Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 00:33

http://images-booknode.com/book_cover/2372/la-complainte-d-irwam-2371772-250-400.jpg

La Complainte d'Irwam, Anna Combelles, éditions Atine Nenaud, 2012, 404 pages

Genre : fantasy

Thèmes : légendes, merveilleux, mondes parallèles, livres,prophétie, quête, amour, amitié

l'auteur en quelques mots ...

http://www.babelio.com/users/AVT_Anna-Combelles_5325.jpeg

Je préfèrerais qu'Anna ( alias Nanet sur Livraddict et bloggueuse) se présente elle même . Aussi, très exeptionnellement, je vais attendre qu'elle vienne faire un petit tour par ici ( si, si vous allez voir elle va venir !) pour parler un peu d'elle.

D'où te vient cette écriture Anna ? Des stages, des ateliers au cours desquels tu aurais affiné ta plume ?

Ton roman souligne ton goût immodéré pour la lecture. Nathan te ressemble beaucoup n'est-ce pas ?

Le Voile. Il fallait l'inventer ! Comment est née cette idée ?

Pourquoi avoir choisi le Moyen âge pour ancrer une partie du récit ?

J'ai adoré Léandre et Cassiodore et mon petit doigt me dit que tu t'es laissée emporter toi aussi dans leur histoire. je me trompe ?

L'histoire

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQPtIKOidSKh5S1M-yh8Xbk-70ZSbKz1YtLjkq0uj4V3rAvLDhDTchPIDMQsA

Aewle raconte : en mettant en mots leurs émotions, les hommes ont libéré la magie. Dès lors, chaque récit donne naissance à une créature dans le monde réel. La magie des mots crée les êtres qui, eux-même, entrainent l'histoire. Sous le regard avide d'Irwam, sa fille, elle renouvelle le récit des origines, alors que les Sorciers, conscients des dangers de ce phénomène, ont souhaité maitriser la puissance des mots et empêcher les créatures les plus viles de nuire aux hommes. Ainsi est né le Voile, protection entre les deux mondes, réel et mystique. Cependant, devant l'imagination sans borne des hommes, la tâche des gardiens du voile se fit plus importante.

A quelques temps de là, Léandre et Cassiodore, chevalier et Mage, poursuivent leur route à la recherche de Syr Balllian et du passage qui , dans le jeu imagine par un Sorcier démoniaque, Evrad, les conduira vers une nouvelle aventure. A moins que ce passage ne les conduise vers notre réalité dans laquelle la lecture de Nathan fait naitre les mondes ...

En vrac et au fil des pages ...

http://asmodee.defr.org/~asmodee/La%20Tour%20Sombre/NEWS/NEWS_fichiers/SortieLTSfin.jpg

De la fantasy sur ce blog ? Et bien oui, ne jamais dire jamais ! Voici un roman qui a su me faire entrer dans un univers que j'avais abandonné depuis fort longtemps ( souvenir de jeux de rôles !). C'est donc un peu sur la défensive que je me suis installée dans mon canapé pour découvrir le récit concocté par Nanet. Curieuse et concentrée, je suis entrée dans un récit à tiroirs, sans difficulté, pour découvrir que les trois histoires ou périodes étaient imbriquées. C'est ici que l'affaire se corse car il ne faut rien lâcher. Tout lecteur se laissant porter par l'histoire sera plus ou moins attiré par un des trois mondes proposés et je dois dire que rapidement l'imaginaire prend le dessus, on ne se refait pas ! Nanet a pris soin d'ancrer une partie du récit dans le Moyen Âge, pour mon plus grand plaisir.

Côté écriture j'ai regretté bien sûr les quelques fautes et coquilles qui jalonnent le roman. Mon oeil est toujours attiré ( déformation professionnelle) par ces détails génants. Je souligne néanmoins que cela n'enlève rien au style qui, lui, est fluide et travaillé. Et il faut de la maitrise pour proposer un tel univers où nos repères s'éffondrent ! Ici Mages, Prophètes, Sorciers mais aussi Alwars ou Trouble-fêtes se partagent la vedette. Tout cela est clairement posé dès le départ et les notes de bas de page aident à la compréhension de cet univers en même temps qu'elles le mettent en place.

Petit regret : le titre qui propose une intrigue centrée sur Irwam m'a laissée sur ma faim car ce personnage, pourtant complexe et riche, ne semble pas vouloir prendre la place qu'il mérite. Du coup Cassiodore et Léandre deviennent les héros de l'histoire que l'on a envie de suivre jusqu'au bout. Le chant qui ouvre la complainte et est en quelques sortes la spécificité d'Irwam, n'apparait pas comme un élément indispensable. Pour autant j'ai totalement plongé dans l'histoire de Cassiodore et Léandre, frémissant pour eux. Irwam est aussi un personnage en quête d'elle-même mais qui est ici spectatrice plus qu'actrice. J'aurais souhaité que sa complexité, sa richesse, soient soutenues par une place plus importante au sein du livre. Peut-être la suite ( si suite il y a) lui donnera-t-elle cette chance (requête de lecteur !). De même Nawej, son frère, apparait-il mystérieux dès le premier chapitre de par son comportement , ses idées envers les humains. Lui aussi reste en retrait alors qu'on le sent double ( je ne sais comment expliquer cela, j'espère que Nanet me comprendra ;) )

L'idée qui sous-tend le récit est originale et fascinante : un voile protecteur sépare notre quotidien des mondes rêvés par les humains, empêchant ainsi que les créatures imaginées ne prennent consistance. L'entre deux mondes est animé par des Gardiens du voile, garants de la sécurité des humains, peu à peu dépassés par le pouvoir d'imagination de ces derniers, la multitude de livres rédigés et la puissance des êtres créés. On retrouve un thème qui m'est cher : le pouvoir de la lecture, l'idée que notre imagination est puissante et nous entraine parfois bien loin de la réalité.Quelques lectures se sont rappelées à moi comme l'Histoire sans fin de Ende qui nous transporte dans l'univers du livre. Ici, dans les premiers chapitres, Nathan lit un livre qui va se révéler la pièce maitresse du récit principal. Mais d'où vient ce livre ? Pourquoi son auteur n'est-il pas répertorié ? Ces questions assurent un fil conducteur intéressant que le dernier chapitre vient souligner avec surprise . Je me suis totalement retrouvée dans le personnage de Nathan pour qui la lecture est à la fois une drogue et une garantie de survie dans cette réalité. Lorsque la lecture est un besoin l'on comprend combien elle peut apporter. Nul doute qu'il y ait aussi beaucoup de Nanet en lui ! Ce qui est raconté là est l'activité quotidienne d'un lecteur finalement : lire, imaginer, créer, recréer, s'inspirer de ... et vivre.

Les personnages sont attachants et l'intrigue bien menée. Le lecteur est emporté dans un autre monde au point d'ailleurs que l'on ressent cela dans l'écriture qui abandonne peu à peu le monde réel pour développer l'univers de Cassiodore et Léandre. L'auteur elle-même s'est-elle laissée emporter ? Il faut dire que ces personnages sont aussi porteurs de secrets, de non-dits qui donnent envie d'en savoir davantage. On imagine aussi très bien Evrard, le Mal, le Sorcier et son rire sardonique. Tout cela est très visuel.

La fin laisse, comme je le pensais, présager une suite car Nanet a pris soin de poser une question dans son roman, qui ne trouve pas de réponse ... quoique, lecteur attentif, vous saurez peut-être qui a livré ce roman "magique" à Nathan ...

La suite est à inventer (Magus Torrim ?), au lecteur de jouer à présent et de faire vivre ces mondes !

Merci Nanet pour cette belle découverte et Mypianocanta pour avoir accepté cette lecture commune. Au fait, qu'en as-tu pensé ?

L'avis de mypianocanta

L'avis de Licorne


Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Mariejuliet 03/06/2016 10:51

J'ai de la chance, je lis le livre et la suite est parue ;-)
Une lecture que j'ai également beaucoup apprécié.

Mariejuliet 03/06/2016 12:42

Ce teasing!

nath 03/06/2016 12:35

hihi! oui Nanet a réservé des surprises dans la suite aussi ;)

Mypianocanta 14/08/2013 17:27

Ce que j'en ai pensé : j'ai moi aussi beaucoup aimé et me suis totalement laissée transporter par cette histoire !
Tu regrettes le titre … moi le résumé de 4e de couv' mais pratiquement pour la même raison
Je trouve "drôle" que tu dises que tout est très visuel parce que j'ai trouvé que la langue était assez musicale même si je ne l'ai pas dit comme ça dans mon article.
En tout cas, je suis contente de voir qu'il t'a autant plu qu'à moi, qui partais à moitié conquise (même si c'est un exercice difficile de parler sur un livre de quelqu'un qu'on côtoie ne serait-ce
que virtuellement).
Et comme toi, j'attends la suite :D

unchocolatdansmonroman 15/08/2013 06:04



Oui nous avons le même avis, sauf le petit côté musical que je n'ai pas retrouvé ;) Hâte de lire ce que Nanet nous a envoyé, ce sera pour ce soir.



nanet 14/08/2013 10:57

Coucou, et merci pour ce bel article.

Je ne reviens pas sur les coquilles, tu sais déjà la mésaventure qui nous est arrivée ! Je précise juste que la nouvelle édition sort à la rentrée, sans ces fameuses coquilles... Le prochain
roman passera entre plusieurs mains. On évitera les déconvenues du premier.

Voici donc les réponses aux questions :

« D'où te vient cette écriture Anna ? Des stages, des ateliers au cours desquels tu aurais affiné ta plume ? »

Que nenni, pas d'ateliers, ni de stages, cette écriture est naturelle ! Comment en suis-je arrivée là ? C'est juste ce que je qualifierai « d'expérience des fans-fictions »,
avec des modifications en fonction des retours sur mes précédents écrits.

Pas de travail sur mon style, juste une relecture par mon fils qui me fait parfois modifier certains petits détails, des mots trop savants... Bien sûr, je relis beaucoup, à voix haute, ce qui me
permet de gagner en douceur, et en harmonie.

Je scrute aussi les répétitions, et je travaille avec un plan, ou synopsis détaillé.

« Ton roman souligne ton goût immodéré pour la lecture. Nathan te ressemble beaucoup n'est-ce pas ? »

Je dirai que j'apparais plutôt dans les trois suivants : Nathan, Coline et quelque part Irwam.

Nathan pour la lecture, oui, pour l'imaginaire, pour savoir s'immerger dans un roman. Ce côté lecteur semble évident, effectivement, mais il ressemble plus à mes enfants...

Coline pour le comportement, le « réalisme », le côté cartésien. C'est un personnage secondaire, mais qui a son importance, puisqu'elle est celle qui va pousser Nathan, le faire réagir au
bon moment. Mes amies m'ont plus reconnue dans ce personnage.

Enfin, Irwam pour la timidité, la patience et la neutralité. Elle est en recul permanent, en recherche d'elle-même... et parfois aimerait savoir oser.

C'est cet ensemble qui pourrait me définir, bien que je sois plus complexe, car horriblement humaine ^^

« Le Voile. Il fallait l'inventer ! Comment est née cette idée ? »

C'est LA création du livre, et elle vient du plus profond de moi-même et d'une question : le pouvoir créateur du lecteur, quel impact sur le monde ? C'est une forme de réponse.

Ce Voile est lié intrinsèquement à un personnage : Irwam et l'un n'existe pas sans l'autre. Irwam paraît fade, dans ce livre, mais elle est le Voile, et ce dernier est en mouvement
perpétuel... tiraillé par tous côtés.

Elle cherche sa voie, sa vie, et à se détacher justement de ce Voile neutre, de cette non-prise de position, de ces mesures permanentes des événements. C'est son côté humain qui ressort, au grand
dam de Luwap...

Il faut vraiment que j'écrive la suite !

« Pourquoi avoir choisi le Moyen âge pour ancrer une partie du récit ? »

Parce que Léandre est un chevalier... Si Cassoidore avait été le personnage le plus important au départ, dans mon plan, l'histoire des deux hommes aurait pu se passer partout et ailleurs ! Mais, je
voulais un chevalier sans armure, un homme blessé dans son âme, ayant perdu tous ses repères.

Et puis, j'aime aussi cette période. (^^)

« J'ai adoré Léandre et Cassiodore et mon petit doigt me dit que tu t'es laissée emporter toi aussi dans leur histoire. Je me trompe ? »

Non, en fait, leur histoire, comme je te l'ai dit dans ton suivi, est quasiment identique au synopsis. Cassiodore a pris plus d'importance, Bxxx aussi, au détriment de Léandre et de Dame xxx... et
des autres « joueurs », mais l'intrigue reste la même.

Petit bonus (à laisser en commentaire, stp, pas dans l'article) : Leur histoire est frustrante, mais c'est volontaire. Tout le monde attend plus, mais comment serait-ce possible ? Léandre
n'est pas prêt ! Il faut du temps pour remettre des années d'éducation à la poubelle et accepter sa nature propre. Même si c'est humainement plus facile, comme le souligne Coline, dans leur
monde, c'est encore infaisable.

De même, la relation entre Nathan et Irwam avance lentement. Coline fonce, c'est son caractère, mais, pour Nathan, il s'agit de son premier flirt, ou presque. Sans parler d'Irwam ! C'est une
ado. Une jeune femme de plusieurs siècles, si l'on compte à notre rythme, mais dans son Voile, c'est une ado... et un baiser est déjà un aboutissement en soi.

Voilà, j'espère avoir répondu à tes petites questions.

Ah, si, une dernière, le titre vient de loin. Il restera celui de la "série" car Irwam est le lien entre tous les mondes, mais sur la nouvelle édition, un titre de ce volume va apparaître... on en
reparle.

Biz et merci pour ce bel article.

unchocolatdansmonroman 14/08/2013 11:32



avec plaisir, ce fut un plaisir de te lire ;) merci aussi pour le partage de l'aventure suivante !


Je déposerai tes réponses ce soir dans l'article, les fans vont être contents !



Licorne 14/08/2013 09:24

Tres bel article. J'en garde un excellent souvenir de ce roman ! (Merci pour le lien Choco) On a eu le même ressenti dans l'ensemble, j'ai eu un peu plus de mal à y rentrer que toi... Mais on est
très vite pris par les différentes histoires et personnellement j'ai hâte que Nanet nous écrive la suite ou autre chose, elle a beaucoup de créativité ! ça promet donc de belles pages !

unchocolatdansmonroman 14/08/2013 09:28



ah ah ! un plébicite our nanet ! ;) De toutes façons avec une fin pareille elle ne peut pas nous laisser en plan ( sifflote)



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...