Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 01:44

http://www.contrepoints.org/wp-content/uploads/2014/09/charlotte-david-foenkinos-L-HZft1e.jpeg

Charlotte, David Foenkinos, éditions Gallimard, 2014, 224 pages

Genre : roman

Thèmes : Charlotte Salomon, femmes, destin, peinture, guerre, shoah

 

L'auteur en quelques mots ...

http://s-www.leprogres.fr/images/52CE316B-1D33-4D1B-8C38-7C109F431288/LPR_03/le-dernier-roman-de-david-foenkinos-charlotte-vient-de-paraitre-chez-gallimard-photo-richard-mouillaud.jpg

Né en 1974 David Foenkinos est un écrivain français.Etudiant parallèlement les lettres à la Sorbonne et le Jazz, il choisit le professorat de guitare. Son premier roman est publié en 2001 : Inversion de l'idiotie, de l'influence de deux polonais et reçoit le prix Mauriac. Il a depuis écrit 16 romans, une pièce de théâtre et réalisé deux films. Ses oeuvres les plus connues restent La Delicatesse et En cas de bonheur. Il analyse dans ses romans le caractère amoureux, thème que l'on retrouve chez un cinéaste qu'il affectionne, Albert Cohen.

 

L'histoire :

http://2.bp.blogspot.com/-JPJ32pwncag/U_N23OMBk1I/AAAAAAAAOUc/10ybtcdWqkw/s1600/Charlotte%2BSalomon%2B(1917%E2%80%931943)%2C%2BVie%2B%2Bou%2BTh%C3%A9%C3%A2tre.%2BJHM%2BC%2BCharlotte%2BSalomon%2BFoundation.jpg

Charlotte Salomon, Vie? ou théâtre ?

"Charlotte a appris à lire son prénom sur une tombe.

Elle n'est donc pas la première Charlotte"

C'est l'histoire d'une destinée, celle de femmes d'une même famille qui se suicident, ne peuvent accéder au réel, éprouvent le fardeau de la vie. Mais Charlotte n'est pas de celles-là et bien qu'on lui ait caché les conditions du décès de sa mère, elle ressent pour la vie un immense amour. Sa grand-mère ne s'est jamais remise du décès de sa fille, elle même prénommée Charlotte. C'est un sujet tabou dont Charlotte ne découvrira le fin mot que bien plus tard.

En grandissant Charlotte va s'intéresser à la peinture, parvenir à entrer à l'école des beaux arts et y révéler son talent avangardiste. Elle doit pourtant cacher son nom, ses origines car les nazis sont au pouvoir et Charlotte est juive. Elle connait ses premiers émois amoureux avec un professeur de musique venu pour travailler avec sa belle mère cantatrice et qui restera sa source d'inspiration, son unique aamour. Mais elle vit à Berlin et l'exil nécessaire à sa survie approche .Expatriée en France elle consacrera le reste de sa vie à la peinture, une fuite en avant symbole d'une époque troublée, comme une urgence à inscrire son nom pour la postérité avant la tragédie ...

"Sur le chemin du retour, elle respire profondément.

Ce jour-là, c’est la naissance de  son œuvre Vie ? ou Théâtre ?

En marchant, elle pense aux images de son passé.

Pour survivre, elle doit peindre son histoire.

C’est la seule issue.

Elle le répète encore et encore.

Elle doit vivre les mots.

Je dois aller encore plus profondément dans la solitude.

 

Fallait-il aller au bout du supportable ?

Pour enfin considérer l’art comme seule possibilité de vie.

Ce que Moridis a dit, elle le ressentait.

Dans sa chair, mais sans en avoir la conscience.

Comme si le corps était toujours en avance sur l’esprit.

Une révélation est la compréhension de ce que l’on sait déjà.

C’est le chemin qu’emprunte chaque artiste.

Ce tunnel imprécis d’heures ou d’années.

Qui mène au moment où l’on peut enfin dire : c’est maintenant."

 

En vrac et au fil des pages ...

http://4.bp.blogspot.com/-riUiWBUc-rs/U_N08hL5fiI/AAAAAAAAOUI/6siK37uOutc/s1600/Charlotte%2BSalomon%2B(1917%E2%80%931943)%2C%2BAuto%2BPortrait.%2BJHM%2BC%2BCharlotte%2BSalomon%2BFoundation.jpg

Le roman de David Foenkinos ne se livre pas facilement et il faut accepter sa forme surprenante pour entrer dans l'histoire passionnante de ce destin de femme. Je ne connaissais pas l'auteur et ne peut donc comparer, mais j'ai trouvé ici une forme qui convient parfaitement au contenu. La structure du texte se veut poétique et elle l'est parfois dans son contenu, comme un hommage rendu à une artiste peintre que l'auteur affectionne et dont l"oeuvre l'a bouleversé. C'est donc sa vision des choses qu'il nous donne à voir et le genre "roman" convient bien à cette oeuvre de fiction.

Le fond historique est présent dans tout le récit mais ne prend jamais le pas sur le personnage qui est au coeur de l'histoire. On sent la tragédie transpirer à chaque page, d'abord avec la malédiction qui pèse sur les femmes de la famille puis avec l'arrivée au pouvoir en 1933 des nazis. Il s'agit pourtant d'un arrière plan qui n'est jamais évoqué dans le détail, ce que l'on pourra regretter mais qui colle bien avec l'objectif de Foenkinos, révéler ce que fut la vie de Charlotte Salomon dont la naiveté et l"engouement pour sa passion ne lui permettait pas de comprendre l'ampleur de ce qui se passait autour d'elle.

Les intrusions à la première personne de l'auteur marquent une rupture et ressemblent à une sorte d'enquête. Ainsi part-il à la recherche de cette femme surprenante qui exerce sur lui une fascination que l'on se s'explique pas , si ce n'est dans l'énigme de ses peintures, peintes avec frénésie entre 1940 et 1942 , une multitudes de gouaches dont la plupart consacrées à l'amour de sa vie qui ne sut que bien plus tard quelle influence il eut sur Charlotte Salomon.

Le récit est poignant mais en même temps léger, visiblement travaillé et porteur de l'émotion de l'auteur.

http://delivrer-des-livres.fr/wp-content/uploads/2014/08/challengerl2014.png

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Albertine 17/12/2014 12:02

Roman poignant qui m'a permis de découvrir Charlotte Salomon!

unchocolatdansmonroman 17/12/2014 13:18



tout comme moi



Pauline 22/10/2014 19:22

Merci pour cette chronique! Je le lirai sûrement. Bien sûr, je ne peux pas dire quand! Ce serait trop beau.

unchocolatdansmonroman 23/10/2014 03:32



hihi !



argali 21/10/2014 14:21

Je lui tourne autour depuis un moment sans me décider. Ton beau billet me pousse à ne plus hésiter.

unchocolatdansmonroman 21/10/2014 16:54



merci Argali, il est à essayer en tous cas ;) Je ne sais si tu as déjà lu du Foenkinos, il parait que celui-ci est clairement différent. pour moi le fond et la forme s'accordent



jerome 21/10/2014 13:12

C'est la forme surprenante qui m'a attiré. J'espère juste ne pas le laisser dormir trop longtemps dans ma pal...

unchocolatdansmonroman 21/10/2014 16:55



tu en as tant à lire ? j'espère qu'il te plaira. Cela m'a donné envie d'en savoir plus sur cette peintre



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

  • La Horde du contrevent, Alain Damasio
    La Horde du contrevent, Alain Damasio, Editions La Volte, 2004, 521 pages Genre : fantasy Thèmes : vent, amitié, horde, écueils, quête, musique L'auteur en quelques mots ... Alain Damasio, né Alain Raymond, est un écrivain français de science-fiction....
  • Origami party pour le mois japonais
    Bien que le papier soit né en Chine au IIème siècle avant J.-C., on pense que la pratique régulière du pliage de papier est essentiellement d'origine japonaise et remonte au VIème siècle. Les premiers pliages étaient destinés à l'emballage des médicaments...
  • Le Maître des livres, Umiharu Shinohara
    Le Maître des livres, tome 1, Umiharu Shinohara, éditions Komikku, 2014, 188 pages Genre : manga Thèmes : lecture, enfance, bibliothèque, amitié, éveil L'auteur en quelques mots ... Dessinateur et scénariste japonais, Umiharu Shinohara ( 篠原ウミハル ) , est...
  • Éloge de l'ombre, Junichirô Tanizaki
    Eloge de l'ombre, Junichirô Tanizaki, édition POF ( Publication orientaliste de France), 1993, 110 pages traduit du japonais par René Sieffert Genre : essai Thèmes : obscurité, occidentalisme, orientalisme, moeurs, plénitude, influence L'auteur en quelques...
  • Outre-Terre, Jean Paul Kauffmann
    Outre-Terre, Jean Paul Kauffmann, éditions Folio, 2017, 359 pages Genre : récit de voyage, essai Thèmes : Russie, Napoléon, Eylau, Histoire, reconstitution L'auteur en quelques mots ... Journaliste et écrivain français, jean Paul Kauffmann est né en 1944....
  • Le Dimanche des mères, Graham Swift
    Le Dimanche des mères, Graham Swift, éditions Gallimard, collection du monde entier, 2017,142 pages Genre : historique Thèmes : aristocraties, société, Angleterre, domesticité, écrivain L'auteur en quelques mots ... Ecrivain britannique né en 1949, Graham...
  • Les Hauts-Conteurs, tome 1 La voix des rois, Olivier Peru et Patrick McSpare
    Les Hauts-Conteurs, tome 1 : la voix des rois, Olivier Peru,Patrick Mc Spare, éditions Scrinéo, 2010, 305 pages Genre : fantasy jeunesse Thèmes : quête, initiation, oralité, Angleterre, créatures fantastiques Les auteurs en quelques mots ... Olivier Peru,...
  • Le Prédicateur, Camilla Läckberg
    Le Prédicateur, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2013, 500 pages Genre : policier Thèmes : maternité, soumission, enrôlement, meurtre, famille Traduit du suédois par Léna Grumbach et Catherine Marcus L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie...
  • Challenge « Un mois au Japon » - Avril 2017 # 1
    En ce dimanche gourmand, on cuisine japonais à la maison ! Au menu : Soupe miso Mélange Teriyaki Pour la réalisation de la soupe miso : 8 champignons shiitake déshydratés 125 ml (1/2 tasse) d'eau bouillante 250 ml (1 tasse) de tofu mi-ferme, coupé en...
  • Challenge « Un mois au Japon » - Avril 2017
    Lou et Hilde nous ont concocté un nouveau challenge. C'est parti pour le pays du soleil levant ! J'ai raté l'embarquement hier, mais je rejoins les globe-trotteurs pour ce dimanche gourmand. Les thèmes du mois : Samedi 1er avril : Les premiers passagers...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...