Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 02:41

http://cdn1.libfly.com/covers/17624262/29869/concerto-pour-la-main-morte/175.jpg

Concerto pour la main morte, Olivier Bleys, éditions Albin Michel, 2013,234 pages

Genre : roman

Thèmes : Russie, pianiste, concerto, souvenirs, hypnose, pauvreté

L'auteur en quelques mots ...

http://www.babelio.com/users/AVT_Olivier-Bleys_6633.jpeg

olivier Bleys n'en est pas à son premier roman. Auteur d'une vingtaine de livres, BD, essais, romans, récits de voyage, il a reçu de nombreux prix.

Depuis trois ans il accompli un tour du monde à pieds, par étapes ( voir icihttp ://geopedisfr.canalblog.com/) qui fait de lui un observateur curieux et passionné. Pour en savoir plus, son blog : http ://monvolubilis.canalblog.com/ 


L'histoire

http://limpartial.ch/multimedia/images/img_traitees/2013/08/149142765_zoom945.jpg

La vie des habitants de Mourava, en Sibérie centrale "se déroulait dans un décor de conte populaire, sombre et élégiaque. Tournant le dos au fleuve on faisait face à la forêt; tournant le dos à la forêt on affrontait le fleuve, qui ne coulait guère qu'une centaine de jours par an et, le reste du temps, tendait un pont de glace aux rives opposées". Petit point sur la carte, Mourava n'a jamais attiré personne. Et pour cause : jonché de détritus, vestiges du monde moderne, la ville qui ne compte que seize habitants l'hiver semble en marge du monde. Seul Vladimir Golovkine a conscience de cela. Eboueur consciencieux il tire chaque jour de l'Ienissei des sacs de polyéthylène, des pneus et autres dépouilles dont ses congénères ne savaient que faire. Lui n'a pas "embarqué sur les flots troubles de la vodka artisanale (...) ce casse-gueule" qui ravage les hommes et les maintient dans un état de semi conscience qui leur fait oublier leur condition. Vladimir est prêt. Prêt à embarquer à bord de l'Alexander Matrosov pour découvrir un autre monde, sortir de son bourbier. Il emportera sa fortume, un tas d'objets amassés , inutiles ,qui rempliront sa valise.Mais les voyageurs clandestins sont refoulés et Vladimir, pas plus que les autres ne partira aujourd'hui. Sous les yeux des villageois à la fois déçus et confortés dans leur idée qu'on ne quitte pas Mourava si facilement, il rejoindra sa cabane, épaulé de Sergueï, ancien soldat tombé dans la boisson. 

Pourtant ce n'est pas un jour comme les autres car l'Alexander Matrosov a rejeté un duo bien étrange, un français et son piano. Que peut-on venir faire à Mourava avec un piano ? Qui est cet individu au physique ingrat qui gravit la colline en direction des cabanes de Serguei et Vladimir ? Qu'est-il venu chercher en ces terres où les étrangers restent peu de peur "d'être assimilés aux rebus de l'humanité" qui jonchent le sol ?

C'est que Colin Cherbaux , pianiste raté, porte un lourd passif et un handicap qu'il ne s'explique pas : sa main droite refuse d'obeir dès qu'il se met à jouer le concerto n°2  en do mineur de Rachmaninov. Improbable rencontre entre un pianiste qui rêve d'isolement, d'un face à face avec son instrument et un éboueur qui rêve d'humanité, le récit nous entraine bien au -delà , au coeur d'une fable où les souvenirs courent sur plusieurs vie, où la nature et l'humain se comprennent et se complètent, où tout devient possible ...

En vrac et au fil des pages ...

http://us.123rf.com/400wm/400/400/sergeyp/sergeyp0506/sergeyp050600494/201720-vue-aerienne-sur-le-fleuve-ienissei-a-partir-d-39-un-helicoptere.jpg

Ce roman est un coup de coeur.

Dès les premières lignes, la description de ce village, à l'écart du monde, soumis à la modernité qui le ravage dans tous les sens du terme (dégâts sur l'environnement, pas de travail, abandon de sa population, alcoolisme ...) prend une autre dimension sous la plume de l'auteur. Comment expliquer que ce que nous avons sous les yeux et que n'importe qui rejetterait, attire le regard et donne envie d'en savoir davantage ? Les personnages campés dans ce roman y sont sans doute pour quelque chose : entiers, durs car la vie les a rendus ainsi, battants pour l'un d'entre eux, vaincus pour les autres. 

J'ai apprécié d'emblée cette idée qu'un homme vienne s'échouer à Mourava pour compléter une humanité à laquelle manquait cette pièce. Car tout est représenté , de l'ancien soldat qui fabrique en sa cabane un alcool qui le tue à petit feu, à ceux qui rêvent d'un ailleurs improbable et ne tentent pas de le rejoindre, les blessés de la vie, les vaincus, les rejetés du monde comme cet ancien cosmonaute qui sera à l'origine du basculement du récit. Comme autant de déchets qui encombrent la terre, eux résistent et ne sont perçus par le monde que lorsqu'arrive l'Alexander Matrosov, le lien, l'espoir vite évanoui.

Puis le récit prend une autre tournure et se mettent en place les éléments d'un conte  : la sombre forêt, la cabane au bout d'un chemin jalonné de dangers, l'animal terrifiant et porteur de morale, la quête ... L'auteur nous taquine en débutant son récit par le chapitre 7 : le compte à rebours commence , que va-t-on découvrir ? Et arrivé au chapitre 1 devra-t-on reprendre la lecture ?

Un roman à échelle humaine qui pose en filigrane quelques questions sur l'environnement, l'attitude du gouvernement russe pour les siens, une population dont on ignore tout. Interessant de savoir qu'Olivier Bleys avait au départ prévu un récit de voyage (lui qui a eu la chance de voyager à bord de l'Orient Express !) qui s'est peu à peu mué en un roman qui mêle l'étrange au réalisme cru d'une observation qu'il a lui-même menée, le fantastique d'un imaginaire de conte populaire à la dure réalité. Je ne connaissais le fleuve Ienissei que par l'oeuvre de Jules Verne ,Michel Strogoff ! On peut ne rester que sur la fable ou bien entendre aussi les contradictions de la Russie d'aujourd'hui à travers ce tableau où les enfants du totalitarisme ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour survivre.

Un roman que je vous invite à découvrir aussi pour la plume fluide et passionnée d'Olivier Bleys qui n'a pas son pareil pour dresser le portrait d'êtres particuliers.

Merci à Laure Watcher des éditions Albin Michel pour cette découverte.

logorl2013-copie-1

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Noukette 12/07/2014 00:25

Je suis un peu de là-bas... et mes parents y vivent toujours ! ;-)
Arrivée sur le "caillou" à 1 an, toute mon enfance et mon adolescence là-bas, j'y retourne aussi souvent que possible ! ;-)

unchocolatdansmonroman 12/07/2014 07:18



oh c'est chouette ça ! ;) on se croisera peut-être alors



Noukette 11/07/2014 15:03

Une pépite, nous sommes bien d'accord ! ;-)
Alors, tu as quitté ton île pour le froid...? J'y retourne l'été prochain, j'espère qu'on pourra s'y croiser, va savoir ! ;-)

unchocolatdansmonroman 11/07/2014 15:22



Tu viens à la Réunion ? Si je suis là je te recevrai avec plaisir ;)



jerome 19/10/2013 08:48

C'est vrai, tu veux bien me le prêter ?

unchocolatdansmonroman 20/10/2013 06:20



mais oui ;) envoie moi ton adresse par mail, vite, vite !



jerome 18/10/2013 20:49

Alors là, tu me tentes beaucoup !

unchocolatdansmonroman 19/10/2013 06:30



allez hop ! j'attends ton adresse ;)



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...