Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 14:08

 

http://2.bp.blogspot.com/-q613eBHYNvU/TaxZyzOrdQI/AAAAAAAABC4/dGW2KwFEPgw/s320/31.jpg

Charly 9, Jean Teulé, éditions julliard, 2011, 232 pages

Genre : roman

Thèmes : Charles IX, Massacre de la St Barthélémy, folie, Valois

L'auteur en quelques mots ...

http://www.babelio.com/users/AVT_Jean-Teule_1768.jpeg

Né en 1953, Jean teulé est au départ un auteur de BD ( Bloody Mary, Site-Java ...) dont l'originalité est de travailler à partir de photos. Si comme moi vous aimiez regarder l'émission L'Assiette anglaise présentée par Bernard Rapp, vous avez déjà vu son visage ! C'est au début des années 90 que jean Teulé se consacre à l'écriture. Depuis, on ne l'arrête plus: Rainbow pour RimbaudL'Oeil de Pâques, Balade pour un père oublié, Bord Cadre, Les Lois de la gravité,Longues peinesDarling, Magasin des suicides,Ô Verlaine !, Le Montespan, Mangez-le si vous voulez ...

L'homme est aussi scénariste, comédien, cinéaste. Bref un touche à tout qui connait un grand succès en librairie. Pour preuve les coups de coeur réguliers de libraires et l'engouement de ses fans pour son écriture.

Son écriture, parlons-en. Passé par hara-Kiri et Charlie hebdo il en a gardé la plume humoristique et piquante dans ses romans essentiellement construits autour d'événements historiques ou de personnages marquants. On lui reproche parfois de relater des atrocités, une violence persistant dans ses oeuvres, mais il a trouvé son public. Ses personnages sont toujours plus ou moins bancales, hors norme.

J'ai entendu dire qu'il souhaitait donner dans un autre genre. En attendant les amateurs retrouveront la plupart de ses écrits adaptés à l'écran.

L'histoire : Charles IX vient d'avoir 22 ans. Sa mêre , Catherine de Médicis, lui apprend qu'elle a fomenté l'assassinat de Coligny mais que cette tentative a échoué. Sans remord elle vient demander à son fils d'autoriser le meurtre de son conseiller. Charly découvre alors bien naivement le complot organisé contre les huguenots alors même que sa soeur Marguerite doit épouser le protestant Henri de Navarre, une occasion en or pour se débarraser des chefs huguenots.

"Pouvoir en une nuit couper toutes les têtes du dragon de l'hérésie est une chance que l'on ne retrouvera pas de si tôt. Ils sont là. On en tue dix et c'est réglé.

- Dix, René de Birague ? J'avais entendu six

- Oui, oh, six, dix ... Vous chipotez, Majesté !(...) En tous cas sire, pas plus de cent"

Sa mère ne lui est d'aucun secours et attend sa décision de façon austère. Elle lui a toujours préféré son frère, Duc D'Anjou , qu'elle nomme affectueusement "mes chers yeux" .Face à une assemblée pressante et un duc de Nevers insensible Charles hésite, "Pourquoi les luthériens et les papistes ne parviennent-ils pas à danser ensemble ?"

Certes les protestants ne sont pas en reste. A tel point que cette attaque surprise aurait pour but de devancer un complot fomenté par les huguenots, visant à exterminer la famille royale. Charly n'a donc plus de défense et accepte, non sans regretter par avance le massacre qui va s'en suivre, de donner carte blanche à ses hommes. " Vous me demandez une chose si exécrable qu'elle ne fut jamais conçue par les plus barbares nations du monde ... (...) Jamais cela ne pourrait sortir de la mémoire de l'humanité, jamais !"

L'événement en effet fera date. La ville réduite à un charnier sanglant fera entrer Charles IX dans la folie alors que l'ordre d'exterminer les huguenots se répandra sur tout le territoire.

En vrac et au fil des pages : je dois dire que cette lecture m'a laissée sans voix. Moi qui aime les romans historiques, j'ai été déçue par ce récit qui prend de grandes libertés avec la réalité du massacre de la St Barthélémy et tourne tout en dérision. En parcourant à nouveau le livre je me rends compte cependant qu'il n'est pas revendiqué comme roman historique par l'auteur mais que ce sont les critiques ( pourtant littéraires !) qui lui ont attribué cette dénomination.

Pourtant la quatrième de couverture est trompeuse et nous invite à prendre pour argent comptant ce que Jean Teulé nous raconte. Sauf qu'il s'agit bel et bien d'une fiction prenant appui sur un fait historique. Je regrette que cela ne soit pas précisé pour un lecteur qui ne connaitrait pas forcément l'époque.

N'ayant jamais lu de livre de cet auteur à succès, j'étais au départ attirée par Mangez-le si vous voulez. Sans doute le lirai-je mais je dois dire que la plume humoristique me dérange concernant de tels épisodes. Dans tous les cas j'ai ressenti un décalage entre ce qui est narré et la façon de rapporter les faits. Les dialogues présentent ainsi un mélange entre des expressions propres au XVI°S et un langage contemporain qui donne un côté anachronique.

Les personnages, mis à part Charles IX, sont vite brossés et réduits à des traits grossiers. Ainsi les clichés concernant Catherine de Médicis la présentent austère, arriviste et grossière oubliant qu'elle fut aussi d'une rare intelligence dans un contexte politique difficile en oeuvrant avant tout pour la paix. On nous livre là une simple assemblée de personnages tous plus indifférents les uns que les autres qui parlent de la façon la plus banale possible d'un massacre qui va tuer des milliers d'innocents ( y compris parmi les catholiques). L'humour est poussé à un point tel qu'il en est devenu ,pour moi ,grotesque.

Quelle était donc l'intention de l'auteur en écrivant ce roman ? Une explication serait de laisser penser qu'il a voulu montrer comment la folie s'empare d'un homme, jusqu'à le pousser dans ses retranchements ou comment des actes d'une rare barbarie peuvent réveiller en nous un côté obscur. A moins que ce ne soit une caricature, auquel cas le travail est réussi.

Je pense être passée à côté du roman par manque d'informations sur l'auteur, sa façon de s'emparer d'un fait historique pour le reconstruire à sa manière. Je reconnais le style enlevé. Le roman se lit d'ailleurs très vite ( je ne suis pas sûre que ce soit bon signe). Me voici avertie pour mes prochaines lectures ! Je suis très étonnée de la critique qui encense l'auteur. J'ai même lu un article vantant les mérites de ce roman pour réviser l'Histoire de France ! Cela me parait grave.

Je crois qu'il faut vraiment prendre du recul pour lire ce livre, se dire qu'il ne souhaite pas refaire l'histoire mais juste se moquer un peu et ne surtout pas vouloir le ranger dans ces livres qui entendent mieux nous expliquer l'histoire. Le problème est que lorsqu'on connait un peu cette période tout cela parait tellement gros que la lecture est moins digeste...

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans la petite fève amère
commenter cet article

commentaires

Parthenia 12/08/2013 13:12

C'est l'un des livres les plus calamiteux que j'ai lus ! D'ordinaire j'adore l'humour noir, mais là, je trouve que l'humour et les ressorts comiques tombent complètement à plat. Tout y est décousu,
poussif, grotesque et caricatural !
Tout va trop vite, les personnages n'ont aucune consistance et ressemble tous à des pantins sinistres sans âme !
Bref, une vraie torture...
Je n'ai jamais compris le parti pris de l'auteur. Dommage...

unchocolatdansmonroman 12/08/2013 15:35



oui c'est ça, il est possible que nous soyons passé à côté de la clé de ce livre ! il faudrait trouver une interview où il s'explique mais je t'avoue que je n'en ai pas eu le courage ;)



Elarinya 20/05/2012 13:42

Oui, je vois, merci beaucoup en tout cas, et qui sait si par hasard je le croise, je me laisserais peut-être tenter...

unchocolatdansmonroman 20/05/2012 13:55



;)



Elarinya 20/05/2012 11:57

Dommage, il me tentait beaucoup mais en voyant ton article ça me fait passer un peu l'envie !

unchocolatdansmonroman 20/05/2012 12:27



Disons qu'il faut savoir à quoi s'attendre ;) cette lecture peut être très plaisante si on la prend pour ce qu'elle est : une fiction humoristique !



jerome 16/05/2012 07:29

Moi j'aime beaucoup le style enlevé et l'humour un peu acide de cet auteur. Il ne fait l'unanimité, loin de là mais pour l'instant il ne m'a jamais déçu.

unchocolatdansmonroman 16/05/2012 07:41



Je crois que j'ai été surprise par un roman qui se présentait comme historique. J'aurais du le prendre comme un livre caustique. je le saurai pour la prochaine fois ;)



Le Cottage de Myrtille 15/05/2012 22:06

J'ai lu Je, François Villon du même auteur et j'ai été un peu choquée par les descriptions de tortures et l'humour noir!! J'ai Le Montespan dans ma PAL, j'espère que c'est un peu plus soft... :-)

unchocolatdansmonroman 16/05/2012 05:54



Oh ben je crains que ce ne soit un peu son style. je vais attendre un peu pour ma part ;)



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...