Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 18:06
Cité et pavillon, Margarita Perea Zaldivar

Cité et pavillon, Margarita Perea Zaldivar, autoédition Iggybook, 2015, 184 pages

Genre : contemporain

Thèmes : addiction, cité, autrui, cultures, adolescence

 

L'auteur en quelques mots ...

Margarita Perea Zaldivar est enseignante en communication. Originaire de Bordeaux, elle vit en région parisienne, dans une « banlieue mixte » comme celle du roman "Cité et pavillon", récit construit à partir d’histoires vraies, de conversations entendues, d’anecdotes glanées.

Elle a publié un premier roman, « Le chemin du Perthus »,  aux éditions l’Harmattan et animé un atelier d'écriture.

Par ailleurs, elle est co-auteur d'un blog, "cafés-croissants croisés", série de chroniques d'ambiance, de scènes de vie saisies sur le vif, dans divers cafés parisiens. (source : http://margarita-perea-zaldivar.iggybook.com/fr/)

 

L'histoire :

"Il y a des jours où rien ne se passe comme d'habitude."

Fatiha travaille chez la famille Lampelle, comme femme de ménage. Elle vit dans la cité, de l'autre côté du parc, un autre espace, comme à huis clos, une autre culture. Deux fois par semaine, elle entre dans ce pavillon et y découvre une autre vie, qui ne ressemble pas à la sienne. Ici on boit du thé en sachet ou un café trop fort, chacun reste dans son antre, son bureau ou sa chambre, on se parle peu.

Pourtant ce matin-là Fatiha va entrer de plein fouet dans un univers qui lui est parfaitement inconnu. Arthur est allongé en haut de l'escalier, le visage enfoui sous un casque noir qui amplifie son souffle, vêtu d'un déguisement noir. Il semble avoir une crise d'asthme mais Fatiha ne parvient pas à enlever ce casque. Les pompiers auront ces paroles énigmatiques pour elle : " Ah! tiens Dark Vador !..."

Que s'est-il passé ? Pourquoi le jeune lycéen était -il à la maison alors qu'il aurait dû être en cours ? Pourquoi cet étrange costume ?

Rapidement, la vie de la famille va basculer. Arthur souffre d'une addiction aux jeux en ligne à travers lesquels il s'épanouit, loin d'une réalité qui ne lui apporte que déception et dégoût. Florence, sa mère, ne le comprend pas. Enseignante dans son lycée ,elle côtoie pourtant chaque jour des adolescents dont le comportement ne laisse pas de la surprendre. Jamais elle n'aurait pensé que son propre fils puisse entrer dans ce cercle vicieux. A moins que justement leur vie de famille ne soit le déclencheur : un père absent qui travaille énormément et communique peu, ne livre pas ses sentiments, une soeur qui ne voit là qu'un délire d'adolescent.

Chez Fatiha les règles sont tout autres. Les enfants obéissent au chef de famille, Bachir, les enfants savent où est leur place. Pourtant, de l'autre côté du parc, tout n'est pas rose, nombre de jeunes "tiennent les murs" comme ils disent, les jeunes femmes doivent faire profil bas et la religion occupe une place très importante, parfois en dépit de ce qui est prôné en terre natale.

" Il faudrait que les gens de la cité sortent de temps en temps de ce territoire où tout est différent du reste de la ville (...) Moi je ne vais pas bien loin, mais au moins je traverse la rue et je sais comment on vit dans les pavillons"

 

En vrac et au fil des pages ...

(Drancy)

Je suis ravie d'avoir reçu de Livraddict, dans le cadre d'un partenariat, ce petit livre qui nous replace juste là où on doit être. Non pas du bon côté du parc, car de bon côté il n'y en a pas, chacun a ses règles, ses codes et la communication est souvent difficile entre deux cultures;mais dans l'acceptation de l'autre.

Margarita Perea Zaldivar livre une partie de son métier d'enseignante que je connais bien aussi et quelques remarques m'ont fait sourire, comme les propos de parents lors de rencontres avec les enseignants. D'autres, en revanche, m'ont rappelé comme il est difficile parfois d'être à la fois enseignante et maman, exigeante et en même temps dans l'incompréhension parfois de ce que l'on voit si bien chez les autres et si mal chez soi.

Ce petit récit est riche car aborde de multiples sujets. L'addiction aux jeux video tout d'abord et le questionnement que l'on doit avoir à ce sujet lorsqu'un adolescent en vient à ne plus apprécier la vie qui l'entoure et à se réfugier dans le jeu qui le satisfait parce qu'il s'y reconnait, y est apprécié en général, reconnu pour sa valeur de gamer. Conflit de génération que chaque parent ou enseignant se doit de régler car notre vision n'est pas non plus toujours la bonne. Il est un peu facile de dire que les jeux videos sont mauvais pour les jeunes; cela va plus loin et est bien abordé dans le roman.

Le choc des cultures sous -tend le récit. Fatiha la marocaine remplit l'espace avec sa bonne humeur, ses remarques naives, son innocence qui fait sa force puisqu'elle vit les choses simplement. Sa vie au coeur de la cité est rapporté à travers le regard d'une mère, qu'elle pose d'ailleurs sur d'autres que ses propres enfants, demandant aux uns des nouvelles, donnant des conseils à d'autres, partageant avec ses copines son étonnement face à la vie des français des résidences pavillonnaires . "Quand je traverse ces quartiers, j'ai l'impression d'être dans une autre ville et pourtant c'est bien celle où je vis, où se trouve ma cité avec ces 1200 logements. Les gens des petites maisons sont si différents : on les voit peu; leurs femmes, bien habillées, partent le matin vers la gare.Leurs gosses sont presque invisibles..."

Mais le fait que ce personnage soit aussi ouvert, offre un regard intransigeant sur sa propre culture, sur ce que sont devenues les cités, sur les dérives de certains jeunes qui vont trop loin et des femmes qui ne s'intéressent pas assez à ce qui se passe en dehors de leur quartier, sur la différence entre la vie au Maroc et la vie dans la cité.

Mon seul bémol concerne l'écriture et la différence entre les dialogues où intervient Fatiha, auxquels l'auteur a voulu donner une couleur locale, un parler approximatif dû à la langue, et les réflexions de ce personnage qui sont, elles, rédigées dans un niveau soutenu. Ce contraste fait que Fatiha perd en naturel. Normalement ses pensées n'auraient-elles pas dû, puisque rédigées à la première personne, correspondre à son langage fleuri, naif ? Or là elles ressemblent à celles de Florence, écrites sur le même registre. C'est dommage car c'est une femme sensible qui a un vrai don pour percevoir la détresse de ceux qui l'entourent. Sa simplicité est émouvante. "Le français est une Dans ma tête je pense en berbère et j'ai plein de mots. Quand je parle ma langue maternelle je fais de belles phrases ,avec des allusions, des comparaisons, des sous-entendus. Je manipule des proverbes et des dictons et je les adapte aux situations que je vis." J'aurais aimé retrouver cela dans les pensées de Fatiha.

Pour autant les deux voix qui s'entremêlent nous parlent des femmes, de leur vie de mères et d'épouses. Les hommes ne sont pas absents mais n'interviennent que sous leur regard, admiratif lorsqu'il s'agit de Bachir, plus en retrait lorsque Florence parle de Philippe.

Il n'est pas étonnant que la solution vienne de la nature, comme si l'auteur prônait aussi le retour à la terre, aux vraies valeurs, pour se sortir d'une addiction, retourner au vrai, vivre réellement ensemble. une leçon à la Voltaire !

Je vous recommande cette lecture qui m'a donné envie de lire le premier roman de Margarita Perea Zaldivar.

Je profite de ce billet pour la remercier ,d'ailleurs, pour la dédicace que j'ai appréciée.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by unchocolatdansmonroman - dans saveurs littéraires
commenter cet article

commentaires

Margarita 04/03/2017 18:00

Merci mille fois Nath pour cette belle chronique que je découvre enfin !! Juste une précision relative au style employé pour Fatiha : comme le dit le passage que vous citez, Fatiha pense en berbère, langue qu'elle maîtrise bien. Elle ne pense pas dans ce français distordu qui est celui dans lequel elle parle. C'est pourquoi je n'ai pas utilisé le même registre pour traduire ses paroles et ses pensées. Merci encore pour avoir si bien compris ce roman ! Margarita

nath 05/03/2017 12:48

Merci de votre passage, j'apprécie beaucoup. J'avais bien compris que Fatiha pensait en effet dans sa propre langue, c'est la raison pour laquelle je pensais retrouver son langage imagé, fleuri. Là je l'ai trouvé proche de celui de Florence. J'espère que vous comprenez.J'ai d'ailleurs reporté la citation de façon à expliquer cela. Merci de votre réponse. J'espère avoir l'occasion de vous lire à nouveau car j'ai trouvé intéressante l'idée de la confrontation des cultures.

manou 31/10/2016 09:27

C'est un auteur que tu me permets de découvrir ici et je t'en remercie infiniment. C'est dommage d'être tombé dans une sorte de caricature en ce qui concerne le personnage de Fatiha...mais si cela ne suit pas à l'ensemble c'est déjà pas mal et le sujet de ce roman est très intéressant. Une belle journée à toi

nath 31/10/2016 10:02

non, je ne parle pas de caricature mais je trouve dommage même que l'auteur ne soit pas allée jusqu'au bout de son idée, c'est à dire choisir de donner à Fatiha un langage approximatif et le faire aussi dans ses pensées, pas uniquement dans ses dialogues. C'est ce décalage qui me gêne. Sinon à découvrir, bien entendu

Présentation

  • : un chocolat dans mon roman
  • un chocolat dans mon roman
  • : Pour satisfaire mon appétit, j'associe lecture et gourmandise : un chocolat dans mon roman, le tendre et le croquant, saveurs littéraires et culinaires. Ici on parle de l'art sous toutes ses formes : écriture, peinture, sculpture, écriture, musique, photographie, gastronomie, cinéma ...
  • Contact

Recherche

Retrouvez-moi sur mon Tmblr

je suis plongée dans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

  • 4 days in London !
    Afin de rendre les honneurs à la ville de Londres que nous avons découverte en octobre 2015, je relance ce billet sur notre magnifique séjour. Notre retour en métropole est l'occasion de faire découvrir aux enfants des lieux que nous aimons et que nous...
  • La Compagnie des menteurs, Karen Maitland
    La Compagnie des menteurs, Karen Maitland, éditions Pocket, 2014, 664 pages Genre : thriller médiéval ,historique Thèmes : peste, Moyen âge, XIV °S, religion, fanatisme, énigme L'auteur en quelques mots ... Née en 1956 au Royaume Uni, Karen Maitland écrit...
  • Agatha Raisin enquête, tome 3 : Pas de pot pour la jardinière
    Agatha Raisin enquête, tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C Beaton, éditions Albin Michel, 2016, 246 pages Genre : policier so british ! Thèmes : jardinage, meurtre, jalousie, enquête L'auteur en quelques mots Retrouvez la biographie de M.C Beaton...
  • Juin : le mois anglais sur les blogs !
    C'est avec plaisir que je renouvelle ma participation au mois anglais, organisé par Lou et Cryssilda. L'occasion de dépoussiérer le blog qui n'a pas vu d'article depuis fort longtemps, travail oblige ;) Pour le plaisir des sens donc : 1er juin : "Un jour"...
  • Le poids des secrets, tome 1 Tsubaki, Aki Shimazaki
    Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki, Aki Shimazaki, éditions Babel, 1999, 115 pages Genre : contemporain Thèmes : famille, passé, amour, seconde guerre, Hiroshima, Nagasaki L'auteur en quelques mots ... Née à Gifu, au Japon, en 1954, Aki Shimazaki...
  • La Bête humaine, Emile Zola
    La Bête humaine, Emile Zola, éditions Folio classique, 1995, 501 pages Genre : classique Thèmes : amour, passion, meurtre, pulsions, machine à vapeur, ville, ouvriers, gare L'auteur en quelques mots ... Considéré comme le chef de file du naturalisme,...
  • La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami
    La Brocante Nakano, Hiromi Kawakami, éditions Picquier Poche , 2009, 342 pages Genre : contemporain traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu Thèmes : brocante, amour, objets, bonheurs, rencontres, liens L'auteur en quelques mots ... Retrouvez ma chronique...
  • Loin de la foule déchaînée, Thomas Hardy
    Loin de la foule déchainée, Thomas Hardy, éditions Archi Poche, 2015, 470 pages Genre : classique Thèmes : Angleterre, XIX°S, domaine, mariage, amour, statut social L'auteur en quelques mots ... Retrouvez la biographie de l'auteur sur le billet Deux contes...
  • La Horde du contrevent, Alain Damasio
    La Horde du contrevent, Alain Damasio, Editions La Volte, 2004, 521 pages Genre : fantasy Thèmes : vent, amitié, horde, écueils, quête, musique L'auteur en quelques mots ... Alain Damasio, né Alain Raymond, est un écrivain français de science-fiction....
  • Origami party pour le mois japonais
    Bien que le papier soit né en Chine au IIème siècle avant J.-C., on pense que la pratique régulière du pliage de papier est essentiellement d'origine japonaise et remonte au VIème siècle. Les premiers pliages étaient destinés à l'emballage des médicaments...

je publie aussi sur

 

je dois encore chroniquer ...