Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2016 7 23 /10 /octobre /2016 07:42
L'Etrange vie de Nobody Owens, Neil Gaiman

L'Etrange vie de Nobody Owens, Neil Gaiman, éditions Albin michel, 2009, 310 pages

Genre : fantastique

Thèmes : mort, cimetière, frontière, âmes, deuil, enfance, adolescence, initiatique

Traduit de l'américain par Valérie Le Plouhinec

illustrations de Dave McKean

 

L'auteur en quelques mots ...

 

retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet consacré à Neverwhere

L'histoire:

 

"Il y avait une main dans les ténèbres, et cette main tenait un couteau."

Le Jack pénétra dans la chambre du bébé, après avoir exterminé sa famille, mais trouva le berceau vide. Où l'enfant avait-il pu se cacher ? Un enfant si petit ne pouvait être loin mais avait réussi à se faufiler hors de la maison , direction la colline ou plutôt le vieux cimetière de la colline.

Le Jack ,ayant pour mission d'éliminer l'enfant, tenta  bien de pénétrer en ces murs mais une force l'en empêcha, lui intima de quitter les lieux et d'oublier l'enfant.

C'est alors que les Owens découvrirent le bébé et entreprirent de lui offrir un logis et une vie des plus étranges, au coeur de ce cimetière. Eux que la vie avait quitté depuis longtemps, parvinrent à convaincre les autres résidents permanents de la nécessité de laisser le petit grandir parmi eux. Protégé par Silas, son tuteur, instruit par Mr Pennyworth qui lui apprendrait l'art du Flottement, de l'Effacement ou de la Songerie et aimé de tous comme "l'enfant vivant".

Mais comment le nommer ? Nobody. Nobody Owens, afin que personne ne puisse le voir ou le retrouver. Mais peut-on réellement échapper à son destin ?

 

"Dors, dors, mon tout petit

Dors jusqu'au bout de la nuit,

Un jour tu verras le monde

Tu verras comme la terre est ronde.

Danse, danse avec ton amour,

Pose un baiser sur ses lèvres,

Tu trouveras ton nom un jour

Et un trésor dans les Ténèbres..."

 

En vrac et au fil des pages ...

C'est par sa plume que Neil Gaiman nous convie dans ses univers, souvent sombres et étranges. Mais ici l'histoire y est aussi pour beaucoup et j'ai eu la sensation de retrouver l'ambiance des films de Tim Burton ( Noces funèbres par exemple).

Dès le départ, le suspens est posé avec une phrase liminaire que l'on n'oublie pas. Nobody est recherché et ce fameux Jack, qui n'est en fait pas seul, n'est pas sans faire penser à la bande de  Pearly Soames  dans Winter's Tale ( magnifique film que je vous recommande). C'est dire , donc, que l'univers de Gaiman est très visuel et nous emporte littéralement.

Nobody, Bod, grandit donc avec une éducation particulière, livrée par des fantômes, en décalage avec la vraie vie, celle que Nobody ne peut encore connaitre. C'est que le danger rôde partout pour le petit bonhomme, y compris dans ce cimetière où les goules et autres créatures des ténèbres ,sont toujours avides de chair fraîche. La peur, en revanche, n'est pas en lui et cela lui permet d'appréhender le monde avec un regard naif. L'amour est au coeur du récit, celui que lui portent ses parents adoptifs et son tuteur, mais aussi celui que l'enfant diffuse autour de lui et qui semble parfois redonner vie à ce lieu, ses habitants.

Mais comment aborder les humains lorsqu'on ne sait rien de leur moeurs ? Sa rencontre avec la jeune Scarlett sera le déclencheur d'un désir de savoir mais aussi d'une souffrance qui le fera grandir. Nous suivons donc Nobody jusqu'à ses 15 ans, âge de raison qui le fera basculer dans le monde des adultes et perdre cette innocence qui lui permettait de communiquer avec les morts.

La fin est émouvante et juste. on comprend alors qu'il s'agit aussi d'un récit initiatique, le passage de l'enfant à l'homme et tout ce que cela implique.

Une belle lecture que je vous recommande.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires challenge halloween
commenter cet article

commentaires

Lupa 26/10/2016 11:20

Je prends ta recommandation très au sérieux ! Je pense même qu'elle devrait être mise à exécution dès que possible, histoire d'être dans l'ambiance de cette fin octobre ;-) Merci !

nath 26/10/2016 12:28

oh oui, il faut le lire, c'est une merveilleuse histoire !

Chicky Poo 23/10/2016 11:35

J'ai aussi beaucoup aimé cette lecture :) Il faudrait que je le relise d'ailleurs, c'était tellement un beau roman !

nath 23/10/2016 12:28

oui c'est une histoire touchante et bien écrite

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...
  • La Horde du contrevent, Alain Damasio
    La Horde du contrevent, Alain Damasio, Editions La Volte, 2004, 521 pages Genre : fantasy Thèmes : vent, amitié, horde, écueils, quête, musique L'auteur en quelques mots ... Alain Damasio, né Alain Raymond, est un écrivain français de science-fiction....
  • Origami party pour le mois japonais
    Bien que le papier soit né en Chine au IIème siècle avant J.-C., on pense que la pratique régulière du pliage de papier est essentiellement d'origine japonaise et remonte au VIème siècle. Les premiers pliages étaient destinés à l'emballage des médicaments...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...