Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 03:36

http://aufildeslignes.files.wordpress.com/2012/04/cater-street.jpg

L'Etrangleur de Cater Street, Anne Perry, éditions 10/18, collection Grands détectives, 1997, 382 pages

Genre : Grand détective, roman

Thèmes : assassinats, mariage, femmes, rang social, Londres, XIX°S, religion

http://p7.storage.canalblog.com/78/62/776266/71449477.jpg

Biographie de l'auteur (cliquez ici)


L'histoire

http://1.bp.blogspot.com/-A7MvVwM3R0c/T-euIfZV0uI/AAAAAAAAAQI/OXCG-h1TB1g/s320/Theodore-Blake-Wirgman.jpg

"Charlotte Ellison se tenait au milieu du salon désert, le journal à la main. Son père avait commis l'imprudence de le laisser trainer sur la desserte. Il désapprouvait ce genre de lecture (...)"

Mais Charlotte n'en fait qu'à sa tête et, loin de ressembler à ses soeurs Emily et Sarah, ne souhaite pas s'adonner aux convenances qui , selon elle, infantilisent les femmes dans la bonne société victorienne. Franche, curieuse, elle revendique le droit à l'information et entend bien prendre les nouvelles fraiches de Londres là où elles se trouvent. Mais ce matin du 20 avril 1880,Charlottte espère trouver dans le journal une information qui la sortira de son quotidien monotone, le rituel du thé, les visites chez les uns ou les autres, les conversations empruntées.

" On était en 1881 (...) Mr Disraeli venait de mourir. Les rues s'éclairaient au gaz; les femmes étaient admises dans les universités de Londres! La reine était impératrice des Indes et l'Empire lui-même s'étendait jusque dans les coins les plus reculés du globe"

Six semaines auparavant, Chloé Abernathy mourrait assassinée dans Cater Street. Mais Le père de Charlotte ne souhaite pas évoquer en public ce type d'incident, préférant que ses filles soient élevées loin de tout scandale. Pourtant, le comportement de ses filles lui pose quelques soucis. Emily, la cadette s'est entichée de Lord Ashworth , coureur et joueur de noble famille qu'elle compte bien épouser, et Charlotte n'a d'yeux que pour le mari de sa soeur Sarah, Dominic et provoque par son franc parler quelques soubresauts dans les conversations mondaines. Pourtant les crimes s'intensifient dans Cater Street, au point que l'on ne pense plus qu'à cela.Le pasteur et sa femme Martha s'emparent de ces actes odieux pour rappeler à leurs ouailles la nécessité d'une vie irréprochable, martelant leur sermon "Nous sommes tous de frêles esquifs et les femmes, surtout les jeunes femmes, deviennent facilement la proie du vice quand elles subissent de mauvaises influences (...) Les femmes, même les plus innocentes, ont besoin de la protection des hommes, qui repèrent à temps les germes du péché pour les en préserver".

C'est dans ce contexte qu'intervient l'inspecteur Thomas Pitt, chargé de mener l'enquête. Reçu froidement au départ, comme une personne de rang inférieur, il parvient à créer un climat de confiance qui envoûtera peu à peu Charlotte. Les hommes de la maison deviennent tour à tour suspects dans cette affaire et l'on découvre alors la face cachée de chacun, dans une société où les hommes sont volages mais où cela est communément admis. ce n'est que lorsque le malheur touche la famille Ellison que les querelles et rancoeurs s'estompent pour laisser place à la résolution des meurtres. Car l'assassin fait partie de cette société bien pensante ...

http://lapasserellemontreal.files.wordpress.com/2011/12/mode-victorienne-2.gif

En vrac et au fil des pages

Voilà ! J'ai trouvé le livre de Anne Perry qu'il me fallait ! C'est le tout premier roman de la série des Pitt, il suffisait de commencer par là me direz-vous !

Ici l'enquête policière arrive bien après la description de la bonne société victorienne, ses convenances, ses us qui permettent aux hommes d'assouvir tous leurs désirs ( et leurs vices) et demandent aux femmes de tenir le foyer et de bien  présenter. On comprend qu'un jeune femme comme Charlotte souhaite s'émanciper de ce qu'elle considère comme une injustice flagrante. Bien que classé dans les romans policiers, ce récit brosse un portrait historique du Londres des années 1880 et ne fait pas défaut à la réputation de la capitale, sombre, intriguante. C'est l'époque de Jack l'éventreur, de la création de Sherlock Holmes par Sir Arthur Conan Doyle. C'est aussi la ville des plus pauvres d'un côté et des plus riches de l'autre, comme dépeint dans Oliver Twist par exemple.

Ce roman développe d'ailleurs assez bien la reflexion sur les vices , la menant à son paroxysme avec la femme du pasteur dont le discours est assez efrrayant. Percevant le péché partout autour d'elle, elle se sent investie d'une mission de purification qui glace le sang. L'Eglise, représentée par le pasteur, apparait d'ailleurs comme une source d'avilissement plus que comme un refuge, ce que regrettent les femmes dans ce récit.

Evidemment, dans un millieu plutôt féminin, il est question de mariage, d'alliances avec la noblesse et de chiffons ! Mais l'on prend plaisir à découvrir la répartition des classes sociales et le gouffre entre la haute bourgeoisie londonienne et le tout venant. Ainsi l'inspecteur de police Thomas Pitt est-il considéré comme inférieur; issu d'une famille de domestiques il apparait indigne des prétentions paternelles. La société qu'il décrit est des plus troublantes, en cette période Londres est le repère de malfrats, les rues sont insalubres, la pauvreté mène à des actes criminels pour survivre, ce qu'explique bien le personnage qui cotoie chaque jour les plus démunis. C'est le Londres de Dickens ! Charlotte découvre ce monde nouveau dont elle ne savait rien, c'est dire le grand écart entre le peuple et les nobles qui vivent dans une sorte de bulle, loin de ces préoccupations matérielles. Bien entendu elle subvient à sa manière aux besoins des pauvres mais sans vraiment prendre conscience de ce que cela représente puisqu'elle ne les cotoie pas directement. Elle sera la seule, au demeurant, à accepter d'entrer dans un univers autre que le sien, par curiosité,par pitié.

La condition des femmes est parfaitement décrite, de la plus conservatiste ( la grand-mère absolument odieuse !) à la plus libre, on rencontre dans ce roman toutes les conditions. La prostitution tient le haut du pavé, considérée comme nécessaire dans une société qui donne tout pouvoir aux hommes pour assouvir leurs penchants. La réputation des femmes ne tient qu'à un fil, un faux pas qui les rangerait aux côtés des femmes de petite vertue ou des démunies, toutes deux peu considérées. Aussi doit-on se montrer en société d'un rare hypocrisie afin d'être reconnue.

Je dois avouer que l'intrigue est bien menée car, même si j'avais des soupçons sur l'identité du tueur en série, j'ai eu quelques doutes et ai soupçonné un autre personnage. Il faut dire que chaque personnage a sa part d'ombre et l'on découvre des secrets de famille, les vices de chacun. Les personnages sont entiers, en bien ou en mal. Lord Asworth est détestable, quoique touchant à la fin; le pasteur est effrayant de même que sa femme, Edward, le père de famille est intriguant et l'on a du mal à le cerner jusqu'au bout , Thomas Pitt est charmant et Charlotte très attachante.

J'ai donc passé un bon moment avec eux et compte bien poursuivre dans cette série.

http://img.over-blog.com/300x267/3/28/83/65/logos/plume.jpg

  http://sylectures.files.wordpress.com/2012/09/anneperry2.jpg?w=501&h=364

http://imageshack.us/a/img585/7453/historique.png

http://img16.imageshack.us/img16/5773/livresu.png

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

A-Little-Bit-Dramatic 12/02/2017 19:55

Ca y'est, enfin, je me suis lancée ! D'ailleurs, c'est plus ou moins grâce à toi que je me suis lancée dans cette saga, puisque tu m'as offert ce premier tome lors d'un swap ! !
Et franchement, je ne peux que t'en remercier, parce que j'ai fait une bonne découverte. En espérant que le reste de la saga me plaise tout autant. ^^

Touloulou 18/02/2013 18:53

Pareil, le déclic s'est fait avec ce roman ! Bon je n'en avais lu qu'un avant, mais peu apprécié !

unchocolatdansmonroman 03/03/2013 15:00



pour le moment c'est le meilleur mais je suis loin du compte ! Il faut que j'essaie la série Monk



Syl. 17/01/2013 20:49

C'est ce que je rabâche toujours... Lire dans la chronologie ! mais je ne voudrais pas être trop despote, alors je le dis avec le sourire...
Bien heureuse que tu aies aimé. Au suivant !

unchocolatdansmonroman 18/01/2013 09:03



Oui chef ! hihi ! sur certaines séries cela n'est pas important car les épisodes ne se suivent pas vraiment mais là ... donc j'ai commandé le suivant et ensuite j'ai déjà le 3° dans ma pal ;)



khanel3 08/01/2013 18:25

je suis sure qu'il me plairait celui là ! bonne soirée

unchocolatdansmonroman 09/01/2013 03:15



l est plaisant oui, on ne se prend pas la t^te à savoir qui est qui puisque lorsque tous les personnages sont campés, on reste dans le même cercle>.



jerome 08/01/2013 13:33

C'est toujours mieux de commencer par le commencement. Je note au cas où une envie subite et incontrôlable de polar vienne me prendre par surprise ;)

unchocolatdansmonroman 08/01/2013 14:08



dis donc tu viens pour te moquer ;) Celui-ci n'est pas assez sombre pour toi je le crains ;)



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...