Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 04:33

 

http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782207260333.jpg

 

 

L'affaire chocolat, Haïm Gouri, éditions Denoel, coll Denoel et d'ailleurs, 2008, 156 pages

Genre :roman

Thèmes : antisémitisme, shoah, retrouvailles, deuil

 

 

L'histoire : Un voyageur descend d'un train, observé par un autre. Dans quelques minutes ils tomberont dans les bras l'un de l'autre. "Avant que les passants ne comprennent ce qui se passe,les deux inconnus tombent dans les bras l'un de l'autre, comme deux puissants lutteurs.Coulés dans un moule. Forment un bloc enlacé, pétrifié. Qu'on pourrait intituler "la rencontre".Difficile de savoir ce qui s'est passé, pourquoi le voyageur a l'air pensif et triste, pourquoi il est mal habillé, comment els deux hommes se connaissent. Ils se rendent pourtant ensemble à la soupe populaire et ne se quitteront plus. On apprend leurs noms, Robi et Mordi. Robi est le voyageur, à la recherche de sa famille, celle de l'avocat Salomon qu'il pense pouvoir retrouver dans cette ville dont on ne connait pas le nom et qui pourrait être n'importe quelle ville. Mordi semble plus défaitiste et ne parvient pas à envisager un avenir serein. Mais que leur est-il arrivé ? Des bribes nous sont données et l'on devine l'univers d'après guerre: "On entend, on entendait il y a une semaine, une section de soldats bottés, casqués, en tenue kaki jaunâtre, défiler en chantant à trois voix(...) La rue est déserte à cause de l'heure tardive et de ces soldats. Ils ont des poitrines couvertes de médailles, pour les actes héroiques, les libérations et la mort."  Ils semblent hors du temps et l'on passe d'un jour à l'autre puis le narrateur nous plonge dans le passé. Nos deux personnages sont juifs et revenus de l'horreur. Robi dont on apprend qu'il a été caché et a pu échapper aux camps,  envisage un acte héroique afin de repartir du bon pied et faire fortune, "Je veux faire un grand bond et partir ailleurs.Continuer de marcher.Leur montrer. Je continue de vivre. Tu vois. Je ne suis pas mort. On ne m'a pas volé mon nom'. Il sauve alors d'un incendie la fille d'un haut fonctionnaire. Mordi, lui , sombre lentement et fini par se suicider. Robi découvre alors que son compagnon savait. Il savait que des hommes étaient venus chercher la famille Salomon et qu'elle n'était jamais revenue. Il disait que l'acte de saunetage de Robi était "une tromperie qui consiste à sauver un seul être pour se racheter d'un crime permanent perpétré contre un grand nombre".Au même moment son compagnon met en place un plan diabolique visant à assurer son avenir : l'affaire chocolat. "Commence la guérison effective qui exige une certaine patience. (...) Ensuite les trains aussi reprennent leurs habitudes. les chefs de gare ressortent et se mettent en silence au garde à vous". Robi continuera pour son ami, pour tous ceux qui ne sont pas revenus, pour la Mémoire.

 

En vrac et au fil des pages : si ce n'était la forme romanesque j'aurais pu penser lire du Beckett ! Le style épuré, les situations qui tournent à l'absurde comme cette recherche sans cesse remise au lendemain de la famille de Robi, les répétitions de termes, d'expressions comme si les personnages ne s'entendaient pas ou comme si l'auteur voulait souligner la folie qui les ronge peu à peu. Tout est réuni pour faire de ce lieu un univers Beckettien.

Une "époque crépusculaire, entre deux ères" confirme la perte de repères mais aussi la volonté de ne pas ancrer l'histoire dans une ville reconnaissable, car ce pourrait être n'importe quelle ville. Ainsi ce sont les personnages qui importent. Et là encore, Beckett apparait en filigrane dans ma lecture lorsque je découvre les surnoms Robi et Mordi. Beckett travaillait les prénoms de façon à les prédestiner en quelques sortes, alors pourquoi pas Mordi, mort ...

Evidemment la lecture n'est pas facilitée et il faut lire entre les lignes, aller chercher sous le manque d'information ce qui reste d'humanité chez ces deux êtres qui sont en fait deux facettes de l'après deuxième guerre mondiale : celui qui veut s'en sortir, tenter d'oublier ou du moins d'effacer et celui qui ne le peut pas, qui lâche prise.

On ne peut qu'être touchés par cette histoire d'amitié, de solidarité, par ce que l'on devine sous l'abattement, l'horreur de la guerre.

 

J'avoue avoir craint en découvrant ce livre une énième histoire sur la shoah ( et oui je suis un peu sensible !). Mais Haïm Gouri , par une écriture tout en délicatesse et sous entendus, ne décrit pas Auchwitz. Il montre comment l'on en revient, ce que peut être la vie après la guerre. Mais c'est aussi un travail journalistique qui l'a amené à l'écriture de ce roman car l'affaire chocolat est un épisode réel dont il s'est inspiré "On raconte qu'à cette époque l'armée américaine avait déversé de grandes quantités de chocolat sur le marché privé affamé. La marchandise avait été raflée ! Un réfugié s'était servi de ses relations pour répandre la rumeur que ce chocolat militaire contenait une sustance apaisante qui réfrénait temporairement les pulsions des soldats (...) Desmontagnes de chocolat dont personne ne voulait s'étaient accumulées sur le marché. L'homme en question avait acheté le sctock pour une bouchée de pain" puis avait démenti la rumeur et fait fortune ! . Il en fait une fiction après avoir passé, tel le journaliste d'investigation qu'il est, du temps avec ces rescapés, en Europe.

 

Un beau roman.

chocolat-

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

dictionnaire 14/03/2012 08:46

c'est tentant ce roman, j'adhère à 100%

unchocolatdansmonroman 14/03/2012 09:18



Il vaut mieux savoir que c'est un roman un peu particulier, c'est pour cela que j'ai fait référence à Beckett. Mais lorsqu'on se laisse porter par le récit on découvre peu à peu les personnages,
on assemble les pièces du puzzle pour comprendre ce qui s'est passé, pourquoi ils sont à ce point meurtris. Je recommande la lecture en tous cas



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...