Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 09:25
La Bête humaine, Emile Zola

La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages

Genre : classique

Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare

 

L'auteur en quelques mots ...

 

Considéré comme le chef de file du naturalisme, Emile Zola est un écrivain français né en 1840 et mort en 1902 auquel on doit une des plus grandes fresques de la littérature : les Rougon-Macquart. Dépeindre la société française en vingt volumes lui a permis de mettre en application sa théorie de l'observation fine, scientifique,  « Notre héros, écrit Zola, n'est plus le pur esprit, l'homme abstrait du xviiie siècle. Il est le sujet physiologique de notre science actuelle, un être qui est composé d'organes et qui trempe dans un milieu dont il est pénétré à chaque heure »

Les dernières années de sa vie sont marquées par son engagement dans l'affaire Dreyfus  avec la publication en janvier 1898 de l'article intitulé "J'accuse" qui lui valut un procès en diffamation et un exil à Londres.(source wikipedia)

L'histoire:

 

Roubaud est sous-chef de gare et vit avec Séverine, plus jeune que lui, dans un appartement de la gare st Lazare, quartier de l'Europe, loué à la mère Victoire. Arrivé du Havre par l'express, il doit avoir une entrevue avec le chef d'exploitation au sujet d'une affaire importante,une altercation au cours de laquelle il aurait eu des mots malheureux envers le sous-préfet. Séverine, quant à elle, est insouciante, minaude. Pourtant, ce jour-là, Roubaud croit déceler un mensonge dans les propos confus de la jeune femme.Pourquoi refuse-t-elle des vacances à Doinville, terre de son enfance ? Que cache-t-elle au sujet de Grandmorin, dont la réputation de coureur n'est plus à faire? Cette bague dont elle parle lui a été offerte par son parrain Grandmorin et non par sa mère ? C'est pourtant ce qu'elle lui avait dit. Aussitôt, mu par la jalousie, Roubaud la somme de répondre et, devant sa trahison, devient extrêmement violent et obtient des aveux sous la menace."Alors, ce fut abominable. Cet aveu qu'il exigeait si violemment, venait de l'atteindre en pleine figure, comme une chose impossible, monstrueuse". Une unique solution s'impose alors à lui : se débarrasser de Grandmorin.

A la Croix de Maufras, Jacques Lantier retrouve Flore et sa tante Phasie. Située en bord de voie ferrée, la petite maison de son enfance le renvoie à un passé douloureux: "Vrai ! Tout à disparu , cette douleur qui te trouait le crâne, derrière les oreilles et les coups de fièvre brusques et cet accès de tristesse qui te faisait te cacher comme une bête, au fond d'un trou ?" demande la vieille femme. Alors qu'une discussion avec Flore lui fait prendre conscience de l'image qu'il renvoie, un homme qui abomine les femmes et n'aime que sa locomotive, Jacques devient comme fou et tente de la tuer avant de se reprendre. "Là-bas, à Plassans, dans sa jeunesse, souvent déjà il s'était questionné.", né d'une mère si jeune, Gervaise ,et d'un père encore gamin, "ce beau Lantier", "la famille n'était guère d'aplomb, beaucoup avaient une fêlure(...) cette fêlure héréditaire".

Mais alors qu'il se remet, Jacques Lantier voit passer le train sur la ligne Le Havre-Paris et aperçoit une scène qui va sceller son avenir : un homme vient d'être assassiné et jeté du train en marche...

 

En vrac et au fil des pages ...

A l'occasion d'un travail avec mes élèves de Quatrième, j'ai relu ce roman , le 17ème de la fresque des Rougon-Macquart. C'est avec plaisir que nous avons comparé le récit au film de Renoir qui n'aborde pas sous le même angle la tragédie qui se joue entre Jacques, Roubaud et Séverine. Le récit de Zola est bien plus violent et précis, mais se lit à la lumière de ce qui précède dans la lignée des Lantier, L'Assomoir.

Il s'agit d'un épisode où la violence est au coeur des relations. C'est ainsi du moins qu'apparaissent les hommes : Roubaud rongé par la jalousie, Lantier empoisonné par un mal héréditaire, Grandmorin qui abuse des femmes. Pour tous, les pulsions irrépressibles guident leur vie, croissent en silence puis explosent.Les femmes, quant à elles, semblent naives de prime abord mais se révèlent bientôt battante, comme Flore, ou manipulatrice, comme Séverine. Rien de bon ne peut ressortir de cela et le ton est donné dès les premières pages.

Comme toujours, le lecteur appréciera chez Zola la minutie des descriptions, de la gare St Lazare, issue d'une véritable tranchée, imaginée par Haussmann et qui rappelle les tableaux impressionnistes de Monet, à la machine, à elle seule personnage central du roman.

Car c'est comme une femme que Lantier parle d'elle,la Lison, qu'il la traite, alors que ses rapports avec la gent féminines sont justement perturbées. Au final c'est d'ailleurs sans doute la machine qui l'emporte et semble atteinte de folie, comme Lantier.

On pourrait discuter indéfiniment des sous-thèmes qui jalonnent le récit, comme la notion de progrès issus de la Révolution industrielle, les relations hommes-femmes qui concernent bien d'autres personnages, la différence entre les apparences et l'être profond de chaque personnage, car tous ici sont doubles ... Qui est la bête ?

Le thème de l'hérédité est ici souligné par Zola comme une fatalité à laquelle Jacques ne peut se soustraire. C'est un personnage ambigü, décrit comme un employé modèle, rebuté par la violence ,mais qui sombre dans la folie lors de moments passés en présence des femmes, ce qui réveille en lui des pulsions meurtrières. Victime ou monstre ?

C'est donc un récit passionnant que je vous invite à découvrir ou redécouvrir car il est parfois relégué en seconde lecture, après des tomes plus connus de la fresque de Zola. C'est dommage car il mérite toute notre attention. Extrêmement travaillé, il dévoile, à chaque relecture, un pan que l'on n'avait pas repéré. Au final, mes élèves ont préféré le roman au film !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

chrs 06/06/2017 18:55

j'avais adoré au bonheur des dames, puis j'ai voulu testé la saga mais j'avoue que j'ai abandonné le tome 1. je retenterais un jour

Nath 06/06/2017 19:10

C'est bien de les lire dans l'ordre pour avoir une vue d'ensemble de la fresque familiale et sociale, mais j'avoue que tous ne sont pas aussi passionnants.

Violette 01/05/2017 19:21

quand les élèves préfèrent le roman au film, c'est une vraie victoire, n'est-ce pas? (ça m'est arrivé avec le Pianiste - des 3è). C'est un de mes romans préférés même s'il est difficile de faire un choix quand on parle de Zola.

nath 01/05/2017 19:33

ah oui, on peut le dire Violette ! D'autant que cela n'arrive pas souvent. mais ici les descriptions de Zola sont si prenantes et précises qu'on ne peut que se représenter les personnages et leurs émotions, ce qui peut-être apparait moins dans le film. C'était le parti pris de Renoir

A-Little-Bit-Dramatic 01/05/2017 15:11

Très certainement l'un des opus des Rougon-Macquart les plus percutants. On ne ressort pas indemne d'une telle lecture. Tu me donnes envie de m'y replonger. J'ai entrepris, depuis deux ans maintenant, de relire Les Rougon-Macquart, découverts au lycée et qui furent pour moi une véritable révélation. Je me suis arrêtée en juillet dernier avec Son Excellence Eugène Rougon...il faudrait que je m'y remette ! ! ;)

nath 01/05/2017 16:05

j'ai aussi apprécié cette relecture et je pense m'y remettre aussi, à petites doses comme toi ;)

Northanger 30/04/2017 15:23

Je l'ai lu il y a longtemps maintenant, à une époque où je voulais lire l'intégrale des Rougon-Macquart ! Mes deux préférės sont La faute de l'abbé Mouret et Le Ventre de Paris pour les sublimes descriptions, comme toujours chez Zola ! Bon dimanche :)

Nath 30/04/2017 15:36

Ah oui ces deux là sont intéressant. J'aime aussi ceux qui sont moins connus ou peut être moins appréciés comme Nana

Nicolas 27/04/2017 15:01

Je suis allé vérifier et je remarque que c'est le 16e de la série et comme je les lis dans l'ordre… Et que je n'ai lu que le premier pour l'instant! Ce sera pas pour tout de suite mais ta chronique (j'espère m'en souvenir quand je le lirai) met le doigt sur des aspects très intéressant!

nath 27/04/2017 15:19

Non, c'est le dix septième ;) J'espère que tu le liras un jour car il est vraiment travaillé. J'aime aussi beaucoup Nana. Finalement je me rends compte que les plus connus m'attirent moins

manou 27/04/2017 08:13

Un grand classique à relire un jour...Depuis que mes enfants ont grandi et depuis la sortie du film "Germinal" qui m'avait donné envie de relire le roman, je n'ai plus rien relu de Zola. Un jour peut-être...Merci de nous en donner envie

Nath 27/04/2017 09:08

Merci Manou! Un petit classique de temps en temps ;) et puis notre regard change forcément, c'est intéressant une relecture. Celui ci est peu lu finalement contrairement à Germinal, Au bonheur des dames ...etc

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...
  • La Horde du contrevent, Alain Damasio
    La Horde du contrevent, Alain Damasio, Editions La Volte, 2004, 521 pages Genre : fantasy Thèmes : vent, amitié, horde, écueils, quête, musique L'auteur en quelques mots ... Alain Damasio, né Alain Raymond, est un écrivain français de science-fiction....
  • Origami party pour le mois japonais
    Bien que le papier soit né en Chine au IIème siècle avant J.-C., on pense que la pratique régulière du pliage de papier est essentiellement d'origine japonaise et remonte au VIème siècle. Les premiers pliages étaient destinés à l'emballage des médicaments...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...