Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 02:37

http://prixlitteraires.livreshebdo.fr/cache/couvertures/16254.jpg

Bifteck, MartinProvost, éditions phébus, 2010,

Genre : court roman, nouvelle ou fable

Thème : première guerre mondiale, boucherie, paternité, fratrie, parcours intiatique

L'auteur en quelques mots ...

http://www.babelio.com/users/AVT_Martin-Provost_9915.jpeg

Né à Brest en 1957, Martin Provost est un auteur et réalisateur français. Après des débuts à la Comédie Française, il se lance derrière la caméra. Séraphine qui a raflé pas moins de sept Césars ou Où va la nuit sont ses réalisations les plus connues.

http://www.vivelesrondes.com/uploads/Stephiiiii_seraphine_home1.jpg

Son premier roman date de 1992: Aime-moi vite. Léger, humain, pardonnable en 2007 propose une ouvre autobiographique dans laquelle l'auteur se livre sur son enfance, son adolescence .

L'histoire :

A Quimper, Loic et Fernande tiennent la boucherie Plomeur. Dans la famille, on est boucher de père en fils. Aussi les parents élèvent-ils leur fils André dans cette optique en lui inculquant très tôt les fondements du métier : lexique de la viande (A comme abats, B comme bifteck...), calcul de la caisse, lecture des étiquettes... Mais le jeune André se révèle doué dans un autre domaine " faire chanter la chair". Lorsque la nouvelle de son talent se répand , les femmes, délaissées par leurs maris partis au front en cette première guerre mondiale, accourent à la boutique, guettant avidement le morceau de choix qui  désignera l'élue du jour. Mais toutes les bonnes choses ayant une fin, la guerre s'achève et les hommes rentrent chez eux. Ceci expliquant cela, André a la surprise de trouver devant chez lui un matin les enfants engendrés par ses débauches derrière l'église : en tout sept marmots qu'il décide de garder. En bon père qu'il apprend à devenir, André se donne corps et âme à ses enfants. La boucherie va mal mais, surtout, les soupçons vont bon train. Lorsqu'un mari jaloux découvre la vérité et afin que la situation ne s'aggrave pas, André prend  la décision de partir à bord d'un navire avec ses septs bambins, direction l'Amérique. Commence alors un périple aux allures de parcours initiatique qui les conduira bien loin de ce qu'ils avaient imaginé ...

En vrac et au fil des pages :

On aime ou on déteste ! Je pense que Bifteck fait partie de ces lectures qui ne laissent pas indifférent. J'ai beaucoup apprécié le travail sur les mots, le style, le côté chantant du lexique (j'espère que vous l'aimez saignant !) . Pourtant  il a de quoi surprendre tant est développé le champ lexical de ...la viande ! C'est fou ce que l'on peut inventer dans ce domaine ! Les descriptions d'André sont toujours plus ou moins liées à ce qu'il connait depuis sa plus tendre enfance, le tout assaisonné d'une pointe d'humour pourra paraitre sanguinolent. Il n'en est rien, du moins à mon sens, puisque ce court roman nous entraine dans un parcours initiatique qu'il convient de lire comme une fable. On y retrouve d'ailleurs tous les ingrédients du conte : le chiffre sept (il y a du petit poucet là dedans),le voyage intiatique, la mère absente, ...

La fin m'a laissée sur ma faim ! il me semble qu'elle est vite expédiée et après une jolie fusion avec la terre nourricière, nous laisser avec une référence à la gastronomie américaine m'a déçue. J'aurais aimé que le lien à la terre nourricière soit plus développé car il a vraiment fait sens pour moi à la fois terre promise et retour à la mère).

Mais je vous laisse vous faire votre opinion : Il se lit très vite, pas de quoi s'en passer donc .

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

jerome 05/11/2012 11:23

Le début était alléchant, je pensais me régaler, et puis finalement non. La seconde partie du roman et sa fin ridicule ont douché tous mes espoirs.

unchocolatdansmonroman 05/11/2012 14:11



je crois que nous en sommes tous là ... c'est vraiment dommage, je ne sais pas ce qui lui est passé par la tête pour finir comme ça !



isallysun 04/11/2012 22:56

Ah, dommage que ça t'ai déçue surtout que je crois que si cause ta déception causerait la mienne, et ce, même si ça se lit vite!

unchocolatdansmonroman 05/11/2012 01:38



apparemment la fin déçoit tout le monde, ce qui est dommage car le reste est très bien



Mack 04/11/2012 21:12

Et bien même si, comme toi, j'ai eu beaucoup de mal avec la fin que je n'ai pas du tout comprise, c'est une lecture que j'ai beaucoup aimé et qui a fait partie de mes coups de cœur 2010 !

unchocolatdansmonroman 05/11/2012 01:39



Oui je pense que c'est un auteur original et prometteur. Du coup je compte bien lire son autobiographie et voir Séraphine ;)



Piplo 04/11/2012 16:25

J'aime aussi beaucoup le travail sur les mots... je n'ai rien lu de lui!
J'adore le new look de ton blog et ta très jolie bannière nath!
Bisous

unchocolatdansmonroman 05/11/2012 01:38



oh merci c'est gentil ! ;)



Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...