Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 09:13
Ecoutez nos défaites, Laurent Gaudé

Ecoutez nos défaites, Laurent Gaudé, éditions Actes Sud, 2016, 288  pages

Genre : roman

Thème : guerre, épopée, Histoire, terrorisme

 

L'auteur en quelques mots ...

Retrouvez la biographie de Laurent Gaudé sur le billet du challenge

L'histoire :

 

" La défaite, elle est là. Est-ce que les autres ne la voient pas ? La défaite gourmande, bestiale, sans appel. Ils ne pourront pas lui échapper. Est-ce qu'il est le seul à la sentir ?"

Mariam est archéologue et voue sa vie à la recherche et la conservation de trésors oubliés, vestiges d'un passé antique où la Mésopotamie était glorieuse. Heurtée dans son corps par une maladie qu'elle sait incurable, elle prend parfois du plaisir dans les bras d'hommes vite oubliés, amants de passage.

Pourtant lorsque son chemin croise celui d'Assem, Mariam sait que leurs destins sont unis. Il la comprend et trouve les mots justes qui prouvent sa connaissance de la terre sur laquelle ils vivent, des guerres et conflits passés. Assem est un agent des services de renseignements français et s'apprête à rencontrer un ancien membre des commandos d'élites américain que le gouvernement cherche à éliminer après avoir testé sa dangerosité. Tous deux ont vécu les drames, les obligations inhérentes à leur métier, parfois bien loin de l'humanité. Chacun sait qu'il est arrivé au bout de quelque chose et qu'il ne sera pas possible de continuer ainsi, une vie de combat, de traque.

Afin d'unir son destin à celui d'Assem, Mariam cache dans ses affaires une statuette de Bès, " le dieu nain que l'on glisse sous la tête des défunts pour les apaiser", qui sera le lien entre eux. Elle que l'amour n'a su combler voit en cet homme une renaissance et la possibilité d'une réparation. Elle sait qu'il aura le bon geste et comprendra ce qu'il faut faire de la statuette.

A des siècles de distance, Hannibal se prépare à une bataille mémorable. Lui, roi puissant, guerrier à dos d'éléphant, entend marcher sur Rome et révéler son pouvoir au monde. Le général Grant doit mener une bataille contre les confédérés et sait que sa victoire n'en sera pas vraiment une car toute guerre est une défaite en soi.  Hailé Sélassié , dit Le Négus,roi des rois, adulé puis rabaissé, luttant contre l'envahisseur fasciste, enfermé dans une geôle où il sera oublié, en est l'exemple.

Et alors que Daech s'attache à détruire toute trace d'un passé glorieux en détruisant les musées, le patrimoine ancestral, Mariam constate, tout en gardant espoir, ce que l'homme est capable d'infliger à ses semblables. "il ne peut y avoir de renoncement"...

"Tout ce qui se dépose en nous, année après année, sans que l'on s'en aperçoive (...) signe qu'au-delà de la conscience quelque chose vit en nous qui nous échappe mais nous transforme(...) avance obscurément, année après année, souterrainement, jusqu'à remonter un jour et nous saisir d'effroi..."

En vrac et au fil des pages ...

 

Les thèmes chers à Laurent Gaudé sont réunis dans ce roman polyphonique : la guerre, l'humanité et son devenir, la mythologie, les grands guerriers de l'Histoire. Ici l'accent est mis sur les dérives actuelles perpétrées par Daech et c'est ce qui a le plus retenu mon attention.

J'avais été choquée par les images présentées au journal télévisé, montrant des terroristes abattant des statues, détruisant tout un patrimoine. Rapidement mes élèves avaient posé la question "c'est ce qu'on voit dans les livres d'Histoire ? La Mésopotamie ?". Et même ceux qui ne sont pas férus d'Histoire avaient compris ce que l'on perdait là.

Laurent Gaudé part  de ce constat et l'explique par le mépris mais aussi la conscience de l'impact de ces actes sur la communauté, une revendication de pouvoir au-delà des guerres. "L'Antiquité est pleine de villes mises à sac -l'incendie de Persépolis, la destruction de Tyr- mais d'ordinaire il en restait des traces, d'ordinaire l'homme n'effaçait pas son ennemi".

Le roman donne voix aux grands combattants de l'Histoire : le général Grant, Hailé Sélassié, Hannibal et leur confie un discours qui peut sembler désabusé : une bataille se gagne au prix de multiples vie et est ainsi, en soi, une défaite. L'on découvre le courage, la force de chacun, mais également un état d'esprit très lucide, conscient que tout peut basculer.

La touche féminine apportée par Mariam, archéologue irakienne, qui assure un espoir, une continuité dans la folie et célèbre surtout l'art, sa beauté intemporelle. Peut-être est-ce ce qui vaut encore la peine de lutter.

Assem est un agent de la République que rattrapent ses fantômes : "J'ai mené tant d'opérations durant toutes ces années que je suis devenu un chasseur, tueur de la République qui traque sans cesse des homes nouveaux". Il connait bien le pays de Mariam car y a poursuivi des terroristes mais a surtout foulé le sol de ses ancêtres et éprouve, comme elle, un infini respect pour le passé de l'Irak.

Ce que j'apprécie le plus chez Laurent Gaudé est sa faculté à faire vivre l'Histoire, à donner corps et voix à des êtres oubliés sur lesquels on a aussitôt envie d'en savoir plus, sa perspicacité et capacité à trouver le mot juste, souvent empreint de poésie.

C'est un récit que je vous recommande, même si j'ai eu plus de mal à entrer dans l'histoire que pour les oeuvres précédentes. Avec le recul je pense que cela vient du fait que je connais moins les actes du général Grant ou de Hailé Sélassié, sur lesquels je me suis documentée depuis.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Lupa 02/04/2017 15:20

Voilà un roman qui me plairait énormément !!! Enrichissant, c'est le mot qui me vient immédiatement en lisant ta chronique, merci beaucoup :)

nath 02/04/2017 16:03

Merci, je suis contente de te donner envie de le lire. Il a le chic aussi pour traiter l'actualité tout en la ramenant au passé, un lien fort

Tiana 10/03/2017 21:15

Ce roman m'attire et m'effraye à la fois.
Ta belle chronique me donne le courage d'ouvrir ce roman :D

nath 02/04/2017 16:02

Il est vite lu, évoque l'actualité mais toujours avec le beau phrasé de Laurent Gaudé ;) Il faut se lancer

manou 25/02/2017 11:31

J'adore cet auteur mais je n'ai pas encore lu son dernier roman. Il y a une longue liste de réservation à la médiathèque de mon village, alors je patiente :) Bises

nath 02/04/2017 16:02

J'ai aimé mais moins que les autres ... Mon préféré reste Cris, puis La porte des enfers et Le Soleil des Scorta, quoique j'adore aussi Pour Seul Cortège ! *mode fan ON* !

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...
  • La Horde du contrevent, Alain Damasio
    La Horde du contrevent, Alain Damasio, Editions La Volte, 2004, 521 pages Genre : fantasy Thèmes : vent, amitié, horde, écueils, quête, musique L'auteur en quelques mots ... Alain Damasio, né Alain Raymond, est un écrivain français de science-fiction....
  • Origami party pour le mois japonais
    Bien que le papier soit né en Chine au IIème siècle avant J.-C., on pense que la pratique régulière du pliage de papier est essentiellement d'origine japonaise et remonte au VIème siècle. Les premiers pliages étaient destinés à l'emballage des médicaments...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...