Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 03:53

http://1cagibi.files.wordpress.com/2012/02/pere_de_francois.jpeg?w=600En naviguant sur la blogosphère je suis tombée sur une histoire aussi dérangeante que passionnante. Voici quelques temps l'écrivain Marc Lefrançois publiait un billet sur son blog et racontait comment un brocanteur avait trouvé dans une benne à ordure toute une collection de Pléiade. Nous sommes à Paris, dans le XVI° arrondissement. L'affaire fait grand bruit : une fortune ainsi jetée mais, au-delà du prix, un geste redoutable : jeter des livres !

Me reviennent à l'esprit en lisant ce billet , en vrac et sous le coup de l'émotion, Farenheit 451, les autodafés, les 20 000 livres brûlés le 10 mai 1933 par les nazis ... Bref, comment un tel geste a-t-il pu se produire ? Un inconscient qui ne connait pas la valeur de ces livres ? Un voleur qui s'est débarrassé de son butin ? On pense à tout sauf à la réalité des faits.


Ce matin, verdict, on met enfin un nom sur ce geste fou : François Bon.  François Bon connu pour ses ateliers d'écriture et qui a inspiré mon travail avec mes classes de collège d'ailleurs, à l'origine du site littéraire Remue.net, un amateur de rock (il a animé des emission sur France Culture sur les Rolling stone notamment) qui a rédigé des biographies de groupes comme Led Zeppelin ou les Rolling Stone, puis l'auteur entre autre de Sortie d'Usine... Enfin, pas le dernier des ignares !


L'affaire remonte à la publication d'une traduction du Vieil Homme et la mer d'Ernest Hemingway, réalisée par François Bon en version numérique. Aussitôt Gallimard diffuse un courrier aux éditeurs précisant que la maison possède les droits d'auteur et ne peut approuver un telle publication. Je ne peux rentrer dans les détails, qui me dépassent de toutes façons, sur les droits d'édition. François Bon pensait clairement être dans son droit en proposant une traduction nouvelle, repensée du chef-d'oeuvre d'Hemingway, puisque l'oeuvre était dans le domaine public aux USA et au Canada. Oui mais pas en France !

 

Le geste fou de François Bon fut de se débarrasser de tous ses Pléiade (Gallimard) en signe de protestation contre ce qu'il estime être une injustice. Chacun en pensera ce qu'il veut mais je trouvais important de remonter à l'origine du geste. Pour moi les livres sont si précieux, si rares et importants, que je ne peux me résoudre à approuver le geste. En revanche, lorsqu'un écrivain aussi passionné que François Bon en arrive à cela, lui dont la vie est consacrée tout entière à l'écriture, on se doit de s'interroger, de réfléchir.Au-delà de la querelle c'est le livre numérique qui est attaqué, pour vous dire comme le débat est complexe.

 

Nous sommes des lecteurs passionnés, avides de découvertes. Nous nous laissons emporter par les mots et ignorons bien souvent quelle souffrance se cache derrière, quelles batailles ont mis ce livre entre nos mains parfois. Moi qui admire Hemingway j'aimerais pouvoir lire cette nouvelle traduction, portée par l'émotion d'un vécu que François Bon relate ici en fin de page.

Alors la pépite ce matin est ici , sur un site québécois bien entendu !

 

Je relis le début de ce billet et je me dis que le geste de l'auteur est aussi fou que fort. C'est pour moi un geste désespéré, révolté, abîmé.

Depuis , de nombreux témoignages de soutien lui sont parvenus. En voici un de plus, bien modeste et finalement mitigé. Je comprends sans comprendre...


Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans Coups de coeur
commenter cet article

commentaires

Marc 04/03/2012 11:40

Coucou! A mon tour de te rendre visite! Eh oui, cette histoire est assez stupéfiante! Quelles coïncidences incroyables: je discute avec mon libraire qui me raconte que son ami brocanteur à récupéré
plein de Pléiades dans une benne... Et quelque temps après, suite à un commentaire dans mon blog et à un article de Pierre Assouline, je découvre qu'il s'agit des livres de François Bon... Si je
veux, je peux donc avoir quelques unes de ses Pléiades sans ma bibliothèque... Sa colère, je peux la comprendre... J'ai moi-même perdu beaucoup de temps sur un livre qui devait être publié, dont le
manuscrit avec été accepté par l'éditeur, sur lequel nous avons beaucoup travaillé en commun, mais qui n'est finalement jamais sorti! Je n'ai pas jeté pour autant les livres de cet éditeur à la
poubelle! En fait, je considère cet acte comme criminel! Je suis un amoureux des livres, je dois bien en avoir 7 ou 8000 (on les voit sur mes articles "chat de bibliothèque" et "tigre
d'appartement") et je ne jette rien de ce qui est en papier (sauf à la limite le programme télé)... et donc, mettre à la poubelle des Pléiades (qui sont des livres extrêmement luxueux!) est un acte
de pure folie... et si ce n'est pas de la folie, c'est encore pire! Autant dire que je n'ai pas beaucoup de respect pour cet auteur que je ne risque pas de lire!

unchocolatdansmonroman 04/03/2012 12:06



Merci de ce passage. Pour ma part je connaissais l'auteur bien avant son geste fou et le respectais alors pourquoi plus maintenant ? Je reste certaine qu'il regrette d'avoir jeté ces Pléiade et
que ce fut sur un coup de colère. Fort à parier aussi que cela lui permet de parler de cette affaire, car c'est finalement ce que l'on retient. En revanche je suis bien déçue d'apprendre que cela
vient de lui car je m'étais prise au jeu du suspens depuis ce billet d'enquête ! J'aurais préféré que l'on retrouve l'heureux propriétaire de ces ouvrages à qui on les aurait dérobé ...snif !
François Bon m'a permis de créer des ateliers d'écriture dans mon domaine , l'enseignement, aussi ne puis-je le rejeter tout à fait. Je suis ravie en tous cas que vous ayez ses livres dans votre
bibliothèque, est-ce le cas ? J'espère que votre livre verra finalement le jour, chez un autre éditeur qui sait ?



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...