Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 05:36

L ELIXIR D AMOUR

L'Elixir d'amour, Eric Emmanuel Schmitt, éditions Albin Michel, 2014, 

Genre : récit épistolaire

Thèmes : séparation, amour, amitié, estime de soi, reconstruction

 

Merci aux éditions Albin Michel pour ce martenariat.

 


L'auteur en quelques mots ...

http://img.over-blog.com/200x200/5/37/06/74/schmitt_ee.jpg

On ne le présente plus mais tout de même je vous renvoie aux précédents billets

 

ainsi qu'au challenge Eric Emmanuel Schmitt

 

 

L'histoire

 

Adam et Louise se sont séparés suite à une énième tromperie d'Adam. Ce dernier a une conception particulière de l'amour : le corps est indépendant de l'esprit et se donner à une autre femme ne trahirait en rien les sentiments forts que l'on voue à sa compagne. Louise, elle, veut l'exclusivité aussi a-t-elle décidé de mettre un océan entre eux deux. 

A l'occasion d'une lettre Adam propose à son ex-compagne de lier des liens d'amitié en correspondant régulièrement et en se livrant. Débute alors un échange de mail dans lequel chacun donne sa vision de l'amour, reproche, avoue et semble avancer vers une solution qui leur permettrait de faire le deuil de leur relation.

Pourtant lorsqu'une jeune collègue de Louise apparait dans la vie d'Adam, tout bascule. Est-il possible de provoquer l'amour ? Le filtre tant décrit dans les mythes existe-t-il ? Adam, psychanalyste, est persuadé que le stratagème est possible. Mais parfois, tel est pris qui croyait prendre...


En vrac et au fil des pages ...

Après Les Perroquets de la place d'Arezzo dans lequel l'auteur s'interrogeait sur les rapports entre amants, il nous livre ici ce qui ressemble davantage à une nouvelle épistolaire. Concis, cet échange de mail entre Adam et Louise m'a rappelé les écrits d'Alexandre Jardin. Je pense que cela tient à la vision que les personnages ont de l'amour : non exclusif pour l'un dans l'attirance physique puisqu'Adam avoue avoir connu d'autres femmes mais n'avoir jamais pensé qu'à Louise, exclusif et même possessif pour Louise dont on découvre à la fin le côté manipulateur.

J'ai apprécié cet échange pour ce qu'il révèle des personnages, pour sa construction et ce que l'on devine. Car il faut dire que le lecteur est envoyé sur de fausses pistes par le fait que l'on fait confiance à ce que nous livrent Louise et Adam. Ici pas de narrateur extérieur au récit pour nous aiguiller. On suit donc le cours de la correspondance en se disant que les deux protagonistes ont refait leur vie et que leurs écrits sont un moyen de passer à autre chose, de faire le deuil de leur relation. Cependant, comme souvent avec Eric Emmanuel Schmitt, la réalité n'est pas si simple.

On retrouvera en Adam un petit quelque chose du Don Juan de La Nuit de Valognes.

Evidemment la vision du couple est bien différente selon que l'on est un homme ou une femme et Eric Emmanuel Schmitt redevient ici philosophe pour nous livrer les ressorts de l'amour, démonter aussi les grandes théories des personnages et souligner le fait que rien n'est jamais figé. Adam et Louise se trompent eux-mêmes, se leurrent et découvrent finalement une autre facette de leur personnalité par le biais de cet échange qui est peut-être une forme de catharsis. On retrouve quoi qu'il en soit l'auteur dramaturge que l'on apprécie tant dans cette approche épistolaire.

L'auteur glisse souvent dans ses écrits une référence à un mythe littéraire : ici Tristan et Yseult, le filtre d'amour revisité en une question : est-il possible de faire renaitre/naitre l'amour ? On se dit que non jusqu'à la dernière page .... mais je n'en dis pas plus !

L'auteur glisse au détour d'une page une reflexion intéresante sur la différence dans l'approche séductrice au Canada et en Europe. J'avais déjà entendu dire que les femmes canadiennes étaient plus directes, avaient une approche plus franche et concrète. ici la confrontation amène Adam à être déstabilisé, ce qui semble rétablir l'idée qu'il n'y a pas justement de stéréotype en amour, ce que les mauvaises critiques de ce roman ont pourtant souligné dans le texte de Schmitt.

Un petit roman qui se lit vite, trop vite Monsieur Schmitt. On n'a pas le temps de s'attacher aux personnages qu'ils sont déjà partis. Et en même temps je me demande si le genre épistolaire accepte la longueur.

 

Merci aux éditions Albin Michel de m'avoir permis de découvrir ce dernier écrit.

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Noukette 29/07/2014 23:01

Déçue aussi... Trop court, beaucoup trop court...

unchocolatdansmonroman 08/08/2014 18:35



et oui, pas assez de profondeur dans tout cela



Pauline 26/07/2014 17:57

Mes trois PAL(s) en fait....

Pauline 25/07/2014 15:41

Nan, merci, ça va aller. C'est très gentil mais je me l'achèterai tôt ou tard et quand je vois ma pal..........

unchocolatdansmonroman 26/07/2014 10:26



oki !



Pauline 24/07/2014 21:20

Même avis qu'Alison, j'aimerais beaucoup lire ce livre mais le prix me rebut un peu même si je n'hésite pas à acheter les Nothomb tous les ans dès leur sortie, j'ai trouvé le prix de ce format
était encore plus exagéré... J'attends l'occasion donc :D

unchocolatdansmonroman 25/07/2014 08:58



le roman partira en voyage demain matin, il va chez Alison puis Stefiebo. Si tu le veux en suivant pas de souci



Alison Mossharty 24/07/2014 11:34

Comme je te l'ai dit sur ton suivi, je trouve le prix bien trop élevé. Mais le contenu m'intrigue pas mal surtout que j'aime bien les réflexions de Schmitt ^^

unchocolatdansmonroman 24/07/2014 11:57



je vais le faire voyager, tu en as l'habitude ! hihi !



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...