Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 09:54
Le Dimanche des mères, Graham Swift

Le Dimanche des mères, Graham Swift, éditions Gallimard, collection du monde entier, 2017,142 pages

Genre : historique

Thèmes : aristocraties, société, Angleterre, domesticité, écrivain

 

L'auteur en quelques mots ...

 

Ecrivain britannique né en 1949, Graham Swift est remarqué en 1982 avec  L‘Affaire Shuttlecock . Ses écrits mettent en avant le paysage, la psychologie des personnages. L'écrivain se dit influencé en cela par Jorge Luis Borgès, Günter Grass, Gabriel Garcia Marquèz,   "(...)nous sommes, comme toujours dans ce pays, terriblement bornés, absorbés en nous-mêmes et culturellement isolés. Il est grand temps pour nous d’absorber des choses venant de l’extérieur. »

Le Dimanche des mères est son dixième roman. Il a également publié trois recueil de nouvelles et a vu trois de ses oeuvres adaptées à l'écran.

L'histoire :

"Autrefois, avant que les garçons ne passent de vie à trépas, à l'époque où il y avait plus de chevaux que d'automobiles, avant que les domestiques de sexe masculin n'aient disparu..."

Angleterre, 30 mars 1924. Comme de tradition, les domestiques des différentes maisons aristocratiques sont invités à prendre leur journée, rejoindre leur famille, pour le rituel Dimanche des mères.

Jane est la jeune femme de chambre de la famille Niven. Orpheline, elle envisage cette journée avec d'autant plus de plaisir qu'un rendez-vous secret lui a été donné par Paul Sheringham, jeune homme de bonne famille et son amant depuis quelques années.Ce moment de complicité sera-t-il le dernier ? Paul doit en effet épouser Emma Hobdays, riche héritière.

Quelle excuse donnera-t-elle à M Niven ? Une séance de lecture au soleil ? Une balade à bicyclette ? C'est ainsi qu'elle quitte la propriété pour rejoindre son amant alors que la famille Niven se rend de son côté à "Un jamboree à Henley".

Seuls dans la chambre de la maison des Sheringham, à Upleigh, Jane profite de ces derniers instants, se repaît de la présence de Paul, le contemple et goûte chaque seconde de cette intimité. Lui semble loin par moments,fait durer l'instant, comme s'il redoutait de partir, de rejoindre celle qui sera désormais sa femme,  mais entre eux une connivence s'est installée. C'est pourtant la fin d'une époque en même temps que la fin de leurs rencontres secrètes. Le vocabulaire lui-même change, les habitudes, même si certaines familles tentent encore de perpétuer les traditions.

A quelques années de là, devenue écrivain, Jane repensera avec nostalgie à cette époque, au dernier regard de Paul , aux mots, peut-être dits, peut-être inventés, à cette chambre dont elle parvient encore à retranscrire tous les recoins.

En vrac et au fil des pages ...

Le Dimanche des mères est un roman contemplatif , lent comme le temps qui s'écoule dans cette chambre où Paul et Jane se retrouvent, à la fois pour la première fois ( elle n'y est jamais venue malgré les années de liaison) et la dernière. C'est la confrontation de deux mondes, finalement leur fusion en un même vocabulaire ( plus familier en cette époque de changement), une amitié indéfectible. C'est également le récit d'un éveil pour Jane, mais aussi d'u souvenir qui va rester en elle, sur lequel elle reviendra à de multiples reprises ( comme les redites que l'on trouve dans le roman et qui donnent un effet lancinant, cyclique).

Justement l'auteur laisse entendre qu'un drame va se produire, on le sent dans chaque mot, dans le fait que ce soit leur dernière rencontre, dans la fin d'une époque. Le lecteur découvre les lieux à travers le regard de Jane et ce côté subjectif, dont la narratrice avoue qu'il est peut-être un souvenir réinventé, donne un caractère intime au récit.

Il faut tout lier, la fin de la guerre, la fin de la domesticité, les familles d'aristocrates qui s'accrochent à des traditions vieillottes et ce fils, Paul, qui sans le dire semble désapprouver ce mariage arrangé.C'est justement cette lenteur, comme s'il ne voulait pas que l'instant finisse, qui est suspecte. Ainsi chacun pourra comprendre le drame qui va se produire comme il le souhaite ...

A la fois roman très britannique par le milieu social, l'environnement, les traditions qu'il propose, et contemplatif comme peuvent l'être les romans asiatiques, ce récit nous invite à la rêverie. Il marque également le changement, l'ascension d'une jeune orpheline devenue domestique puis ayant pu faire des études et finalement devenue écrivain, ce qui fut possible grâce, justement, à ce bouleversement des valeurs après-guerre.

J'ai apprécié ce roman pour sa richesse et sa plume. Le parti pris de croiser les chapitres, les regards entre la jeune Jane et celle qui peut poser un regard plus distancié sur une époque révolue, est intéressant.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Violette 30/05/2017 22:28

je viens d'en terminer la lecture. J'ai vraiment adoré, surtout la 1ère partie. Le futur de Jane m'a moins parlé même s'il fait référence aux livres.

Jerome 05/04/2017 13:20

En voila un qui me fait très envie. La couverture de son roman précédent était dans la même veine, superbe !

Nath 05/04/2017 13:50

Ah je ne connais pas le précédent, je viens de découvrir l'auteur. Tu l'avais chroniqué ?

A-Little-Bit-Dramatic 05/04/2017 11:06

Je trouve la couverture magnifique et intrigante. Quant au contexte choisi par l'auteur, il ne peut que me plaire. Tu me donnes envie de lire ce roman, qui a l'air très beau. :)

Nath 05/04/2017 12:23

J'espère qu'il te plaira également

manou 05/04/2017 07:24

Ce roman est déjà dans ma LAL...Apparemment je ne lis que des avis unanimes sur lui. Il faudra donc que je me décide, vu ce que tu en dis l'ambiance me plaît déjà. Merci de cette belle chronique

Nath 05/04/2017 12:22

Merci manou. Moi je n'ai lu que des avis négatifs que je ne comprends pas. Je pense que les gens s'attendent à de l'action alors que la beauté du récit est justement ailleurs

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...