue et l'alcool mènent le jeu, tous sont tiraillés entre leurs envies, leurs rêves et la société australienne dans laquelle ils vivent. Peu à peu les personnages trouvent leur voie, pas toujours celle qu'ils s'étaient tracée...

En vrac et au fil des pages : J'ai beaucoup apprécié cette chronique australienne, d'abord par la façon dont elle est présentée : un barbecue qui réunit tout le monde puis un chapitre consacré à un personnage en particulier, huit témoins que l'on découvre comme au microscope. Les points de vie divergent, se croisent donc et chaque personnage se dévoile un peu plus. Le plus surprenant est sans doute que la première impression que l'on a sur ces personnages n'est pas forcément la bonne. Ainsi Harry, dont on peut comprendre le comportement et la gifle qu'il donne au gamin, qui se révèle être un homme violent, limite raciste et que l'on finit par détester au fil de l'histoire.  Ou encore ce petit bonhomme, Hugo, que l'on a tôt fait de classer dans la catégorie "insupportable" mais que l'on finit par apprécier grâce à l'approche de deux adolescents: Connie et Richie.Je n'en dirai pas plus car ce serait trop en dévoiler mais lorsque le vernis craque on découvre la solitude de chacun au milieu de tous.

Sans doute l'originalité, mais aussi le défi de l'écrivain, est-il d'avoir rassemblé des êtres aussi disparates, parfois au sein d'un même couple. Ce qui fait avancer dans ce cas se résume à quelques substance qui font oublier et d'autres qui donnent l'illusion de pouvoir continuer. Les plus forts comprendront alors vers quoi ils doivent tendre, quitte à sacrifier leurs rêves, les autres subiront. Un reflet de la société australienne que connait bien l'auteur.

Pourtant le roman ne mise par uniquement sur les adultes et donne à voir deux adolescent, révélateurs aussi des changements et des interrogations qui perturbent les jeunes , notamment en matière de sexualité. C'est d'ailleurs sur Richie que s'achève le roman, un jeune sur qui repose l'espoir finalement alors que les adultes se sont emmurés.

Un brin sulfureux, parfois très cru, ce roman se lit pourtant tout seul. On peut le lire sans connaitre la société dont on parle mais savoir que la communauté aborigène ( pourtant pas au coeur du roman) est encore en proie à la discrimibation et que ce pays a encore bien du chemin à faire pour fonder un socle commun de valeurs partagées, aidera à comprendre un roman qui peut sembler dur. La Gifle est celle que l'on prend aussi à la lecture de ce livre, celle que prennent bien des personnages face à la réalité ...

Je finirai juste en disant que l'on a comparé cet auteur à Jonathan Franzen.Pour ma part, même si le principe de la chronique ressemble, le style n'a rien à voir. Celui de Christos Tsolkias est plus prenant . Essayez le donc !

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Natiora 02/10/2012 12:57

Super, je suis contente de lire un avis. J'avais repéré ce roman mais j'attendais d'avoir des retours dessus avant de me lancer. Je vais pouvoir l'ajouter à ma PAL ^^

unchocolatdansmonroman 03/10/2012 04:51



hihi ! ravie de faire grandir ta Pal ;)



khanel3 02/10/2012 09:33

très belle critique ! bonne journée

unchocolatdansmonroman 03/10/2012 04:51



merci ;)



jerome 02/10/2012 09:04

Moi aussi j'avais beaucoup aimé (http://litterature-a-blog.blogspot.fr/2011/03/la-gifle.html) même si je pense qu'il est difficile de conseiller ce titre tant son tyle percutant peut déranger. En
tout cas pour moi ce fut une bien belle découverte !

unchocolatdansmonroman 03/10/2012 04:52



une fois averti je pense qu'on peut le conseiller ;) Il est évident qu'il plait ou pas du tout mais ... il faut essayer !



Plume/Plumisa 01/10/2012 18:58

J'avais aussi aimé ce livre pour les raisons que tu cites. Et parce que chacun se retrouve forcément d'un côté ou de l'autre... Par contre, j'avais trouvé le style assez "passable".
Cela dit je suis d'accord, c'est plus prenant que Frantzen !!

unchocolatdansmonroman 02/10/2012 04:00



Je crois que cela vient du fait qu'il propose des choses assez violentes et crues. Mais je suis d'accord ce n'est pas un style extrêmement fouillé. On se laisse emporter par l'histoire ( surtout
celle de Aisha en ce qui me concerne) et cela passe bien ;)



Gigi-sempai 01/10/2012 18:25

En voilà un livre qui me tente depuis un bon moment maintenant.^^

unchocolatdansmonroman 02/10/2012 04:01



coucou Gigi, ravie de te revoir par ici ;) J'espère que tu auras l'occasion de le lire en effet ;)



joyeux-drille 01/10/2012 18:22

Je vois qu'on se rejoint complètement sur ce roman, à une exception près, le gamin ne m'a pas attendri, je l'ai trouvé insupportable d'un bout à l'autre, et il a bien mérité sa gifle, non mais
!

Je suis aussi content, à propos de ce livre, d'enfin trouver quelqu'un qui va au-delà du superficiel, c'est-à-dire le style trash, vulgaire, violent, pour s'intéresser au fond du livre et à la
satire sociale qu'il est en vérité.

Je pense aussi que ce roman mérite d'être lu et, surtout, d'être compris et non jugé à l'emporte-pièces.

unchocolatdansmonroman 02/10/2012 04:03



Je te remercie Drille. Le côté cru de certaines scènes ne m'a pas choqué car j'y ai lu aussi autre chose et que cela en dit long sur certaines âmes en perdition. Je crois que ce petit Hugo m'a
semblé plus attendrissant dans les bras de Richie ;) Enfance, adolescence ... je suis de ceux qui pensent que les enfants de 4 ans sont ce que l'on fait d'eux ...



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Pumpkin Autumn Challenge 
    Nouveau blog, nouveau challenge ! Chez Guimause, que je viens de découvrir, on organise un challenge d'automne selon trois formules (merci à PatiVore qui a relayé ce challenge) : Le Pumpkin Autumn Challenge débutera le 1er septembre et s’étendra jusqu’au...
  • Le Miroir et autres nouvelles fantastiques, Edith Wharton
    Le Miroir et autres nouvelles fantastiques, Edith Wharton, éditions Folio, 2011, 84 pages Genre : nouvelles Thèmes : spiritisme, fantôme, au-delà L'auteur en quelques mots ... De son véritable nom Edith Newbold Jones, Edith Wharton est née en 1862 et...
  • Qui es-tu Alaska ? John Green
    Qui es-tu Alaska ? John Green, éditions Gallimard jeunesse, pôle fiction, 2011, 402 pages Traduit par Catherine Gibert Genre : drame, jeunesse Thèmes : amitié, solitude, adolescence, littérature, souvenirs, résilience L'auteur en quelques mots ... Né...
  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...