Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 07:48
La Horde du contrevent, Alain Damasio

La Horde du contrevent, Alain Damasio, Editions La Volte, 2004, 521 pages

Genre : fantasy

Thèmes : vent, amitié, horde, écueils, quête, musique

 

L'auteur en quelques mots ...

Alain Damasio, né Alain Raymond, est un écrivain français de science-fiction. Il choisit ce patronyme en l'honneur de sa grand-mère Andrée Damasio.

Sorti de l'ESSEC en 1991, il choisit de s'isoler (d'abord dans le Vercors puis à Nonza, en Corse) pour s'adonner à l'écriture. Son domaine de prédilection est l'anticipation politique. Il marie ce genre à des éléments de science-fiction et/ou de fantasy.

Jeune, il écrit de nombreuses nouvelles. Son premier texte long est "La Zone du dehors", roman d’anticipation qui s’intéresse aux sociétés de contrôle sous le modèle démocratique (inspiré des travaux de Michel Foucault et Gilles Deleuze). Publié sous une nouvelle version en 2007, il est récompensé du Prix Européen Utopiales.

Son second livre est récompensé par le Grand Prix de l'Imaginaire 2006 dans la catégorie Roman. Il s'agit de "La Horde du Contrevent" (roman accompagné d'une BOL - Bande Originale de Livre - composée par Arno Alyvan), véritable succès public qui s'est vendu à plus de 50 000 exemplaires.

En 2008, il pose sa voix sur un morceau de Rone: Bora feat Alain Damasio vocal mix; et il travaille actuellement sur un jeu vidéo d’action-aventure développé par la société DONTNOD Entertainment. 

En 2009, il écrit "La Rage du Sage" (essai politique et poétique sur notre époque) pour le single gratuit Memento Mori du groupe SLIVER.Folio SF publie en 2014 "Aucun souvenir assez solide," compilation de nouvelles écrites par Damasio.

En 2016, il livre un nouveau texte politique, Le dehors de toute chose, qui décrypte l’hégémonie du contrôle dans nos vies.

 

Un petit mot sur ...

Arno Alyvan est le compositeur de la bande son du livre. Et oui, les éditions La Volte ont eu l'ingénieuse idée de joindre au roman d'Alain Damasio la musique composée ,sur mesure, par Arno Alyvan et qui colle parfaitement avec les sonorités, le rythme de l'auteur. A découvrir ici

 

 

L'histoire:

" A l'origine fut la vitesse, le pur mouvement furtif, le "vent foudre".

Puis le cosmos décéléra, prit consistance et forme,jusqu'aux lenteurs habitables, jusqu'au vivant, jusqu'à vous.

Bienvenue à toi, lent homme lié, poussif tresseur de vitesses."

 

Ils sont vingt -trois et constituent la vingt -quatrième Horde. Chacun son rôle, formés pour traverser cet espace infini battu par des vents fous, à la recherche de l'origine du vent. Ils ne sont pas les premiers à tenter de joindre ainsi l'Extrême Amont. Tous espèrent qu'un jour, une horde sera capable, grâce au travail des précédentes, d'atteindre cette limite et ainsi justifier les efforts et les espoirs de tous.

Chaque horde a apporté son lot d'avancées, comme les notations sur les vents, consignées par des sigles en un système organisé, imaginé par le scribe de la huitième horde, Focc Noniag.

Leur force : le lien indéfectible qui les unit. Face à eux un vent indescriptible, destructeur et en même temps la raison d'être de la horde. Dans le périple qui bouscule hommes et femmes, la solidarité est indispensable, une nécessaire bouffée face à la peur qui les étreint. Car l'homme est un infime grain de sable , résistant pourtant.

Que d'obstacles, de rencontres, avant de ...

En vrac et au fil des pages ...

 

Parce que je suis entrée en fantasy avec le challenge de Licorne, il fallait pour cette édition que j'aille un peu plus loin et tente un récit sur lequel les avis sont unanimes. Nous voici rendus aux confins du genre, un univers à part entière, entièrement créé par l'auteur, paysages et langage compris !

C'est tout d'abord une expérience visuelle : des mots, des bribes de phrases jetés sur une page, comme balayés, illisibles, comme effacés par le vent.Puis les phrases se reconstituent et l'on entend dans les sonorités, le vent qui souffle entre les lignes ( ffff, vvvv, sssss !).

C'est ensuite une immersion totale dans une langue que l'on comprend sans la connaitre, une sorte d'argot mêlé de néologismes. Invention d'une langue pour la Horde où chacun a un rôle à jouer, ou chaque personnage est matérialisé par un signe et prend la parole pour raconter le périple, décrire un compagnon, revenir sur les siècles passés qui ont vu la naissance des groupes qui se sont succédés, à la recherche de l'origine de ce vent fou.

L'expérience est totale si vous écoutez en parallèle, les musiques composées sur mesure par Arno Alyvan, qui aident à plonger dans l'univers d'Alain Damasio, sont une interprétation bien entendu, mais m'ont été bien utiles lors de certains passages.

Car, il faut bien l'avouer, je ne suis pas lectrice de fantasy et suis probablement allée trop loin dans l'expérimentation du genre. ii tout est complexe, travaillé, réfléchi et les amateurs n'auront aucun mal à situer l'univers décrit, en référence à d'autres qu'ils ont pu découvrir lors de leurs lectures. Pour moi, le manque de références visuelles a été un frein. Imaginer un tel univers est à la fois personnel et demande une imagination proche d celle de l'auteur. Autre écueil : le nombre de personnages qui fait que l'on s'attache à certains mais en oublie d'autres. On me dit que les éditions Folio ont joint un marque page reprenant les signes de chaque personnage et permettant de mieux s'y retrouver. Il vous faudra, lecteur, faire un mix entre les éditions pour obtenir un récit complet et riche !

J'ai en revanche beaucoup apprécié le travail sur la langue, le phrasé. Chaque phrase est un souffle, chaque personnage typé, si bien que l'ensemble laisse déjà entendre une musique, celle du vent que l'on sent à chaque page. C'est assez extraordinaire d'être ainsi parvenu à recréer ce que l'on entend. C'est une langue puissante, qui emporte.

Finalement, se laisser porter est la meilleur solution, bien que des éléments nous interpellent régulièrement, comme cette pagination à rebours, ces petits signes que l'on retrouve partout...

Il faut le lire pour comprendre et il est difficile d'en parler. Le vent ici est protéiforme et l'auteur a su en faire le personnage principal. Alain Damasio joue en outre avec nos émotions, livrant au lecteur tantôt de purs moments de poésie, tantôt des passages plus durs, violents.

"Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents"

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Lupa 07/06/2017 12:50

Je n'oublierai jamais ma découverte de Damasio avec ce roman ! Une claque incroyable qui restera dans mon top ten et qui me susurre régulièrement de le relire *_* L'aventure humaine de cette Horde, et le style incomparable de l'auteur font qu'il sera impossible à détrôner !!!

Nath 07/06/2017 14:26

Quel enthousiasme , il faudra que je le relise dans quelques temps, peut être pour mieux entrer dans l'histoire

liliba 01/05/2017 17:47

On m'a justement parlé de ce roman récemment, et je suis tentée d'essayer, même si la fantasy n'est pas un genre que je lis habituellement.

nath 01/05/2017 17:56

cela se tente, ne serait-ce que pour la beauté de l'écriture, la surprise du début ...

manou 25/04/2017 09:23

J'avais lu "la zone du dehors" et je l'avais beaucoup aimé...à l'époque il est vrai je lisais beaucoup de SF (car là il s'agissait plutôt d'anticipation en effet). Celui-ci aborde la fantasy et sera peut-être l'occasion pour moi de me remettre à en lire vu que ta chronique me donne très envie...J'en prends note donc et je te remercie de cet échange très complet. Bises

Nath 25/04/2017 10:26

Alors si tu connais tu vas adorer !

Licorne 25/04/2017 09:16

Il faut sans doute se laisser aller et décrocher avec le quotidien et les habitudes de lectures. Ce livre demande une attention soutenue et les efforts sont largement mérités. La fin est tout simplement grandiose ! Le challenge de la licorne c’est fantasy et fantastique, ce livre est de la SF pure pour moi …Je n’ai pas fait attention et je l’ai comptabilisé mais si tu as un titre plus adapté au challenge je suis preneuse. Merci Choco !

Mypianocanta 25/04/2017 19:20

En fait c'est de la science-fantasy (comme certains Zimmer-Bradley) ;) (et c'est juste pour t'embrouiller :P )

Licorne 25/04/2017 10:29

Non, pas grave du tout ! j'ai accepté pas de soucis. Bonne continuation

Nath 25/04/2017 10:24

Ah ben vu que tu l'avais accepté, je n'en ai pas d'autre ! Tanpis ;) par contre dans BBM il est bien classé en fantasy. Mais ne t'en fait pas, ce n'est pas grave

Mypianocanta 24/04/2017 20:33

Très jolie chronique ma choco, et qui rend bien hommage à la langue et au vent <3 <3 <3
C'est vrai que le petit marque-pages Folio aide au début … mais on s'en détache très vite pour s'immerger dans l'écriture de chaque personnage. Et pour le mixte, la musique est en ligne sur un site de streaming bien connu ET LEGAL ! (faut-il dire son nom ?)
Bref, je suis contente que tu aies réussi à le lire et que tu aies quand même apprécié l'histoire et le style incroyable de Damasio. A l'occasion, je te conseille son recueil de nouvelles, plus courtes et avec moins de personnages pour beaucoup d'entre elles (et certains univers sont très proches du nôtre).
Maintenant j'avoue j'ai une imagination débordante et Damasio "me parle" littéralement :)

Nath 25/04/2017 10:25

Merci My', je note avidement ses nouvelles ! En tous cas cela donne des idées de cadeau , c'est un beau récit

c'era una volta 24/04/2017 13:50

Je ne me targue pas d'être (ou d'avoir été au moment de cette lecture) une hyper lectrice de fantasy mais j'ai adoré cette aventure humaine dès les premières pages (qui demandent un réel effort d'attention!). J'ai plus que tout aimé le langage de ce roman et l'écriture de Damasio.
Et peut-être que mon imagination fertile m'a aidée à reconstituer l'univers et à le vivre :)
En tout cas, être allée à la rencontre de ce roman c'est déjà super!

nath 24/04/2017 14:20

Merci C'era ! cela ferait un super film d'animation en tous cas ;)

Nicolas 24/04/2017 11:31

Comme tu le conseilles, je me suis laissé porté par la lecture et les 150/200 premières pages ont été un peu flou au niveau de la compréhension mais cela ne m'a pas empêché d'apprécier la lecture…

nath 24/04/2017 13:42

voilà, il faut accepter de partir vers l'inconnu !

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

Articles Récents

  • Le Mois américain sur les blogs
    Sixième édition du mois américain sur le blog de Titine, Plaisirs à cultiver. On l'attendait avec impatience ,histoire de sortir de sa pile à lire quelques pépites. Alors non, je ne lirai pas American Psycho cette année encore, et pourtant il est là,...
  • Comme une grande, Elisa Fourniret
    Comme une grande, Elisa Fourniret, éditions Mauconduit 2017, 240 pages Genre : contemporain Thèmes : féminité, Paris, mère, couple L'auteur en quelques mots ... À 45 ans, Elisa Fourniret est responsable depuis 5 ans de la Maison des auteurs de la Société...
  • Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot
    Empathie et compassion, comment développer nos super-pouvoirs, Sandra Cardot, éditions Michalon, 2017, 187 pages Genre : développement personnel Thèmes : empathie, compassion, mentalité, méditation, qualité, conscience, altruisme L'auteur en quelques...
  • Belgravia, Julian Fellowes
    Belgravia, Julkan Fellowes, éditions J.C Lattès, 2016,420 pages Genre : historique Thèmes : famille, héritage, lignée, mariage, descendance, intrigue, société anglaise, XIXe S, Angleterre, secret de famille. Traduit de l'anglais par Valérie Rosier et...
  • Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert
    Avant que les ombres s'effacent, Louis-Philippe Dalembert, éditions Sabine Wespieser, 20a7, 287 pages Genre : historique Thèmes : shoah, exil, reconstruction, Juif, Haiti, famille L'auteur en quelques mots ... Né à Port au Prince, en Haiti ,en 1962, Louis-Philippe...
  • Le Protectorat de l'ombrelle :Sans honte, Gail Carriger
    Le Protectorat de l'ombrelle, tome 3 Sans Honte, Gail Carriger, éditions Le livre de poche, 2013, 421 pages Traduit de l'anglais par Sylvie Denis Genre : Bit lit Thèmes: séparation, mariage, complot, cabale, vampires, loups garou L'auteur en quelques...
  • Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian
    Petits meurtres à Mangle Street, M.R.C Kasasian, éditions City, 2015, 351 pages Genre : policier so british ! Thèmes : Whitechapel, meurtres, famille, détective Traduit de l'anglais par Hélène Tordo L'auteur en quelques mots ... Ecrivain anglais, Martin...
  • Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, M C Beaton
    Agatha Raisin enquête, tome 5 Pour le meilleur et pour le pire, Parlez ou taisez vous à jamais, M C Beaton, éditions Albin Michel, 2017, 284 pages Genre : policier so british ! Thèmes : amour, mariage, secrets, meurtre L'auteur en quelques mots ... Retrouvez...
  • Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares
    Ces liens qui nous séparent, Ann Brashares, éditions Gallimard, 2017, 336 pages Genre : récit jeunesse Thèmes : famille, divorce, adolescence, sentiments, mariage, fratrie, amour Traduit de l'anglais par Vanessa Rubio-Barreau L'auteur en quelques mots... Connue...
  • Vacances en forme de petits bonheurs #1
    En vacances les petits bonheurs sont quotidiens. Les voici rassemblés dans un billet hebdomadaire. Lundi 17 juillet : court séjour à Capbreton pour rejoindre une partie de la famille. Bien installés au camping ,on apprécie un pique nique sur la plage,...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...