Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 04:40

http://www.babelio.com/couv/CVT_Dans-la-maison-de-lautre_3194.jpeg

Dans la maison de l'autre, Rhidian Brook, éditions Fleuve Noir, 2013,334 pages

Genre : roman contemporain

Thèmes : seconde guerre mondiale, partage de l'Allemagne, cohabitation, reconstruction, passé, nazisme, amour, pardon

L'auteur en quelques mots ...

http://static.squarespace.com/static/50eecd75e4b0b2671bfbe3d5/t/50f0496be4b02cdfa2b3a6c5/1357924718795/_MG_0968_BW.jpg?format=750w

Romancier, scénariste et journaliste, né en 1964, Rhidian Brook vit et travaille à Londres pour la télévision britannique. Son premier roman, Le Témoignage de Taliesin Jones, a reçu plusieurs prix et a été adapté au cinéma. Outre ses nombreux articles pour divers journaux , il est aussi l'auteur de Jésus et la publicitaire, Plus que les yeux peuvent voir et The Aftermath traduit par Dans la Maison de l'autre..

L'histoire :

http://static.squarespace.com/static/50eecd75e4b0b2671bfbe3d5/t/519b436be4b03e2e4a4874d3/1369129835959/hamburg.jpg?format=750w

Lewis Morgan, colonel de l'armée britannique, est envoyé en Allemagne afin de superviser la reconstruction d'un territoire désormais partagé entre les alliés. La procédure de dénazification est engagée et tout allemand doit apporter la preuve de son innocence, de sa non-participation au régime nazi, en remplissant un questionnaire élaboré par les britanniques. Dehors les ruines de l'Allemagne abritent le peuple avili, mort de faim, encore porteur de l'espoir que le furhër a instillé dans les jeunesses hitleriennes. Chaque jour est un défi pour ces gens qui voient les Tommy s'approprier un territoire qui fut le leur. Dans ces circonstances, de nombreuses riches familles allemandes sont délogées pour laisser place aux officiers britanniques, envoyés là avec leur famille. C'est d'une somptueuse villa qu'héritera Lewis. Pourtant il ne parvient pas à imaginer l'installation de sa propre famille en lieu et place de celle qui occupe la maison actuellement. Herr Lubert , architecte contraint désormais de travailler à l'usine, vit ici avec sa fille Frieda. Eploré par le décès de sa femme durant la guerre, il se montre avenant et soumis.Touché par sa situation Lewis propose alors de partager cette grande demeure et de permettre à la famille Lubert ainsi qu'à leurs employés de vivre sous son toit. Une situation hors norme qui surprend, effraie, mais qui aux yeux de l'armée britannique peut aussi se révéler porteuse. Commence alors une cohabitation qui est tout sauf évidente : comment cotoyer quotidiennement celui que l'on pense être son ennemi ? Quelle attitude adopter ? Quelle liberté laisser à une famille allemande qui a peut-être participé activement au nazisme ? Autant de question que se pose Rachel Lewis et que contourne son fils Edmund qui, comme son père, a foi en l'homme. Pourtant le ressentiment n'est pas le sentiment le plus dangereux que va devoir affronter Rachel...

En vrac et au fil des pages...

J'ai beaucoup apprécié ce roman qui se présente sous la forme d'un ample récit mêlant diverses histoires qui s'entrecroisent et se complètent : la vie désormais bouleversée de cet architecte allemand et sa fille qui acceptent la proposition du colonel britannique de partager un logement; l'installation de la famille Lewis en perte de repères dans une Allemagne dévastée par la guerre et qui vit comme une ingérance le fait de devoir loger dans la maison d'un autre; l'évolution des enfants qui s'apprivoisent peu à peu; et puis le peuple qui sillonne les ruines, espère et maudit, fomente une révolte et n'accepte pas la soumission.

Le mystère qui entoure Herr Lubert permet au lecteur de rester en haleine, se demandant ce qui va se passer, ce qui pourrait inverser la situation. Cet homme est-il plus puissant qu'il ne veut bien le dire ? Quel fut son rôle sous le régime bazi ? Et cette trace au-dessus de la cheminée: un cadre l'a occupée. Est-ce , comme le prétend Mrs Burnham, un portrait de Hitler que l'on aurait enlevé précipitamment ?

On ne sait de qui avoir pitié mais l'on sent l'inévitable rapprochement entre Rachel Lewis et Stefan Lubert arriver. Tout ce qui les rapproche : la perte d'un être cher, la musique, est peut-être aussi ce qui les révèlera l'un à l'autre. Je ne veux pas trop en dire car la beauté de ce roman réside justement dans les rapports humains : un couple qui s'est perdu suite au décès brutal d'un enfant, un homme et une femme qui vivent sous le même toit mais ont perdu ce qui faisait d'eux un couple amoureux. Il ne s'agit pas dans ce récit que de la reconstruction de l'Allemagne mais aussi celle de ceux qui l'habitent, qu'ils soient allemands ou alliés placés là .

A côté des discours grandiloquents de ces dames britanniques, apparait la réalité cruelle. C'est ce constraste qui fait aussi la force du récit.

Le petit plus est sans doute que ce roman tire ses origines d'une hsitoire vraie, comme le rappelle l'auteur en exergue : " En 1946, mon grand-père, le colonel Walter Brook, se trouva au coeur de ce "moment" qui allait le marquer profondément.(...) A la recherche d'un toit il dut réquisitionner la demeure d'un riche marchand .Mais au lieu d'en expulser les propriétaires il quelque chose, d'après mes recherches, d'unique : il les autorisa à rester, considérant la maison suffisamment grande pour accueillir les deux familles."

Un roman à découvrir donc.


Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Martine Litter'auteurs 10/03/2014 13:22

Oups, un petit moment d'émotion en m'apercevant, par le biais de notre ami commun Jérôme, que tu es une "îlienne". La Réunion... pour moi une île mythique, que j'ai rencontrée il y a au moins 35
ans, à l'époque où elle n'était pas touristique. Un mois de périple : Saint Denis, Saint Pierre, Les Palmistes, Étang salé. Là était mes points de chute. Et je visitais, rencontrais, discutais...
bref, j'aimais. J'aurais tant aimé avoir ton adresse pour t'envoyer un livre mystère... Je n'ai pas encore visité ton blog... je vais vite revenir... À bientôt.

unchocolatdansmonroman 10/03/2014 14:42



oh mais c'est formidable ! tu peux bien entendu m'écrire ici : nathalie.esteve974@orange.fr et nous échangerons nos adresses ;) ravie de cette rencontre



patacaisse 10/03/2014 08:55

Tu me donnes envie de le lire. Je le note.

unchocolatdansmonroman 10/03/2014 10:09



je dois dire que j'étais totalement passée à côté et puis je l'ai vu à la médiathèque et je ne regrette pas cette lecture. Un auteur à découvrir !



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Pumpkin Autumn Challenge 
    Nouveau blog, nouveau challenge ! Chez Guimause, que je viens de découvrir, on organise un challenge d'automne selon trois formules (merci à PatiVore qui a relayé ce challenge) : Le Pumpkin Autumn Challenge débutera le 1er septembre et s’étendra jusqu’au...
  • Le Miroir et autres nouvelles fantastiques, Edith Wharton
    Le Miroir et autres nouvelles fantastiques, Edith Wharton, éditions Folio, 2011, 84 pages Genre : nouvelles Thèmes : spiritisme, fantôme, au-delà L'auteur en quelques mots ... De son véritable nom Edith Newbold Jones, Edith Wharton est née en 1862 et...
  • Qui es-tu Alaska ? John Green
    Qui es-tu Alaska ? John Green, éditions Gallimard jeunesse, pôle fiction, 2011, 402 pages Traduit par Catherine Gibert Genre : drame, jeunesse Thèmes : amitié, solitude, adolescence, littérature, souvenirs, résilience L'auteur en quelques mots ... Né...
  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...