Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 02:51

http://img.livraddict.com/covers/108/108934/couv7729516.jpg

Certaines n'avaient jamais vu la mer, Julie otsuka, éditions 10/18, 143 pages

Genre : récit historique

Thèmes : immigration, mariage par procuration, Japon, Etats-Unis, exil

 

L'auteur en quelques mots ...

http://referentiel.nouvelobs.com/file/4697187-julie-otsuka-prix-femina-etranger.jpg

Née en 1962 en Californie, Julie Otsuka est une auteur américaine d'origine japonaise. Après des études à Yale et Columbia, elle a été révélée sur la scène littéraire en 2002 avec son premier roman «Quand l’empereur était un dieu», une évocation des camps où 110.000 citoyens américains d’origine japonaise ont été internés aux Etats-Unis après l'attaque de Pearl Harbour. «Certaines n'avaient jamais vu la mer» a confirmé son statut, lui valant le très prestigieux PEN/Faulkner Award en 2011.


L'histoire:

http://img.over-blog-kiwi.com/0/52/86/34/201308/ob_9071c1b104d2d028a558bea8b0f8ae4d_picture-brides.jpg

Jeunes 'picture brides' à leur arrivée à l'immigration aux USA. Immigration station, Angel Island, California, 25 juillet 1920.

La traversée qui mène ces jeunes femmes du japon aux Etats-Unis est longue. En ce début de XX°S elles partent avec l'idée d'un monde meilleur, d'une nouvelle vie qui leur permettrait de s'épanouir auprès d'un mari aimant. Car elles sont mariées, par procuration et ne savent de leur époux que quelques bribes, confiées dans une correspondance qui va se révéler mensongère. Tout au long de la traversée les questions les assaillent : où vont-elles vivre ? Comment est leur mari ? Correspond-il à cette photo reçu il y a peu ? Que sera l'intimité avec eux ? Elles sont jeunes et n'ont encore rien vécu. Vendues par leurs parents parce qu'elles n'étaient pas les ainées , "Nous rêvions aussi de nos soeurs plus âgées, plus jolies, que nos pères avaient vendues comme geishas pour nourrir le reste de la famille...'  , parce que le besoin d'argent était plus fort.

Le réveil est brutal et, sitôt débarquées, les jeunes femmes réalisent la tromperie." Sur le bateau, nous ne pouvions imaginer (....) que les portraits envoyés dans les enveloppes dataient de vingt ans. Que les lettres qu'ils nous avaient adressées avaient été rédigées par d'autres (...) Nous voilà en Amérique, nous dirions-nous, il n'y a pas à s'inquiéter. Et nous aurions tort." Car elles seront pour la plupart femmes de fermier et devront travailler aux champs, d'exploitation en exploitation, suivant leur mari désireux d'avoir une main d'oeuvre gratuite pour les seconder. Certains les aimeront, d'autres seront maladroits, d'autres encore violents.

Pourtant une affection va attacher certaines d'entre elles à l'homme qui leur a été attribué. D'autres préfèreront en finir. Exilées, la pensée de leur pays les remplit d'émotion, de sentiments ambigus. Se taire et travailler, assumer. "L'une des nôtres les rendait responsables de tout et souhaitait qu'ils meurent. L'une des nôtres les rendait responsables de tout et souhaitait mourir".

Puis vient le temps des enfants. Une bouche à nourrir, un espoir ? Cette génération qui ne comprendra pas ses parents et qui reniera ses origines , subira à son tour le regard mauvais, la honte. "Ils voulaient des mères différentes, meilleures, qui n'aient pas l'air aussi usées (...) et chaque jour qui passait semblait les arracher un peu plus à notre emprise"Et alors que certaines travaillent dans de grandes maisons comme domestiques, ou s'occupent d'enfants qui ne sont pas les leurs et servent les blancs, la peur va s'emparer de la population qui ne va plus voir dans les japonais expatriès qu'une menace.

C'est l'ère des camps, de la guerre, de l'internement des hommes soupçonnés d'espionnage..." On parlait d'une liste. De gens enlevés au milieu de la nuit (...) On disait  que les hommes étaient mis dans des trains et qu'on les envoyait au loin, dans les montagnes, dans les régions les plus froides du pays".


En vrac et au fil des pages ...

http://auto.img.v4.skyrock.net/2862/66992862/pics/2928267009_2_5.png

Quel beau récit ! Par sa construction tout d'abord qui lie entre elles ces femmes au destin commun, cette pluralité de voix qui se font écho et racontent l'espoir, la déception, la violence, le travail, l'exil, l'enfantement ... Le récit est développé en cinq temps : la traversée, l'arrivée et le désenchantement, le travail, l'enfantement, l'internement.

Elle sont des centaines, toutes avec leurs particularités et pourtant Julie otsuka a choisi de les présenter en un "nous" commun afin de souligner , malgré les kilomètres qui les séparent, les vies différentes, une union dans la douleur. Dociles, préparées à un choc des cultures, espérant une vie meilleure, elles assument pour la plupart ce voyage, le choix de leurs parents. Pourtant, ça et là, on entend la voix particulière de celles qui n'ont pu suivre la voie , les déçues, les abandonnées, celles qui ont fui.

C'est ce qui est curieux dans la narration, cette façon si particulière de donner à voir un ensemble et en même temps de raconter des individualités. Les indéfinis "certaines", "d'autres", "quelques unes" ... donnent l'impression qu'elles n'ont qu'un visage. L'espoir est cependant toujours présent : certaines ont été aimées, d'autres ont aimé, certaines ont cru en la maternité. Jusqu'au bout elles ne parviennent pas vraiment à croire qu'on les ait amenées ici pour leur donner cette vie, les renier.

Mais le choc des cultures est la clé de tout et le regard que l'on porte sur ces japonaises, puis sur leurs enfants, en dit long sur le racisme. Réputées dociles elles sont comparées aux autres immigrées (chinoises, philippines, coréennes). Pourtant lorsque la peur s'installe dans la population américaine, ces mêmes personnes que l'ont était allées chercher sont envoyées dans des camps : incompréhension, espoir, peur ... toute la palette des émotions est exploitée dans ce court récit, dense.

C'est que le fond historique ,qui n'est jamais clairement explicité, donne au lecteur la clé de l'ouvrage. La narration se fait interne, par le regard de ces femmes. La narration élude volontairement les détails politiques car ces femmes ne savent pas réellement ce qui se passe autour d'elles. Le lecteur comble les vide et sait, lui, que la seconde guerre mondiale a généré des peurs au sein de la population, que les médias ont véhiculé la haine du japonais à la solde de Hiro hito, qu'une paranoia s'est peu à peu installée. Le récit propose , à l'échelle d'une vie d'homme, un pan de l'histoire des Etats-Unis, une vision de la relation aux immigrés asiatiques. 1942 : 110.000 civils sont déportés, suite à l'attaque de Pearl Harbor. S'installe le mythe de la cinquième colonne, de l'ennemi tapi au sein de la population. Même les japonais naturalisés sont arrêtés. Parmi les internés, 62% étaient des japonais de seconde génération ... ils ne seront libérés qu'en  1944.

 

chroniques de copinautes :

Achille 

Jérôme

 

abc 2014

http://2.bp.blogspot.com/-wqfuskUXXXA/Uq4Zab17O2I/AAAAAAAAHzA/Gf60ypE7Pk8/s400/plume2014_2.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Soie 11/07/2014 15:45

Ce livre est dans ma PAL. J'espère le lire cet été.

unchocolatdansmonroman 11/07/2014 16:56



il vaut le détour ne serait-ce que pour la narration originale



nanet 09/06/2014 12:11

Et hop, la chronique de ce petit roman, en te remerciant encore pour cette découverte.
(http://lesmotsdenanet.blogspot.fr/2014/06/certaines-navaient-jamais-vu-la-mer-de.html)

Biz

unchocolatdansmonroman 09/06/2014 13:10



lu et commenté ;)



Olivier 23/05/2014 15:59

Merci de la proposition mais il est déjà à la bibliothèque de ma ville.
Donc autant faire simple.
En plus, je suis très en retard dans mes partenariats (5 à lire) donc ce n'est pas pour tout de suite.

unchocolatdansmonroman 24/05/2014 09:23



oki belle lecture alors, j'espère que tu le liras tout de même !



Olivier 23/05/2014 11:14

J'avais repéré ce livre à sa sortie en grand format.
J'en ai entendu que du bien. Il faudra que je le lise un de ces jours. (Biz ^^)

unchocolatdansmonroman 23/05/2014 14:58



il voyage actuellement alors si tu le veux ...



nanet 18/05/2014 10:07

Ah, voici un des livres que j'avais proposé pour le LPDA, le résumé m'intriguait et je suis bien contente de l'avoir découvert. Si tu le fais voyager, j'aimerai bien me pencher sur cette lecture.
Ce "nous" m'intrigue...

Biz et merci pour cette présentation.

unchocolatdansmonroman 18/05/2014 14:24



oui finalement je les lirai tous mais j'ai gardé pour Pal addict le roman d'Emily Bronté ;)



jerome 16/05/2014 21:22

Je comprends que ce "nous" collectif ait pu gêner plus d'un lecteur mais personnellement j'ai adoré ce récit.

unchocolatdansmonroman 17/05/2014 04:58



cela ne m'a pas dérangée non plus mais j'avais lu des avis mitigé sur cette narration chorale



Tigrouloup 16/05/2014 15:08

Il a l'air vraiment bien mais je suis trop sensible en ce moment pour le lire.
J'aime beaucoup la couverture.

unchocolatdansmonroman 16/05/2014 16:10



je te le garde au chaud pour plus tard et je le troque contre le dernier Morton ! hihi



stephanie plaisir de lire 16/05/2014 13:01

c'est gentil. Je pense qu'il me plaira et j'aime bien avoir les livres qui me plaisent (les avoir au chaud dans ma biblio)...Je vois et je reviens vers toi sinon. Merci c'ets très gentil !

unchocolatdansmonroman 16/05/2014 13:59



oui tu es comme moi et j'ai aussi du mal à me séparer de mes livres mais lorsque je sais où ils vont et qu'ils vont revenir je les fais voyager avec plaisir ;)



stephanie plaisir de lire 16/05/2014 11:23

J'avais déjà entendu le titre mais ne m'étais pas penchée dessus. Je suis contente que tu en parles (en plus terriblement bien). Je file de ce pas voir à le trouver en troc !

unchocolatdansmonroman 16/05/2014 12:28



je peux le faire voyager si tu le souhaites, si tu ne le trouves pas près de chez toi. Il est petit et se lit très vite ;)



Melliane 16/05/2014 06:54

Oh je crois avoir vu passer le livres car la couverture me dit quelque chose mais j'avoue que tu me donnes vraiment envie de le découvrir. Il semble très intéressant. merci !

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...
  • Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg
    Le Tailleur de pierre, Camilla Läckberg, éditions Babel noir, 2009, 593 pages Genre : policier Thèmes : meurtre, enfance, famille, secrets, enquête L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de Camilla Läckberg sur les premiers billets de la...
  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...