Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 02:59

L_OURAL_EN_PLEIN_COEUR.jpg

 

L'Oural en plein coeur, Astrid Wendlandt, éditions Albin Michel, 2014,216 pages

Genre : essai, autobiographie

Thèmes : Oural, peuples reculés, montagnes, Russie post soviétique, culture, amour, renaissance

 

L'auteur en quelques mots ...

 

http://www.cheminsdetoiles.com/images/0539914001322262608.jpg

Née à Paris en 1973, Astrid Wendlandt est franco-canadienne. Elle a passé sa vie entre la capitale et Montréal avant de migrer en Russie à l’âge de 21 ans. Armée d’une double licence de russe et de sciences politiques de l’université McGill de Montréal, et de son expérience en tant que rédactrice du journal de l’université, elle a travaillé trois ans à Moscou comme journaliste indépendante puis pour le quotidien anglophone The Moscow Times. En 1997, elle est partie à Boston faire une maîtrise de droit et de diplomatie internationale à la Fletcher School of Law and Diplomacy, administrée par Tufts University et Harvard University, où elle s’est concentrée sur les relations entre l’Europe, la Russie et la finance internationale. De 1999 à 2004, elle a travaillé au Financial Times de Londres en tant que journaliste politique et économique et, en 2001, comme correspondante à Moscou pendant huit mois. Depuis juillet 2004, elle est journaliste pour l’agence Reuters à Paris, spécialisée dans le secteur des médias, télécoms et technologies de l’information. Passionnée par la Russie, elle consacre tous ses loisirs à l’Arctique et passe depuis 2005 un mois par an chez les Nénetses, éleveurs de rennes du nord de l’Oural. En vue de l’écriture d’un livre, elle examine l’impact de l’explosion de l’industrie du gaz sur leur vie quotidienne. Elle se penche aussi sur d’autres menaces : le réchauffement climatique, les évangélistes baptistes, les braconniers russes et autres envahisseurs.Pendant l’été 2010, Astrid Wendlandt a remonté l’Oural du sud au nord pour tenter de trouver des traces de civilisations oubliées.

 

Merci aux éditions Albin Michel pour ce partenariat



L'histoire

http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/201/files/2010/10/NenetAub.jpg


" Il arrive qu'on se sente chez soi ailleurs. Dans quelques rares endroits lointains, tout semble plus authentique .La pensée y est limpide, la pulsion de vie intense".

Etrange de penser comme Astrid Wendlandt que la liberté commence en Russie, cette terre qui a opprimé ( et opprime encore !) et qui regarde son peuple se débrouiller seul , souffrir, rêver ... C'est pourtant là qu'en 2010 elle retourne, après un pépiple au coeur de la Toundra qui fut une révélation, aux confins de la Sibérie sauvage. L'idée est à la fois de marcher sur les traces du passé en retrouvant un homme avec qui elle a vécu une idylle marquante des années plus tôt, mais aussi de partir à la recherche de "peuples en sursis" s'il en existe encore, peuples qui, comme les Nenets éleveurs de rennes, vivent en communion avec la nature et en tire l'essence même de la vie.

1995, Tcheliabinsk. "Le lieu invite au suicide". C'est pourtant là qu'Astrid va rencontrer, lors d'un concert de rock, Micha. Ou plutôt non, c'est là qu'elle va en tomber amoureuse mais pour la rencontre il faudra attendre quelques jours plus tard. La Russie est celle de Boris Eltsine et cette ville "le berceau de la première bombe atomique soviétique". Le communisme n'est plus ,mais tout ici le souligne encore : l'industrie metallurgique, les symboles et Lénine sur chaque place.Une époque où tous les espoirs de reconstruction sont permis, où l'économie ne demande qu'à s'élancer. Mais à Tcheliabinsk elle marche la tête baissée, ne croise pas les regards et découvre une autre réalité. Car les ouvriers sont contraints à des actes répréhensibles pour survivre alors que les dirigeants et patrons de grosses firmes s'enrichissent. Une belle histoire d'amour qui finit  donc par une expulsion du sol russe au bout de quelques mois, sans autre recours possible.

Des années plus tard , juin 2010, Astrid Wendlandt devenue journaliste, retourne sur les lieux, à la recherche de Micha. Elle le retrouvera mais il a tant changé. Pourtant ce voyage sera celui de la révélation, de la renaissance. Faire table rase du passé, ne pas vivre de chimère mais avancer, à la rencontre de l'autre et de soi-même. Accompagnée de Dima qu'elle vient de rencontrer, elle va s'enfoncer dans les terres, parcourir un territoire à la fois sublime et inquiétant où la vie est la survie. Des villes sombres ont émergé : Magnitogorsk, monstre sidérurgique. D'autres, comme Arkaïm, sont exactement l'opposé : une ville où la spiritualité domine. C'est ici que le duo rencontre Natalia, c'est ici que tout commence sans doute, une atmosphère douce et paisible qui va ouvrir la voie à la suite du voyage ... lâcher prise, accepter la métamorphose que suscite la nature sauvage, ouvrir les yeux sur le monde occidental, rencontrer l'amour. Et puis plus loin : Alexandrovka, l'utopie ?

"Nous avons tout et nous aurons tout".


En vrac et au fil des pages ...

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/37/Saranpaul_-_view_over_river.jpg/1024px-Saranpaul_-_view_over_river.jpg

A la fois témoignage journalistique sur la Russie, des années 1990 à nos jours, et récit autobiographique d'un périple qui est aussi un voyage intérieur, L'Oural en plein coeur est un écrit qui éveille aussi celui qui le lit.

L'Oural, grandiose avec des paysages que l'on n'imagine pas mais qu'Astrid Wendlandt décrit à merveille, happe le lecteur dès les premiers pas. Pourtant le début du récit n'incite pas à la rêverie et la journaliste elle-même est submergée par la vision sombre des années 90, d'une Russie qui se relève et en même temps subit la domination de grands groupes qui s'enrichissent aux dépens d'une population morose, qui n'y croit plus déjà.

Partie à la rencontre des Nenets qu'elle a déjà connu lors d'un précédent voyage, la journaliste s'attend à cotoyer d'autres peuples éloignés, en perdition. Mais la surprise est de taille car en quinze ans la Russie a aussi éveillé les consciences et certains russes ont quitté les grandes villes impersonnelles pour vivre en autharcie dans les hautes montagnes. 

 Comme l'Oural ne se donne pas, il lui faudra traverser des terres rudes avant d'atteindre ce lieu et de comprendre : ici on rêve d'une civilisation loin du gouvernement qui opprime, on rêve de valeur pures à transmettre aux enfants. Avec des années de retard Astrid retrouve le mouvement hippie qui a animé l'occident des années auparavant. La parole d'Anastasia, cette chamane ou prêtresse de la nature, porte chaque homme qui a lu ses écrits. "Son discours est perçu en Russie comme un rempart contre la pauvreté et le désenchantement du monde". Une illusion ? Elle se promet de revenir dans quelques années pour voir ce que sont devenu ces hommes et ces femmes qui ont fui pour un  avenir meilleur.

Mais c'est aussi le parcours initiatique que j'ai apprécié dans cet écrit. La plume est belle, envoutante car elle retranscrit à la fois les émotions toute personnelles et le ressenti face à l'immensité de la nature. L'homme se fait tout petit et observe puis s'éveille et c'est ce que l'on ressent à la lecture. On suit le parcours d'Astrid en se demandant où elle veut nous mener et l'on découvre qu'en réalité elle témoigne de ce qu'elle ne pensait jamais vivre : une ouverture à elle-même, à l'autre qui est tout prêt et qu'elle ne voyait pas. Sur ce point je n'en dirai pas plus car cela est joliment rapporté.

Mais c'est ce qui fait l'originalité et la force de ce récit : à côté des données politiques bien amenées, qui n'ennuient pas mais au contraire instruisent car je n'imaginais pas ainsi l'évolution de la Russie de l'intérieur, la journaliste se livre elle-même. C'est une histoire d'amour que ce récit, dans tous les sens du terme : amour d'une terre vers laquelle elle est irrémédiablement attirée, amour d'un homme, amour d'un peuple. C'est en tous cas un récit marquant.

J'avoue que j'ai envie d'en savoir plus, d'abord sur Astrid Wendlandt, puis sur son premier périple et donc lire Au bord du monde.

 

photo

http://2.bp.blogspot.com/-wqfuskUXXXA/Uq4Zab17O2I/AAAAAAAAHzA/Gf60ypE7Pk8/s400/plume2014_2.jpg

Merci aux éditions Albin Michel pour ce partenariat et cette belle découverte

 

Le petit plus

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alison Mossharty 17/05/2014 20:24

Je note aussi ce livre car je suis passionné par ce pays (c'est bien pour ça que j'apprends la langue, et c'est super intéressant mais ça demande de la rigueur le russe !)
Cependant, c'est dur de se faire une idée concrète de ce pays avec notre regard d'occidentaux, il faudrait y vivre un certain temps pour bien comprendre tout je pense =)
Merci pour cette découverte !

unchocolatdansmonroman 18/05/2014 14:26



je t'ai notée à la suite de Lilou pour la faire voyager, il part demain matin. Il est vrai que j'ai un regard faussé par ce que je sais de l'Histoire et aussi par les médias ( et ce bon vieux
Poutine ne m'aide pas !) mais j'aimerais mieux connaitre ce payx pour contrer tous mes a priori



lilou 17/05/2014 09:01

Merci....Le bouquet fait des envieuses !!!

unchocolatdansmonroman 17/05/2014 10:14



hihi !!



lilou 17/05/2014 08:51

C'est vrai c'est dur d'occulter la partie politique de ce pays.. Je devrais dire de ces pays car l'URSS ayant éclaté les pays ont repris leur autonomie mais pour commbien de temps car en ce moment
pour l'Ukraine... bref
ce qui nous a interessé ce sont les gens leur vie et crois-moi certains ont des regrets... Oui je veux bien que tu me l'envoie si cela ne t'ennuie pas et si cela ne te reviens pas trop cher.
avec le sourire

unchocolatdansmonroman 17/05/2014 08:56



pas de souci, il partira lundi ;)



lilou 17/05/2014 07:28

Ce livre me semble très intéressant à lire... Comme je l'ai déjà dit j'ai voyagé dans ce pays mais je n'ai que l'impression du touriste... Je suis allée en Sibérie chez l'habitant durant une
semaine et j'en ai un souvenir impérissable... merci pour ce partage et je crois que je vais m'offrir ce livre.
avec le sourire

unchocolatdansmonroman 17/05/2014 07:52



Tu as du en effet vivre quelque chose d'exceptionnel. Je ne sais pourquoi j'ai des apriori sur la Russie. Je devrais davanateg me documenter sur cette terre car je n'arrive pas à occulter
l'aspect politique et ces villes sombres et industrielles. mais à côté de cela les grands espaces doivent être magnifiques



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...